• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Poutine menace l’Ukraine et les "occidentaux" : les choses sérieuses n’ont (...)

Poutine menace l’Ukraine et les "occidentaux" : les choses sérieuses n’ont pas encore commencé ! Odessa prochain objectif sérieux ?



Poutine menace l'Ukraine

8 juil. 2022

LCI

Les forces russes continuent avec acharnement leur offensive pour tenter de conquérir la deuxième province du Donbass, celle de Donetsk, ce jeudi 7 juillet. Les civils ont continué d'évacuer la ville de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, prochain objectif et priorité des forces russes. Vladimir Poutine s'est montré une nouvelle fois menaçant envers les Occidentaux. TF1info fait le point avec vous sur la situation en Ukraine pendant ces 24 dernières heures.

Tags : Russie OTAN Vladimir Poutine Ukraine




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 9 juillet 22:17

    Plateau LCI au (presque) niveau de nos racailles fallacieuses, cad qu’on oublie rapidos la réalité de la menace nucléaire directe (dans une belligérance Russie/States)

    pour dire n’importe quoi ! Des racailles cravatées !

    Ces racailles cravatées,

    comme nos racailles ici présentes, font du sophisme de caniveau, cad du fallacieux semi-conscient, cad qu’elles ne maitrisent RIEN par elles-mêmes car possédées par des démons, entités omniprésentes en chaque FIN de KY ! Le Gollum, Troll du même genre, ne pouvait jadis s’empêcher de venir déposer ses cacas à chacune de mes publications, avant de s’exiler sur la pointe des pieds chez les "rouges" !

    Évidemment que pour ces deux types de racailles ces entités démoniaques ,n’existent pas, puisqu’elles ne peuvent exister... comme en a décidé la doxa qui les chevauche toutes deux, cad celle du camp du bien (en fait du progrès "sans fin" pour leur camp du bien,

    entre autres foutaises) qu’elles partagent en fait !

    Si j’avais besoin d’un exemple pour expliciter ma thèse sur la FIN du KY, je ne pourrais trouver RIEN de mieux que le constat de la manifestation de ces entités démoniaques

    partout : sur le plateau TV relativement loin de nous & sur Ago tout près...

    Gaffe quand même à tous ceux qui pactisent avec ces entités, en encourageant par exemple leur manifestation ici ou là, faisant d’eux-mêmes, ni plus, ni moins, que des maudits...

    A bon entendeur Salut !


    • 7 votes
      Gollum Gollum 10 juillet 08:34

      @Mao-Tsé-Toung

      avant de s’exiler sur la pointe des pieds chez les "rouges" !

      Salut ducon, je ne me suis pas exilé sur la pointe des pieds, je suis parti chez les rouges à cause de branquignolles dans ton genre qui ont sabordé Avox bleu, puis je suis aussi parti définitivement des rouges qui ont pris exactement la même pente savonneuse...

      Perte du qualitatif, un effet annexe du KY dont tu es un des plus beaux représentants, en essayant de te faire passer pour ce que tu n’es pas, un représentant de la caste sacerdotale dont tu es à des années lumière d’avoir ne serait ce qu’une once des attributs exigés pour cela.

      Un vieux fou qui radote, d’un narcissisme puant, bien incapable de pondre des crottes sur MES textes consacrés à Guénon et d’autres représentants du courant traditionaliste pour la bonne raison que tu te serais pris une déculottée mémorable...

      persuadé d’être élu parce que né un 4 juillet la date de l’indépendance américaine, alors que moi cette date me ferait rougir de honte, m’enfin passons...
      fier d’avoir été copain avec des truands, au lieu d’être fier d’avoir publié quoique ce soit de tangible ce qui aurait dû être le cas avec un QI de 160 MINI.. Mais non, rien, nada, peau d’zob... CQFD comme dirait l’autre. smiley

      Continue bien à te branler en public, sans pudeur ni honte aucune, sans aucun doute un effet secondaire de ton svadharma...

      Salut aux anciens. smiley (je ne compte pas revenir, c’était juste un défoulement passager)


    • vote
      Boris Boris 11 juillet 13:13

      @Gollum gollum dans la case !


    • 1 vote
      Conférençovore Conférençovore 12 juillet 05:21

      @Gollum
      "Salut ducon"

      Belle entrée en matière...
      Tout est résumé en deux mots. smiley


    • 10 votes
      hase hase 9 juillet 22:49

      C’est surtout que c’est insupportable de les écouter, leur ton, leur gueule sont insupportables ; ils sont forts de leur appartenance au parti, à l’élite du déclin. Tu parles d’un pedigree !


      • 8 votes
        juanyves juanyves 9 juillet 23:54

        Un cas typique de désinformation : sortir des mots de leur contexte pour leur faire dire quelque chose qui n’a rien à voir avec ce qui est dit. Et à partir de là développer du n’importe quoi avec des experts de plateau nul à chier.

        Le texte du discours traduit (vidéo originale sous titrée en anglais) :

        Aujourd’hui, nous entendons dire que l’Occident veut nous vaincre sur le champ de bataille. Eh bien, ce que je peux dire : essayez.
        Nous avons entendu que l’Ouest veut se battre avec nous "jusqu’au dernier ukrainien". C’est une tragédie pour le peuple ukrainien, mais cela semble être le cas.
        Tout le monde doit comprendre que, dans l’ensemble, nous n’avons pas encore commencé quelque chose de sérieux.
        En même temps, nous ne refusons pas non plus les négociations de paix, mais ceux qui refusent de négocier doivent savoir que plus ils attendent, plus il sera difficile de négocier avec nous.

        La menace vient des propos tenus par certains dirigeants occidentaux, par ex. Johnson, qui devraient être analysés de la même manière.

        Un jounalisme de merde qui prétends informer suivant des critères démocratiques afin de dispenser la vérité : hallucinant.
        On comprends très bien comme certains agoraviens ont le cerveau lessivé.


        • 2 votes
          Conférençovore Conférençovore 10 juillet 05:57

          Souvent, dans une phrase, ce qui précède le "mais" est négligeable.
          Quand Poutine dit "mais ceux qui refusent de négocier doivent savoir que plus ils attendent, plus il sera difficile de négocier avec nous.", son message est clair : soit l’Ukraine agressée et occupée par l’armée russe se soumet tout de suite et accepte les exigences de l’envahisseur (à savoir renoncer à une partie de son territoire et, pour le reste, devenir un vassal comme la Biélorussie), soit l’Ukraine sera soumise par la force et ce sera une "tragédie pour le peuple ukrainien". Comme si cela n’était pas déjà le cas... Le bilan actuel, ce sont des millions de personnes exilées, des dizaines de milliers de morts et de blessés, des centaines de milliers de logements détruits... Et ce bilan qui est déjà tragique en soi, pour Poutine et les débiles poutinolâtres du genre Juanigaud, ce n’est même pas "quelque chose de sérieux".

          Non, c’est anecdotique.
          Cet abruti qui prétend détenir "la vérité" copie-colle un extrait de discours qui est explicite mais nous explique que les menaces proférées par son idole ne viennent pas de lui. Son pb n’est pas d’avoir un "cerveau lessivé" mais de ne pas en avoir du tout.


        • 4 votes
          juanyves juanyves 10 juillet 11:44

          @rufus, @paroissien, @vatican, @youki
          Change ta couche et remonte ton bavoir avant de te faire virer une fois de plus et réapparaître encore avec la même couche dégueulasse, le bavoir de travers et la bave qui te dégouline du menton.
          Tu m’amuses déchet d’humanité.
          Merci de répondre à ma place à @Conférençovore, mais ce n’est pas mon style de baver un ramassis d’insultes, sauf pour ta sénilité préoccupante.


        • 7 votes
          juanyves juanyves 10 juillet 12:30

          @Conférençovore
          Le premier point c’est la grandeur journalistique de TF1 qui n’a pas peur de traduire faussement les mots exprimés : "les choses sérieuses n’ont pas encore commencé" pour "dans l’ensemble, nous n’avons pas encore commencé quelque chose de sérieux", ce qui est clair quand l’on sait que les russes n’ont déployés que 150 000 hommes dont 50 000 ukrainiens qui veulent chasser les envahisseurs de leur terre. Ces envahisseurs se gaussant de les chasser comme des lapins.
          Quant au mais il n’a rien de vraiment spécial : plus tu fais durer moins tu auras. Et c’est très loin d’être une spécialité poutinienne.
          Le sérieux ce n’est pas par rapport à l’Ukraine et ses dirigeants, qui, s’ils avaient été sérieux, n’auraient jamais laissé se développer cette guerre, mais bien par rapport à celui/ceux qui lui ont exigé de continuer jusqu’au dernier ukrainien. Les ukrainiens aussi l’ont bien compris qui cherchent à se défiler de la conscription forçée pour finir en chair à pâtée.
          Qui a dit qu’il fallait absolument battre Poutine en Ukraine ? Toi ? Tes amis ? Tes maîtres ? N’est-ce pas pour défendre notre démocratie ? La leur, la tienne ou la mienne ?

          Difficile de faire autre chose qu’un copier coller pour rétablir une vérité, le but n’étant pas de convaincre des abrutis au cerveau lessivé. Poutine mets les choses au clair, pour ceux qui ont un cerveau en état de fonctionner et pour ceux à qui il s’addresse directement (les maîtres de Zélenski), "si vous voulez vous battre contre nous sur le champ de bataille, essayez et on pourrait passer aux choses sérieuses".
          Malheureusement ce style de language est clair, direct et correspond à ce que l’on appelle la dissuasion nucléaire et tu as du connaître ça dans ta cour de récré qu’apparemment tu n’as toujours pas quitté.
          Faire vibrer les cordes sentimentales avec un bilan affreux, ça sert avant, après c’est de la propagande qui ne fait pleurer que les gogos.
          Un monde s’écroule, le tien, un autre est en train de naitre, ce ne sera pas le mien. Mais l’accouchement aurait pu se faire sans douleur et avec un nouveau-né souriant et en pleine forme. Ce ne sera pas le cas et les responsables sont les gogos comme toi qui ne pensent qu’à eux et ont une vue si courte qu’ils ne voient même pas où ils mettent les pieds. Seuls leur convient la haine, l’exclusion, l’égoisme, la domination : la guerre. C’est ce que tu as, tu devrais en être content.

          Il faut absolument battre Poutine continuons la guerre et jusqu’au bout.

          Alea Jacta Est.


        • 3 votes
          juanyves juanyves 10 juillet 12:34

          @juanyves
          Désolé pour TF1 c’est LCI (pas de grosses différences) :


        • 1 vote
          Conférençovore Conférençovore 10 juillet 14:15

          rufus=paroissien=troll à dégager


        • 3 votes
          jjwaDal 10 juillet 17:23

          @Conférençovore
          Interprétation libre de votre part et déconnectée des demandes russes qui sont connues à savoir reconnaissance de l’indépendance des deux républiques du Donbass et de l’inclusion de la Crimée dans la Russie. Faut-il rappeler que les ukrainiens continuent comme les occidentaux à parler d’annexion de la Crimée quand elle a été ukrainienne sur les deux siècles passées de 1991 à 2014 (bien sûr rattachée par Krouchtchev en 1954 sans consultation populaire mais au sein de l’URSS) en dépit des demandes dès 1991 de la "Douma", du parlement de Crimée (deux fois de mémoire) et du référendum populaire demandant le rattachement à la Russie.
          Qui a refusé d’examiner la perspective de l’autonomie du Donbass au sein de l’Ukraine pendant 8 ans ? Qui a persisté à vouloir entrer dans l’OTAN malgré les demandes répétées de la Russie qu’il n’en soit rien ?
          Si le Donbass ne peut vivre en paix en Ukraine, la Russie en tire les conséquences qu’elle vivra en paix en dehors. Et la demande de neutralité de l’Ukraine est une condition "sine qua non" de négociation, vu qu’il serait extrêmement dangereux pour tout le monde d’avoir un mur de missiles nucléaires "nez à nez" à la frontière ukraino/russe sans avoir le temps matériel de la réflexion en cas d’incident dans des conditions de méfiance réciproque exacerbée.
          Comme dit Jeffrey Sachs "La Russie n’a rien à faire en Ukraine mais nous non plus".
          A mon sens ce que veut dire Poutine est que les opérations ont été très ralenties du fait des conditions météo (la fameuse "raspoutitsa") et de l’intervention en zone urbanisée (choix des militaires ukrainiens) avec des populations russophones à préserver au maximum des effets collatéraux.
          Mais avec l’arrivée de l’été, l’intervention des "T-80" (très rapides sur sol sec) et l’éventuelle incursion dans des zones à faible proportion de russophones, avec une armée ukrainienne largement tributaires de soldats très peu formés, il pourrait y avoir un effondrement rapide de l’armée ukrainienne et des conditions d’arrêt des hostilités plus dramatiques.
          L’OTAN s’il devait intervenir avec ses propres forces serait incapable très probablement de contenir voire faire partir les russes (Scott Ritter a détaillé cette thèse) avec le risque majeur que la Russie se considère en guerre ouverte avec les USA, d’abord conventionnelle et très destructrice et un éventuel dérapage nucléaire toujours possible.


        • 5 votes
          Doume65 10 juillet 18:22

          @Conférençovore
          « Le bilan actuel, ce sont des millions de personnes exilées »
          Oui, et ça a commencé en 2014 lorsque de nombreux Ukrainiens sont venus se réfugier en Russie. Selon wikipedia (lien), qu’on peut accuser de tout sauf de russophilie, la Russie a accueilli près de 4 millions d’Ukrainiens entre 2010 et 2015. Que c’est-il passé pendant cette période sinon le nouveau régime de Kiev ?
          Et puis il faudrait être cohérent : En Syrie, lorsque le pays a été envahi par des terroristes venant de partout, on a expliqué que les gens ont fui le "régime d’Assad". Et en Ukraine, ils fuient les envahisseurs (et les accueillent à bras ouvert selon Antenne 2). Je ne sais pas pourquoi, mais je sens comme un double discours.


        • 2 votes
          Conférençovore Conférençovore 10 juillet 21:52

          @jjwaDal
          "Interprétation libre de votre part"

          Non. Je ne fais que traduire concrètement l’avant/après" "opération spéciale" russe que perso je traduis par "opération de destruction de l’état ukrainien et d’annexion d’une partie de son territoire" qui me semble parfaitement conforme avec ce qui est en train de se dérouler depuis 4 mois.

          "à savoir reconnaissance de l’indépendance des deux républiques du Donbass"

          Quasiment aucun pays au monde ne reconnaît ces deux républiques. Ce n’est pas un pb "occidental".

          "Qui a persisté à vouloir entrer dans l’OTAN malgré les demandes répétées de la Russie qu’il n’en soit rien ?"

          Donc l’Ukraine n’est pas un pays libre de décider de son destin ? Il faudrait demander à tonton Vlad son accord à chaque décision ? Et du coup elle s’arrête où cette... autorité au juste ?

          "Si le Donbass ne peut vivre en paix en Ukraine, la Russie en tire les conséquences qu’elle vivra en paix en dehors."

          La Russie n’a pas "à tirer des conséquences" s’agissant d’un état souverain voisin.

          "Et la demande de neutralité de l’Ukraine est une condition "sine qua non" de négociation, vu qu’il serait extrêmement dangereux pour tout le monde d’avoir un mur de missiles nucléaires "nez à nez" à la frontière ukraino/russe sans avoir le temps matériel de la réflexion en cas d’incident dans des conditions de méfiance réciproque exacerbée."

          On s’en branle des "conditions sine qua non". De plus ton histoire de missiles nuc ne tient pas la route une seule seconde. Tu recraches la propagande russe sans même comprendre l’inanité de ces "arguments".

          "A mon sens ce que veut dire Poutine est que..."

          Interprétation pas très libre de ta part.


        • 1 vote
          Conférençovore Conférençovore 10 juillet 22:05

          @Doume65
          "Oui, et ça a commencé en 2014 lorsque de nombreux Ukrainiens sont venus se réfugier en Russie."

          Ceci ne justifie en rien l’annexion d’une partie d’un pays par un autre, même si je suis d’accord que la situation est plus complexe qu’un camp du bien contre un autre du mal.


        • 2 votes
          France-Foutoir 11 juillet 10:43

          @juanyves

          Quand je veux me délasser, je regarde LCI le soir :
          Eric Brunet déchainé sur le physique de Poutine,
          les blondasses emperlées qui vendent leur salade,
          Les officiers généraux de la Grande Muette qui ont oublié sa consigne...
          Jamais, je n’aurais imaginé entendre ces énaurmitées sur une chaine "française", on dirait les slogans des affiches gestapistes...


        • 2 votes
          jjwaDal 11 juillet 13:30

          @Conférençovore
          Non l’Ukraine n’a plus le droit de faire ce qu’il veut chez lui que Cuba, la Corée du Nord, l’Iran, la Syrie, l’Irak, les îles Salomon, etc...
          La Russie et le Japon sont toujours techniquement en guerre (aucun armistice de signé depuis 1945) et cela fait un moment qu’aucun obus n’a été tiré de chaque côté, donc je doute que le manque de reconnaissance internationale leur donne des crampes.
          Pour la Chine, Taïwan n’est pas un pays indépendant mais une partie de la Chine et l’opinion du club occidental, elle s’en fout royalement.
          Israël est reconnue par la communauté internationale pour des actes répétées de vol de territoire depuis 1948, sans que ça gêne qui que ce soit par ici, etc...
          Vous avez le droit de penser que certaines règles du jeu géopolitique ne s’appliquent qu’à la Russie et pas à nous (que font les USA dans les zones pétrolifères syriennes depuis 10 ans si ce n’est pas de facto une captation de territoire et de ressources , par ex ?), mais je pense que la Russie se fout de votre opinion (comme de la mienne d’ailleurs).
          Je ne cherche nullement à légitimer une agression qui a déjà rendu orphelin de père plus de 100 000 gamins ukrainiens et russes, possiblement fait 100 000 veuves. J’essaie de comprendre les motivations russes et vu qu’ils ont les ressources militaires pour faire ce qu’ils veulent on gagnerait à essayer de trouver un terrain d’entente avant qu’ils ne prennent par la force ce qu’on pouvait leur concéder à peu de frais et à bénéfice réciproque, à savoir l’autonomie du Donbass dans les frontières ukrainienne, la neutralité (hors OTAN donc) de l’Ukraine et la reconnaissance du retour de la Crimée en Russie.
          On ne veut pas céder ? Ce qu’on aura sera bien pire, de très loin, course au armements (qui va payer les 300 000 soldats sur le pied de guerre permanent que demande l’OTAN à l’Europe ?) , rideau de missiles entre eux et nous, débâcle énergétique en Europe, crise économique et j’en passe.
          Des détails j’imagine. J’ai le droit d’interpréter les propos de Poutine autant que vous.
          On devait éviter une escalade militaire en Europe et la guerre et on a les deux. Tout cela non de la faute des russes mais de notre faute collective à les aider à gérer la sortie du communisme. On a fait bien mieux pour l’Allemagne nazie en 1945, alors qu’on avait toutes les raisons de vouloir leur faire payer chèrement le sang versé.


        • vote
          Conférençovore Conférençovore 11 juillet 14:25

          @jjwaDal
          "Non l’Ukraine n’a plus le droit de faire ce qu’il veut chez lui"

          Selon qui ? Vous ? Les Russes ?

          "Vous avez le droit de penser que certaines règles du jeu géopolitique ne s’appliquent qu’à la Russie et pas à nous"

          Et j’ai le droit de te dire que tu n’as pas le droit de travestir mes pensées.

          " à savoir l’autonomie du Donbass dans les frontières ukrainienne, la neutralité (hors OTAN donc) de l’Ukraine et la reconnaissance du retour de la Crimée en Russie."

          D’abord cette histoire d’autonomie est une foutaise intégrale. Ne sois pas naïf : l’idée depuis le début est d’annexer cette partie du territoire ukrainien. Il n’y avait aucun "terrain d’entente" possible dans la mesure où la Russie de Poutine a toujours eu cet objectif en tête. Poutine a dit lui-même que l’Ukraine (pas seulement le Dombass) était une région de la Russie.
          Ceci étant je suis d’accord avec tout le reste : un conflit avec les Russes n’est ni nécessaire ni souhaitable. Je le dis depuis le début et ai soutenu le seul candidat à la présidence fr qui le disait également (c’est facilement vérifiable), une position qui lui a probablement valu la défaite au 1er tour.


        • 2 votes
          TchakTchak 11 juillet 15:07

          @Conférençovore

          Ne sois pas naïf : l’idée depuis le début est d’annexer cette partie du territoire ukrainien.

          Non. A la suite du rattachement de la Crimée à la Russie, les habitants de Louhansk et du Donetsk se sont insurgés contre le nouveau régime post Maïdan, qui a voulu changer les gouverneurs de ces oblasts et a envoyé la police nationale occuper les administrations. Il y a eu création des républiques populaires avalisées par des référendums à plus de 95%. Poutine était défavorable à ces référendums (Marioupol avait fait aussi le sien) et n’avait pas reconnu ces deux républiques. Elles ont demandé leur rattachement à la Russie, que Poutine avait refusés. 
          L’article 5 de l’OTAN ne permettant pas à un pays en guerre civile de rejoindre l’alliance, cela suffisait à Poutine. Sans doute aussi qu’il craignait aussi un effet de contagion : d’autres oblasts de l’Est et du Sud auraient aussi fait sécession et réclamé le rattachement à la Russie.
          Poutine a déjà le plus grand pays du monde, plein de ressources : les ambitions impérialistes de Poutine n’ont toujours été que de la propagande otanique.

          C’est seulement en février, cette année, qu’il a reconnu les deux deux républiques populaires puis a lancé sa guerre contre l’Ukraine. Il a changé de fusil d’épaule : détruire maintenant l’Ukraine pour empêcher l’intrusion de l’OTAN à la frontière de son pays.


        • 2 votes
          jjwaDal 11 juillet 15:11

          @Conférençovore
          Selon les USA eux-mêmes... Ils ont réagis à l’imminence d’installation de missiles à Cuba en 1962 par la menace d’une intervention armée voire même du feu nucléaire. Or il savait que Krouchtchev leur renvoyait la réciproque après l’installation de missiles US en Turquie donc à leur porte. Si les turques avaient ce droit, Cuba ne pouvait que l’avoir. Preuve que non.
          En géopolitique les règles du jeu décidé par un joueur qui les modifie à la tête du client méritent un doigt d’honneur levé bien haut. Vous croyez que l’Iran a le droit de sanctuariser son territoire avec des armes nucléaires (allons donc...) ?
          Non, Poutine a refusé pendant 8 ans (malgré les demandes des républiques et d’une partie importante de la Douma) de rattacher (donc annexer) ces territoires à la Russie. Pire, il a accepté au bout de 8 ans de reconnaître leur indépendance (non leur appartenance à la Russie) pour pouvoir justifier une attaque préventive (secours à un territoire le demandant) contre l’offensive préparée contre le Donbass.
          Qu’est-ce qui empêchait Poutine d’annexer ces territoires en 2014 et de les mettre de facto sous protection du parapluie nucléaire russe ? L’archange Gabriel ? L’OTAN a mis 8 ans à raison de 5 bataillons formés par an pour bâtir l’armée que les russes viennent de hacher menue.
          L’armé ukrainienne compte aujourd’hui plus de soldats que l’OTAN n’en a en Europe. Et les ukrainiens se battent avec les armes fournies, le renseignement spatial, sur leur territoire.
          Que risquaient les russes à annexer ces territoires si militairement ils ne risquaient rien ?
          Et les missiles installés par les USA en Roumanie et Pologne, c’est pour la déco ? Ah oui, lutter contre des missiles iraniens qui n’existent pas encore.
          Rien de tel qu’une bonne prévention. Sauf qu’on n’a pas invité les russes pour regarder sous le capot le contenu de ces (anti) missiles.
          Il y a une parano indéniable des deux côtés. Mais je renonce à ne voir qu’un aspect du problème en oubliant les causes dudit problème.


        • vote
          Conférençovore Conférençovore 12 juillet 05:57

          @TchakTchak
          Ne sois pas naïf non plus (ce n’est pas ton genre). En politique, il y a toujours ce que l’on dit à un instant T pour matcher avec le langage diplomatique et les règles internationales et puis ce qui se trame en coulisses :
          Exemple :

          Le 17 mars 2014 : La Russie, compte tenu de la volonté des peuples de Crimée exprimée lors du référendum du mars ,a décidé de reconnaître la République de Crimée comme État souverain et indépendant."

          9 mois plus tard :
          "Car ce sont nos compatriotes qui vivent en Crimée,
          et le territoire a une importance stratégique en tant que source spirituelle, tant de la nation russe dans sa diversité et son unicité, que de l’État russe centralisé."

          On passe d’un Etat "souverain et indépendant" à un territoire rattaché de fait.

          "Poutine a déjà le plus grand pays du monde, plein de ressources : les ambitions impérialistes de Poutine n’ont toujours été que de la propagande otanique."

          Poutine rêve ouvertement du retour de la grande Russie. Ce n’est pas de la propagande otanesque. Il le dit lui-même. Mais plus significatifq encore que de simples déclarations qui ne valent pas grand chose, sont les faits : On assiste bien à un processus de russification (changement de monnaie officielle, de langue officielle, de drapeaux, de réseau téléphonique, etc) de la partie conquise du territoire ukrainien. C’était l’objectif principal de "l’opération spéciale". J’ignore s’il s’en contentera mais son opération d’annexion de cette partie de l’Ukraine est en voie de réussite. Les pop locales sont certes russophones mais elles seront également lassées par la guerre et accepteront s’en peine d’être absorbées (ne serait-ce que pour tout cela s’arrête).

          Oui, la Russie est immense mais une grande partie de son territoire est aussi inhabitable et inexploitable (au-delà des ressources). Le rattachement de la Crimée via la prise des territoires du sud donne un contrôle total sur la mer d’Azov en plus d’une continuité territoriale avec la Crimée et la mainmise sur les ressources de toute la région.


        • vote
          Conférençovore Conférençovore 12 juillet 06:15

          "mais son opération d’annexion de cette partie de l’Ukraine est en voie de réussite. "


          Il reste juste à prendre le contrôle total de la région de Donetsk, d’où la pause actuelle, cette dernière étant liée au manque de moyens (d’après le renseignement britanique, ils n’ont plus de missiles de précision) et à la fois à l’usure des soldats sur place après des mois de combats.
          Une fois que ce sera fait (et ça arrivera... ils vont mettre le paquet), l’opération spéciale aura atteint son objectif principal. Maintenant, rien ne dit que tonton Vlad (dont la parole ne vaut plus rien, propagande otanesque ou non) n’ira pas plus loin, toujours au nom de sa "dénazification" et surtout de sa volonté de vassaliser intégralement l’Ukraine et d’en faire une Biélorussie-bis.


        • 1 vote
          TchakTchak 12 juillet 07:35

          @Conférençovore

          Poutine a pris en 2014 la demande de la Crimée de se rattacher à la Russie et refusé celles de Louhansk et Donetsk. Cela aurait été bien plus facile pour lui, à l’époque, avec les troubles du Maïdan et le monde atlantiste qui devait encore faire semblant de faire croire que ce n’était pas une psyops, de s’emparer des oblasts candidats au rattachement.

          Il avait ses propres calculs, son propre cynisme, ses propres intérêts : La Crimée, oui, parce que les intérêts historico-stratégique étaient évidents, le Donbass, non, car cela permettait d’entretenir un conflit gelé entravant l’entrée de l’OTAN en Ukraine.

           

          Poutine a pris un pays géant au potentiel énorme, mais ruiné par un modèle politique qui n’a pas marché, le communisme et la vassalisation elstinienne menant à la corruption générale et au quasi démembrement du territoire. Son truc, ce n’était donc pas l’impérialisme, mais la stabilisation du pays pour en permettre son développement. Y compris en passant par la méthode autoritaire, comme en Tchétchénie : mais c’était ça ou le khalifat salafiste. Il a aussi toujours été promoteur du multilatéralisme, avec les BRICS notamment, contre le monde unipolaire. C’était son intérêt, certes, mais ce n’est pas un état d’esprit impérialiste, au contraire celui d’un nationaliste, westphalien.

          C’est justement l’empire US, avec son roquet UE qui l’a constamment harcelé depuis qu’il est arrivé au pouvoir, parce qu’il ne peut pas admettre une puissance concurrente. 

           

          J’ai le cul entre deux chaises, depuis qu’il a attaqué l’Ukraine, car je suis contre toute guerre d’ingérence ou de conquête. Mais, comme je l’ai écrit en dessous : il tue et détruit dans un pays frontalier pour éviter l’installation de l’OTAN que les pays atlantistes ne veulent pas démonter. Il prend des oblasts car il doit bien donner une direction à sa guerre. Mais ce n’est pas ce qui l’intéresse : car il ne fait que renforcer l’hostilité occidentale qui n’acceptera jamais ses prises et il réchauffe la poudrière des pays de l’Europe centrale dont il n’a absolument pas besoin.

          Maintenant, il est lancé dans la guerre d’attrition, pas de l’Ukraine, qui n’en est devenu qu’un terrain d’explication métallique, mais bien entre les pays de l’alliance atlantique et la Russie. D’où cette guerre devenue multidimensionnelle : économique, par le jeu des sanctions, monétaire contre le dollar comme standard international, géostratégique pour aligner vers lui les pays fatigués du monde unipolaire, même culturelle, contre l’occident qui impose au monde son modèle d’existence progressiste.


        • 2 votes
          sls0 sls0 10 juillet 21:31

          Poutine regarde les médias occidentaux. Aux USA comme en Grande-Bretagne des hauts gradés à la retraite disent si l’OTAN et la Russie s’affrontent, si les russes tiennent 8 jours, ils gagneront. Un simple problème de stocks.
          Si l’OTAN fournissait ce que demande l’Ukraine elle se retrouverait à poil.

          Pour le couloir de Kaliningrad, les russes mettraient 3 jours pour le nettoyer. Les pays Baltes et la Pologne on refilé le plus gros de leur armement à l’Ukraine et c’est pas le peu de troupes de l’OTAN qui y changeraient quelques chose.
          Ce n’est pas pour rien que l’UE pousse la Lituanie à se calmer. Le russes bougent et on pourra rien faire. D’un point de vue OTAN, la Lituanie agresse hors des clous, l’intervention ne sera pas automatique.
          Coté russe il doit avoir les stocks pour répondre à l’Otan vu que Poutine a l’air confiant.


          • vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 10 juillet 23:34

            Camp du BIEN (Zelenky ?) vs Camp du

            MAL (Poutine ?)

            That’s the question !

            En tout cas pour les médias "occidentaux" & ceux qui les ânonnent systématiquement : la messe est dite !

            Et qui dit censément la messe en "occident" ?

            le fameux MACHIN, cad l’ONU évidemment !

            Qu’en pensez vous ? (si vous n’avez pas de parti-pris, a priori, ça m’intéresse)

            Merci pour votre contribution (trolls, Escrocs & autres Cons s’abstenir SVP)


            • 2 votes
              France-Foutoir 11 juillet 10:14

              Les choses sérieuses se mettent en place peu à peu...

              Les Gens à qui l’électorat a confié son destin, menacent Poutine et ils geignent en même temps (comme dirait l’autre) !

              L’été sera chaud mais, pour l’hiver... emmagasinez cette chaleur car :

              LONDRES/FRANCFORT, 11 juillet (Reuters) - Les opérations de maintenance annuelles du gazoduc Nord Stream 1, principale voie d’alimentation reliant la Russie à l’Europe occidentale, débutent lundi pour une durée de dix jours avec une interruption des livraisons de gaz que gouvernements, marchés et entreprises craignent de voir se prolonger du fait de la guerre en Ukraine.

              La Russie a réduit le mois dernier de 40% les flux transitant par le gazoduc vers l’Allemagne, invoquant le retard dans la réparation d’équipements par la société Siemens Energy au Canada.

              Ottawa a indiqué au cours du week-end qu’il allait restituer les turbines nécessaires à la maintenance de Nord Stream 1, tout en annonçant de nouvelles sanctions contre le secteur énergétique russe.

              Les Européens craignent que la Russie se serve des opérations de maintenance de Nord Stream 1 pour réduire davantage ses livraisons de gaz, ce qui jetterait une ombre sur les projets de ravitaillement en vue de l’hiver et amplifierait une pénurie qui a incité des gouvernements à prendre des mesures d’urgence et alourdi les factures pour les consommateurs.

              A Berlin a été soulevée l’hypothèse que Moscou suspende les livraisons de gaz via Nord Stream 1 au-delà du 21 juillet, date à laquelle les opérations de maintenance doivent s’achever.

              "Compte-tenu des tendances que nous avons constatées, il ne serait pas très surprenant qu’un petit détail technique soit trouvé et qu’ils puissent dire alors ’nous ne pouvons désormais plus le faire fonctionner’", a déclaré le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, lors d’un événement organisé fin juin.

              Le Kremlin dément utiliser le pétrole et le gaz à des fins politiques. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitry Peskov, a déclaré que l’arrêt des livraisons dû à la maintenance était une opération régulière et programmée, ajoutant que personne n’"inventait" de quelconques réparations.

              Moscou a stoppé les livraisons de gaz vers plusieurs pays européens après que ceux-ci ont refusé de se soumettre à sa requête d’effectuer des paiements en roubles, sur fond de sanctions occidentales contre l’économie russe à la suite de l’offensive en Ukraine, lancée le 24 février.

              "Les derniers mois ont montré une chose : (le président russe Vladimir) Poutine ne connaît aucun tabou. Un arrêt complet des livraisons de gaz via Nord Stream ne peut donc pas être exclu", a déclaré Timm Kehler, directeur général de Zukunft Gas, association allemande du secteur.

              Un tel scénario aurait pour effet de prolonger la flambée des prix du gaz en Europe, avec de lourdes conséquences pour les entreprises et les foyers. Il impacterait aussi la Russie, qui perdrait une source de revenus.


              • 2 votes
                juanyves juanyves 11 juillet 12:50

                @France-Foutoir
                La Lithuanie interdit le transfert d’une partie des marchandises en direction de Kaliningrad en dépit des traités passés. Il y a de fortes chances que la Russie interdise le transfert d’une partie des marchandises à travers son gazoduc.


              • vote
                juluch juluch 11 juillet 11:17

                du blablabla politico diplomatique.....de son cote comme du notre.


                • vote
                  TchakTchak 11 juillet 12:08

                  @juluch

                  Bien résumé.
                  Avec Poutine qui tue et détruit dans un pays frontalier pour éviter l’installation de l’OTAN que les pays atlantistes ne veulent pas démonter.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles


Publicité





Palmarès