• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vincent Haegele : " Des hommes d’honneur, trois destins d’Ancien Régime (...)

Vincent Haegele : " Des hommes d’honneur, trois destins d’Ancien Régime "

Entretien vidéo réalisé avec Vincent Haegele pour son livre intitulé :
 
Des hommes d’honneur, trois destins d’Ancien Régime
 
 
Merci de vous abonner à la chaîne et de partager la vidéo sur les réseaux sociaux.
 
Jeu concours pour gagner le livre de l’auteur publié aux éditions Passés Composés.
 
Quel roi de France exile les parlementaires le 20 janvier 1771 ?
 
Répondez à la question en commentant la vidéo. 
 
Un tirage au sort sera effectué pour désigner le gagnant…
 
L’équipe HSF
 
Vincent Haegele : " Des hommes d'honneur, trois destins d'Ancien Régime "

Tags : Livres - Littérature Histoire




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • vote
    Étirév 11 mars 12:09

    C’est en étudiant de manière totalement impartiale et sincère l’histoire de France que nous apprenons que les bases de l’ancien régime est un dérivé lointain et une altération monstrueuse de l’ancien régime gynécocratique, qui donnait à la Femme, la direction spirituelle et morale de la Société.
    Rappelons que le Monde Ancien a pris fin avec le triomphe du Catholicisme au Concile de Nicée. Le Monde Moderne commence.
    Entre les deux, une époque de transition : Le Moyen Âge, que l’histoire classique fait commencer à la mort de Théodose le Grand (395) et termine à la prise de Constantinople par les Turcs (1453).
    Ces divisions n’ont pas de valeur particulière. Ce qui est intéressant, c’est de savoir comment à l’ancien gouvernement féminin va succéder le gouvernement masculin.
    Nous allons en étudier les péripéties. Il s’agit surtout de dévoiler l’histoire de la Femme en lutte avec l’Église, depuis le Concile de Nicée jusqu’à la Révolution française.
    Nous l’avons spécialement étudiée en France parce que c’est pour nous l’histoire la plus connue.
    Extrait (attention aux historiens un peu fragiles) :
    LOUIS XIV (règne de Mme de Maintenon)
    Ce roi n’avait ni but, ni plan, ni connaissances étendues. Pas non plus un ministre capable de le seconder. Il faisait la guerre par goût et ses conquêtes par vanité. Il avait des ministres adulateurs ou faibles de conceptions : Louvois, Colbert, qu’on cite, étaient des médiocres, « ils auraient pu, tout au plus, servir de secrétaires à un premier ministre ».
    Mme de Maintenon domina son âme, fit naître une atmosphère de moralité, et des formes élégantes dans une cour voluptueuse. Le roi suivait ses inspirations parce qu’il les savait solides et prudentes.
    Sa vie fut partagée en deux parties : l’une ténébreuse et misérable pendant laquelle il fait des sottises, telle la révocation de l’Édit de Nantes, l’autre choisie et brillante, celle pendant laquelle il écoute les conseils de la raison froide d’Une femme intelligente.
    Après la mort de Mme de Maintenon, qui pendant sa vie avait comprimé les abus, empêché les excès, forcé la cour et la ville à s’envelopper d’une haute moralité, tout cela s’évanouit et le monde fut envahi par une licence audacieuse qui bientôt ne connut plus de bornes. Le duc d’Orléans, régent de France, pressé par des besoins de finance, adopta le système de Law sur le papier-monnaie ; les billets de banque se multiplièrent au delà de toute imagination, ce fut un bouleversement financier et des ruines formidables.

    LIEN


    • vote
      ged252 13 mars 08:21

      "l’ancien régime gynécocratique, qui donnait à la Femme, la direction spirituelle et morale de la Société.
      Rappelons que le Monde Ancien a pris fin avec le triomphe du Catholicisme au Concile de Nicée. Le Monde Moderne commence.

      "

      .

      Mensonge la gynécocratie n’a jamais existé en Occident.

      La femme n’avait pas son mot à dire chez les grecs, ils étaient toujours en guerre, et on ne sache pas que les femmes n’y aient jamais participé. Les affaires du temps étaient toujours des affaires de guerre, et les femmes en étaient exclus.

      .

      Les quelques femmes mises en avant étaient des devineresses, ou des prêtresses de la divinité, en aucun cas des femmes de l’ordinaire. La place de la femme c’était d’être au foyer. Surement pas à combattre dans les rangs de l’armée.

      .

      Et même chose chez les Romains, qui n’avaient, eux non plus, pas le temps de s’occuper des histoires de "droits des femmes" et autres fadaises modernes.

      .

      Le catholicisme est arrivé après les grecs (-450, -170) et après les romains, il n’a donc rien a voir avec vos élucubrations féministes.

      .

      La gynécocratie se trouvait bien par contre, chez les peuple les plus primitifs et arriérés, en Afrique et en Asie.

      .

      Propagande cosmopolite !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès