• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Fiche de lecture - L’empire du moindre mal - Jean-Claude Michéa

Fiche de lecture - L’empire du moindre mal - Jean-Claude Michéa

Synthèse, commentaires et critiques sur l'empire du moindre mal de Jean-Claude Michéa

 

Présentation du livre : jusqu'à 3:19

Première partie "L'unité du libéralisme" : 3:19 à 39:58

Seconde partie "Question de méthode" : 39:58 à 42:36

Troisième partie "Société ouverte et politique de la nécessité" : 42:36 à 51:11

Quatrième partie "Tractatus juridico-économicus" : 51:11 à 01:02:00

Cinquième partie "Égoïsme et common decency" : 01:02:00 à 01:46:12

Dernière partie " De l'empire du moindre mal au meilleur des mondes" : 01:46:12 à la fin.

 

Tags : Livres - Littérature Jean-Claude Michéa Libéralisme




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Gustave Lefrançais Le monde 18 juin 10:59
    Le soit-disant mérite de Michéa, pour résumer, c’est d’avoir vu que le "bon" libéralisme" est indissociable du "mauvais" libéralisme (il a une bonne centaine d’année de retard sur d’autres, pardonnez-le). Si vous ne savez pas cela, informez-vous. Quoique je doute sérieusement que vous pussiez y voir vraiment plus clair à la fin. Sinon, passez votre chemin.

    L’auteur s’exprime avec clarté et aisance, la forme est bonne. Il est de bonne foi et essaye d’être critique (bon point), mais avec Jean-Claude Michéa comme compagnon, il ne peut malheureusement être que dans les choux complet. Michéa se contente de décrire l’écume de la surface des choses, dans ce cas là rien de surprenant à ce qu’il (Michéa) nous sorte vers la fin qu’en fait, ce qu’il nous faut c’est plus "d’entraide et d’altruisme". Que ça sent bon la coquille creuse ! On finit par surfer sur des concepts complètement déracinées de leur cause historique réelle, de la pseudo-philosophie saupoudrée d’histoire...

    Les prémisses sont totalement biaisées. Ça se répercute sur tout le reste ensuite... On part de l’idée que les libéraux prennent l’homme pour ce qu’il est, et non ce qu’il devrait être. C’est du Hobbes, l’homme est mauvais par nature. C’est sensé être un fait objectif... qui ne l’est pas du tout (entre parenthèse, cette question de la nature de l’homme, à savoir s’il est bon par nature ou mauvais, est résolue depuis plusieurs millénaires déjà... et que seul le bon sens suffit pour répondre). En effet, ce n’est pas parce que le mouvement de l’histoire a fait qu’une tendance à commettre des actes répréhensibles se soit généralisé au fil des siècles, qu’il faut y voir là la nature profonde de l’homme...

    Penser cela c’est surfer sur l’écume de la surface des choses...

    Il suffit de penser à un petit d’homme (un enfant), est-il bon ou mauvais par nature...

    Pour le concept central de Michéa, "l’empire du moindre mal", c’est une expression malheureuse, même sous sa forme ironique. De la merde en somme.

    Le livre est à classer en rouge, car il va vous faire saigner des yeux...

    • 5 votes
      ubikand 18 juin 17:55

      @Le monde

      "Les prémisses sont totalement biaisées. Ça se répercute sur tout le reste ensuite... On part de l’idée que les libéraux prennent l’homme pour ce qu’il est, et non ce qu’il devrait être."

      Mais c’est complètement faux, 

      Michéa ne part pas du tout de cette axiologie les libéraux prennent l’homme pour ce qu’il est, et non ce qu’il devrait être 
      mais de plusieurs autres axiologies dont le coeur et le croisement est : 
      l’"homme moral" à supprimer pour "les libéraux" au profit pour ceux qu’il appelle "les libéraux" de l’homme dicté dans les rapports uniquement par le droit et le marché et ceci sans appel à aucune morale. 

      Au passage il y a donc une imposition idéologique par "les libéraux" de ce que devrait être l’homme à la fois comme individu et comme être social, le contraire de ce que vous dites donc. 

      Avez vous seulement lu ce livre, c’est à se demander ??? 


    • 3 votes
      ubikand 18 juin 18:11

      @ubikand

      Auquel je rajoute que Michéa justement en appelant à la décence commune fait appel à l’homme tel qu’il est (et est resté dans le peuple ordinaire) a contrario des libéraux qui veulent dicter aux hommes la façon dont ils devraient être au travers de règles qu’ils imposent à travers les institutions dont leur "élites" ont pris pleinement possession, ces règles étant concentrées autour des logiques du droit et du marché. 


    • vote
      Gustave Lefrançais Le monde 19 juin 13:16

      @ubikand

      Vous n’avez manifestement pas lu (ou compris) les deux posts que j’ai rajouté en dessous. Ils sont complémentaires. Ce paragraphe était une critique adressée à l’auteur, et non Michéa. J’ai rajouté ces deux posts car j’ai écrit trop vite le début du paragraphe " Les prémisses sont totalement biaisées"...

      Sinon, Michéa est intéressant et c’est bien pour la réflexion, mais passé un certain stade il est à mettre à la poubelle. Le titre est très révélateur "L’empire du moindre mal", il se console lui-même car il doit savoir qu’au plus profond de lui c’est un libéraliste (socialiste). smiley


    • 2 votes
      Gustave Lefrançais Le monde 18 juin 11:05
      On part de l’idée que les libéraux prennent l’homme pour ce qu’il est, et non ce qu’il devrait être.

      Cette idée est prise pour argent content et n’est pas critiquée, c’est là le faux pas.

      • vote
        Gustave Lefrançais Le monde 18 juin 11:19

        Il aurait fallu au moins critiquer le fait que l’homme soit mauvais par nature. Aussi, la seconde partie laisse penser que la subjectivité de l’auteur aimerait qu’il en soit autrement (antithèse primaire qui ne mène à rien)....


      • 3 votes
        Alban Dousset Alban Dousset 18 juin 11:52

        @Le monde

        Hobbes ne dit pas que l’homme est mauvais par nature mais qu’il agit dans son propre intérêt. Oui, cela est critiquable - et Michéa le critique - et je pourrais le critiquer également.
        Néanmoins, Hobbes n’est pas le seul penseur libéral à envisager "l’homme tel qu’il est" et certains ne sont pas d’accord avec lui ou sont plus nuancés.
        L’homme est un animal social qui intègre à minimum le bien-être de ses semblables à ses propres désirs. >> Inutile de s’étendre sur la question, Michéa ne le fait pas, je n’ai pas de point de divergence avec lui sur cette question donc pas de raison de développer cet aspect.


      • vote
        Gustave Lefrançais Le monde 19 juin 13:06

        @Alban Dousset

        Homo homini lupus est  : ce n’’est pas assez clair ? smiley "Agir pour son propre intérêt" ce n’est qu’une partie de ce que décrit Hobbes... 

        Hobbes n’est pas le seul penseur libéral à envisager "l’homme tel qu’il est"

        Mon propos est de dire que c’est justement une condition sine qua non au libéralisme.

        et certains ne sont pas d’accord avec lui ou sont plus nuancés.

        Soit on est d’accord, soit on ne l’est pas. La nuance sur cette question en particulier, c’est virer vers un bord ou l’autre. L’autre solution c’est de récuser.

        Mais qui sont les libéraux qui ne prennent pas ce point de départ ?

        Ma critique sur ce point précis (les libéraux prennent l’homme tel qu’il est) était directement adressé à vous, et pas à Michéa. L’autre commentateur ayant manifestement mal compris mon propos. Je veux juste dire qu’il aurait été salutaire, sur ce point là, de s’arrêter deux minutes pour dire en quoi cette proposition est biaisée et fausse. Expliquer ce que dit Michéa peut-être. C’est important, car la majorité des gens aujourd’hui, lorsqu’on leur demande si l’homme est par nature bon ou mauvais, ils sont dans les choux.

        Sinon, sur le fond, mais on ne va s’étendre.

        JCM ne voit pas que le libéralisme est entré en contradiction avec lui-même dès le début du XIXème siècle, avec la philosophie de Hegel (mort en 1831 !), et que le socialisme est le résultat de cette dialectique. Le socialisme conserve le libéralisme en le dépassant.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès