• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Déclaration d’Indépendance du Web

La Déclaration d’Indépendance du Web

"Avec le sens de la disproportion qui me caractérise, j'ai écrit un texte dont j'espère qu'il sera un des nombreux moyens qui nous permettront de nous défendre. Si vous le trouvez utile, j'espère que vous le diffuserez aussi largement que possible. Vous pouvez en retirer ma signature si vous le souhaitez, car je n'accorde aucune importance au fait qu'on m'attribue ou non sa paternité. Vraiment aucune.

Mais j'espère que ce cri se fera entendre à travers tout le cyberspace, qu'il croîtra, qu'il se clonera, qu'il mutera jusqu'à ce que son volume égale celui de l'idiotie qu'on vient de nous infliger."

 

Déclaration d’Indépendance du Cyberespace :

 

1/ Gouvernements du monde industriel, vous, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du Cyberespace, la nouvelle demeure de l’esprit.
Au nom de l’avenir, je vous demande, à vous qui êtes du passé, de nous laisser en paix. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous.
Vous n’avez aucun droit de souveraineté sur le territoire où nous nous rassemblons. Nous n’avons pas de gouvernement élu et nous ne sommes pas près d’en avoir. Aussi je m’adresse à vous avec la seule autorité que donne la Liberté lorsqu’elle s’exprime.


2/ Je déclare que l’espace social global que nous construisons est indépendant par nature de la tyrannie que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez pas le droit moral de nous gouverner, pas plus que vous ne disposez de moyens de contrainte dont nous devrions craindre.


3/ Les gouvernements tirent leur pouvoir légitime du consentement des gouvernés. Vous ne l’avez pas demandé et nous ne vous l’avons pas donné. Vous n’avez pas été conviés ...


4/ Vous ne nous connaissez pas et vous ignorez tout de notre monde. Le Cyberespace ne se situe pas à l’intérieur de vos frontières.
Ne croyez pas que vous puissiez diriger sa construction, comme s’il s’agissait de simples travaux publics. Vous ne le pouvez pas. C’est un phénomène naturel et il se développe grâce à nos actions collectives.


5/ Vous n’avez pas pris part à notre grand débat collectif, et vous n’avez pas créé la richesse de nos marchés.
Vous ne connaissez ni notre culture, ni notre éthique, ni les codes non écrits qui font déjà de notre société un monde plus ordonné que celui que vous pourriez obtenir, quelques soient les règles que vous imposeriez.


6/ Vous prétendez qu’il existe chez nous des problèmes et qu’il est nécessaire que vous les régliez. Vous utilisez ce prétexte comme excuse pour envahir notre territoire.
Beaucoup de ces problèmes n’existent pas.
Lorsque de véritables conflits se produiront, lorsque des erreurs seront effectivement commises, nous les identifierons et nous les traiterons avec nos propres moyens.
Nous sommes en train d’établir notre propre contrat social.
Nous nous gouvernerons en fonction des conditions de notre monde et non du vôtre.
Notre monde est différent.


Le Cyberespace est constitué par des transactions, des relations, et par la pensée elle-même, déployée comme une onde stationnaire dans le réseau de nos communications.
Notre monde est à la fois partout et nulle part, mais il n’est pas là où vivent les corps.


7/ Nous sommes en train de créer un monde ouvert à tous, sans privilège ni préjugé qui dépende de la "race", du pouvoir économique, de la puissance militaire ou du lieu de naissance.


8/ Nous sommes en train de créer un monde où chacun, où qu’il soit, peut exprimer ses convictions, aussi singulières qu’elles puissent être, sans craindre d’être réduit au silence ou au conformisme.


9/ Vos notions juridiques de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement et de circonstance, ne s’appliquent pas à nous. Elles sont fondées sur la matière.


10/ Ici, il n’y a pas de matière. Nos identités n’ont pas de corps, ainsi, contrairement à vous, nous ne pouvons pas faire règner l’ordre par la contrainte physique.


11/ Nous croyons que c’est à travers l’éthique, l’intérêt individuel éclairé et le bien collectif, qu’émergera la conduite de notre communauté. Nos identités sont probablement réparties à travers un grand nombre de vos juridictions.
La seule loi que toutes les cultures qui nous constituent s’accordent à reconnaître est la règle d’or de l’éthique.
Nous espérons que nous serons capables d’élaborer nos solutions particulières sur cette base. Mais nous ne pouvons pas accepter les solutions que vous vous efforcez d’imposer.
Aux États-Unis, vous venez de créer une loi sur la réforme des télécommunications, qui viole votre Constitution, et insulte les rêves de Jefferson, Washington, Mill, Madison, Tocqueville et Brandeis.


C’est à travers nous que ces rêves doivent désormais renaître.


12/ Vous êtes terrifiés par vos propres enfants car ils sont nés dans un monde où vous serez à jamais des immigrés.
Comme vous avez peur d’eux, vous confiez à vos bureaucraties, la responsabilité parentale, que vous ne voulez pas exercer, par lâcheté.
Dans notre monde, tous les sentiments et toutes les expressions de l’Humanité,
des plus vils aux plus angéliques, font partie d’un ensemble inséparable, l’échange global informatique.
Nous ne pouvons pas séparer l’air qui asphyxie de l’air qui permet de voler en battant des ailes.


13/ En Chine, en Allemagne, en France, en Russie, à Singapour, en Italie et aux États-Unis, vous essayez de repousser|le virus de la Liberté en érigeant des postes de garde aux frontières du Cyberespace.
Peut être pourront-ils vous préserver de la contagion quelques temps, mais ils n’auront aucune efficacité dans un monde qui sera bientôt couvert de médias informatiques.


14/ Vos industries de l’information toujours plus obsolètes, voudraient se perpétuer en proposant des lois, en Amérique et ailleurs, en confisquant à leur profit jusqu’à la parole elle-même, partout à travers le globe.
Ces lois veulent transformer les idées en produit industriel, sans plus de noblesse qu’un morceau de fonte.


Dans notre monde, tout ce que l’esprit humain est capable de créer peut être reproduit et diffusé à l’infini sans que cela ne coûte rien.
La transmission globale de la pensée n’a plus besoin de vos usines pour s’accomplir.
Ces mesures toujours plus hostiles et colonialistes nous mettent dans une situation identique à celle qu’ont connue autrefois les amoureux de la Liberté et de l’autodétermination, qui ont dû rejeter l’autorité de pouvoirs distants et mal informés.
Nous déclarons que nos identités virtuelles ne sont pas soumises à votre souveraineté, quand bien même nous continuons à tolérer votre domination sur nos corps.


Nous allons nous répandre sur toute la planète, afin que personne ne puisse arrêter nos idées.


15/ Nous allons créer une civilisation de l’esprit dans le Cyberespace.


Puisse-t-elle être plus humaine et plus juste que le monde que vos gouvernements ont créé auparavant.


 John Perry Barlow, le 8 février 1996.

Tags : High-tech Construction Européenne Constitution européenne ONU Information et Médias Internet Société Google Education Recherche Humanitaire Haut-débit Histoire Catastrophe Télévision Informatique Skype P2P Web 2.0 Telecom Démocratie Activisme Elections DADVSI Censure Désinformation Médias Institutions Destabilisation International Science et techno Témoignage Parti Pirate Présidence Sarkozy Windows UMP Manifestation Terrorisme Guerre Liberté d’expression Wikileaks OTAN Violence Les Indignés Facebook Réseaux sociaux Occupy ACTA




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Lisa Sion Lisa SIon 18 février 2012 15:02

    Bonjour JPB,

    de savoir que ce texte a quinze ans, et que le pouvoir n’a toujours pas compris le sens de la roue du temps qui tourne et écrase l’ancien sous son poids me rassure un peu.
    De savoir que le commerce et sa pub racoleurs comme deux vieilles putes usées et grossièrement déguisés se fatiguent les griffes comme un chat derrière une vitre, ça me rassure.
    De savoir que tous les légiférants baissent leur froc face à la mafia financière avant de se tourner et se pencher vers les petits abonnés qui mériteraient tout gratuit payé par abonnement redistribué par licence globale me rassure.
    De savoir qu’une société idéale ne nécessite plus que de subtils ajustements pour suivre une ligne parfaitement droite sur une mer d’huile immaculée, là où le pouvoir actuel réforme à tout va à grands coups de lois scélérates, immatures et stériles m’amuse.
    En temps que spectateur d’un manège aussi ruineux mais paradoxalement impuissant et administrativement habile en cafouillage me réjouis du spectacle.

    Beau texte et bien sur, il faut séparer l’internet de l’État ! http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=il%20faut%20s%C3%A9parer%20l%27internet%20de%20l%E2%80%99%C3%A9tat&source=web&cd=1&ved=0CC4QFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.agoravox.fr%2Fculture-loisirs%2Fculture%2Farticle%2Fil-faut-separer-l-internet-et-l-67887&ei=8q4_T43MK6ie0QWT3fWODw&usg=AFQjCNEyvSiF1FQDdc0oiDS4B2vKUyItZQ&cad=rja


    • 3 votes
      Hijack ... Hijack 18 février 2012 22:15

      On ne peut qu’être d’accord avec cette proclamation de libertés !!!


      • vote
        robert biloute 19 février 2012 03:02

        Question : je trouve ce discours beau, et en bonne partie pertinent. Mais quid de la déclaration "nous n’avons plus besoin de vous, producteurs industriels d’un autre âge" ? Le cyberspace remet certes beaucoup de choses en cause, il est un outil potentiellement incroyablement puissant, il peut offrir à tout le monde une autonomie sans précédent. Certes.. mais il repose toujours physiquement sur des circuits nanométriques de silicium et d’éléments rares et purs, chose qui demande, jusqu’à preuve du contraire, un réseau industriel productiviste, high-tech, gourmand en ressources (financières & autres), pour que le prix d’achat permettent effectivement à tout le monde de pouvoir en profiter.

        Qu’en pensez-vous ?


        • 1 vote
          Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 19 février 2012 12:42
          D’accord avec tout sauf avec la faute de grammaire dans la traduction.
          "pas plus que vous ne disposez de moyens de contrainte (dont) que nous devrions craindre"
          Ce concept de déclaration d’indépendance est très intéressant. Le Cyberspace est en quelque sorte la Nouvelle Amérique. Les Etats-Unis sont le vieux monde sec et pourri qui refuse d’entrer dans l’ère nouvelle. Mais une vague arrive sur la terre depuis les vastes espaces de l’Infini !

          • 1 vote
            vava 21 février 2012 21:56

            REVOLUTION.NET CA COMMENCE !!!

            Enfin un monde ou nous pouvons encore ne pas etres des marchandises...

            Que chacun ecrive sa declaration d’independance,j’adhere a toutes...

            Oui JPB "une civilisation de l’esprit dans le cyberespace"..

            EH Billoute,SI on vivaient dans un monde libre,je serais heureux d’allez le piocher ton silcium pour que t’ai un putain d’ordi.Faire ca pour un frere que je connais meme pas:rien de plus bandant...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès