• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Fidel Castro sur les violences policières : « En Occident, les forces de (...)

Fidel Castro sur les violences policières : « En Occident, les forces de l’ordre ressemblent à des scaphandriers »

Traduction : lecridespeuples.fr

« Tel est l'esprit généreux et bienveillant dont fait preuve notre peuple. Et les enseignants l'ont démontré ; par exemple, lorsqu'on a demandé aux enseignants d'être volontaires pour des missions au Nicaragua, vous vous souvenez que 30 000 se sont proposés ; et lorsque certains enseignants ont été assassinés, 100 000 se sont proposés. C'est ça, notre pays !

Allez donc dans un pays capitaliste chercher (une telle abnégation), (allez la chercher) dans leur démocratie qu'ils veulent transplanter chez nous, au lieu de la nôtre, qui est cent fois plus démocratique que la leur, et mille fois plus humaine, avec une participation constante des citoyens à toute la vie publique, depuis le délégué de circonscription. (A Cuba), c'est le peuple dans son ensemble qui propose. Vous savez très bien comment les choses se passent au sein des circonscriptions : ce n'est pas un petit groupe qui propose ici et un autre là-bas. Le Parti n'intervient pas dans ces questions ; c'est le peuple qui réclame et qui élit, et plus de 90% de la population vote à chaque élection, bien que ce ne soit pas obligatoire.

Aux États-Unis, ils n'atteignent pas 50%. Ils viennent d'élire un Président [Bill Clinton] avec 24% des électeurs de ce pays. Ah, mais comme ils nous abreuvent de belles paroles sur la démocratie et les droits de l'homme ! Rien de tout ce dont nous avons parlé ici [les succès de Cuba en matière sociale et son aide humanitaire aux pays pauvres] n'est humain, ni le fait qu'il n'y ait jamais eu de meurtre politique ici. De quel pays voisin pouvez-vous dire cela ? Quel autre pays que Cuba n'a jamais eu d'escadrons de la mort, de personnes disparues, de torture ? Et vous, qui êtes enseignants et en contact permanent avec les gens, vous le savez mieux que quiconque.

De temps en temps, nous voyons dans les documentaires de tous ces pays développés, appelés démocratiques, l'usage de la cavalerie contre le peuple, les coups contre le peuple. Il n'y a qu'à regarder ce qu'on voit tous les jours à la télé, ces policiers en tenues de scaphandriers et avec plein de gadgets, en train de cogner, alpaguant les gens dans la rue et les extirpant (violemment) de leurs voitures. Ce sont les méthodes par lesquelles ils maintiennent ce système d'exploitation et d'injustice ; à travers cela et à travers les mensonges, à travers la disposition des médias à manipuler (l'opinion), face à un monde de plus en plus rebelle, car la tendance à une rébellion croissante est observée dans tous ces pays en raison des mesures anti-populaires qu'ils prennent. Ce même système est celui qu'ils veulent implanter dans le monde, et c'est pourquoi ils ont tant de haine contre la révolution cubaine. » Fidel Castro, Discours à l'occasion du 35e anniversaire de la campagne d'alphabétisation Lazaro Pena, 22 décembre 1996


« [Clinton] prétend que notre ministère de l'Intérieur doit disparaître. Personne ne sait qui s'occupera de ceux qui seront tentés de voler quelque chose, quel type de policiers, s'il veut les remplacer par des forces de l'ordre comme celles de Miami. Pouvez-vous imaginer des policiers (cubains) comme ceux de Miami ?

Ah, il dit qu'il faut avoir un sens de l'ordre, oui. Ces scaphandres de cosmonautes dont ils harnachent leurs forces de police ne suffiront pas, car la police ressemble à des cosmonautes chez eux : nous les voyons à la télévision, surarmés de casques, de boucliers, de matraques, de gaz lacrymogène, de canons à eau, et toute la journée, on voit des nuages de fumée monter au ciel. Et cela arrive même en Europe, ne croyez pas que ce n'est qu'en Amérique latine : ils utilisent des chevaux contre le peuple, des forces anti-émeute contre le peuple. De tels phénomènes sont inconnus à Cuba. » Fidel Castro, Discours durant le Congrès Pedagogia 97, le 7 février 1997


« Sans le socialisme, chaque citoyen n'aurait pas le même droit de recevoir gratuitement des services d'éducation et de santé, quel qu'en soit le prix, et sans que personne ne lui demande quelles sont ses idées religieuses ou politiques.

Sans le socialisme, nous n'aurions pas un pays sans drogues, sans maisons closes, sans casinos de jeu, sans crime organisé, sans disparus, sans escadrons de la mort, sans lynchages ou exécutions extrajudiciaires.

Sans le socialisme, les familles cubaines ne pourraient pas voir leurs enfants grandir en bonne santé, éduqués, préparés, sans craindre que quelqu'un les incite à la drogue ou au vice, ou qu'ils ne meurent dans leurs écoles aux mains de leurs propres camarades de classe.

Sans le socialisme, Cuba ne serait pas, comme c'est le cas aujourd'hui, la barrière la plus solide de l'hémisphère contre le trafic de drogue, au profit même de la société nord-américaine.

Sans le socialisme, Cuba ne serait pas un pays où la répression et les violences policières sont inconnues depuis 42 ans, alors qu'elles sont si courantes en Europe et dans d'autres endroits où les voitures anti-émeute, des hommes avec d'étranges scaphandres qui semblent débarquer d'une autre planète armés de boucliers, de matraques, de balles en caoutchouc, de gaz lacrymogènes, d gaz poivré ou d'autres moyens, attaquent la population.

Les Occidentaux ont du mal à comprendre pourquoi rien de semblable ne se produit à Cuba. Ils n'ont même pas la moindre idée de ce que l'unité, la conscience politique, la solidarité, le désintérêt et l'altruisme, le patriotisme, les valeurs morales et les engagements émanant de l'éducation et de la culture peuvent apporter à la société humaine, ni de toute la justice qu'une vraie révolution apporte.

Sans le socialisme, des centaines de milliers de Cubains n'auraient pas effectué de missions internationalistes, notre patrie n'aurait pas pu apporter un seul grain de sable dans la lutte contre le colonialisme en Afrique, et leurs enfants n'auraient pas versé une seule goutte de leur sang en combattant les forces réputées invincibles du système honteux de l'apartheid, du racisme et du fascisme [Cuba a participé militairement à la guerre de Libération de l'Angola, combattant les troupes sud-africaines et contribuant à la fin du régime d'Apartheid]. » Fidel Castro, Discours lors de la commémoration du 40e anniversaire de l'annonce du caractère socialiste de la Révolution cubaine, le 16 avril 2001.


« Lorsqu'ils voient leurs modèles économiques s'effondrer comme un château de cartes, de nombreux dirigeants deviennent abjects dans leur comportement.

Les manifestations populaires sont réprimées avec une violence inégalée. Les gaz lacrymogènes, les hommes traînés dans les rues, la brutalité avec laquelle les forces de l'ordre frappent les gens, armés de boucliers, revêtus des pieds à la tête de sortes de scaphandres étranges et de vêtements qui leur donnent l'air d'avoir récemment débarqué d'une planète lointaine, constituent les méthodes avec lesquelles ils défendent la démocratie et les droits de l'homme des citoyens. De telles scènes n'ont jamais été vues dans notre pays. Jamais, depuis plus de quatre décennies, la force n'a été utilisée contre la population.

Le processus révolutionnaire est basé sur l'unité et la coopération les plus étroites de tous les peuples, un consensus sans précédent nulle part ailleurs, impossible à imaginer et même inconcevable dans une société d'exploiteurs et d'exploités. Un peuple cultivé et rebelle, composé de braves et de héros, comme le peuple cubain, ne peut pas être gouverné par la force, pas plus qu'il n'existe de force capable de le gouverner, car il est lui-même la force. Il ne se rebellerait jamais contre lui-même, car il est la révolution, il est le gouvernement, il est le pouvoir, qui, avec son courage, son intelligence et ses idées, a réussi à se défendre contre les agressions de l'empire le plus puissant qui ait jamais existé.

Un tel phénomène politique ne s'est jamais produit dans notre hémisphère. La force a toujours été utilisée par l'oligarchie et l'empire contre le peuple. » Fidel Castro, Discours de commémoration de la fête des travailleurs, 1er mai 2002.


« Les informations en provenance des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN, leurs complices, parlent de leurs méfaits. Les villes les plus importantes des États-Unis et d’Europe sont constamment le théâtre de véritables batailles de rue entre des manifestants et des policiers bien entraînés et bien nourris, équipés de véhicules blindés et de scaphandres, matraquant, attaquant à coups de pied et aux gaz [lacrymogènes] des femmes et des hommes, tordant les mains et les cous de jeunes et de vieux, commettant à la face du monde de lâches actions contre les droits et la vie des citoyens de leurs pays. Jusqu’à quand une pareille barbarie durera-t-elle ? » Fidel Castro, Le monde merveilleux du capitalisme, 1er avril 2012

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Tags : Police




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Hijack ... Hijack ... 23 juillet 16:28

    Respect et admiration totale à Fidel Castro, le Che + Chavez pour leur combat contre l’impérialisme, contre le colonialisme, pour leur peuple (pour les peuples concernant le Che) ... 

    Les cités sont certes des socialistes (dans le bon sens du terme) contrairement aux faux socialos notamment français ... qui n’ont de socialiste que le titre.

    D’ailleurs, les des dits socialistes français, par leur appellation ont piégé et continuent de piéger pas mal de jeunes. Mon exemple perso, pas politisé au début ... dès que j’entendais socialiste, ça me renvoyait au Che ou à Fidel ... Faire la part des choses n’est pas chose évidente pour des non politisés ... Plus tard, il faut faire table rase et tout revoir. Toute l’histoire du socialisme français (depuis Mitterrand) a tout fait, sauf du socialisme (peine de mort mise à part).

    A présent, les arnaques continuent ... cette fois avec les soi disant "insoumis" ...

    Mieux vaut juger les hommes sur leurs actions, sur leur moralité et honnêteté que sur leur soi disant idéologie qui ne veut plus rien dire. D’ailleurs, être de droite, de gauche, et jusqu’aux extrêmes, ça ne veut plus rien dire du tout : ce qui explique la mélasse dans laquelle les gens essaient de nager de nos jours ... que ce soit ici ou ailleurs.


    • vote
      Buk100 23 juillet 17:10

      @Hijack ... 

      "Toute l’histoire du socialisme français (depuis Mitterrand) " On peut remonter plus loin, au moins jusqu’à Guy Mollet ! 

      Sinon, on peut accorder à Mitterrand quelques réalisations "socialistes" au-delà de l’abolition de la peine de mort (qui n’est pas en soi une mesure socialiste, à mon sens..L’Eglise a toujours-certes parfois hypocritement-condamné la peine de mort, par exemple)  : réduction du temps de travail, ISF, radios libres, 5 ème semaine de congés payés, développement du milieu associatif, etc,..


    • 1 vote
      Hijack ... Hijack ... 23 juillet 19:07

      @Buk100

      Oui ... jusqu’à Guy Mollet ...

      Les plus gros avantages en faveur des travailleurs, ont été l’ouvre des communistes ...
      Les 35 h des socialistes ... perso, je ne suis pas convaincu de son bénéfice au final pour les travailleurs, car ils contribuent à mettre en difficulté les entreprises qui embaucheront moins, s’expatrieront plus ... Surtout, ça disqualifie la main-d’œuvre française de haut niveau _ ça condamne aussi bcp de Pme/Pmi et encore plus petites structures qui ne peuvent faire face à la concurrent mondiale . Si les 35h étaient appliquées partout dans le monde, ce serait un avantage certain ... mais si en France uniquement, ça la met à main face à la concurrence, surtout en plein mondialisme ... encore plus sous le dictat de l’U.E.

      J’ignorais que l’Église était contre la peine de mort, mais ça semble logique.


    • 1 vote
      Heimskringla2 Heimskringla2 24 juillet 07:01

      @Hijack ...

      C’est sur qu’avec des gens comme toi au pouvoir, on aurait beaucoup de parking et peu de voitures. 


    • 7 votes
      Hijack ... Hijack ... 24 juillet 12:40

      @Heimskringla2

      Bah ... si je te prends pas dans un ministère, tout ira bien ...
      .
      Mais rassure toi, si j’avais le pouvoir, il y aurait plus de campagne, moins de routes ... les voitures, tout comme les parkings, sont inutiles. Cela étant, j’ai la F1 et il y aurait de bons circuits. Si tu comprends pas ... c’est pas grave, car il y a peu de chances que je sois un jour au pouvoir, surtout, j’en aurai pas l’envie.


    • 1 vote
      Hijack ... Hijack ... 24 juillet 12:44

      Cela étant, j’aime la F1

      ...


    • vote
      Heimskringla2 Heimskringla2 26 juillet 10:03

      @Hijack ...

      "Cela étant, j’aime la F1" 

      Bah oui c’est toute la contradiction des gens de ton espèce. Moi j’adore le capitalisme point barre 


    • vote
      rita rita 24 juillet 10:42

      Fidel Castré..assassin de son peuple ??un dictateur sanguinaire !

      Encore l’histoire d’une petite bite complexée... smiley


      • 2 votes
        Hijack ... Hijack ... 24 juillet 12:42

        @rita

        Bravo ! Tu as bien appris ta leçon ... l’oncle Sam te remercie_ t’as un bon point virtuel.


      • vote
        rita rita 25 juillet 09:30

        @Hijack ...Dès que l’on montre un connard de dictateur, faut que les cons sortent du bois ?
         smiley


      • 1 vote
        Gollum Gollum 25 juillet 09:31

        @rita

        Ben tu viens de sortir. smiley


      • vote
        rita rita 25 juillet 09:59

        @Gollum...Encore un étranger qui ne parle pas Français ?


      • 1 vote
        Hijack ... Hijack ... 25 juillet 13:20

        @GolluM

        Pour une fois, tu me prends les mots de la bouche !


      • 6 votes
        Hijack ... Hijack ... 25 juillet 13:26

        Marrant ça ... y’a des gens qui se forcent à pas réfléchir et je finis par les comprendre : à quoi ça sert de réfléchir s’il suffit juste répéter ce que l’on nous répète depuis tjrs ? Du très haut niveau.

        Machin ... dictateur, truc chouette sanguinaire ...

        malgré que la majorité de leur population les soutient.

        Il y a des tops : antisémite, complotiste, conspirationniste, négationniste ... j’en passe ...  smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès