• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Restaurer la démocratie par le RIC ? Entretien avec Clara Egger, candidate à (...)
#79 des Tendances

Restaurer la démocratie par le RIC ? Entretien avec Clara Egger, candidate à la présidentielle

Le Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC) est apparu en France sur le devant de la scène au moment de la crise des Gilets Jaunes, en novembre 2018. Réclamant davantage de démocratie, les manifestants ont défendu l'idée du RIC comme solution aux maux qui traversent la société française. Clara Egger, professeure en relations internationales à l’université de Groningen (Pays-Bas), a été désignée par le collectif Espoir RIC 2022 comme candidate aux élections présidentielles 2022 afin de placer le RIC au cœur du débat public. Comment Clara Egger pense t-elle le RIC ? Comment le mettre en place et avec quelles conséquences ? Nous vous proposons aujourd'hui un entretien approfondi avec Clara Egger sur les tenants et aboutissants de cet outil démocratique dont on parle tant sur les réseaux sociaux, et si peu dans les médias.

 

Tags : Démocratie RIC




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • 16 votes
    Clocel Clocel 24 décembre 2021 17:38

    Surtout, ne touchez à rien !!!

    Je n’ai pas envie de passer sous le contrôle direct de zombis prêts à plus de 80% à se faire injecter n’importe quelle merde pour échapper à un virus médiatique.

    Regardez ce qui s’est passé récemment en Suisse, ils l’ont le RIC, ça ne les a pas empêché de se faire emboîter comme le reste de la chiourme.


    • 5 votes
      Callaway Callaway 24 décembre 2021 18:27

      @Clocel

      Exactement. Même si j’ai quasi certitude qu’il y a eu de la triche quelque part, les résultats de notre RIC à nous ne nous a sauvés de rien.

      Désormais, seul RIC Hunter pourra nous sortir de là.


    • 4 votes
      sirocco sirocco 24 décembre 2021 19:59

      @Clocel
      "Regardez ce qui s’est passé récemment en Suisse, ils l’ont le RIC..."

      Euh... la Suisse bénéficie d’un système de votations qui en fait le pays le moins éloigné de la démocratie en Europe. C’est déjà ça.

      Mais il ne s’agit pas du RIC tel qu’il a été très précisément théorisé par Étienne CHOUARD (RIC constituant) et par les Gilets jaunes qui en faisaient une de leurs revendications principales. On trouve toutes informations à ce sujet sur Internet.


    • 3 votes
      Clocel Clocel 24 décembre 2021 20:22

      @sirocco

      Oui, et par votation ils viennent de renoncer pour 10 ans à la démocratie, voir mon lien suivant...


    • 5 votes
      wendigo wendigo 24 décembre 2021 18:32

       Le RIC ????

       Non faut arrêter les conneries ; ce que la crise du covid nous a surtout enseigné et plus de la malfaisance politico médiatique, c’est la docilité et la servilité de la majorité des Français ; perso je ferais l’inverse, je retirerais le droit de vote au peuple ; parce que le pays est dans la merde, c’est justement parce que le peuple vote alors qu’il n’en a pas les aptitudes cognitives !


      • 1 vote
        Djam Djam 27 décembre 2021 12:23

        @wendigo

        Vous n’avez pas tort... pour autant, la solution ne serait-elle pas justement de reconstruire l’école au sens noble du terme avec des programmes permettant précisément au plus grand nombre de penser à nouveau par eux-mêmes et à partir d’une solide formation en géopolitique, philosophie, psycho, créativité... tout ce qui a été évacué par les mondialistes ?

        Oui, je sais... mais on peut rêver un peu, nan ?


      • 2 votes
        Clocel Clocel 24 décembre 2021 19:30

        RIC, tout le monde descend !

        Illustration de mes propos...


        • 2 votes
          suispersonne 24 décembre 2021 22:15

          Un RIC ne suffira jamais.

          Quelle que soit la finesse du découpage pour proposer une pseudo autonomie aux citoyens, les pppdrep ont pour compétence principale la capacité de détourner n’importe quel ric à la protection de leur situation personnelle.


          Précision  : les pppdrep, plaie systémique des "démocrassies"=> les politiciens professionnels préoccupés de rester en place.

          Tous les systèmes électoraux induisent les mêmes conséquences : pouvoir insupportable d’une minorité de zélites affiliées aux mêmes dogmes.


          Ceux qui font de la politique pour faire carrière ont largement démontré leur penchant pour la trahison des promesses faites aux électeurs, leur extrême sensibilité aux lobbies, leur absence de principes moraux, leur gangrène du clientélisme, leur désintérêt systématique pour le bien commun.

          Il n’est pas étonnant que les contraintes du business soient imposées à tous les gueux.

          Et toutes ces démocrassies sont en fait des ploutocraties.


          Les penseurs athéniens avaient déjà établi il y a plus de 2600 ans :

          1. L’élection est aristocratique

          2. Le tirage au sort est démocratique

          Les athéniens avaient réussi à se débarrasser de leurs pppdrep pendant 200 ans.

          Tirage au sort pour un mandat unique -non renouvelable- parmi des candidats auditionnés, susceptibles de révocation (ostracisme) en cours de mandat pour non respect de leur feuille de route.


          Plus besoin de RIC avec l’ostracisme et la suppression des pppdrep.


          Le besoin essentiel devient celui d’une inscription de tous les critères de progrès à respecter dans une nouvelle constitution.

          Un objectif très pratique est de quantifier chaque critère, et d’afficher publiquement l’évolution de ces critères en continu et en temps réel.


          • vote
            gnozd 26 décembre 2021 19:23

            @suispersonne
            Ouais tout ça c’est bien beau mais c’est le pognon qui dirige. Et le cul.


          • vote
            gnozd 26 décembre 2021 19:24

            @gnozd
            ...et la force brutale.


          • 7 votes
            DantonQ DantonQ 24 décembre 2021 22:35

            Le constat est tout-à-fait juste, les crapules qui sont au pouvoir ne nous respectent pas parce qu’ils ne nous craignent pas. Alors pour que ceux qui sont au pouvoir craignent le peuple, il faut faire un exemple : ils doivent être plongés dans la terreur et subir une mort cruelle et redoutable pour qu’ils apprennent qu’ils répondront toujours de leurs actes et que la justice du peuple est du genre expéditive . 

            Des rivières de sang doivent couler  le sang de nos ennemis — pour qu’enfin ils apprennent qu’on ne se moque pas impunément du peuple français . 


            • 3 votes
              quijote 25 décembre 2021 10:33

              @DantonQ

              Je comprends et respecte ce point de vue extrémiste. Il est d’ailleurs naturel d’un point de vue fantasmatique. Les envies de meurtre, c’est normal. Tant que ça reste dans la tête ou en paroles, faut pas se censurer.

              Problème : on a besoin d’élites. Si. C’est comme ça et c’est pas autrement. Mais tu crois qu’on va trouver une nouvelle génération d’élites si on massacre celle-là ?

              La solution ? Pffff... Quoi qu’on en pense, très très très difficile à mettre en place. Et jamais idéal. Un équilibre tellement subtil qu’on tend à ne je jamais le trouver... Et penser "Ah là là, si c’était moi à la place de ces ordures, enfin on serait heureux" est immature. On est tous des connards. Et des connasses !

              Trouver des gens à la fois supérieurement intelligents ( les problèmes auxquels on fait face sont très complexes ), très dévoués ( c’est une vie de merde... ), mais qui y trouvent leur compte de façon non perverse ( c’est-à-dire sans abuser systématiquement de la position de pouvoir qui leur est confiée... ), ça ne va pas de soi. Ce dernier point est peut-être le plus critique. Peut-être. Car le pouvoir attire les pervers et les psychopathes. C’est pas un hasard si des PPDA ou des Hulot, après des Strauss-Khan, des Epstein ou des Weinstein, sont aujourd’hui mis sur la sellette pour des abus de pouvoir ni trop divers ni trop variés...

              Si on ajoute à cela que même un très dévoué non pervers peut succomber à la tentation car le pouvoir tend à corrompre, on est pas sorti de l’auberge... Mon avis est qu’un changement ne peut pas être radical et passe par une démocratisation des connaissances apportées par la psycho. Elle devrait être enseignée à l’école. C’est possible dès le primaire. Connaissance de soi, connaissance des autres, phénomènes de groupes, etc. À la place, nos amis les demi-cinglés et autres woke ont mis en place... la théorie du genre... Le tout en disant que "pas du tout, ça n’existe pas". Ça n’existe pas et on l’enseigne... La psychopathie est là, sous nos yeux. Au nom du Bien...

              Bref. Ce qui nous faudrait, il me semble, c’est du général de Gaulle. Mais je suis pas sûr que la période ait généré des types de ce genre. Peut-être que Onfray a raison. C’est peut-être une civilisation qui meurt. La Suisse est ce qui s’approche le plus de l’idéal mais, visiblement, ça ne permet pas non plus de lutter contre la coalition élites-GAFA-media mainstream dont le gigantesque pouvoir de manipulation paraît pouvoir s’imposer aux opinions publiques. Après le Bien, la peur est un autre levier puissant pour contrôler ces dernières.

              Alors ? Alors je sais pas. Mais la période est intéressante. Bien qu’anxiogène.


            • 2 votes
              clode clode 25 décembre 2021 06:32

              Y en a qui rêve ?


              • 4 votes
                Conférençovore Conférençovore 25 décembre 2021 09:21

                Conditions indispensables au RIC :

                • Avoir une pop politisée
                • Avoir une pop qui fait nation

                Les deux ne sont pas remplies en Fr. Dans tous les autres cas, le RIC est non seulement une connerie mais en plus un outil potentiellement mortel en cas de submersion démographique (ce qui est en train de se passer).

                • 4 votes
                  Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 25 décembre 2021 10:58

                  @Conférençovore

                  Je vois une troisième condition dans l’indépendance et la pluralité (cela va ensemble) des médias. 

                  D’ailleurs, plutôt que de dire que ce sont trois conditions préalables au RIC, il me semble plus pertinent de les inclure consubstantiellement dans le projet du RIC qui, sans cela, n’aurait aucun sen. Car un référendum digne de ce nom ne consiste pas seulement en une consultation de la population (ça, c’est la partie la plus facile) mais aussi et surtout dans l’organisation d’un véritable débat public.


                • 2 votes
                  tchakpoum 26 décembre 2021 20:27

                  Je suis surpris de la tonalité des commentaires. On se lamente ici incessamment de l’arbitraire du pouvoir (moi itou), cause de tous nos malheurs et quand on propose la sortie, on la refuse. C’est le théorème du singe, ou c’est du comportement cognitif et social de ce type, déjà montré sur Avox : https://www.youtube.com/watch?v=kiklt9OiH-Y

                   La « démocratie » est l’otage des minorités agissantes, des idéologies renforcées artificiellement par les compétitions électorales ou encore par des intérêts particuliers stipendiés par des influences étrangères et des lobbies d’entreprises multinationales. Et les « débats » publics ne sont que des hystéries permanentes.

                  Le perdant est « la majorité silencieuse », ou l’évidence commune la mieux partagée sur un sujet mis en débat par un RIC. La pratique des RIC ne peut que faire évoluer les débats vers les consensus, l’inverse donc des hystéries.

                  J’ignore ce qui s’est passé en Suisse avec le référendum sur le pass sanitaire. Il peut y avoir des loupés. Mais Clara Egger explique que ce n’est pas forcément une coïncidence si le PIB/habitant suisse est le plus élevé des pays européens, et de même en Urugay, qui pratique aussi le RIC (ou un équivalent), qui dispose du PIB/habitant le plus élevé des pays d’Amérique du Sud.

                  Ça peut tanguer, être imparfait, mais c’est surtout la clé ouvre un autre chemin. Le système représentatif est en bout de course, congelé, il a créé son écosystème qui a sa propre résilience. La souveraineté nationale a tout donné, y compris la séparation des pouvoirs qui n’existe plus. La voie de sortie ne peut-être que celle de la souveraineté populaire. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ged252


Voir ses articles


Publicité





Palmarès