• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Olivier Delamarche : l’Etat vend ses bijoux de famille
#41 des Tendances

Olivier Delamarche : l’Etat vend ses bijoux de famille

ENTRETIEN (RAPIDE ^^) AVEC OLIVIER DELAMARCHE

ACTIVER LES CONTENUS PAYANTS ET SUPPRIMER LA PUB : https://planetes360.fr/nos-offres/

👇 PLUS D'INFOS 👇

► QUI EST OLIVIER DELAMARCHE ?

Olivier Delamarche a débuté sa carrière aux côtés de Jean Borjeix, en qualité d’analyste chez PINATTON.
Il a ensuite assuré des fonctions de sales et trader fonds propres chez PINATTON puis chez WARGNY et enfin chez LEVEN.
Il crée la Sicav PLATINIUM France en 2004 et la société de gestion PLATINIUM Gestion en 2005 avec Jean BORJEIX.
Il s’occupe aujourd’hui de la stratégie chez PLATINIUM Gestion et tient une chronique hebdomadaire sur BFM Business.

😼 QUI EST MICKAEL FONDATEUR DE PLANETES360 ?

Citoyen engagé pour l'accès à l'information ! Passionné d'histoire, d'économie et de géopolitique. Fondateur de News360x de 2013 à 2016, et fondateur en 2016 de Planetes360

► € FAIRE UN DON $ : https://planetes360.fr/faire-un-don/

👍 RESTONS CONNECTES : 

► SITE : https://planetes360.fr/
► FACEBOOK : https://www.facebook.com/Planetes360/
► TWITTER : https://twitter.com/Planetes360
► YOUTUBE : https://www.youtube.com/channel/UC5a1vcRZdoI1qIRRdQoEX6g
► INSTAGRAM : https://www.instagram.com/planetes360/

✊ Garder l'esprit OUVERT

Tags : Economie Politique Entreprises Olivier Delamarche Emmanuel Macron



Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • 5 votes
    Pyrathome Pyrathome 12 octobre 14:19

    tient une chronique hebdomadaire sur BFM Business.

    .
    Et non, plus maintenant, on lui a expressément signifié que ses idées étaient contraire à la ligne éditoriale du torchon de propagande à Drahi, donc plus invité ou censuré si on veut parler plus clairement.....( d’autres aussi, Berruyer, Sapir, Béchade, Sabatier....)
    On ne transige pas chez les Eurolâtres néo-libéraux mondialistes avec la liberté d’expression...
    L’expression, c’est un vrai marché ! 
    Si tu as de l’argent tu l’achètes sinon tu fermes ta gueule.... 

    • 4 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 12 octobre 22:27

      Qu’ils soient de droite ou de gauche, il y a une constance dans la politique de Chirac, Balladur, Juppé, Jospin, Raffarin, De Villepin, Sarkozy, Hollande et Macron. Tous ces types vendent nos bijoux de famille avec une régularité et une constance dans le temps qui n’étonnera plus personne ... en voici quelques exemples :
       
      Chirac privatisa en partie Saint-Gobain, la CGE, Havas, TF1 et Suez ainsi que les banques Paribas, BTP, BIMP, CCF, et Société Générale. Il cède la Compagnie générale de constructions téléphoniques (CGCT) et la Mutuelle générale française. En 1988, c’est la privatisation partielle de Matra et la mutualisation de la Caisse nationale de Crédit agricole.
       
      Crédit local de France, la BNP, Rhône-Poulenc, Elf-Aquitaine, les assureurs UAP et AGF, la Seita, Usinor-Sacilor, Total, Renault, Bull ou Péchiney.
       
      France Telecom, de Thomson-CSF, Air France ou Eramet ainsi que des banques CIC, Société marseillaise de crédit et Crédit lyonnais. Les assureurs Gan et CNP
       
      Privatisation du motoriste aéronautique Snecma (no1 mondial), qui fusionne avec la Sagem pour former le groupe Safran. Privatisation des sociétés d’autoroutes SANEF, SAPRR et ASF. Il cède de nouvelles parts de France Télécom, passant sous la barre symbolique des 50 %, et lance l’ouverture du capital d’EDF et GDF.
       
      Sous celle de François Hollande, en juin 2013, le ministère des Finances retient Vinci et l’assureur Predica (groupe Crédit Agricole) pour reprendre les 9,5 % du capital d’Aéroports de Paris.
       
      En mars 2016, l’Etat lance la privatisation partielle des aéroports de Nice et Lyon pour 1,7 milliard d’euros, après avoir cédé la moitié de ses parts dans celui de Toulouse à un consortium chinois, pour 300 millions d’euros.
       
      Entre 2013 et 2016, l’Etat cède à plusieurs reprises des parts de Safran, passant de quelque 30 % à 14 % du capital.


      • 2 votes
        bob14 bob14 13 octobre 06:56

        Alstom n’est plus compétitif depuis des dizaines d’années...


        • 1 vote
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 13 octobre 18:01

          @bob14 :
          Je ne pense pas que la finance internationale et General Electric achètent du non-compétitif ... Pour comprendre les enjeux, il faut rappeler quelques faits. Le marché mondial de la production d’électricité, des turbines, est dominé par quatre entreprises : Siemens, Mitsubishi, General Electric et Alstom.

          Le groupe français Alstom détient 20 % du parc mondial des turbines à vapeur. Il est numéro un pour les centrales à charbon et hydrauliques. Alstom Grid, spécialisé dans le transport de l’électricité, est également un des leaders mondiaux. Mais c’est dans le nucléaire qu’Alstom était devenu un acteur incontournable. Avec 178 turbines installées, il couvre 30 % du parc nucléaire mondial. Ses nouvelles turbines, Arabelle sont considérées comme les plus fiables du monde et assurent 60 ans de cycle de vie aux centrales nucléaires. Arabelle équipe les futurs EPR. Mais Alstom a également des contrats avec Rosatom en Russie et avec la Chine pour la livraison de quatre turbines de 1000 MW. Alstom, faut-il le rappeler, assure la maintenance de l’îlot nucléaire des 58 centrales françaises.


        • 2 votes
          zygzornifle zygzornifle 13 octobre 08:44

          on vend les bijoux avec la famille .....


          • 2 votes
            Eric_F 13 octobre 14:29

            L’exemple le plus représentatif de la déroute industrielle française est la disparition des entreprises issues du groupe CGE (Compagnie Générale d’Electricité), qui comptait dans les années 80 une centaine d’établissements de recherche et de production, et plus de 200 000 salariés. Rebaptisé Alcatel Alsthom du nom des principales filiales (mais il y avait aussi Cegelec et d’autres branches), il a été démantelé au début des années 2000 avec notamment la revente d’Alsthom pour acheter quelques start up étasuniennes parfois fantomatiques.
            Au milieu des années 2000, Alcatel s’est allié avec l’américain Lucent, l’un et l’autre devenus déficitaires après avoir été le ou l’un des plus grands équipementiers télécom du monde.
            Le scénario est souvent le même : au début de la mondialisation explosions des ventes à l’export, puis les grands pays client (Chine, Inde...) ont exigé une "implantation locale" de production puis de R&D, et enfin le savoir-faire a été repris par des entreprises locales , notamment Huawei en téléphonie, devenues ensuite exportatrices et prépondérantes dans le secteur. Alcatel a été récemment racheté par Nokia et est en cours de disparition, et Alst[h]om a été mis à la découpe, la partie ferroviaire a été émiettée entre Général Electric et Siemens, la partie maritime désormais sous contrôle de Fincantieri, etc.
            Fin d’un joyau industriel français, leader il y a vingt ans dans ses domaines de compétences.


            • vote
              le Crocodile 14 octobre 12:44

              L´état ne vend RIEN du tout . Il brade , il fourgue , il sème à tous vents nos bijoux de famille .Nous sommes dirigés par des mafieux qui s´en mettent plein les poches et qui se foutent de la France et des français comme de leurs première paire de chaussettes .



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès