• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Interview de Jeremy Corbyn : l’alternative des BRICS, paix mondiale et (...)

Interview de Jeremy Corbyn : l’alternative des BRICS, paix mondiale et Glass-Steagall

Le député travailliste Jeremy Corbyn, représentant de la gauche historique et favori de la course à la direction du parti britannique, fait trembler Tony Blair et l’establishment londonien.

 

 

Opposant résolu au bellicisme de l’OTAN, à la monarchie anglaise dont il veut réduire le pouvoir et à l’austérité européenne, Corbyn s’intéresse aux BRICS et prône la mise en place d’une séparation stricte des banques de type Glass-Steagall. C’est sans doute pourquoi les médias se dépensent tellement à lui chercher des poux dans la tête.

 

Afin de permettre à l’opinion publique mondiale de découvrir « le vrai Corbyn », les amis de Lyndon LaRouche en Australie du Citizen Electoral Council (CEC), l’ont invité à participer à une conférence à Melbourne en Australie sur le thème du nouveau paradigme que nous offre l’initiative des BRICS.

 

A part Corbyn, d’autres députés britanniques ont fait des contributions à la conférence, notamment l’ancien ministre travailliste de l’environnement, le député Michael Meacher.

 

Corbyn n’a pas pu faire le déplacement à Melbourne mais a accordé le 20 mars 2015 l’entretien vidéo suivant (en anglais) comme contribution à l’évènement qui a eu lieu le 29 mars.

 

Solidarité & Progrès, en exclusivité, a doublé en français cet entretien à mettre entre toutes les mains.

 

Tags : Economie Politique International Angleterre Banques Finance BRICS




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • vote
    eQzez eQzez 2 septembre 2015 10:22

    interessant ce type, enfin un politicien integre


    • 3 votes
      Lisa Sion Lisa Sion 2 septembre 2015 10:25

      Solidarité et progrès affichent leur ambition réellement pacifique et mondiale. Merci à vous. Monsieur Corbin insiste sur l’enjeu primordial que le privé exerce sur le public, enfin on peut dire contre le public. Le public est l’équipe qui marque les buts que laisse passer le président, le privé étend derrière lui un filet virtuel derrière lequel un nouveau ballon devient à vendre...A la fin de la partie tout le monde paye pour la passoire que le privé encourage avidement. Le Glass Steagall, c’est la fin de la partie pour ceux qui truquent les règles du jeu à leur profit absolu et infini, je dis " oui ".


      • vote
        eQzez eQzez 2 septembre 2015 10:31

        @Lisa Sion
        Glass Steagall , c’est separer les banques de depot et les banques speculatives ou d’affaires, donc ils continueront leur trucages, sans jouer au poker avec notre epargne, nos salaires, nos acquis sociaux ...


      • vote
        eQzez eQzez 2 septembre 2015 10:33

        @eQzez
        regarde la serie secret state, 4 episodes , je ne vais pas te spoiler mais il s’agit d’une serie sur les manigances des politiciens , banquiers et l’utilisation des attentats.


      • 2 votes
        coinfinger 2 septembre 2015 16:31

        C’est une heureuse surprise pour moi de découvrir que méme au parti travailliste Anglais , il existe encore des dirigeants non corrompus . Je comprends mieux l’affolement de l’establishement à l’idée de le voir à la téte du parti , ainsi que celui de Tony Blair .
        Ce serait la fin de l’ére dite libérale ! ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

remilebrun


Voir ses articles







Palmarès