• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Que sont les vertus de l’âme ?

Que sont les vertus de l’âme ?

La vertu est un juste milieu entouré de deux vices.

Il s'agit d'une vidéo de la chaine chrétienne KTO à propos des vertus, mais il ne semble pas que les chrétiens comprennent très bien ce que sont les vertus.

La vertu est un juste milieu, entouré de deux vices, dont l'un est un excès et l'autre un défaut - Un manque et un pas assez - comme par exemple le courage est une vertu, un juste milieu entre deux vices : un pas assez de courage : la lacheté, et un trop de courage : la témérité, l'inconscience.

La charité et la bonté sont des vertus, des justes milieux, difficiles à pratiquer - du mot vertu vient le mot virtuose.

Ainsi quand on entend à la radio des chrétiens qui "acceuillent des migrants", parce qu'ils croient que c'est cela "le Bien", et qu'ils sont persuadés que c'est ce qu'ils doivent faire pour être de bons chrétiens - pratiquer la charité chrétienne - Ils sont probablement dans un excès, un "trop" de charité ;
Car il ne s'agit pas d'exercer un amour du prochain de façon désordonnée, irréfléchie, irrationnelle, de céder à la facilité, mais de le faire de façon réfléchie, en accord avec les circonstances, les personnes et les temps.
Autrement dit il ne s'agit pas d'aimer tout le monde, tout le temps et de façon inconditionnelle ; mais cet amour doit s'exercer sous la dictée de la raison, enfin de ne pas, finalement, faire plus de mal que de bien.

Qu'il n'existe pas de mot pour désigner les vices qui sont des excès de charité, et les manques de charité, ne fait pas que ces vices n'existent pas ; même s'il est difficile de les nommer et donc de les dénoncer. Mais le prinicpe du vice et de la vertu, qui viennent de la philosophie païenne depuis Socrate - Platon - Aristote , c'est celui-ci : le juste milieu entre deux vices.

Ainsi pratiquer la bonté de façon irréfléchie et mal à propos, c'est faire montre d'une "sotte" bonté, et un amour inconditionnel de tous les humains indistinctement, c'est montrer une "sotte" charité.
Si l'intention est bonne, les résultats sont déplorables.

Cette philosophie païenne a été reprise par les chrétiens, notamment Saint Thomas d'Aquin (1224-1274) qui l'a dévellopé, et est devenue la philosophie officielle de l'église catholique dans les années 30.




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Étirév 26 février 15:34

    « Sans amour, vous aurez beau faire, courir après tous les dieux de la terre, prendre part à toutes les activités sociales, tenter de remédier à la pauvreté, entrer en politique, écrire des livres, écrire des poèmes, vous ne serez qu’un être mort. Sans amour, vos problèmes iront croissant et se multipliant à l’infini. Mais avec l’amour, quoi que vous fassiez, il n’y a plus de risque, il n’y a plus de conflits. L’amour, alors, est l’essence de la vertu.  » (J. Krishnamurti, Bombay, 1965)

    L’Amour


    • vote
      ged252 26 février 18:13

      @Étirév
      justement "Dieu est amour" selon la bible, et les philosophie ne servent à rien.
      .
      Alors qu’ici justement il n’est question que de philosophie


    • 1 vote
      ged252 26 février 18:08

      La tolérance est aussi une vertu, donc c’est un juste milieu entre deux excès qui sont deux vices :

      .

      Le trop de tolérance c’est de la sottise ou de la faiblesse.

      Le manque de tolérance, c’est de la dureté ou de la peau_de_vacherie.


      • vote
        ged252 26 février 18:11

        Mon article est une critique des : " chrétiens qui "acceuillent des migrants", parce qu’ils croient que c’est cela pratiquer la charité chrétienne, et qu’ils sont persuadés que c’est ce qu’ils doivent faire pour être de bons chrétiens

        "


        • 2 votes
          gaijin gaijin 27 février 12:22

          @ged252
          c’est poilant de voir des chrétiens critiquer d’autres chrétiens parce qu’ils seraient trop chrétiens ....
          le christ il serait pas trop chrétien défois ?


        • 1 vote
          Buk100 26 février 19:11

          Conclusion : selon ces critères, Jésus n était donc pas un bon chrétien, du moins pas tout le temps. Il avait tendance à pratiquer "la bonté de façon irréfléchie et mal à propos" ou à agir sans tempérance : manger avec des publicains, des prostituées et tendre l’autre joue, tendre la main à des centurions romains, c’était franchement "mal à propos" dans la société dont il était issu ; chasser les marchands du temple à coups de fouet, c est loin de la tempérance..

          Je doute que le bonhomme se soit embarrassé de telles considérations sur la vertu et le juste milieu au moment d agir et de parler


          • vote
            ged252 27 février 10:14

            @Buk100
            Ce n’est pas facile de pratiquer le juste milieu, le juste milieu c’est parfois de chasser les marchants du temple à coups de fouets, surement


          • 3 votes
            yoananda2 27 février 01:16

            La vertu n’a rien de spécifiquement chrétien. N’importe qui (de non chrétien) pourrait tenir un discours similaire. L’inverse est moins évident.

            Aucune référence à Jésus, ou à la bible n’est utilisée en appui pour expliquer ce que cette démarche aurait de "chrétienne". Ca ressemble plus à la voie du milieu, prônée par Bouddha en l’occurrence. Que Thomas d’Acquin l’aie récupérée ça change quoi à l’affaire ?

            De plus l’exemple de Jésus, et même quelques passages de la bible contredisent ce qui est affirmé ici.

            Jésus, qui était "christ" selon les chrétiens, donc tout puissant ou presque, aurait pu arrêter à tout moment par un miracle ou 2 son chemin de croix. Il s’est laissé tuer. En quoi est-ce un exemple de voie du milieu ?

            De plus, je ne sais plus ou dans la bible il est dit que Dieu vomit les tièdes. La encore, ça ne fait pas trop "voie du milieu".

            En quoi tendre l’autre joue est une vertu ?

            Enfin concernant les chrétiens qui accueillent du migrant, c’est bien joli d’aller nous sortir des vertus chrétiennes thomistes pour dire qu’ils exagèrent, mais en quoi est-ce contraire aux enseignements de Jésus au juste ? il faudrait être un peu plus précis et revenir aux sources pour qu’on comprenne. Moi j’ai plutôt l’impression que c’est tout à fait conforme aux paroles de Jésus : aider son prochain, surtout quand on est un riche blanc comparé à un pauvre africain et sachant ce que Jésus à dit à propos de la richesse ...

            Bref, invoquer d’Aquin, pourquoi pas, mais ça ne dispense pas de répondre à ces objections.


            • vote
              ged252 27 février 10:12

              @yoananda2
              il faudrait être un peu plus précis et revenir aux sources pour qu’on comprenne.

              .
              Oui comme ça tu pourrais critiquer plus facilement et ta vie en sera simplifié
              .
              . Ca ressemble plus à la voie du milieu, prônée par Bouddha en l’occurrence. Que Thomas d’Acquin l’aie récupérée ça change quoi à l’affaire ?

              .
              Oui je ne dis pas le contraire, mais c’est la philosophie paienne d’Aristote que St Tomas d’aquin a récupéré.
              Le boudhisme est proche du christainisme aussi, c’est évident.



              • vote
                ged252 27 février 10:19

                Tout ce qui est expliqué dans la vidéo et ce qui est dit à propos des vertus, se trouve dans les éthiques d’Aristote, notamment l’ethique à Eudème, (chez vrin c’est une meilleure traduction)

                Aristote donne une liste d’une vingtaine de vertus, avec les vices correspondants, - quand les mots pour désigner ces vices existent.- Les premières sont : justice, tempérance, courage, magnanimité, libéralité et ainsi de suite


                • vote
                  ged252 27 février 10:40

                  Et autre chose, encore une petite critique adressée aux chrétiens, enfin peut-être.

                  .

                  Aristote dit quelque part que donner la définition d’un mot, c’est donner le genre prochain de ce mot et ses différences spécifiques.

                  Donc définition = genre prochain + différences spécifiques.

                  Par exemple donner la définition du courage c’est dire que le courage est la vertu qui concerne les dangers de mort..

                  Ensuite Aristote explique que le genre prochain c’est le genre le plus proche.

                  Et ce mot prochain, dans la bible, vient peut-être du grec, et pourrait avoir le sens de "nos proches", c’est à dire les parents, les frère et soeurs et la famille élargie, sinon ça n’aurait pas de sens, à mon avis.

                  Et lorsqu’il est dit " si on te frappes sur la joue droite, tends la joue gauche", ou "aime tes ennemis", ça pourrait s’adresser avant tout aux gens de sa famille.

                  .

                  Mais si cette supposition est exacte, les migrants ne peuvent pas être considérés comme nos prochains, et l’attitude des "chrétiens qui acceuillent les migrants" ne serait pas appropriée. 

                  ça ne veut pas dire qu’on doit être hostile aux étrangers ou les haïr, mais ça veut dire qu’on n’a pas obligatoirement les mêmes obligations vis-à-vis d’eux, que vis-à-vis de nos prochains.

                  .

                  Et je me range ici à l’avis de la majorité, quand on a déjà 15 millions d’étrangers un peu mal adaptés, ce n’est pas vraiment une bonne idée que d’en acceuiilir davantage ou de leur souhaiter la bienvenue.


                  • 2 votes
                    Mahler 27 février 10:46

                    La vertu et le juste milieu ça vient des Grecs(peut être d’une autre civilisation avant mais si c’est le cas je suis passé à coté), la tempérance c’est d’eux. Bref tout sauf la mentalité des chrétiennes qui étaient des fanatiques intolérants, ne voulant même pas respecter les cultes romains alors que ces derniers leur laissaient leur Dieu à condition qu’ils respectent les coutumes romaines. C’est drôle de voir un chrétien comme ged252 se plaindre que les musulmans ne respectent pas nos coutumes alors que ses ancêtres ont été les premiers à le faire et sont finalement arrivés à détruire les anciens cultes et s’imposer au plus haut sommet de l’Etat. Le chemin que suit une population actuellement en France et qui y arrivera peut être dans 20-30 ans.


                    • 1 vote
                      yoananda2 27 février 12:15

                      @Mahler

                      C’est drôle de voir un chrétien comme ged252 se plaindre que les musulmans ne respectent pas nos coutumes alors que ses ancêtres ont été les premiers à le faire et sont finalement arrivés à détruire les anciens cultes et s’imposer au plus haut sommet de l’Etat.

                      Exactement. C’est bien pour ça que je dis que le christianisme c’est l’islam avant l’islam. Et c’est pire que ça, puisque l’idéologie mortifère actuelle qui nous impose "du" (oui parce que à un certain moment la quantité noie les caractéristiques individuelles) migrant plus ou moins islamisé par charter, c’est du christianisme sécularisé (du droit-de-l’hommisme).

                      C’est précisément parce que le christianisme n’est pas vertueux à la base (que des docteurs de la foi aient tenté de le ré-équilibrer, tant mieux à la rigueur, mais ...), qu’il est déséquilibré vers la compassion au détriment de la justice.

                      Les vertus théologuales, manichéennes, c’est typiquement le genre de foutaise qui découlent de la théologie du péché que je récuses. La métaphysique taoiste ou bouddhiste sont bien plus simples et élégantes parce qu’elles partent du réel, et non pas de textes obscurs desquels il faut s’accommoder pour faire plaisir au curé.

                      Quand on revient à la source de tout ce foutoir, il y a donc la théologie du péché, et tout ce que ça implique : une âme pécheresse à sauver, un paradis perdu imaginaire, un sauveur, une terre promise, un peuple élu, des textes à ingurgiter par coeur, des débats à n’en plus finir sur ces textes mal fagotés (dernier en date : est-ce que Marie était avec ou sans péché ?). Alors que tout ce merdier à été réfuté à la base même par la science. Que au 15ème siècle on croit que Adam et Eve ont vraiment existé historiquement, pourquoi pas (après que les chrétiens se soient assurés que les autres connaissances, dont celle de la rotondité de la terre, aie disparu, nous plongeant dans 1000 ans d’obsucrantisme), mais aujourd’hui, on SAIT que c’était au mieux des mythes. Donc pourquoi continuer à faire comme si tout ce binz était réel ?

                      Il se trouve que bon, on a construit notre civilisation et notre "identité" dessus, donc, oui, on va pas défaire tout ça en 5min. Et puis l’idée quelque part, de remettre tout ça en question, c’est prendre un judéo-fuge mental, et par ces temps shoatique, c’est mal vu, ça fait un peu anti-sémite quand même de penser par soi même. C’est plus confortable de rester dans son petit judéo-christianisme bien douillet.


                    • vote
                      ged252 27 février 13:42

                      @yoananda2
                      oui oui on a compris tu es un genre de Thomas Ferrier


                    • 1 vote
                      zzz999 27 février 11:14

                      Les "dits" chrétiens souffrent surtout de connaître assez peu voire pas du tout le livre fondateur : la Bible.

                      Un exemple parmi 100 : La bible à longueur de texte met en garde les croyants contre l’idolâtrie et que font les Chrétiens dans leur immense majorité ? prier des statues, ou adorer la vierge à Lourdes alors qu’il est strictement interdit d’adorer qui que ce soit d’autre que Dieu, sachant qu’en passant Marie est la mère de celui qui a chassé les marchands du temple : de toute évidence elle s’est gravement loupé à Lourdes.


                      • vote
                        ged252 29 février 14:15

                        Pour flatter on présente un vice comme étant la vertu la plus proche :

                        .

                        On dit que le prodigue est un généreux, un libéral.

                        L’arrogant un homme grave.

                        Le téméraire, l’inconscient un courageux.

                        .

                        Pour dénigrer on présente une vertu comme étant un vice ;

                        .

                        On dit que le patriote est un extremiste de droite.

                        Que ceux qui refusent la corruption des moeurs sont des intolérants.

                        Que les gens qui critiquent les manoeuvres d"une faction, sont des antisémites.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ged252


Voir ses articles







Palmarès