• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pierre-Yves Rougeyron : L’affaire George Floyd tombe à pic

Pierre-Yves Rougeyron : L’affaire George Floyd tombe à pic

Pierre-Yves Rougeyron revient sur les circonstances de la mort de George Floyd et ses répercussions sur la vie publique américaine.

Pour aller plus loin...

Stéphane Edouard : "Je suis noir et je ne suis PAS George Floyd"

Qui était George Floyd et que penser des émeutes qui ont suivi sa mort tragique ? Stéphane Edouard formule un avis à contre-courant sur le mouvement #BLM

CONTEXTE

- La population américaine est lourdement armée (plus de 300 millions d'armes à feu en circulation, 1 par habitant en moyenne)

- beaucoup de flics sont d'ex-voyous (il ne faut pas avoir un casier vierge alors qu'en France si), et en ont les réflexes

- avec la police US il est exigé de toi une coopération immédiate, il n'y a aucune tolérance au blabla "mais mr l'agent" contrairement à chez nous. Le blabla est interprété comme une insoumission à l'autorité et entraîne quasi systématiquement rétorsion physique

- les communautés sont circonscrites géographiquement à un niveau dont vous n'avez pas idée. Il se trouve que je connais un peu la Houston des années 90. C'est tellement ancré dans les mentalités que vous en venez vous même "remarquer les intrusions". Et au sein de ces circonscriptions, d'autres circonscriptions, celles des gangs

- cette "logique" a été résumée dans d'innombrables films "gangsta" dont "menace II society" et "boyz in the hood" avec lesquels j'ai grandi, dans lesquels la menace principale n'est pas tellement de mourir d'un flic que de mourir d'un autre noir ou de passer toute leur vie en prison (rappel : les noirs aux US c'est 20% de la pop mais 40% des prisonniers)

- les afro américains, dans leur immense majorité, font tout pour s'identifier à des semi-délinquants même après avoir réussi

GEORGES FLOYD

- grandit à Third ward Houston

- balèse (1m80 à 12 ans, 2m à l'âge adulte), il tente plusieurs mini carrières sportives et est relativement apprécié de ses coachs, avant de les abandonner les unes après les autres. Sur le terrain il se lie d'amitié avec Stephen Jackson, qui finira en NBA (Indiana Pacers)

- ensuite c'est une longue liste de condamnations, qui n'empêche pas sa petite amie de le qualifie "d'ange envoyé sur terre", condamnations dont il est impossible de trouver la liste en français ! Il est par contre très simple de trouver le casier du policier Derek Chauvin https://www.midilibre.fr/2020/06/03/le-lourd-passe-de-derek-chauvin-le-policier-accuse-de-la-mort-de-george-floyd,8915827.php (18 plaintes en 19 années de service qui lui auraient valu deux lettres de réprimande + des critiques de son ancienne employeur, ancienne propriétaire de discothèque, qui se souvient de Derek Chauvin comme d'un homme agressif, notamment envers les Afro-Américains. "Il frappait chaque personne qui était impliquée dans une bagarre au lieu de les arrêter. Et ensuite il appelait les renforts.")

- il faut consulter un journal étranger (https://www.dailymail.co.uk/news/article-8366533/George-Floyd-moved-Minneapolis-start-new-life-released-prison-Texas.html) pour trouver le casier de Goerges FLoyd et découvrir qu'il est long comme ma bite : 9 condamnations, 5 passages en prison, tous liés au vol (parfois à main armée) ou à la possession de drogue.

MA THÈSE

On se croit insensibilisé à la violence parce qu'on y est régulièrement exposé. Mais c'est un contre-sens : on est exposé à une *violence sans souffrance*, alors que là c'était une *souffrance sans violence*, et c'est ça qui est insupportable. C'est la logique de l'abattoir et de la peine de mort : on accepte le principe d'ôter la vie à des organismes vivants dans la mesure où l'on n'assiste pas à leur agonie. L'agonie est synonyme d'injustice : personne ne devrait agoniser. L'agonie nous fait toucher les fils et quand les fils se touchent, toute action de contextualisation, d'explication, de mise en perspective devient criminelle. C'est le brasier. La preuve ? Le continent qui souffre le plus, (la vraie souffrance, sans la violence spectaculaire d'Hollywood), c'est le seul qui n'a quasi pas manifesté. Et il s'appelle ? L'Afrique.

Tags : Etats-Unis Police Communautarisme George Floyd




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 2 votes
    thierry3468 23 juin 11:28

    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/06/20/george-floyd-n-a-pas-ete-tue-par-la-police-paul-craig-roberts/

    Et si cet article s’avérait véridique ......Le policier fut "jugé" avant que tous les éléments soient examinés .Cela en dit long sur l’exploitation odieuse de cette affaire .Un homme est mort et tout de suite,la police fut accusée d’avoir causée cette mort .


    • 11 votes
      Joe Chip Joe Chip 23 juin 12:18

      Oui l’intolérance au "blabla" a d’ailleurs causé des mauvaises surprises à des Français lors de passage aux Etats-Unis. Evidemment, l’attitude et la militarisation croissante de la police s’expliquent en partie par le fait que la population américaine est surarmée. Il faut aussi comprendre qu’il y a beaucoup plus de gens aux USA qu’en France qui vivent dans la marginalité, et que cette population, souvent livrée à elle-même, représente une véritable menace aux yeux de la population intégrée et possédante, donc en gros pour la classe moyenne blanche.

      Une sous-classe de citoyens de seconde zone et de rebuts du capitalisme errant dans les villes américaines comme une armée de zombies (d’où l’omniprésence des morts-vivants dans les films américains) qui suscite une anxiété et donc une très forte demande de protection de la part de la population socialement intégrée, avec une dimension géographique et territoriale omniprésente. Il y a des limites symboliques à ne pas franchir aux USA, des zones dans lesquelles il ne faut pas pénétrer quand on appartient à cette sous-classe de réprouvés (drogués en tout genre, souvent noirs, SDF, souvent blancs, malades mentaux...). Il y a des coins aux USA où il ne fait même pas bon marcher dans la rue car les gens intégrés sont censés circuler exclusivement en voiture. Nombre de SDF alcoolisés ou drogués se font ainsi abattre dans la rue par la police pour avoir "résisté" à une interpellation. Evidemment, là, peu s’en soucie car la plupart d’entre eux n’appartiennent pas à des minorités : les blancs pauvres sont exclus de leur communauté d’origine et souvent rejetés par leur famille, donc plus souvent isolés que les noirs et les latinos. Les marginaux blancs sont d’ailleurs désignés par le terme sans équivoque de "white trash", c’est à dire de "déchets blancs". Le discours hypocrite et ambigu sur les "privilèges blancs" est une opportunité incroyable pour la bourgeoisie blanche de se défausser à bon compte, au nom de la "vertu" antiraciste, de tout sentiment de responsabilité à l’égard de ces gens, indignes en quelque sorte de la couleur de leur peau. C’est d’ailleurs un discours qui a été élaboré par des blancs riches, pas par des noirs pauvres, ce qui devrait quand même faire réflléchir les "racisés" qui transcrivent ce discours en France, expliquant par exemple qu’il est bien pire aujourd’hui d’être "pauvre en banlieue" que pauvre dans les zones rurales, comme s’il y avait des pauvres méritoires et des pauvres non méritoires... vieille lubie américaine : trier le bon grain de l’ivraie, ne dispenser la charité qu’à ceux qui l’ont mérité. 

      Le rôle (non-dit) de la police américaine est donc de protéger certaines zones, un peu comme dans une zone de guerre, en filtrant la population et en faisant respecter certaines limites sociologiques invisibles. Un type qui est à la fois noir et marginal peut rapidement se mettre en danger en faisant du grabuge dans un quartier où il n’est pas censé se trouver. A l’inverse, la criminalité n’est pas ou peu réprimée dans les ghettos puisqu’il n’y a aucun bien valorisé à protéger dans ces quartiers. La police arrive en réalité avec les promoteurs immobiliers. 

      Durant l’épidémie de COVID, les Américains se sont précipités dans les armureries parce qu’ils avaient anticipé que des millions de gens allaient se retrouver au chômage et donc précipités dans le dénuement du jour au lendemain, faute d’assurance chômage et de "filet de protection social". Et donc devenir potentiellement dangereux.

      Expliquer la violence de la police américaine comme une simple manifestation du "suprémacisme blanc" est donc très réducteur et tend à occulter les causes profondément sociologiques de cette violence.


      • 1 vote
        ged252 23 juin 20:00

        @Joe Chip
        il y a beaucoup plus de gens aux USA qu’en France qui vivent dans la marginalité, et que cette population, souvent livrée à elle-même, représente une véritable menace aux yeux de la population intégrée et possédante, donc en gros pour la classe moyenne blanche.

        .
        Je trouve ça méprisant pour la "classe moyenne blanche américaine", dite : "des gens intégrés", dits : "des possédants" autant dire des capitalistes. (sous entendu : ils l’ont bien mérité)
        .
        Les : "white trash" sont des wasp, des chrétiens qui respectent le "ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse" ; Le danger n’est pas le même, même si quelques uns sont des malades mentaux..
        .
        Des blancs ne commettent pas ce genre d’acte totalement gratuit juste pour le plaisir de s’amuser.
        Du moins il n’y a pas de vidéos sur le net montrant cela de la part d’occidentaux : 
        https://twitter.com/JFNYC1/status/1275209270468972547


      • 1 vote
        ged252 23 juin 19:43

        Derek Chauvin comme d’un homme agressif, notamment envers les Afro-Américains. "Il frappait chaque personne qui était impliquée dans une bagarre au lieu de les arrêter.

        .

        En Afrique les policiers font la même chose.

        .

        A tout prendre, je préfère un Derek qui est conscient du danger et qui n’a pas peur de se fritter, à toutes les fiottes blanches qu’on a en France, incapable même de se défendre.


        • 3 votes
          ged252 23 juin 20:13

          Et puis il faut aussi regarder ce qui se passe en Afrique, patrie des noirs, par exemple au Congo : Brazza et Kinshasa, qui ne sont pourtant pas des pays particulièrement violents.

          .

          Ils ont des problèmes avec les Kulunas : les voyous, ou les "microbes" ; les délinquants mineurs, lorsqu’ils les attrapent ils passent un sale moment, ils se font tabasser, que ce soit par la police ou les locaux, 

          Il y a des tas de vidéo sur la net, tapez kuluna,

          Là-bas, ils sont entre noirs, il n’y a pas de blancs qu’ils peuvent accuser de racisme.

          .

          https://www.youtube.com/watch?v=selPEZG28h4

          https://www.youtube.com/watch?v=2r_OOC-NMao


          • 1 vote
            ged252 23 juin 20:21

            La population désapprouve totalement le comportement des Kulunas :
            https://www.youtube.com/watch?v=h7oJnq4wzfI


          • 2 votes
            ged252 23 juin 20:31

            @ged252
            des pays pas particulièrement violents.


             ;
            La preuve :

            https://www.youtube.com/watch?v=lWZfmDbf0bM


          • 2 votes
            Djam Djam 25 juin 14:50

            @ Bob34

            Il me semble bien que ce que vous appelez "votre thèse" n’est pas la vôtre...

            La thèse de l’insupportable agonie qui ferait que nous ne supporterions pas la mort d’autrui montrée publiquement vient de l’opportuniste Idriss Aberkane, qui l’a lui-même empruntée à quelqu’un qui a réfléchit sans pomper les théories des autres...

            Et ce n’est pas par hasard qu’Aberkane à rejoint inénarrable fine équipe Onfrayenne "Front Populaire" car Onfray n’a jamais pondu la moindre miette de pensée philosophique nouvelle mais vit de droits d’auteurs sur des centaines d’écrits par lesquels il passe son temps à critiquer et remettre en cause le travail de ceux qui ont osé proposer des approches nouvelles... pour le pire et le meilleur. 

            Onfray est un jouisseur hédoniste athée mais cosmiquement sensible smiley

            Tous ceux qui tombent à bras raccourcis sur les forces de l’ordre sont juste des flics ou des délinquants refoulés... Floyd est un instrument de grosse manipulation des foules et ça marche super bien sur les masses américaines et.... françaises dont le niveau de pensée est celui d’un bulot piqué aux amphétamines.


            • 1 vote
              Serge ULESKI Serge ULESKI 19 juillet 12:18

              Si les médias n’ont pas communiqué le casier de Floyd mais celui de flic blanc, c’est parce que toute l’année durant, ils font le contraire.

              Pour l’heure, les télés d’info en continue se savent plus comment nous faire croire qu’ils ne sont pas les premiers vecteurs de la parole raciste dans la société française...

              L’affaire ADAMA leur offre une occasion en or : nous le faire oublier...

              Mais que les lecteurs d’Agoravox, du moins 90% d’entre eux, se rassurent : BFM-TV (toute la rédaction), Cnews (avec zemmour et E Lévy), France Culture (finkielkraut) vont très vite se rattraper et faire amende honorable.

              ***


              En ce qui concerne ce Stéphane Edouard à qui l’on n’avait rien demandé et qui semble manifestement penser le contraire... 

              C’est sûr, c’est bien les habitants des quartiers qui dégradent leur environnement ...

              Mais prendre les effets pour les causes vous disqualifient quant à vos capacités à pouvoir comprendre et expliquer quoi que ce soit à quoi ce soit comme ce qui suit par exemple : qui fait quoi, à qui, où, comment, pourquoi et pour le compte de qui.


              • 1 vote
                Serge ULESKI Serge ULESKI 19 juillet 12:36

                Rougeyron a toujours eu beaucoup de mal.... 

                Laborieux car sans disposition particulière pour la com. 

                Des individus comme Rougeyron n’ont qu’une vie : la leur ; ils n’en connaissent pas d’autres. C"est la raison pour laquelle, ils sont assurés de passer à côté de celles des autres sans lesquelles, pourtant, il n’est pas possible de mettre toutes les chances de son côté afin de proposer les bonnes analyses et les bons diagnostics ; à moins d’être très doué, voire touché par la grâce : connaître en soi la douleur des autres et par conséquent, leur vécu. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Bob34

Bob34

Le bob.


Voir ses articles


Publicité





Palmarès