• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un reportage exclusif de CNN révèle la terreur des soldats américains durant (...)

Un reportage exclusif de CNN révèle la terreur des soldats américains durant les frappes iraniennes

Source : CNN

Traduction : lecridespeuples.fr

Commentaire de Dmitri Orlov : « Des dizaines de soldats américains ont souffert de commotions cérébrales, et un certain nombre ont eu besoin d’une aide psychologique pour faire face à la soudaine prise de conscience du fait qu’assassiner des personnes à l’aide de drones n’est pas vraiment la même chose que de jouer à des jeux vidéo, mais que ça peut vous faire tuer, et que vos camarades ne peuvent rien faire pour vous protéger. »

 

 

Base aérienne d’Al-Asad, Iraq (CNN) — Akeem Ferguson était dans un bunker lorsque son équipe a reçu le message radio glaçant les informant que six missiles balistiques iraniens se dirigeaient dans leur direction.

La dalle de béton sous laquelle ils s’étaient abrités offrait peu de protection contre les projectiles avec lesquels les troupes américaines en Irak étaient attaquées.

« Je me suis accroché à mon arme et j’ai baissé la tête, et j’ai essayé de penser à un endroit où j’étais heureux ; alors j’ai commencé à chanter une chanson à mes filles, dans ma tête, a déclaré le sergent d’état-major américain d’un mètre quatre-vingts. Et j’ai juste attendu. J’espérais que quoi qu’il arrive, ce serait rapide. »

« J’étais 100% prêt à mourir », a-t-il ajouté.

ferguson

Le sergent Ferguson devant un bunker militaire de fabrication américaine, semblable à celui dans lequel il s’est couvert la nuit des attaques iraniennes.

Ferguson a survécu indemne avec d’autres soldats américains et des entrepreneurs civils sur la base irakienne d’al-Assad, après un barrage de missiles balistiques iraniens le matin du 8 janvier.

La frappe a été l’attaque à plus grande échelle contre une base abritant des troupes américaines depuis des décennies. Les troupes ont déclaré que l’absence de victimes n’était rien de moins qu’un « miracle ».

 

 

D’après le gouvernement américain, les troupes américaines stationnées à la base aident à contrer Daech et à former les forces de sécurité irakiennes. Aucune troupe irakienne n’a été blessée lors de l’attaque.

Un examen plus attentif du site révèle que cette base est vulnérable à ce type d’agression. Le personnel a été averti à l’avance de la frappe plusieurs heures avant qu’elle n’ait lieu, ce qui leur a permis de se mettre à couvert. Mais ils n’avaient pas les défenses sol-air requises pour repousser un barrage de missiles balistiques : en effet, l’armée américaine n’a pas construit de structures sur la base, l’une des plus anciennes et des plus grandes d’Irak, pour se protéger contre une attaque de ce type. Les soldats étaient à la merci de la pluie de missiles.

Près de l’aérodrome, des éclats de métal craquent sous le pied alors que deux militaires prennent des mesures du cratère béant laissé par l’un des missiles. Il mesure environ 2 mètres de profondeur et 3 mètres de diamètre, et on peut voir un exemplaire brûlé de La Belle et la Bête vaciller au bord du trou. Une claquette, une carte du jeu Uno et une veste militaire dépassent de l’épave carbonisée laissée par le missile.

Il s’agissait d’une unité de logement pour les pilotes de drones et les opérateurs de la base. Ils ont évacué l’unité avant la frappe. Soit dit en passant, ils avaient surnommé les quartiers d’habitation « chaos ».

assad air base

Comme la plupart des personnels de la section américaine de la base, ils étaient déjà terrés dans les bunkers depuis plus de deux heures lorsque les premiers missiles ont atterri.

La frappe était une réponse iranienne à l’attaque par drone américain, ordonnée par le Président américain Donald Trump, qui a tué le Général le plus puissant d’Iran, Qassem Soleimani, moins d’une semaine auparavant.

Après des jours d’anticipation, les représailles de Téhéran ont été un soulagement pour beaucoup. Au camp d’al-Assad, les troupes pouvaient enfin se reposer tranquillement, après des jours d’alerte élevée. Pour les pays de la région, cela a marqué une accalmie bienvenue après que le meurtre de Soleimani a soulevé le spectre d’une guerre à l’échelle de la région.

10 des 11 missiles ont frappé des positions américaines sur la vaste base aérienne irakienne du désert. L’un d’eux aurait frappé un endroit plus éloigné, du côté des militaires irakiens.

Environ un tiers de la base est contrôlé par les États-Unis. Les missiles iraniens, qui utilisaient des systèmes de guidage internes, ont réussi à détruire des sites militaires américains sensibles, endommageant un complexe des forces spéciales et deux hangars, en plus du logement des opérateurs de drones américains.

Les journalistes de CNN ont été les premiers à avoir accès à la base après l’attaque iranienne.

 

 

Avertissement préalable

Le premier avertissement est venu de signaux secrets des services de renseignement la veille de l’attaque. À 23 h 00 le 7 janvier, la plupart des troupes américaines à al-Assad ont été envoyées dans des bunkers et quelques-unes ont été héliportées à l’extérieur de la base, selon les commandants d’al-Assad.

Seul le personnel essentiel, comme les gardiens de la tour et les pilotes de drones, sont restés à découvert. Ils se protégeaient contre un assaut au sol qui, selon les commandants des bases, suivrait l’attaque au missile.

200113093539-iraq-al-asad-base-rocket-1-super-169

Une photo de la destruction laissée à la base d’Al-Asad.

Les forces terrestres ne sont jamais venues et les troupes ne réapparurent de leurs abris qu’à l’aube. La frappe avait pris fin juste avant 4 heures du matin.

Le Premier ministre irakien Adil Abdul Mahdi a déclaré que l’Iran l’avait informé, vers minuit, de s’attendre à des frappes aériennes à l’intérieur de son pays. Un diplomate arabe avec qui CNN s’est entretenu a déclaré que les Irakiens avaient transmis ces informations sur les frappes aux États-Unis.

Mais le lieutenant-colonel al-Asad, Tim Garland, avait déjà reçu des informations sur une attaque de missiles balistiques au moment où les Irakiens ont pu l’en informer.

200113032103-03-iraq-assad-us-troops-super-169

Panneaux routiers américains à l’extérieur d’une unité d’habitation, laissés intacts après l’attaque.

Les premiers missiles sont tombés à 1h34 du matin. Ils ont été suivis de trois autres vagues, espacées de plus de 15 minutes chacune. L’attaque a duré plus de deux heures. Les troupes de la base ont décrit ces moments comme une période chargée de suspense, de peur et du sentiment d’être impuissant et sans défense.

« On peut se défendre contre (des forces paramilitaires), mais on ne peut pas se défendre contre cela », a déclaré le capitaine Patrick Livingstone, commandant des forces de sécurité de l’US Air Force sur la base, se référant aux précédentes attaques à la roquette par des groupes armés. « Pour l’instant, cette base n’est pas conçue pour se défendre contre les missiles. »

Mal équipés pour se défendre contre les missiles balistiques

Alors que les attaques attendues approchaient, la plupart des troupes se sont rassemblées dans des structures poussiéreuses en forme de pyramide disséminées dans toute la base. Ces bunkers ont été construits sous le règne du président déchu Saddam Hussein.

Les murs épais et inclinés ont été construits des décennies auparavant pour protéger les soldats irakiens des missiles en provenance d’Iran. Bagdad a connu une sanglante guerre de huit ans contre Téhéran (1980-1988) qui s’est terminée par un match nul. C’était une époque où la nouvelle République Islamique commençait à démontrer ses prouesses militaires.

200113131643-01-iraq-al-asad-us-troops-bunker-super-169

Bunkers de l’époque de Saddam où les troupes américaines se sont mises à l’abri des attaques

Les troupes américaines ont déclaré qu’elles ne savaient pas si les abris de l’époque de Saddam résisteraient aux missiles balistiques. Mais ils étaient plus solides que les bunkers américains, faits pour se protéger des roquettes et des mortiers.

Des roquettes et des mortiers relativement légers sont généralement utilisés par Daech, les extrémistes djihadistes et surtout les paramilitaires chiites en Irak, qui depuis des années ont les troupes américaines en ligne de mire. Mais les missiles balistiques iraniens ont une portée beaucoup plus longue et transportent une charge utile d’explosifs bien plus importante, estimée à au moins une demi-tonne chacune.

Des pas résonnent dans un étroit passage menant au bunker de l’ère Saddam. Les murs sont à double couche, et de grands trous à l’intérieur révèlent le mur extérieur cuivré parsemé de ventilateurs. Deux espaces de vie spacieux sont remplis de lits pliants, de matelas, de civières et de casiers. La nuit de l’attaque, l’une des chambres a fait office de salle de bain de fortune, avec des bouteilles d’eau en plastique découpées servant d’urinoirs.

Le lieutenant-colonel Staci Coleman était l’un des chefs d’équipe américains qui a envoyé les troupes dans un tel bunker. Après environ une heure et demie dans le refuge, elle avait des doutes.

« J’étais assise dans un bunker et je me suis dit que j’avais peut-être pris la mauvaise décision [en venant ici] », a déclaré Coleman.

« Environ 10 minutes après que je me sois dit ça, on a ressenti les boum boum boum boum boum boum, et je me suis dit que j’avais ma réponse. »

« Tout le sol a tremblé. C’était très fort, a-t-elle déclaré. On pouvait sentir le souffle des explosions jusqu’ici. Nous savions qu’ils étaient proches. »

Elle a rapporté que les portes semblaient se plier comme des vagues à chaque coup qui résonnait à travers l’abri. Aucun des bunkers de la base n’a été touché.

Pendant ce temps, le sergent. Ferguson se trouvait dans un bunker de fabrication américaine, un espace bondé maintenu par des dalles de béton de plus de dix centimètres et fortifié par des sacs de sable. Il regarda l’attaque se dérouler à travers des fissures entre les murs adjacents.

« Il y a un petit trou sur le côté de l’abri et nous avons vu un flash de lumière orange, a déclaré Ferguson. Après cela, nous avons pensé que chaque fois que nous voyions un flash, il ne restait que quelques secondes avant qu’une explosion se déclenche. »

« C’était Flash. Boom. Flash. Boom. Nous ne savions pas quand ça allait s’arrêter. Nous nous sommes assis là et avons attendu que cela se termine. »

Après la première vague, plusieurs sont sortis à la recherche de victimes. Lorsque la deuxième vague a frappé près de 15 minutes plus tard, certains ont été surpris en plein air.

200113031917-01-iraq-assad-us-troops-super-169

Le sergent Ferguson assis sur le site du logement des pilotes et des opérateurs de drones détruit,du métal carbonisé jonche le sol.

Ferguson a dit qu’il s’inquiétait des camarades qui étaient coincés à l’extérieur. « Après la deuxième volée, j’étais inquiet. Alors je suis parti les prendre, et je les ai ramenés au refuge avec nous, puis nous avons attendu… », a-t-il déclaré.

Au moment de l’attaque au sol qui était attendue, Ferguson était sorti de son bunker pour affronter tout ce qui pourrait suivre. Il a décrit la manière dont il avait scruté l’obscurité au-dessus de leurs viseurs, épuisé par le choc des missiles. Mais l’attaque n’est jamais venue.

« Nous étions vraiment trop fatigués. C’était la pire poussée d’adrénaline de notre vie », a déclaré Ferguson.

Lorsque les troupes sont toutes sorties des bunkers, beaucoup sont allées travailler pour réparer les dégâts. Ils ont décrit avoir ressenti un mélange de soulagement et de choc. « Les choses sont revenues à une certaine forme de normalité par la suite, a déclaré Coleman. Mais nous nous regardions tous dans les yeux comme pour dire ‘ça va’ ? »

Plusieurs soldats que CNN a rencontrés ont déclaré que l’événement avait changé leur vision de la guerre : l’armée américaine est rarement celle qui se voit frapper par des armes sophistiquées, étant plutôt celle qui lance les attaques les plus avancées au monde.

« On se regardait en nous demandant : ‘Où allons-nous fuir ? Comment allons-nous nous en sortir ?’ » a dit Ferguson.

« Je ne souhaite à personne d’avoir ce niveau de peur, a-t-il déclaré. Personne au monde ne devrait avoir à ressentir quelque chose comme ça [quelle blague]. »

Voir notre dossier sur l’assassinat de Soleimani et ses suites.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.

Tags : Etats-Unis Irak Iran




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Hijack ... Hijack ... 3 février 20:03

    Suis tellement ému que je n’ai voir que quelques secondes de la première vidéo ... snifff ... smiley M’enfin !!! Pourquoi les iraniens leur font ça ??? Z’ont pas honte ???




    .
    Blague à part ... ça a toujours été ainsi ... au Vietnam, contrairement à ce qu’ils ont fait croire à travers leurs très bons films hollywoodiens de propagandes, les G.I, chialaient leur mère face à des enfants dénudés viets ... armés de lances pierres ou armes du passé. /// Maintenant, à l’aide de Joysticks ils jouent aux soldats ... qu’ils n’ont jamais été. Dès qu’il s’agit de faire face au danger ... malgré leur puissance de feu, se retrouvent comme des enfants piégés par une bande de voyous traînant la nuit. Pour l’instant, le commandement US ne livre pas de https://lh6.googleusercontent.com/proxy/Vxxl1GEcEznqYxQ54U8Ve-KznR1CBE5mJzix9NMLbqPzSKSdLmXyaH6ES7pTb-73gvpGmqWTb4fxfhxKX5MwvnirPoD4jnexQBXLFaU"Pampers" à ses troupes ... mais il est temps de les prévoir.

    • vote
      Vraidrapo 4 février 06:53

      Même 600,000 ans après l’apparition de l’espèce humaine sur terre, il est évident qu’il manquera du temps au temps pour que ces bipèdes aboutissent à la société idéale promise dans les livres pour enfants, tout au moins... en occident !

      Au rythme où vont les choses,, ils sont plus vite fait de détruire l’écosystème que de (désirer) créer un monde de Paix pour tous les peuples...

      PS : la dernière connerie en date, malgré les gigantesques incendies incontrôlables, les agriculteurs australiens continuent de bruler les forets pour accroitre l’étendue des pâturages pour les bovins (dont on sait l’impact du méthane sur l’écosystème). La logique du Pire... amplifiée !


      • vote
        panpan panpan 4 février 09:52

        Les GI’s sont des brelles.

        C’est la surabondance de matériel qui leur permet de faire ce qu’ils font, mais les soldats eux mêmes sont pour la plupart bien en dessous de ce que l’on veut nous faire croire.

        Sur le terrain c’était des frileux comme pas permis et je doute que cela ait changé. smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès