• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lorsqu’un journaliste de Libération ramenait son esclave sexuel de 10 ans à (...)

Lorsqu’un journaliste de Libération ramenait son esclave sexuel de 10 ans à la rédaction

En 2009, Franck Demules racontait dans son livre "Un petit tour en enfer" comment, entre 1977 et 1986, de ses 10 à ses 18 ans, il a été abusé par Christian Hennion, alors journaliste à Libération.

Francis Bergeron revient sur les années glauques du journal Libé' :

Source : La gauche pédocriminelle ou les ogres du camp du bien ! - Le Zoom - Francis Bergeron - TVL

Tags : France Enfance Scandale Journalisme Pédocriminalité




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Clocel Clocel 10 mars 13:51

    Savez c’est quoi votre problème ?

    Z’êtes pas "moderne"...


    • 8 votes
      Super Cochon Super Cochon 10 mars 14:55


      SCANDALE - en Allemagne , la pédophilie était organisée par l’Etat ! .
      Pendant plus de 30 ans , les autorités berlinoises ont confié des enfants à des pédophiles !



      A partir des années 1970, à Berlin, la garde d’enfants sans-abri a été confiée – avec la bénédiction des autorités – à des pédophiles. Un rapport montre l’implication d’universitaires respectés et d’hommes politiques dans le réseau.


      Il est des victimes pour lesquelles l’on ne s’indigne pas, ou si peu. Peut-être parce que l’horreur de ce qui leur est arrivé est trop grande que, par un mécanisme de défense, on préfère ne pas la voir. Parce que la regarder en face bouleverserait sans l’ombre d’un doute la vision du monde dans lequel nous vivons.

      Les victimes du « projet Kentler » sont de celles-là. A partir des années 1970 en Allemagne, dans la foulée de la révolution sexuelle, le professeur de psychologie Helmut Kentler (1928-2008) a mis en place ce qu’il considérait comme une « expérience ». Il a fait placer des enfants sans-abri de Berlin-Ouest sous la garde de pédophiles, avec pour hypothèse que ces hommes seraient des parents particulièrement aimants. Et que leur pédophilie in fine aurait des « conséquences positives » sur le développement des enfants. Durant sa carrière, Helmut Kentler, qui occupait un poste important au centre de recherche pédagogique de Berlin, était une personnalité reconnue du monde de la psychologie, faisant part régulièrement de son expertise dans des rapports au Sénat de Berlin. Il a par ailleurs écrit un ouvrage – devenu un best-seller – sur la « libération sexuelle », dont l’une des thèses défend les rapports sexuels entre adultes et enfants, les présentant comme inoffensifs.


      Bénédiction des autorités

      Après les témoignages de plusieurs victimes, des chercheurs de l’université de Hildesheim ont mené sur le sujet une vaste étude dont ils viennent de publier les résultats. Elle a notamment permis d’établir que le programme d’Helmut Kentler a perduré plus de 30 ans durant, avec la bénédiction des autorités berlinoises. Les services de protection de l’enfance de Berlin aussi bien que le Sénat ont non seulement fermé les yeux sur ces activités, mais les ont même approuvées. Comble du cynisme, certains des parents d’accueil bénéficiaient d’une aide sociale pour leur activité.


      Cette enquête démontre donc qu’il existait un « réseau » entre les établissements d’enseignement, le bureau de la protection de la jeunesse et le Sénat de Berlin, dans lequel la pédophilie était « acceptée, soutenue, défendue », selon le même rapport. A titre d’exemple, le rapport explique comment un certain Fritz H., dont le casier judiciaire était lourd de cas de maltraitance d’enfants, a pu violer au moins neuf enfants qui lui avaient été confiés dans le cadre de ce programme. En dépit de signes avant-coureurs particulièrement inquiétants, les responsables de la protection de la jeunesse de Berlin l’ont systématiquement choisi comme parent d’accueil, lui confiant des enfants âgés pour certains de six ou sept ans.


      Le profil des parents d’accueil fait par ailleurs froid dans le dos, plusieurs d’entre eux étant des universitaires respectés. Des responsables de l’Institut Max Planck, de l’Université libre de Berlin et de la célèbre école Odenwald de Hesse, en Allemagne de l’Ouest (qui a été au centre d’un scandale pédophile majeur il y a quelques années), étaient ainsi partie prenante au réseau. Des hommes politiques sont également cités dans le rapport comme ayant eu « une main » dans l’affaire  : trois anciens sénateurs sociaux-démocrates (SPD), Carl-Heinz Evers, Kurt Neubauer, et Kurt Exner.


      " Ils ne voulaient qu’aucun nom ne soit cité. Et ils ont atteint leur objectif. Ils ont défendu le système "


      Voilà qui explique sûrement la réticence des autorités, et particulièrement du Sénat berlinois, à faire toute la lumière sur cette affaire dont l’ampleur véritable est à l’heure actuelle inconnue puisqu’on ignore le nombre de victimes. « Au sous-sol du bâtiment administratif de l’éducation, il y a environ 1 000 dossiers qui n’ont pas pu être traités », a incidemment fait savoir Wolfgang Schröer, membre de l’équipe de recherche à Hildesheim lors de la présentation du rapport.

      Les révélations de cette étude ont été qualifiées de « choquantes et horribles » par la sénatrice de Berlin à la jeunesse et à l’enfance, Sandra Scheeres (SPD), qui a assuré que le gouvernement allait entamer des « discussions sur des compensations financières » pour les victimes, même si le délai de prescription est dépassé pour certains de ces crimes. Elle s’est cependant gardée de faire tout commentaire sur les 1 000 documents évoqués par Wolfgang Schröer, ou encore sur l’implication présumée de membres de son parti politique dans le réseau. Pour Marco et Sven, deux victimes du « programme » qui poursuivent en justice le gouvernement berlinois, les promesses du Sénat viennent trop tard et sont bien trop peu. Cités par Deutsche Welle, ils notent qu’un homme présumé clé du réseau, l’ancien responsable d’un bureau d’aide à la jeunesse, est toujours en vie. Pourtant, il n’y a jamais eu d’enquête : « Ils ne voulaient qu’aucun nom ne soit cité. Et ils ont atteint leur objectif. Ils ont défendu le système. »

      https://francais.rt.com/international/76126-pendant-plus-30-ans-autorites-confie-enfants-pedophiles

    • 8 votes
      Super Cochon Super Cochon 10 mars 14:56

      .
      .
      Vidéo IMPORTANTE ! ........ à télécharger !
      .
      .
      Quand la police anglaise étouffe les affaires de Pédophilie organisée ....... L’inspecteur John Wedger lanceur d’alerte témoigne des crimes à grande échelle des réseaux pédophile en Grande Bretagne qui sont volontairement étouffé par l’État .
      .
      .

      VIDEO — 32 minutes
      .
      https://www.youtube.com/watch?v=8HnjXgT9F7E&feature=emb_title

      .
      .
      .


    • 8 votes
      Super Cochon Super Cochon 10 mars 14:57

      .
      .

      " Le Syndrome des Faux souvenirs " ....... Une théorie inventée par le Pédophile Ralph Underwager !

      .
      .

      Ralph Underwager à été accusé de violences sexuelles par sa propre fille et défendait publiquement les thèses pédocriminelles , appelant les pédophiles à affirmer fièrement et courageusement leurs choix !
      .
      .

      Ralph Underwager , ex directeur de l’Institute for Psychological Therapies du Minesota (USA) , était régulièrement appelé à témoigner dans les tribunaux où il attaquait systématiquement la crédibilité des personnes faisant des accusations d’abus sexuels. En 1993, il est venu témoigner en France, à Aix en Provence, pour défendre les membres de la secte "La Famille" (ex Enfants de Dieu) mis en examen pour "proxénétisme aggravé, violence volontaire sur mineurs, séquestration et corruption de mineurs" . Les 22 membres de la secte ont tous été acquittés en partie grâce à Underwager.

      .

      C’est Ralph Underwager qui est le fondateur officiel de la False Memory Syndrome Fondation, la FMSF (fondation pour le syndrome des faux souvenirs). Cette fondation, qui n’a rien d’une organisation scientifique compétente en matière de psychiatrie, est régulièrement appelée à la rescousse dans les dossiers de pédocriminalité impliquant des mémoires traumatiques , notamment liées aux abus rituels sataniques . Lorsque Underwager et d’autres membres fondateurs de la FMSF ont été eux-mêmes mis sous le coup d’accusations de pédophilie , Underwager a rapidement été poussé à la démission pour être remplacé par Pamela Freyd, se disant elle-même victime des fausses accusations d’abus sexuels que sa fille, Jennifer J. Frey, porte contre elle et son mari. Sa fille, professeur de psychologie à l’Université d’Oregon a publiquement accusé ses parents lors d’une conférence intitulé "Controversies around Recovered Memories of Incest et Ritualistic Abuse" (controverse autour des mémoires retrouvées d’inceste et d’abus rituels). Une conférence donnée en août 1993 à Ann Arbor dans le Michigan (USA) . La mère s’est alors tournée vers le psychiatre Harold Lief (membre du conseil d’administration de la FMSF) pour poser un diagnostic sur les "troubles" de sa fille : selon ce psychiatre, les couples hétérosexuels ne violent pas leurs enfants et les mémoires refoulées dans les cas d’abus sexuels n’existent pas, l’affaire est close...

      .

      En 1995 , lors d’une conférence de thérapeutes regroupés dans la "Society for the Investigation, Treatment and Prevention of Ritual and Cult Abuse" (société pour l’étude, le traitement et la prévention des abus rituels et sectaires), Walter Bowart (l’auteur du livre "Operation Mind Control") a déclaré que la FMSF, tous ces gens qui travaillent à faire passer les mémoires traumatiques, dissociatives, pour de "faux souvenirs", était une création de la CIA visant à discréditer et désinformer le milieu de la santé mentale, et qu’elle servait principalement à faire taire les victimes des expériences gouvernementales de contrôle mental.

      .
      .
      http://mk-polis2.eklablog.com/syndrome-des-faux-souvenirs-p646525


    • 1 vote
      alanhorus alanhorus 10 mars 15:02

      https://www.youtube.com/watch?v=gq744Rg53jA Franck Demules, l’assistant de Carla Bruni se confie

      https://www.youtube.com/watch?v=TXE3ae5z4Ms HYPNOSE se libérer de l’emprise d’autrui, se sevrer d’une dépendance affective (son 360° - ASMR)




          • vote
            sls0 sls0 10 mars 19:56

            @Hijack ...
            Une faute avouée est à moitié pardonné.
            Ils ont fait la chasse en 1995, il y a 35 ans.
            La prescription pour le coupable est de 20 quand c’est sur mineur mais peut monter à 30 ans comme dans ce cas ci, on peut parler de viol vu l’âge.
            35 ans c’est plus que 30 ans.

            Pour les deux autres vous avez des liens pour les articles les défendant ?


          • 3 votes
            Hijack ... Hijack ... 10 mars 20:51

            @sls0

            Sauf que perso, je ne juge pas les faits par rapport à la loi, mais par rapport à la morale.
            Ne les connaissant pas, ça reste dans le domaine des forums ; je ne suis ni juge, ni justicier. Cela étant, tout peut se pardonner ... cela dépend de qui il s’agit et comment il se repentit.


          • 1 vote
            sls0 sls0 10 mars 22:49

            @Hijack ...
            Ben moi la loi me sert de repère, c’est aussi un étalon de la morale de l’époque.
            A l’époque grecque ceux qui faisaient les lois s’enfilaient de jeunes éphèbes.
            Dans les années 80 je me suis retrouvé au commissariat parce que j’avais dit à un premier adjoint au maire qu’il devait être sourd et aveugle pour ne pas voir qu’une gamine de 13 ans se faisait plotter à poil par les invités dans le jardin d’à coté. 
            Ce n’étais pas la gamine qui les intéressait mais la diffamation d’un notable. Voilà la morale de l’époque.

            Il y a eu un avant et un après Dutrout. Il y a eu un Dutrout parce que des gamines sont mortes de faim après avoir été enlevées. La disparition des gamines avait déjà émue la Belgique, avec leur mort de faim due à un pédophile ça été l’explosion plus que compréhensible.

            Pour ce qui est du repenti de libération l’article que j’ai mis en lien ça y ressemble assez bien et les personnes encore vivantes de l’époque s’excusent.
            35 ans c’est presque deux générations, 35 ans c’est le grand nettoyage mais les faits c’est encore plus loin au dessus du temps de carrière de journaliste.
            On repproche une non dénonciation au libération actuel. C’est la même chose que dénoncer l’armée allemande des années 90 pour Oradour sur Glane.
            C’est dans cet esprit là que je parle du temps qui passe. Dans les années 90 il y avait peu être encore des responsables pour Oradour mais l’armée allemande des années 90 n’était pas responsable.

            Je ne lis pas libération, ils ont peut être écrit ou vont écrire quelque chose sur les ultracathos ou l’ultra-droite. On salit le messager pour en atténuer le message. L’outil habituel de l’ultra-droite ou les ultracathos pour salir c’est la pédophilie, ça touche l’émotionnel c’est efficace.


          • 12 votes
            joelim joelim 10 mars 23:53

            En résumé SLS0 est très doué pour excuser les sympathies pédophiliques.
            Avec un peu d’Oradour sur Glane car l’antifa d’opérette a besoin de parler des crimes nazis même de façon incidente, ça purifie l’esprit c’est tout propre dedans. Le but est l’impression fallacieuse d’être du côté du bien, alors que le vivier des collabos était essentiellement la gauche socialiste de l’époque. C’est tout le gauchisme ça.


          • 1 vote
            Alain Melon Alain Melon 11 mars 00:06

            @sls0
            La pédophilie est un phénomène marginal, j’ai fait toute ma scolarité en Bretagne chez les curés de 1960 à 1972 et je n’ai jamais constaté de pédophilie, ni entendu parler d’histoires de ce genre, je ne savais même pas que ça existait, voila


          • 2 votes
            Hijack ... Hijack ... 11 mars 00:14

            @sls0

            La loi sert de repère, à condition qu’elle soit bien utilisée, par des gens de bonne conscience. Combien de juges, combien d’hommes de loi, dont le job est de juger les autres, font partie des plus grandes pourritures ? (Pas tous bien sûr, mais pas mal quand même). Voilà pourquoi, la loi ... tout dépend qui l’applique.

            La pédophilie, si les jeunes (notamment les garçons) règlent le problème immédiatement, ils n’en garderont aucune séquelle s’il n’y a pas eu un vrai viol physique. Pour les filles, c’est plus difficile. Les pédo sont des malades, mais mieux vaut être assez hard avec. Si la victime l’exprime haut et fort, souvent le pédo disparaît.

            À l’époque (autour des années 80), ne pouvant lire aucun autre journal qui me semblaient très cons, Libé au moins avaient de très bonnes plumes, bcp d’humour etc ... n’attachant que très peu d’importance aux petits faits divers. La politique, je ne m’y suis mis que plus tard et j’ai lâché Libé dès que j’avais compris leur jeu ... époque où je commençais à me dire que la gauche n’avait de gauche que le nom.


          • vote
            sls0 sls0 11 mars 10:33

            @Hijack ...
            Les victimes se sentent coupables et en plus elles risquent dans leur tête de briser une harmonie familiale.
            Il faut déculpabiliser à tout prix donc nommer et punir le coupable.
            Si on prend assez tôt la force qui fait peur et si possible pas la force qui fait mal est salutaire. Les pédophiles sont souvent assez veules, le voir tel qu’il est libère la victime. Pris assez tôt ça ne fait pas trop de dégâts. Vivre avec cette culpabilité sans être coupable détruit une personne. Ca va du rejet de ce corps coupable de l’attirance à une vie sexuelle plus que débridée.

            Pour ce qui est de libération ça été la même chose pour moi. J’ai vu la gauche se liquéfier, se transformer rapidement. Le monde ouvrier disparaitre des radars.
            10 ans au paravant du 99% de grévistes se voyait, fin des années 80 30-40% c’était bien.
            Maintenant que j’y repense, incroyable la rapidité du renoncement. Oui un renoncement, plus de branches auxquelles s’accrocher.


          • 1 vote
            sls0 sls0 11 mars 12:10

            @Alain Melon
            A l’époque c’était assez invisible.
            On parlait pas de pédophilie, on disait de ne pas aller avec Jérôme dans les bois*.
            En général ça restait sous les radars.
            Avant Dutrout les victimes restaient invisibles, normalement je n’aurais pas dû les voir non plus.
            Sauf que j’avais un pote assistant social qui était au courant de certaines choses, il avait une collège psychiatre qui avait parlé de la culpabilité et de la manière de s’en défaire.

            Certaines actions style para** se sont su, les victimes avaient des branches auxquelles s’accrocher à qui parler. Le caché devient visible, pour les victimes pouvoir en parler ça fait déjà beaucoup de bien.

            Avant l’affaire Dutrout les victimes vivaient avec leurs problèmes, les témoins ne voulaient pas de problèmes, pour les autorités c’était une histoire à problème. Bref pas de problème si on en parle pas.

            Voilà pourquoi c’était non visible.
            L’affaire Dutrout a permis aux victimes de se libérer si elles voulaient.
            Joe c’est suicidé, il prenait son boulot trop à coeur.
            La psy la dernière fois que je l’ai vu c’est en 91 je crois, elle râlait contre l’accueil déplorable des victimes fait par les flics qui amplifiaient les dégâts.
            Ensuite j’ai déménagé à 450km, ça re-disparu des radars.

            *c’est 10-15 ans après que j’ai appris par ma mère que 3-4 copains d’école primaire avait appris à tailler des pipes avec Jérôme ainsi que des jeux champêtres à poils dans les blés.
            **les gendarmes en général ont une plus grande tolérance vis à vis des excès de para ou légionnaire, quand on leur sort insulte au drapeau ou insulte à la légion, il s’installe comme un esprit de corps qui les rend plus tolérants. Surtout ils ont pas envie de se faire chier avec des gens considérés comme un peu branques.


          • 4 votes
            Conférençovore Conférençovore 11 mars 12:27

            @sslow
            "A l’époque c’était assez invisible."

            Ah la belle époque, pas vrai mon gros ? smiley

            "Joe c’est suicidé, il prenait son boulot trop à coeur."

            Sacré Joe. Avec Titi, Rico et Bébert, on en reparle encore de ce bon vieux Joe... A propos, comment vont Luc et Pedro et Sylviane ? Ca fait longtemps qu’on a pas eu de nouvelles.

            "Ensuite j’ai déménagé à 450km, ça re-disparu des radars."

            Bizarre quand même... avant que le sslow déboule, ça se passe bien, puis quand il emménage, ça déménage, et quand il déménage, étonnamment les choses re-rentrent dans l’ordre (si je puis me permettre cette expression). 

            Sinon, passionnantes ces histoires de para, légionnaires, psys... on s’y croivrait presque. 


          • vote
            sls0 sls0 11 mars 14:06

            @Conférençovore
            Il a toujours pas avalé que j’ai écrit que les xénophobes c’étaient des froussards, il ne peut pas s’empécher d’attaquer le p’tit roquet.
            Ben oui, t’es un froussard, toute cette haine de l’autre n’est due qu’à ta frousse.

            xénos, « étranger » et phobos, « rejet, peur »


          • 5 votes
            Tchakpoum Tchakpoum 11 mars 14:23

            @sls0

            Ah, il est mordu le ChienChien ? Ça fait mal à moi je, j’ai, j’ai vu, j’ai fait, je sais, de voir ses vanités exposées aussi crûment ? C’est pénible pour le papy célibataire qui s’emmerde de sa liberté dans son super meublé ?
            Ta vie ne consiste qu’à te torcher des autres, c’est seulement ici que tu le découvres ?


          • 2 votes
            Conférençovore Conférençovore 11 mars 16:06

            "dans son super meublé ?"

            Ah non, là M. Tchakpoum je suis au regret de formuler ma désapprobation catégorique face à la méchanceté de cette ironie totalement hors de propos. Il s’agit tout de même d’un meublé à 350 € ! Un peu de respect merde !


          • 7 votes
            Hijack ... Hijack ... 11 mars 19:46

            @sls0

            Cette théorie qui veut que les victimes se sentent coupable ... est une expression de leur impuissance à n’avoir pas su, pas pu se défendre.

            Le monde ouvrier que j’ai longtemps soutenu, m’a fait douter du bien fondé de leur appartenance à la gauche. Bcp n’avaient de gauche, non pas leur comportement, leurs pensées, mais plutôt que la gauche les défendait (ou soi disant).


          • 1 vote
            Clorocoquine Clorocoquine 11 mars 20:48

            @Hijack ...
            "En voilà un beau, défendu par Libé !"

            -> Il y a comme un petit air de famille avec le baron Harkonnen de Dune. On pourrait se demander lequel a inspiré l’autre.
            https://pbs.twimg.com/media/EhfLQJzWAAEDB9G.jpg
            https://www.youtube.com/watch?v=seRyZeLamAE


          • 5 votes
            Hijack ... Hijack ... 12 mars 11:25

            @Clorocoquine

            Lol ! J’hésite, ça demande réflexion ...


          • vote
            Scalpa Scalpa 10 mars 18:43

            Haine c’est un verbe, vous hainiez nous hainions hénir attaché au baudet.


            • vote
              sls0 sls0 10 mars 20:04

              Tiens j’en profite d’avoir Nigari sous la main pour poser une question.

              C’est quoi cette histoire entre Gérard Fauré et wanted pedo ?

              Soit disant d’après Fauré que Wanted pedo profiterait de son statut pour récupérer des victimes pour les remettre dans le circuit.

              Bon, entre Fauré et wanted pédo c’est le concours pour celui qui affabule le plus mais Fauré a gagné tout ses procès en diffamation, on est en droit de se poser des questions.


              • 1 vote
                louis 11 mars 21:35

                @sls0
                Dans ce milieu , les plus zélés montent plus rapidement dans la hiérarchie .




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles


Publicité





Palmarès