• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > RT France - Interdit d’interdire - Zemmour sur Zemmour - Zemmour : "je n’ai (...)
#26 des Tendances

RT France - Interdit d’interdire - Zemmour sur Zemmour - Zemmour : "je n’ai JAMAIS été au Diner du CRIF, même en tant que journaliste"

Eric Zemmour : "je n'ai JAMAIS été au Diner du CRIF, même en tant que journaliste" ; "ne pas confondre les dirigeants comunautaristes des juifs français avec l'ensemble des juifs français" !

---------------------------------------

Interdit d'interdire - Eric Zemmour sur Eric Zemmour

Diffusé en direct il y a 11 heures

RT France

Frédéric Taddeï reçoit Eric Zemmour

Tags : France Politique Information et Médias Palestine Islam Algérie Eric Zemmour Espagne Judaïsme Islamisme Communautarisme




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • 4 votes
    sls0 sls0 9 novembre 13:07

    Je préfère de loin une interview de Taddéï que d’autres.

    C’est valable aussi avec Zemmour.

    Je me suis aperçu que Zemmour et moi on ne voyait pas la même chose donc qu’on arrivait pas aux mêmes conclusions. Lui c’est à travers les livres ou les médias et moi à travers mes lunettes, mon vécu.


    • 18 votes
      Zero9 Zero9 9 novembre 13:10

      @sls0 Ton vécu il est fantasmé du début a la fin.


    • 9 votes
      micnet micnet 9 novembre 13:17

      @sls0

      « Je préfère de loin une interview de Taddéï que d’autres.« 

      Voilà au moins une affirmation que je partage entièrement. Taddei est sans doute un des tout derniers qui mérite encore le qualificatif de « journaliste » au sens noble du terme.


    • 7 votes
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 13:27

      @micnet

      Il n’y a pas de sens noble à journaliste, c’est un mot qui désigne une activité bâtarde et malsaine par essence. Taddei est un bon organisateur et animateur de débats. 


    • 9 votes
      micnet micnet 9 novembre 14:50

      @Gaspard Delanuit

      Moi je pense au contraire que le métier de journaliste, à la base, est un métier tout à fait noble mais qu’il a tellement été dévoyé depuis des décennies qu’on l’a presque oublié... Ainsi, je pense que les véritables journalistes (et animateurs) qui font aujourd’hui honneur à la profession se trouvent principalement sur le net.


    • 1 vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 15:59

      @micnet

      "Moi je pense au contraire que le métier de journaliste, à la base, est un métier tout à fait noble"

      Ah bon, mais quel est donc ce prétendu "métier" de journalisme à la base ? Vous pensez qu’il y avait des journalistes dans l’Antiquité grecque ou romaine, au Moyen-Âge, à la Renaissance ? Vous avez des noms ?

    • 1 vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 16:06

      @micnet

      "(...) un métier tout à fait noble mais qu’il a tellement été dévoyé depuis des décennies qu’on l’a presque oublié."

      Les premières formes de journalisme selon Wikipédia : "Les faits divers : appelés « occasionnels » ou « canards sanglants », ils viennent des colporteurs du Moyen Âge qui racontaient les évènements importants dans les différents villages. Puis, au XVIe siècle, ils parlent de meurtres, de viols, d’accidents. Ils sont racontés sous la forme d’un récit. Ce sont des journaux de très mauvaise qualité qui cherchent à étonner et mettent surtout en scène des femmes."
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_journalisme

    • 3 votes
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 16:20

      @micnet

      Auparavant, il y avait des conteurs-voyageurs. La perversion du conte et du récit a donné naissance à un monstre concentrant plusieurs vices comme la précipitation, la superficialité, la publicité, la propagande, la manipulation de masse, le mensonge d’Etat, la calomnie, la pornographie, etc. C’est cela et rien d’autre, le journalisme. Cette sinistre activité est à la littérature ce que le proxénétisme est à l’amour. 


    • 4 votes
      micnet micnet 9 novembre 17:02

      @Gaspard Delanuit

      Et ben...dites moi Gaspard, vous vous êtes fait piquer votre gonzesse par un journaliste pour être aussi virulent ou quoi ? Ce n’est pas une raison pour en conclure que c’est un métier de putes. Ne tombez pas dans ce genre de facilités, sinon on finit rapidement par devenir un branleur : demandez donc à Mao si c’est bon pour la santé smiley Plus sérieusement, la fonction de journaliste, à la base, est assez facile à définir ; elle consiste à informer, tout simplement. Sans remonter à l’antiquité, je peux vous citer des noms actuels qui, pour moi en tout cas, font honneur à cette fonction : prenons par exemple le regretté Tepa qui a mis la liberté d’expression à l’honneur en donnant la parole à des personnes et à des idées qu’on n’a plus entendues depuis 40 ans au-moins sans jamais juger, ni faire de moraline. Il les laissait s’exprimer tout simplement. Vous allez sûrement me répondre qu’il n’était pas journaliste, et sans doute n’avait-il pas de carte de presse, mais il se comportait et agissait comme tout journaliste digne de ce nom devrait le faire en informant les citoyens au-travers de ses interviews. Ce n’est évidemment que mon avis mais c’est très exactement comme cela que je perçois le rôle de ceux que l’on appelle des « journalistes « faisant partie des médias mainstreams. Dans un style un peu différent, je peux aussi citer Vincent Lapierre dont le travail de terrain, notamment auprès des Gilets Jaunes, a été de mon point de vue remarquable (cela dit, je le suis beaucoup moins ces derniers temps dans ses prises de position en particulier concernant la crise sanitaire...). Mais à nouveau, comme souvent, notre désaccord tient peut-être au fait que nous n’avons pas la même définition de ce qu’on appelle le journalisme et que nous ne parlons pas de la même chose ?


    • 1 vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 17:34

      @micnet

      "Mais à nouveau, comme souvent, notre désaccord tient peut-être au fait que nous n’avons pas la même définition de ce qu’on appelle le journalisme et que nous ne parlons pas de la même chose ?"

      Oui, en grande partie. 

      "la fonction de journaliste, à la base, est assez facile à définir ; elle consiste à informer, tout simplement."

      Pouvez-vous préciser le sens que vous donnez à "informer" ? Quelle différence avec "désinformer" ? 

    • vote
      yoananda2 9 novembre 17:37

      @micnet

      Plus sérieusement, la fonction de journaliste, à la base, est assez facile à définir ; elle consiste à informer, tout simplement.

      Sauf que ça ne veut rien dire dit comme ça. A la rigueur on pourrait dire que ça consiste à prioriser l’information, et alors, on devine déjà la responsabilité énorme (voire l’arrogance) qu’il y a dans ce geste.

      font honneur à cette fonction : prenons par exemple le regretté Tepa qui a mis la liberté d’expression à l’honneur en donnant la parole à des personnes et à des idées qu’on n’a plus entendues depuis 40 ans au-moins sans jamais juger, ni faire de moraline

      Je penses à titre personnel qu’il a fait du bon boulot, mais on pourrait tout aussi bien arguer qu’il a donné la parole à des gens qui menacent l’ordre social et qu’il a fait plus de mal que de bien.

      Mais à nouveau, comme souvent, notre désaccord tient peut-être au fait que nous n’avons pas la même définition de ce qu’on appelle le journalisme et que nous ne parlons pas de la même chose ?

      J’ai donné ma mienne, et du coup, on devine facilement les différences que ça implique. La question de "bon journaliste" est beaucoup plus simple à définir dans ton paradigme que dans le mien smiley


    • 1 vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 17:43

      @micnet

      Je vais vous demander un effort d’imagination. Attention, ça ne fonctionnera que si vous jouez le jeu. Donc, voici : imaginez une société humaine sans aucun journaliste. C’est bon, vous l’avez ? Questions : Qu’est-ce qui lui manque ? Vous croyez que l’invention du journalisme la rendra meilleure ?


    • 1 vote
      micnet micnet 9 novembre 19:58

      @Gaspard Delanuit@Yoananda2@Ritonas4

      Franchement, je n’imaginais pas qu’un commentaire de ma part que je trouvais parfaitement anodin à propos de Taddéi provoquerait un débat presque philosophique sur la notion de "journalisme". Mais c’est ça aussi, la magie d’agoravox smiley

      Pouvez-vous préciser le sens que vous donnez à "informer" ? Quelle différence avec "désinformer" ? 

      Alors concernant la définition du journalisme, je m’en réfère tout bêtement à celle que propose wiki 

      "Le journalisme  est l’activité qui consiste à recueillir, vérifier et éventuellement commenter des faits pour les porter à l’attention du public dans les médias en respectant une même déontologie du journalisme.
      Et la déontologie du journalisme se définit comme l’ensemble des normes auxquelles les journalistes devraient au minimum s’astreindre. On trouve la « vérité, la rigueur et l’exactitude, l’intégrité, l’équité et l’imputabilité"

      Voilà qui devrait répondre à la question. En quoi ce principe vous pose-t-il problème ?

      Maintenant, pour répondre à Yoananda2 sur le fait que ma définition de départ du "journalisme qui consiste à informer" est beaucoup trop vague, je réponds que c’est normal puisque la notion de journaliste regroupe tout aussi bien quelqu’un qui bosse à Closer que quelqu’un qui est reporter de guerre, qui s’intéresse à l’économie, à la rubrique des chiens écrasés ou qui prône un "journalisme d’opinion.
      Donc oui, le journalisme est un domaine, c’est le moins que l’on puisse dire, qui est très vaste. Quel est donc le "plus petit dénominateur commun" entre tous les exemples que je viens de citer ? D’informer les gens moyennant le respect de la définition ci-dessus. 
      Et pour revenir sur le cas du "journalisme d’opinion", je tiens à rappeler ici, car on a tendance à l’oublier un peu ces derniers temps, qu’Eric Zemmour est au départ journaliste et ce de manière tout à fait officielle. Comme je crois comprendre à vous lire que vous éprouvez plutôt de la sympathie envers lui (pour Ritonas4, je n’affirme rien car je n’ai pas échangé suffisamment avec lui pour connaître son opinion) mais si je suis bien Gaspard, Zemmour est donc au final un personnage assez peu recommandable, non ?

      Imaginer une société sans journalistes

      Ah j’imagine très bien en effet car ça porte un nom assez simple : ça s’appelle un régime totalitaire. Je crois d’ailleurs savoir que c’est ce que proposaient Daech et également les talibans. Vous trouvez ça enviable ?


    • 2 votes
      micnet micnet 9 novembre 20:28

      @Ritonas 4

      Commentaire idiot, simpliste, donc aucun intérêt. 
      On croirait lire un gauchiste smiley


    • vote
      yoananda2 9 novembre 20:32

      @micnet

      Quel est donc le "plus petit dénominateur commun" entre tous les exemples que je viens de citer ? D’informer les gens moyennant le respect de la définition ci-dessus. 

      Oui, mais ma définition marche aussi, tous les journalistes priorisent. (ceci dit, c’est vrai que le volet "rapporter l’info le plus fidèlement possible" était évident ... sinon ce métier n’a plus aucun intérêt public).

      . Je crois d’ailleurs savoir que c’est ce que proposaient Daech et également les talibans. Vous trouvez ça enviable ?

      Si j’étais un dictateur éclairé, alors je dirais que oui smiley Après tout les français sont des veaux, peut être qu’ils ont besoin d’un Macron qui les éclaire et de journalistes fidèles à ses botes. oups


    • vote
      yoananda2 9 novembre 20:34

      @micnet

      Franchement, je n’imaginais pas qu’un commentaire de ma part que je trouvais parfaitement anodin à propos de Taddéi provoquerait un débat presque philosophique sur la notion de "journalisme". Mais c’est ça aussi, la magie d’agoravox 

      Moi je passais par hasard par la, j’ai vu la lumière, je suis venu faire un coucou, c’est tout.

      Je n’allais quand même pas répondre à Super Le Glaude ou remonter encore une fois les bretelles de sls0. Il sont marrant 5min, pas plus.


    • vote
      micnet micnet 9 novembre 20:36

      @yoananda2

      Si j’étais un dictateur éclairé, alors je dirais que oui  Après tout les français sont des veaux, peut être qu’ils ont besoin d’un Macron qui les éclaire et de journalistes fidèles à ses botes. oups

      Toi au-moins tu es parfaitement cohérent smiley. Mais tu n’as pas tort sur les "français qui sont des veaux" (je n’arrête pas de le dire également) sauf que ça ouvre un tout autre débat


    • 1 vote
      micnet micnet 9 novembre 21:04

      @Ritonas 4

      Les journalistes de bfm sont des bons journalistes. Taddei est un bon journaliste. Jojo est un bon journaliste ou pas, tous cela dépend de l’opinion de celui qui la donne

      Oui, comme le fait de dire que Macron est un "bon président", que Zemmour ferait un "très bon président" et que Marine Le Pen ferait une "excellente présidente". Tout dépend également de l’opinion de celui qui la profère. C’est vachement intéressant comme remarque smiley
      Et donc ? Quel est le rapport avec le débat qu’on a engagé au départ ?


    • vote
      micnet micnet 9 novembre 22:09

      @Gaspard Delanuit

      Vous pensez qu’il y avait des journalistes dans l’Antiquité grecque ou romaine

      A ce sujet, voici un lien très intéressant.

      https://larevuedesmedias.ina.fr/antiquite-greco-romaine-le-bourdonnement-incessant-de-linformation

      Même si le terme de "journaliste" n’existait évidemment pas à l’époque, en revanche, la fonction existait bel et bien en tant que "relais d’informations auprès du public".
      Encore une fois, tout est une question de définition et quand vous expliquez que le journalisme est mauvais "par essence", j’aimerais comprendre comment vous le définissez ? Si ça se trouve, une fois votre définition énoncée, on sera d’accord.


    • 2 votes
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 22:43

      @micnet

      "je tiens à rappeler ici, car on a tendance à l’oublier un peu ces derniers temps, qu’Eric Zemmour est au départ journaliste et ce de manière tout à fait officielle."

      Je me contrefous que quoi que ce soit soit ou non "officiel" à un point que vous ne pouvez pas imaginer  smiley Je chie allègrement sur l’officialité. Laissons ça aux zozototiciens (en leur chiant sur la gueule aussi au passage, un bon geste ne doit jamais être isolé). Zemmour, quand il emploie le mot d’une manière un peu fine (et non dans le flot rapide d’une discussion traitant d’autre chose), dit clairement lui-même qu’il n’a jamais été un "journaliste" mais plutôt un essayiste, un auteur qui s’est exprimé sur des médias. Le terme lui pose donc aussi un problème, à raison. Du reste, si Zemmour disait une sottise, il faudrait bien entendu la corriger : il peut être le représentant d’une certaine résistance à défaut de trouver mieux mais il n’est pas une référence absolue. 

    • 1 vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 00:00

      @micnet

      "Même si le terme de "journaliste" n’existait évidemment pas à l’époque, en revanche, la fonction existait bel et bien en tant que "relais d’informations auprès du public". Encore une fois, tout est une question de définition et quand vous expliquez que le journalisme est mauvais "par essence", j’aimerais comprendre comment vous le définissez ? Si ça se trouve, une fois votre définition énoncée, on sera d’accord."


      L’article cité ne fait que confirmer mon propos. De plus, la communication étant un des critères du vivant, on pourrait aussi bien dire que les végétaux font du journalisme.  smiley

      Mais justement, il ne faut pas le dire. Le journalisme est un concept moderniste et cette activité est mauvaise par nature, parce qu’elle remplace la libre circulation de l’information et des opinions sincèrement exprimées (ce que nous faisons en ce moment même) par une activité devant fatalement, par sa forme précipitée ("journal" à pour racine "jour") et putassière (il faut capter l’attention, flatter "l’audimat"), s’ériger en puissance de sidération des masses au détriment de la réflexion posée et dépassionnée. Voyez par exemple l’odieux traitement réservé par le "journalisme" courant à la réflexion scientifique et médicale en cette période critique. Voyez ce que sont devenues les fameuses "revues scientifiques à comité de lecture" gangrénées par la peste journalistique. Les enjeux ne sont pas seulement intellectuels ou théoriques : le "journalisme" détruit la vie et la liberté ; disons le clairement le "journalisme" tue. 

      On pourra toujours dire qu’il y a de bons journalistes. Cependant, même dans le meilleur des cas, ceux-ci ne font que compenser insuffisamment la perversion apportée par l’ensemble de l’industrie journalistique elle-même. Nous pouvons vérifier que le journalisme est mauvais par essence en observant que globalement cette industrie sert beaucoup plus le mensonge que la vérité. Le journalisme corrompt même la langue (les fautes de français sont répandues et banalisées par les journalistes à l’oral comme à l’écrit). Sur une île déserte sur laquelle nous tenterions de faire société, celui qui aurait l’idée de faire du journalisme commencerait par colporter des ragots et à manipuler l’opinion tout en prétendant communiquer des informations. Ce "journaliste" s’interposerait entre les personnes en "médiatisant" l’information alors même que l’information n’avait auparavant nullement besoin de lui pour se transmettre naturellement et directement entre les habitants. La publicité, le sensationnalisme et le voyeurisme composeraient le sinistre cortège de son inspiration maléfique, au détriment du bons sens comme de la véritable réflexion émanant des sages et des érudits. 

      Si vous réfléchissez bien (pas comme un journaliste), vous verrez qu’à chaque fois que vous penserez à un journaliste qui n’est pas une ordure ou un sale con au service d’une industrie putassière cherchant à exploiter la connerie des masses, un autre mot plus précis que "journaliste" pourra vous venir à l’esprit : critique, sociologue, écrivain, caricaturiste, documentaliste, enquêteur, organisateur de débat, ou même "blogueur"... Et en même temps, chacune de ces activités peut sombrer dans le vil "journalisme", dès qu’elle ne s’adresse plus à l’intelligence ; à chaque fois, tout simplement, qu’elle n’est plus sincère.

      C’es donc bien une question de mot, mais cette question n’est pas anodine, car elle implique des enjeux énormes et concerne le destin de notre civilisation ou plutôt le destin de l’humanité au-delà de cette civilisation agonisante. Le journalisme est le véritable ennemi de la liberté d’expression qu’il prétend incarner. C’est comme si le juge était en fait l’assassin du procès qu’il instruit. C’est quelque chose qui est difficile à admettre parce que cela implique un gros effort de la conscience et une redistribution complète de notre schéma intellectuel ; mais quand on comprend cela, on dispose d’une clef qui ouvre de nombreuses portes. 


    • vote
      micnet micnet 10 novembre 03:51

      @Gaspard Delanuit

      Je vous répondrai en détails ce soir.


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 07:13

      @micnet

      Il vous faudra plus d’une journée entière pour répondre à ceci :
      Le journaliste, fossoyeur de l’esprit et du style
      https://www.cairn.info/revue-l-enseignement-philosophique-2011-6-page-6.htm


    • 1 vote
      panpan panpan 10 novembre 09:36

      @Gaspard Delanuit,
      Pouvez-vous préciser le sens que vous donnez à "informer" ? Quelle différence avec "désinformer" ? 

      Je crois que la réponse est incluse dans la question .
      D’un côté des faits et de l’autre des mensonges.


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 09:57

      @panpan
      Comment faites-vous pour savoir si un journaliste décrit objectivement un fait ou s’il vous ment ou encore s’il se trompe parce qu’il est lui-même mal informé ou parce qu’il commet une erreur de raisonnement ? 


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 10:26

      @Ritonas 4

      Le commentaire de minuit de Gaspard Delanuit. Oui, vous avez vu, cette précision dans le timing : 10 novembre 00:00  smiley


    • 1 vote
      kirios 10 novembre 13:03

      @micnet
      ce qui me dérange dans la définition de wikipédia est cette partie :"....et éventuellement commenter des faits pour les porter à l’attention du public "
      à partir du moment ou on lui demande de commenter le journaliste sort de son rôle d’informateur pour devenir un influenceur . si l’on s’en tient à cette définition le journaliste ne peut plus être considéré que comme un manipulateur


    • vote
      kirios 10 novembre 13:19

      @kirios
      je voudrai ajouter que j’ai trouvé particulièrement choquant que Zemmour dise que de Gaulle avait voulu une assemblée nationale de godillots (les manipulations qui font que les elections présidentielles soient conjointes viennent de jospin ). un autre point qui ne me parait pas honnête est l’affirmation que les français , les italiens et les allemands sont frères .... ???je pense que nous avons un journaliste (définition de wikipedia)qui veut gouverner la France ???


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 13:26

      @kirios

      "je voudrai ajouter que j’ai trouvé particulièrement choquant"

      Pauvre petite chose, vous voulez qu’on mette en place une cellule psychologique pour prendre en charge votre choc traumatique ?

    • 1 vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 13:27

      @kirios

      "à partir du moment ou on lui demande de commenter le journaliste sort de son rôle d’informateur pour devenir un influenceur . si l’on s’en tient à cette définition le journaliste ne peut plus être considéré que comme un manipulateur."

      Mais en ce moment, vous êtes aussi en train de commenter, non ?

    • 1 vote
      kirios 10 novembre 15:03

      @Gaspard Delanuit
      "Pauvre petite chose"je trouve particulièrement choquant d’être qualifié ainsi par une grosse merde


    • vote
      micnet micnet 10 novembre 18:54

      @Gaspard Delanuit

      En fait, vous n’avez pas répondu précisément à ma question précédente où je vous demandais de me donner votre définition du journalisme, mais vous y avez répondu quand même de manière indirecte et, surtout, votre commentaire de 00:00 (en effet, bravo pour le timing ;) confirme ce que je pressentais depuis le début de notre échange.
      Car en fait, derrière votre critique du journalisme, sans forcément en être conscient, c’est en réalité le capitalisme que vous attaquez sans le nommer. Lorsqu’on lit votre commentaire, c’est particulièrement flagrant ! Vous n’allez pas aimer ce que je vais écrire mais vous vous exprimez comme un théoricien marxiste (je sais que vous détestez cette idéologie tout comme moi) faisant une analyse du capitalisme et de ses effets collatéraux que sont "La publicité, le sensationnalisme et le voyeurisme composeraient le sinistre cortège de son inspiration maléfique, au détriment du bons sens comme de la véritable réflexion émanant des sages et des érudits. " pour reprendre vos propres termes. Et je suis en grande partie avec vous d’ailleurs ! En définitive, ce que vous n’aimez pas c’est le "système médiatique" ou, pour le dire encore plus directement, la "professionnalisation du journalisme" qui n’est qu’une émanation des sociétés capitalistes car si vous allez au bout de votre logique, vous remontrez obligatoirement à cette cause première. Mais mon cher Gaspard, moi je vous réponds que vous pouvez faire exactement la même critique pour toutes les activités rémunérées, vous pouvez par exemple reprendre mot pour mot les mêmes critiques virulentes concernant par exemple les hommes politiques.
      Car à l’origine, la politique (Politeia) se définit comme "l’organisation de la Cité" et c’est une des plus nobles activités qui soit. A partir du moment où nous faisons face à une "professionnalisation" de la politique, nous changeons complètement de paradigme et nous basculons alors dans un univers perverti jusqu’à la moelle puisque c’est le fric qui gouverne la politique et non l’inverse.
      Tout comme pour le journalisme en fait. Mais je vais même encore plus loin : j’imagine que, tout comme moi et tout comme la plupart des commentateurs de ce site, vous exercez une activité pour laquelle vous êtes rémunéré, n’est-ce pas ? Et bien moi je vous dis que nous sommes toutes des putes de ce système à partir du moment où on accepte de jouer le jeu dudit système ! Si vous êtes un tant soit peu cohérent dans votre puritanisme intellectuel (parce que votre commentaire relève très clairement de la moraline puritaine), c’est la conclusion logique à laquelle vous devez aboutir car vous trouvez un bouc émissaire facile en vous focalisant uniquement sur le journalisme ce qui vous évite de prolonger la réflexion jusqu’au bout smiley
      Alors maintenant que j’ai fait ce rappel utile, à votre tour je vous demande de faire un effort d’imagination et de penser une société dont aucun journaliste désireux de diffuser les informations au plus grand nombre ne serait rémunéré ni n’appartenant à aucune société. Est-ce que cette activité serait toujours aussi "malsaine" dans un tel contexte ? Et je vous rejoins à 1000% quand vous dites que sur agoravox, nous faisons aussi du journalisme lorsque nous rédigeons un article lié à l’information du moment ou même un commentaire car nous le faisons à titre totalement gratuit.

       Le journalisme est le véritable ennemi de la liberté d’expression qu’il prétend incarner. 

      Non, le journalisme tel que je viens de le définir, c’est à dire débarrassé du modèle capitaliste qui le sous-tend (je sais c’est évidemment une utopie mais c’est pour expliquer le principe) est tout au contraire la condition indispensable à la diffusion de libre expression la plus totale !
      Et pour en revenir à mon premier commentaire, c’est bien pour cela que je saluais Taddéi qui fait honneur au "journalisme" bien compris dans le contexte que je viens d’expliciter en détails.
      En conclusion, j’en reviens à ma remarque préliminaire : tout est une question de définition à la base ! Si vous réduisez la conception du journalisme simplement à son organisation systémique capitalistique, je vous rejoins parfaitement mais dans ce cas soyez cohérent et faites le pour l’ensemble des activités rémunérées. Mais si vous faites l’effort d’aller à la racine de ce que représente cette activité qui consiste à être un relais d’informations (donc du savoir et donc de la libre parole) et que vous affirmez toujours que c’est une activité malsaine par essence, alors oui nous sommes dans ce cas radicalement en désaccord, je vous le confirme !


    • vote
      micnet micnet 10 novembre 19:07

      @kirios

      à partir du moment ou on lui demande de commenter le journaliste sort de son rôle d’informateur pour devenir un influenceur . si l’on s’en tient à cette définition le journaliste ne peut plus être considéré que comme un manipulateur

      Non cela dépend car il existe bel et bien un "journalisme d’opinion" et cette activité me semble tout à fait honorable à partir du moment où elle est assumée comme telle. Si on prend le cas de Zemmour, celui-ci assume parfaitement avoir exercé un journalisme d’opinion et s’il a en face de lui d’autres journalistes défendant des opinions complètement différentes, ça permet justement au citoyen d’exercer son esprit critique en prenant en compte 2 visions de la société. 
      Là où il y a manipulation c’est quand on se prétend "objectif" alors qu’on sait pertinemment que la notion d’objectivité dans le traitement de l’information relève tout simplement de la farce...


    • 1 vote
      micnet micnet 10 novembre 20:17

      @Ritonas 4

      Vous êtes un branleur

      Venant de la part d’un type qui chiale depuis des lustres pour que la modération lui supprime son compte, ça me fait chialer moi aussi mais de rire smiley !
      Qu’est-ce que vous foutez encore sur ce site petite pleureuse ? Vous n’êtes pas capable de supprimer vous-même votre profil ?
      Ceci dit je vous confirme ceci : vos commentaires d’analphabètes incapables d’argumenter, je m’en branle smiley


    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 20:54

      @kirios

      "Pauvre petite chose" je trouve particulièrement choquant d’être qualifié ainsi par une grosse merde

      Est-ce que vous voulez qu’on appelle les urgences pour vous aider à sortir de votre pamoison, petite chose terriblement choquée ? 

    • vote
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 novembre 21:02

      @micnet

      Je suis d’accord avec les généralités que vous écrivez, mais ce sont des généralités, pour ne pas dire des banalités. En revanche, je n’ai pas l’impression que vous ayez saisi le caractère singulier de mon propos. On peut toujours ramener un propos singulier à une généralité, mais on y perd forcément quelque chose. Et là, vous ratez un truc. Dommage ou tant pis. Mais avez-vous au moins suivi le lien que j’ai donné ? Je crois que vous appréciez Nietzsche, c’est le moment de bien le comprendre. 


    • 1 vote
      micnet micnet 10 novembre 21:15

      @Ritonas 4

      Argumenter ????

      Je comprends que tu mettes autant de points d’interrogation derrière le mot "argumenter" car tu ne connais manifestement pas la définition de ce terme et ça se voit au-travers de tes "commentaires".
      Du coup, je comprends aussi que tu souhaites te barrer de ce site mais comme tu aimes aussi qu’on te plaigne et qu’on pleure avec toi, tu fais durer le plaisir.
      C’est typique du comportement d’une pleureuse.
      Tu veux que j’en fasse un "édito" ? smiley smiley


    • vote
      micnet micnet 10 novembre 23:05

      @Ritonas 4

      Ouh là, je t’ai vexé on dirait ma ptite pleureuse, vu que tu viens de pondre un post de...18 lignes (ou j’ai mal compté) ! La vache, t’as battu ton record grâce à moi smiley !!! ça va, t’as pas trop mal au crâne après un tel effort ? smiley

      ta réponse à gaspard de 69 lignes ( ou j’ai mal compté ) ne renferme pratiquement ( soyons charitable, en fait aucun ) argument.

      Ah ben si tu le l’affirmes, c’est que ça doit être vrai alors smiley

      Pour la pleureuse, ben non je ne pleure pas, je prends ça plutôt à la rigolade.

      C’est vrai que t’as l’air d’être vachement calé dans la rigolade et le second degré, on sent une grande finesse dans tes propos, Norman Bates n’a qu’à bien se tenir car avec toi il a trouvé un rival de choc à la fois spirituel, vif d’esprit et... Non je déconne smiley. Dans les faits, même le paroissien, qui n’a pourtant pas inventé l’eau chaude, se fout de ta gueule mon pauvre ami, que veux-tu que je te dise ? T’es venu me brancher en te mêlant à une discussion qui ne te concernait même pas alors que tu sembles de base assez fragile et que tu as la larme assez facile, et maintenant tu te victimises en me reprochant ma "vulgarité" et mon "tutoiement" à ton égard, c’est quand même assez drôle tout ça smiley
      Je suis désolé cher ami, et pardonne ma sincérité mais tu m’indiffères à un point que tu n’imagines même pas et je n’aurais jamais échangé avec toi si t’étais pas venu ramener ta fraise. Donc tu comprendras aisément j’en suis sûr, car tu es un garçon peut-être un peu moins con que tu sembles en avoir l’air, que je n’ai pas envie de m’adresser à toi sérieusement puisque, tu l’as toi-même admis, t’es venu pour te fritter avec moi et pas pour débattre. Donc comme je sais m’adapter à mes interlocuteurs, y compris les plus fragiles, je prends ça à la rigolade smiley.
      Maintenant à toi de me dire : soit tu veux débattre sérieusement, soit tu veux qu’on continue à se fritter (mais faut pas venir chouiner ensuite), soit on se quitte bons amis (ou pas). Moi toutes les options me vont smiley


    • vote
      CoolDude 10 novembre 23:45

      @Ritonas 4

      J’ai faillit pleurer aussi...

      Allez on croit.

      Bref j’attends le top de la conneries quand il sera dedans !

      TOP HUMOUR.


    • 2 votes
      Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 11 novembre 01:02

      @micnet

      "Car en fait, derrière votre critique du journalisme, sans forcément en être conscient, c’est en réalité le capitalisme que vous attaquez sans le nommer." 


      Pour commencer, sachez que je suis mieux conscient que vous de ce qui fonde dialectiquement mon propos : ce n’est pas le capitalisme. 

      Ensuite vous pouvez toujours dire que la critique du capitalisme se trouve en fond de la critique de centaines de choses (la prostitution, l’obésité, la déforestation, la dépression des enseignants, le dérèglement climatique et les caries dentaires) mais cette remarque est un sophisme généralisant qui noie le poisson et empêche de percevoir la spécificité de chaque problème. Vous me dites (si je vous comprends bien) que le journalisme serait une activité utile et noble si elle pouvait s’affranchir du capitalisme. Mais un proxénète peut dire la même chose de son activité : c’est le capitalisme qui le pousse à tabasser les filles, l’âpre concurrence dans un monde cruel qui l’oblige à être sans pitié, etc. 

      Les critiques adressées par Nietzsche au journalisme ne sont pas adressées au capitalisme mais bien au journalisme. Ses arguments sont précis et font mouche. Maintenant, si vous ne voulez pas les entendre, je ne peux pas vous y forcer. C’est peut-être aussi le capitalisme qui vous rend sourd.  smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles


Publicité





Palmarès