• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Simone Weil - Note sur la suppression générale des partis politiques

Simone Weil - Note sur la suppression générale des partis politiques

La "note sur la suppression générale des partis politiques" est un extrait des "écrits de Londres" rédigé par la jeune philosophe française Simone Weil (1909 - 1943) concernant la malfaisance et l'inutilité des partis politiques et du système libéral du multipartisme.
Cette vidéo est une lecture automatique de l'ouvrage. (le montage a été réalisé par mes soins).

Tags : Livres - Littérature Politique




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Étirév 19 juillet 13:06

    Ce fascicule de moins de 100 pages est une Lumière qui éclaire bien des aspects sur la vie politique actuelle et les « professionnels » qui en vivent.

    Rappelons à l’occasion que toute élévation du type humain demande un régime aristocratique. La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs, elle supprime le respect et rend les petits insolents.

    L’égalité c’est la fin d’une race, « tous dégénérés », « tous fous », tous égaux dans la bêtise ou dans la bassesse c’est la suppression de la hiérarchie des esprits !

    C’est aussi l’audace de l’accusation lancée contre la noblesse de caractère, contre le génie, contre le savoir, contre tout ce qui brille. C’est le courant d’eau qui éteint toutes les lumières, sous prétexte qu’elles éblouissent.

    Cordialement.


    • vote
      ubikand 19 juillet 13:59

      @Étirév

      Et bien dites donc, vous avez beau employer le mot "Lumière" de manière grandiloquente, il ne vous a pas tellement éclairé ce petit livre !  smiley 

      Vous n’y avez manifestement rien compris, et votre propos est même l’antithèse de la pensée de Weill et de Rousseau qu’elle met en exergue. 


    • 1 vote
      Belenos Belenos 20 juillet 13:09

      @Étirév
      "L’égalité c’est la fin d’une race."

      Egalité tout court n’a aucun sens en politique. Il ne faut pas l’employer ainsi. On doit préciser ce qui est égal : les droits, les devoirs, la capacité, etc. L’égalité en dignité civique et en droits fondamentaux des personnes humaines (par exemple le droit universel pour un être humain de refuser d’être considéré comme une chose) est un bon principe. 


    • vote
      Belenos Belenos 20 juillet 13:11

      Postuler l’égalité des savoirs et des talents serait en revanche stupide. 


    • vote
      ubikand 20 juillet 13:45

      @Belenos

      "L’égalité en dignité civique" 

      Que mettez vous derrière cette expression, philosophiquement, et surtout concrètement ? 


    • vote
      Belenos Belenos 20 juillet 14:59

      @ubikand
      Cela signifie qu’une personne pauvre et inconnue est aussi respectable et doit être traitée de la même façon, et avec le même degré de politesse, surtout par les services et les agents de l’Etat, qu’une personne riche et célèbre. Le contraire d’une société organisée en castes. 


    • vote
      ubikand 20 juillet 16:58

      @Belenos 

      Ah, c’était jute ça... ?  smiley 

      Vous, pauvre et inconnu, avez vraiment du bol de vivre en république de l’égalité en dignité civique. Gros veinard, va ! 


    • vote
      Heimskringla Heimskringla 20 juillet 21:20

      @Belenos

      « Dans des sociétés où tous se croient égaux, l’inévitable supériorité de quelques-uns fait que les autres se sentent des ratés.Inversement, dans des sociétés où l’inégalité est la norme, chacun s’installe dans sa différence, sans ressentir le besoin, ni concevoir la possibilité, de se comparer aux autres. Seule une structure hiérarchique a des égards envers les médiocres et les humbles. »

      Gómez Dávila



    • vote
      ubikand 20 juillet 21:36

      @Heimskringla

      « Dans des sociétés où tous se croient égaux, l’inévitable supériorité de quelques-uns fait que les autres se sentent des ratés.Inversement, dans des sociétés où l’inégalité est la norme, chacun s’installe dans sa différence, sans ressentir le besoin, ni concevoir la possibilité, de se comparer aux autres. Seule une structure hiérarchique a des égards envers les médiocres et les humbles. »

      Gómez Dávila

      Supériorité (en quoi, à quelles occasions, selon quels critères, etc).

      Inégalité (en quoi, en quels contextes, pourquoi et d’où, selon quels critères, etc)

      Structure hiérarchique (selon quelles modalités de catégorisation, selon quels principes de promotion vers le haut ou le bas, avec quels degrés de flexibilité, etc)

      Tant que l’on reste dans des considérations aussi générales que cette citation qui en foisonne, avec des concepts aussi malléables généraux imprécis et surtout décontextualisés et hors de tout angle de vue pragmatique, on n’avance pas. 


    • vote
      ubikand 20 juillet 21:44

      Dit autrement, la supériorité, l’inégalité, la hiérarchisation, etc, doivent être pensés différemment si on les applique par exemple au lever d’altères, ou à la modélisation d’un ouvrage d’art, ou encore à la décision politique. 


    • vote
      Belenos Belenos 20 juillet 22:00

      @ubikand
      "Vous, pauvre et inconnu, avez vraiment du bol de vivre en république de l’égalité en dignité civique. Gros veinard, va !"

      Je n’ai pas la veine de pouvoir en profiter, car je suis riche et célèbre. 


    • vote
      ubikand 20 juillet 22:05

      @Belenos
      C’est répugnant  smiley 


    • vote
      Belenos Belenos 20 juillet 22:07

      @Heimskringla
      "Inversement, dans des sociétés où l’inégalité est la norme, chacun s’installe dans sa différence, sans ressentir le besoin, ni concevoir la possibilité, de se comparer aux autres."

      Ah bon ? Comment on est passé de ceci (qui marchait si bien) à cela (qui marche si mal) alors ?

      Ce qui fonctionne pour une époque - une étape de l’évolution des sociétés humaines - ne fonctionne pas forcément pour une autre.  


    • vote
      Belenos Belenos 20 juillet 22:11

      @ubikand
      "C’est répugnant"


      C’est quoi "répugnant", déjà ? Ah oui, c’est les choses que mes serviteurs m’évitent de voir et emportent loin de moi. 


    • vote
      ubikand 20 juillet 22:31

      @Belenos

      Ah ? Vous avez gardé des serviteurs, vous ? Je ne supportais plus les miens. Jeveuxles35heures... Scusezmoisuismalade... Je n’emploie plus que des esclaves. 


    • vote
      Belenos Belenos 20 juillet 22:33

      @ubikand
      Je ne sais pas faire la différence entre les deux, c’est mon intendant qui se charge de ces détails mesquins. 


    • vote
      ubikand 20 juillet 22:38

      @Belenos

       smiley 


    • vote
      jesuisdesordonne jesuisdesordonne 20 juillet 00:16

      La lecture automatique, bof, dommage je n’ai pas regardé jusqu’au bout votre montage à priori sympa.

      Peut-être pourriez-vous vous rapprocher de
      http://www.litteratureaudio.com/
      écoutez

      • 1 vote
        logan2 20 juillet 08:39
        Ce texte met surtout en lumière un point de vue extrêmement sectaire de ce qu’est un parti politique, cette dame n’ayant jamais fait partie d’autre chose que de groupuscules. Cela apparait de manière évidente lorsqu’elle nie à tout membre d’un parti politique ou à tout groupe politique un but militant, alors que c’est pourtant son essence même, en lui attribuant à la place un unique but partisan.

        Ne vous laissez pas avoir par ce genre d’idéologie anti parti même si c’est bien écrit.


        • vote
          Belenos Belenos 20 juillet 13:12

          @logan2
          Un grand parti, c’est un groupuscule qui a réussi, comme une grande religion est une secte qui a réussi. 


        • vote
          logan2 20 juillet 17:59

          @Belenos
          C’est justement le genre d’amalgame qu’il faut éviter.

          Après c’est sur on peut raisonner sans discernement et faire tous les amalgames les plus grossiers, le monde devient plus simple après.


        • vote
          Belenos Belenos 20 juillet 22:16

          @logan2
          C’est vrai, il ne faut pas généraliser : certaines grandes religions sont des sectes super cool qui ont dégénéré et certains grands partis politiques ont été au départ des groupuscules sympas qui malheureusement ont mal tourné. 


        • vote
          Et Hop ! 21 juillet 19:52

          @logan2 : " cette dame n’ayant jamais fait partie d’autre chose que de groupuscules "

          Elle était sympathisante du Parti communiste au moment de son entrée à l’ENS, elle ensuite s’est engagée dans les brigades internationales, elle y a découvert que les Républicains espagnols était des tyrans sanguinaires, ce qui a beaucoup refroidi son tropisme communiste, mais pas son dévouement sincère pour la cause ouvrière et les petites gens. (comme George Owell)


        • vote
          files_walQer files_walQer 20 juillet 09:30
          Citation de Simone Weil :
          "Croire en l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole."

          • vote
            Heimskringla Heimskringla 20 juillet 21:21

            J’ai bien aimé la pesanteur et la grâce. C’est elle qui devrait être au panthéon, pas l’autre. 


            • vote
              Belenos Belenos 20 juillet 22:19

              @Heimskringla
              La pesanteur et la graisse ? C’est pas plutôt le recueil des conseils minceurs pour l’été de la personnalité médiatique franco-suisse Nabilla ? 


            • vote
              ricauret 21 juillet 00:01

              @Belenos

              QUE DE CONNECTIONS PERDU POUR TON CERVEAU

              ARRÊTAIENT CES CRITIQUES INUTILES ET IMBÉCILES QUI NE FONT AVANCER QUE VOS MAITRES


            • vote
              Belenos Belenos 21 juillet 00:33

              @ricauret
              PARLEZ PLUS FORT J’ENTENDS PAS CE QUE VOUS DITES


            • 1 vote
              Et Hop ! 21 juillet 20:02

              @Heimskringla : L’Enracinement (1943) et ses Écrits historiques et politiques, sont aussi très intéressants, on y trouve un article sur l’amour et les troubadours paru dans une revue occitane dans le cadre de la Révolution nationale. 

              Son oeuvre n’a malheureusement jamais atteint le stade de la maturité, comme Hannah Arendt et Condition de l’homme moderne qui est un chef d’oeuvre incomparable.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Yacine Chibane

Yacine Chibane
Voir ses articles







Palmarès