• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La télé, cet instrument d’abêtissement de masse

La télé, cet instrument d’abêtissement de masse

La France libérale de Macron s’enfonce dans la crétinerie collective. Les chaînes de télé privées et la télé publique diffusent des programmes qui atteignent des sommets de médiocrité, voire d’imbécillité. Que sont devenues les émissions intelligentes de naguère ? 

Tags : Télévision




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • vote
    Jaba Jaba 6 août 12:56

    Salut !

    Embauchez moi comme président de la télévision publique. Je vous réorganise ca plus ou moins comme ca : "Tout ceux qui payent la taxe a l’audiovisuel public ont une voix, les contributeurs". 


    Gestionnaires et techniciens salariés, utile ou obligatoires, payé 5% de plus que la moyenne pour faire bonne figure. Je partage l’activité métier en trois secteurs, avec un relativement stricte cloisonnement.

    En gros :

    1/ Une part de temps aux meilleurs heures, identifié par un bandeau "France Télévision", santé publique, élection, vie publique et parlementaire, jugements, déclaration diplomatiques..." Ainsi que la direction de la chaine a l’occasion.

    => Étatique, le journal officiel en version vidéo, tout ce qui vient de l’état.

    2/ Unes part de temps éparpillé identifié par un bandeau pour la "Promotion payante", émissions sponsorisés, publicité, présentations d’entreprises et villes. Vous pouvez faire passer votre village, mais par le comité de lecture, ou en casquant. 

    => Libéral, géré par un picsou, sa "censure", n’interdisant pas de tenter le comité.

    3/ Une majorité de temps "sans marquage", occupé par du contenu proposé au comité de lecture, qui s’exprime pour des raisons pratique par un site web, sur les quels tout les efforts de transparence et d’open data sont faits.

    => Démocratique ouvert a tous, en pratique beaucoup de blanc et le règne des habitués le plus souvent, et de temps en temps ruée de millions d’excités pour faire censurer ou faire publier un truc qui passionne les foules.

    Deux trois détails :

    Ce qui est refusé reste disponible et indexé dans une poubelle sur la version web, pour la science, le pot de miel, pour une ébauche de "droit a publier" (sur la porte des toilettes a titre expérimental) sans commentaires ni suivit de consultation ou notes, pas référencé, et très casse-couille pour rechercher.

    Tout ce petit monde dois bien sur respecter les bonne pratiques de la presse qui se perdent, les erratum, les sources, les droit de réponse, la sensibilité des alliés étrangers... L’équilibre difficile entre secret défense/d’affaire, et devoir d’alerte, obligation de dénonciation. La recherche de la vérité et 80.000 contributeurs qui vote pour une émission sur un complot débile.

    Tout ce petit monde dois respecter les limites de la liberté d’expression, c’est a dire "parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté". Pour "ne pas censurer totalement" du "très contestable" majoritaire, On peut fixer une durée d’intervention annuelle pour tout le monde, très faible, en dessous de la jurisprudence "usage, et non abus". Ou on peu abuser du -18, et l’appliquer un peu abusivement a de l’extrême, du sale.


    Bhhha,J’irais pas jusqu’au projet de réforme clef en main, mais c’est une contribution !

    ++



    • 2 votes
      Pierre Régnier 6 août 14:29

      Merci Verdi.

      Il y a déjà plus de 30 ans que Jean-Jacques Ledos, Jean-Pierre Jézéquel et moi-même avons publié LE GÂCHIS AUDIOVISUEL aux Éditions Ouvrières (devenues Éditions de l’Atelier en 1993).


      • 2 votes
        sls0 sls0 6 août 21:55

        On a pas les mêmes critères, c’est en 87 que j’ai arrêté la télé.

        La radio c’est avec le départ de Daniel Mermet.
        Je suis parti de France en 2012, il ne me restait plus que le monde diplo pour m’informer d’une façon traditionnelle.
        De temps en temps le canard enchainé tout en sachant qu’il fermait les yeux sur certains sujets.

        • vote
          Giordano-Bruno 7 août 11:41

          Naguère ? J’ai arrêté la télé il y a à peu près 25 ans, et il n’y avait déjà à peu près aucune émission intelligente à l’époque. Y aurait-il eu une remontée du niveau entre-temps ? J’en doute.


          • 2 votes
            Yakaa Yakaa 7 août 15:24
            Faut arrêter de pleurnicher sur la télé, les médas, les crétins qui regardent, les cons, les beaufs, les bobos, bref toujours de la faute des autres, c’est tellement plus facile...

            Personne n’a de pistolet sur la tempe pour être forcé de regarder ou d’écouter.
            Que faisons nous à notre niveau, dans notre monde intérieur, dans nos pensées, dans notre vie et nos actions et nos rapports aux autres afin de rendre cette vie meilleurs et ce monde plus beau ?

            Le changement et "la révolution" commencent maintenant et en nous.



            • vote
              Pierre Régnier 7 août 15:48

              @Yakaa

              Ce ne sera certes pas une solution miracle mais pour "rendre cette vie meilleure et ce monde plus beau" il faudra refaire une télévision et une radio de service public.

              J’écoutais ce midi sur France Inter le Débat de midi. Ce n’est pas ce qu’il y a de pire mais j’ai entendu un participant nous expliquer que, pour que nous soyons bien protégés contre les possibles dangereuses dérives des robots il faudra que cette protection devienne "commercialement exigeable" car alors "les entreprises auront intérêt à mettre au point de telles protections".



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Verdi

Verdi
Voir ses articles







Palmarès