• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Micro-trottoir au rassemblement contre le Franc CFA

Micro-trottoir au rassemblement contre le Franc CFA

Ce samedi 16 septembre 2017, nous nous sommes rendus à la journée de mobilisation contre le Franc CFA organisée dans plusieurs villes en Afrique, en Europe et aux Antilles, à l’initiative de plusieurs associations dont Urgences Panafricanistes.

La présence de Kemi Seba était initialement prévue à Dakar, mais son expulsion récente vers la France lui aura fialement permis d’être présent à Paris, aux côtés notamment de l’économiste Nicolas Agbohou, auteurs du livre « Le Franc CFA et l’Euro contre Afrique ».

Grâce à notre désormais traditionnel micro-trottoir, nous avons interrogé, sur leurs motivations, les citoyens venus à cette journée de mobilisation, qui s’est tenue à Villeneuve-la-Garenne, près de Paris, avec une affluence impressionnante.

Raphaël Berland, pour le Cercle des Volontaires

Tags : France Afrique Monnaie



Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 5 votes
    Sarka Stik 18 septembre 09:40

    Et c’est quoi l’alternative, manioc ou cacao ?


    • 3 votes
      Cercle des Volontaires Cercle des Volontaires 18 septembre 15:07

      @Sarka Stik
      Dis donc, t’as pas inventé la poudre, pour faire des blagues racistes aussi bas du front...

      Au cas où le sujet t’intéresse réellement (j’en doute, mais d’autres personnes liront ces commentaires), voici une conférence intitulée :

      « Quelles alternatives au Franc CFA ? »

      http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/11/08/videos-de-conference-alternatives-franc-cfa/


    • 1 vote
      wendigo wendigo 18 septembre 18:37

      @Cercle des Volontaires

       Vous connaissez le principe de la monnaie au moins avant de vous exprimer de la sorte ?
      Les fèves ont été une véritable monnaie et au moins celles ci ont une réelle valeur !
      Croire que des billets ont une valeur ou le faire croire est une grave atteinte à l’intelligence humaine, je vous rappelle que fut un temps s’étaient les boutons d’uniforme qui avait valeur face à la monnaie papier d’un certain Law, que toutes les monnaies du monde sont passées par des stade de fèves, coquillages et même baton à compter.
      Maintenant de nos jours c’est assez facile de contredire ses détracteurs par un "facho", ou un "raciste" ; mais cela est surtout une révélation.
      SVP instruisez vous et vérifiez bien que ce que vous défendez n’est pas une autre arnaque, comme les banques savent en monter !


    • 1 vote
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 18 septembre 19:31

      @Cercle des Volontaires
      Agoravox est infesté par une bande de gros racistes sans vergogne ... Saches-le l’ami !


    • vote
      geedorah 18 septembre 20:47

      @Cercle des Volontaires
      c’était probablement sarkastik, mais ça volait plus bas que les paquerettes ...


    • 1 vote
      yoananda yoananda 18 septembre 09:52

      Moi je suis contre le franc CFA.
       
      Le problème, je crois (vu de loin, je peux me tromper) c’est ce sont les africains eux même qui veulent ce franc CFA, et ce sont les africains eux même qui veulent que l’armée française mette de l’ordre dans leur pays ...
       
      Moi je préférerais que la France ne s’en occupe pas.
      Le problème, si j’ai bien compris, c’est que si c’est pas nous, ça sera les arabes, les chinois, ou je ne sais qui, et ça risque de ne pas être beaucoup mieux. Et les africains le savent je pense.
       
      Le mieux serait que les africains eux même s’occupent de leurs nations. Mais le veulent-ils seulement ? en sont-ils capable ? [oui je sais, c’est pas politiquement correct comme question, mais tout le monde sait qu’elle se pose]


      • 1 vote
        Cercle des Volontaires Cercle des Volontaires 18 septembre 15:12

        @yoananda
        Les africains eux-mêmes ne veulent pas plus du Franc CFA que nous ne voulons de l’Euro. Je dirais même qu’ils rejettent encore plus fermement le Franc CFA que nous ne rejetons l’Euro. Alors, bien sûr, tous les africains ne pensent pas pareil, de même que nous ne pensons pas tous pareil.

        Concernant l’armée, c’est une mauvaise manière à mon sens d’étudier la question. Par exemple, concernant l’intervention française au Mali, si les populations maliennes étaient favorables à cette intervention (on l’a vu à la télé), ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui (mais ça, on ne l’a pas vu à la télé).

        Ne pas oublier, sur ces questions, la force de la propagande sur l’opinion publique.

        Le problème des anciennes colonies françaises, c’est que depuis la France y diffuse une influence prépondérante. Ce n’est pas un hasard, pas plus qu’une volonté populaire africaine, que ces pays ne disposent pas d’une réelle armée. Ce n’est pas du tout un manque de moyens, mais bien une volonté de la France, qui souhaite ainsi pouvoir continuer à "faire et défaire" les présidents de ces pays (les "préfets de la France") en intervenant parfois directement et militairement.


      • 1 vote
        asinus 18 septembre 17:46

         ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui


        ben ta raison ducon alors que mon fils et ma nièce rentre , comme ça les salafistes
        pourrons recommencer a découper du malien , parce que on a bien compris que ça n’est pas les milliers de maliens cul bien au chaud en France qui créerons un bataillon
        pour défendre leur frères !
        l’Afrique au Africains et tout de suite ouste ! 

        • vote
          geedorah 18 septembre 21:09

          supprimer le franc cfa c’est bien, mettre au pouvoir des personnes qui taferait pour leur pays et non pas pour leur gueule ce serait bien aussi ... des gens comme sankara, mais pour ça il faudrait que la france ait un dirigeant qui accompagne ces pays et non pas qui fasse la pluie et le beau temps... à coup de militaires... c’est censé être le continent le plus riche de la planète, au lieu de ça c’est la misère pour la plupart des gens :’(


          • 3 votes
            Qiroreur Qiroreur 20 septembre 12:42

            @geedorah

            Il est vrai que dés qu’il y a eut des vrais hommes d’état comme Sankara ou Lumumba et qu’ils se sont faits dessoudés mais ton post traduit bien ce qui va suivre : "il faudrait que la France ait un dirigeant qui accompagne..." : en gros tu considères qu’ils sont incapables d’y arriver seuls, certains te répondraient que c’est du paternalisme post-colonial. Pourtant si on regarde bien au-delà de la question monétaire, les pays africains (pas tous non plus et à des degrés différents) cumulent plusieurs difficultés : 

            - D’abord leurs pays sont des découpages artificiels (chez nous aussi, mais il y a une base historique autrement plus solide) faisant fi de la dimension ethnique. Il est très compliqué pour ne pas dire impossible, de développer un sentiment national quand on se définit avant tout comme membre d’une ethnie. Cela explique aussi les difficultés à mettre en place une armée. Un colonel français qui a cherché pendant des années à développer une armée dans plusieurs pays a fini par conclure que c’était quasi impossible : la structure de l’Etat, l’administration, les Etats-majors, tout cela ne repose sur rien de solide, à savoir surtout des hommes qui défendent avant tout l’intérêt de leur clan. Il n’y a pas d’Histoire commune à défendre, pas d’idéal ni unité (au-delà du match de foot contre le pays voisin). L’absence de discipline, l’absence de respect d’une autorité parce que l’officier est d’une autre ethnie, etc. rendent un tel projet quasiment impossible. On peut même se satisfaire qu’il y ait un manque de moyens matériels, autrement il se passerait ce qu’il se passe dans d’autres pays : l’armée et le clan qui la dirigerait s’en servirait dans ses propres intérêts ou seraient influencés par des puissances extérieures pour des intérêts éco ou géopo. 

            - Si on fait une comparaison, rien que dans des petites communes, en occident, nous avons des organisations, des commissions qui se réunissent pour tout : gérer l’assainissement, l’énergie, la voirie, le transport... nous avons un cadastre (pas toujours à jour mais il existe), des normes pour tout, des lois (et des dizaines de codes juridiques pour tout ou presque) ultra-détaillées qui régissent les moindres aspects de la vie en société. Tout cela a pris des siècles. Il y a la même chose dans les pays d’Asie du Nord-est. Là on en est à espérer que des pays qui n’ont pas cette culture puissent l’adopter en quelques décennies. 

            - Ce qui manque à l’Afrique c’est surtout le capital humain (ingénieurs, scientifiques, professionnels dans tous les secteurs, chefs d’entreprises, professeurs... de gens qui sont capables de voir plus loin que leur intérêt immédiat). Certains pays développent une culture de l’éducation mais ils partent de très loin et sont dans l’état de la France il y a un siècle où 95% de la population n’allait même pas au secondaire, et quand je dis un siècle c’est plutôt deux ou trois, car même au 18e (et bien avant encore) il y avait déjà un droit complexe en place, des corporations, toutes sortes d’organisations pour régir au mieux l’existence des populations. Tout cela ne s’improvise pas, et l’accès direct à la modernité n’y change rien. Les villes chinoises, japonaises ou coréennes étaient déjà très structurées depuis des siècles avant que la modernité ne les transforme. Et pourtant un pays comme le Japon n’a pas de ressources... alors comment expliquer autrement que par les capacités de la population elle-même, le tissu social, leur capacité à s’organiser, former des générations d’ingé, etc., qu’ils aient pu parvenir en si peu de temps à devenir la 3ième puissance éco mondiale à la fin du 20e ? Les Africains n’ont pas ce capital humain, ce qui ne signifie pas que cette situation sera éternelle mais c’est la réalité d’aujourd’hui. 

            Quand Sarko disait que l’homme Africain n’était pas encore rentré dans le 21ième siècle, ça avait fait scandale... mais d’aucuns diraient qu’il s’est juste trompé de siècle. Alors certes, le Franc CFA n’est pas une bonne chose pour ces pays, mais ils ont pour certains un tel retard dans d’autres domaines que penser qu’en le supprimant tout va miraculeusement s’améliorer est utopique. 

            Quant à ce micro-trottoir... il est hélas très représentatif d’une partie de la population française qui se sent plus autre chose (africaine ici, mais ça marche avec d’autres continents) que française. Le monsieur Antillais se sent plus proche d’un Sénégalais que d’un habitant du Cantal... c’est une réalité de la France de 2017, ce n’est pas jugement, juste un constat.


          • vote
            Babac 20 septembre 15:04

            @geedorah
            Sankara, c’était l’époque où même les politiques français se faisaient flinguer.


          • 1 vote
            simplesanstete 20 septembre 11:12

            Africains go home, dehors la sous France et le ressentiment ! Vive Kemi Seba !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès