• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vous reprendrez bien encore un peu de Glyphosate ? !

Vous reprendrez bien encore un peu de Glyphosate ? !

Le 27/11/2017 L'union européenne autorise, Monsanto & Bayer, le droit de nous empoisonner encore, pendant cinq longues années.

Le groupe allemand de chimie et de pharmacie Bayer s'apprête à acquérir le géant américain des OGM et des herbicides, Monsanto. Une transaction qui s'élève à près de 50 milliards d'euros en pleine tempête médiatique sur la dangerosité du glyphosate. Source France info.

 

Ci-dessous extrait de Cash investigation 2016

Toutes l'actualité de Cash Investigation
http://www.francetvinfo.fr/replay-mag...
https://www.facebook.com/cashinvestig...
Twitter : @cashinvestigati

Tags : Santé agriculture Monsanto Union européenne


Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Simple citoyenne Simple citoyenne 28 novembre 09:53

    Bayer, aurait influé sur le vote, bruisse-t-on !


    • 1 vote
      bob14 bob14 28 novembre 10:28

      Le gouvernement français est saturé par le Glyphosate...vont se rabattre sur les couches culottes lavables en machine !


      • 1 vote
        Simple citoyenne Simple citoyenne 28 novembre 10:48

        @bob14 ; un véritable retour en arrière, c’est complètement inacceptable.


      • 9 votes
        Pyrathome Pyrathome 28 novembre 13:33

        Il faut dire les mots vrais qui prévalent dans cette affaire ( et tant d’autres...) :

        CORRUPTION, SOUDOIEMENT, CHANTAGE, MENACES, PRESSIONS

        Par ailleurs, les agriculteurs qui utilisent ces poisons gangrénés par la mafia FNSEA sont maintenant complices du crime en toute connaissance de cause, ce sont donc des assassins et auront à répondre de leurs actes en même temps, au même titre que leurs corrupteurs.......

        • 1 vote
          Simple citoyenne Simple citoyenne 28 novembre 14:13

          @Pyrathome  ; entre autres, les gens qui ont la chance d’avoir un petit carré de jardin pour faire pousser leurs fruits et légumes, ceux qui vivent à côté des épandages, eux, peuvent toujours courir !


        • 1 vote
          Croa Croa 29 novembre 16:27

          À Pyrathome,

          Sauf qu’ils se suicident eux-mêmes ! Cela suppose une énorme mise sous contrainte. Les « criminels » ce sont surtout les fournisseurs et autres corrupteurs il me semble.


        • 1 vote
          pegase pegase 29 novembre 19:53

          @Pyrathome

          Il y a une autre très sérieux problème qui devrait retenir toute notre attention ...

          => il se pourrait bien que Monsanto pratique insidieusement un génocide des insectes pollinisateurs dans le but de les remplacer par des drones qu’ils commercialiseront eux mêmes, des drones qui permettront tout les excès au sens orwelliens du terme .....

          Quoi en penser je ne sais pas, mais il nous faut rester vigilants en espérant que ce ne sont que des ragots ...


        • 2 votes
          av88 av88 28 novembre 14:47
          Les institutions européennes complices de Monsanto pour la « manipulation de la science ».

          Sur la même « Une » du journal Le Monde du 28 novembre 2017, on apprend que l’herbicide « glyphosate » produit par Monsanto est un « scandale européen » et le quotidien français précise que, selon ses informations, « l’agence officielle européenne a jugé que l’herbicide n’était ni toxique ni cancérogène en recopiant des données fournies par Monsanto ».

          On apprend aussi que « les Monsanto papers, ces milliers de documents rendus publics par la justice américaine permettent de reconstituer le récit de décennie de manipulation de la science ».


          • vote
            Simple citoyenne Simple citoyenne 28 novembre 21:19

            Bonjour av88 et merci pour ce rappel !

            Ce sont des milliers de documents, déclassifiés cet été par la justice américaine, qui éclairent d’un jour nouveau la manière avec laquelle Monsanto a joué avec la santé publique. [...]  Campagnes de dénigrement par voie de presse, intimidations via de gros cabinets d’avocats, etc. [...] ce sont des scientifiques sans lien de subordination avec elle qui les endossent en les signant, apportant ainsi le prestige de leur réputation à la publication ».

            Ainsi en va-t-il d’Henry Miller, biologiste [...] le chercheur a accepté contre rémunération de signer une communication, à condition qu’un « brouillon de haute qualité » lui soit fourni. Le texte sera publié presque tel quel sur le site de Forbes...

            Des scientifiques achetés

            Des consultants extérieurs sont également parfois payés pour rédiger des travaux qui vont dans le sens de Monsanto. Exemple : en 2016, cinq articles publiés dans la revue Critical Reviews in Toxicology concluent tous que le glyphosate n’est pas cancérogène. Les auteurs ? Des consultants du cabinet Intertek missionnés par Monsanto.

            La méthode est terrifiante. Source le point http://www.lepoint.fr/societe/roundup-revelations-sur-le-lobbying-de-monsanto-04-10-2017-2162078_23.php


          • 1 vote
            zevengeur 28 novembre 15:34

            "L’Europe qui protège" (l’oligarchie ?)


            • 6 votes
              DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 28 novembre 16:45
              Pourquoi la FNSEA est-elle accro au glyphosate ?
               
              Extraits :
              Pour le comprendre, prenons la direction de Landerneau, en Bretagne. C’est ici que siège Triskalia, la plus grande coopérative agricole de la région. Elle emploie 4800 salariés et fédère 16 000 agriculteurs adhérents, pour 280 sites en Bretagne. Son conseil d’administration est géré par des agriculteurs membres de la FNSEA. En 2016, Triskalia a réalisé un chiffre d’affaires impressionnant, à hauteur de 1,9 milliards d’euros. « Ils vendent des aliments pour le bétail, du lait... mais quand on regarde les bilans annuels, l’activité la plus rentable est la vente de produits phytosanitaires » observe Serge Le Quéau, de l’union régionale Solidaires. La vente de pesticides constitue, avec l’alimentation destinée aux animaux d’élevage, le principal levier de profits de Triskalia, sans commune mesure avec ce que lui rapporte la commercialisation de véritables produits agricoles (lait, céréales, œufs...)
               
              Les pesticides : une machine à cash pour les grosses coopératives agricoles

              La stratégie de la coopérative va donc se concentrer sur ce marché des produits chimiques : Triskalia s’appuie sur 120 techniciens spécialisés pour apporter des conseils aux agriculteurs adhérents.... tout en faisant la promotion des produits commercialisés par la coopérative. « Sur le terrain, des techniciens vont de ferme en ferme, vendre des semences de plus en plus productives mais aussi de plus en plus sensibles. Ils fournissent dans la foulée des produits chimiques, au lieu de faire de la prévention, et de proposer des méthodes alternatives », déplore René Louail, ancien conseiller régional Europe Écologie-Les Verts en Bretagne et membre du Collectif de soutien au victimes des pesticides de l’Ouest. Cette pratique est commune à nombre de coopératives gérées par des représentants de la FNSEA. Interdire le glyphosate, c’est se priver de plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires.

              Article de BastaMag
              https://www.bastamag.net/Pourquoi-la-FNSEA-est-elle-accro-au-glyphosate


              • 3 votes
                Simple citoyenne Simple citoyenne 28 novembre 17:39

                Merci beaucoup, DJL 93VIDEO, pour cet extrait, édifiant lorsqu’on lit la suite de l’article.

                "Les représentants de la FNSEA n’ont cessé de communiquer ces dernières semaines sur la non-dangerosité du glyphosate, s’appuyant entre autres sur l’avis de l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation [7]. Pourtant, le syndicaliste Serge Le Quéau constate que nombre de paysans adhérents de Triskalia « ont parfaitement conscience que c’est une hécatombe ». « J’ai déjà entendu certains d’entre eux dire qu’il ne faut plus participer aux épandages. D’ailleurs ils sous-traitent l’épandage des pesticides à des entreprises spécialisées qui font faire le sale boulot à des intérimaires... » En parallèle, souligne le syndicaliste, « les représentants de la FNSEA font tout pour que la Mutualité sociale agricole ne reconnaisse pas les maladies qu’ont contractés les salariés. Ce serait ouvrir la boite de Pandore », note Serge Le Quéau."


              • 2 votes
                DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 28 novembre 18:41

                @Simple citoyenne : Merci pour tes mots ^_^
                Et merci pour la suite de l’article ... Quels bandes d’ordures !


              • 3 votes
                cypfor 28 novembre 18:14

                Le ridicule ne tue vraiment pas. Alors on va interdire le glyphosate en France pour raison de santé publique (suspicion de cancers). Mais les productions alimentaires, destinées aux français, produites hors d’europe pourront entrer dans notre pays et arriver dans nos assiettes bien que traitées au glyphosate (Afrique, Asie, Amérique, Océanie etc).
                Donc, la suspicion du cancer, disparaitrait comme par enchantement en fonction de la provenance de nos aliments ?
                Il serait bon de réfléchir avant de proposer des interdictions qui ne feront que pénaliser les agriculteurs français et favoriser les agriculteurs extra européen qui pourront nous empoisonner sans contrainte ! RIDICULE et DEBILE


                • 2 votes
                  Maetha 28 novembre 20:12

                  @cypfor :

                   "Alors on va interdire le glyphosate en France pour raison de santé publique (suspicion de cancers)."

                   Et bien oui et c’est une urgence : la preuve n’est plus à faire, nous avons maintenant plus de trente ans d’expérience derrière nous + ce qu’il s’est passé en Argentine + celle des USA qui, dit-on, a toujours dix ans d’avance sur nous.

                   Aimeriez-vous chaque matin consommer au petit déjeuner ces petits pains ronds si appétissants, "les beagles" sachant qu’ils sont fait au blé OGM et que ceux-ci ont subi trois passages de glyphosate + adjuvants, dont le dernier quelques jours avant la récolte ? C’est devenu naturel pour eux maintenant et toute leur alimentation est comme cela.

                   Devant cet envahissement par ces techniques toxiques et totalement contre-nature le seul moyen efficace est de réclamer un étiquetage clair et draconien. C’est ce que l’on observe actuellement dans la filière aviaire, (poulets et oeufs) et laitière. C’est le seul moyen de s’en sortir. Il faut l’exiger pour tout le reste et que ce soit fait au plus vite

                   L’europe, très hypocritement, pour éviter cette méthode qui mettrait à mal très rapidement la filière chimique + OGM qu’ils veulent nous imposer, a mis au point un étiquetage allant du vert au violet qui juge des effets du produit sur la santé, mais bien sûr sans tenir compte de la présence du binôme OGM + Glyphosate puisqu’il est définitivement décidé qu’ils sont non toxiques et "équivalents" aux produits qui n’en contiennent pas !

                   La FNSEA joue un rôle très trouble et malhonnête.


                • vote
                  cypfor 30 novembre 11:00

                  @Maetha
                  Ce que vous écrivez ne répond pas du tout aux problèmes du marché mondial.

                  Que faites vous donc des produits alimentaires importés que vous ingurgitez sans sourciller.

                  Il est aisé de répondre à coté de la plaque. Répondez donc sur le cas précis, par exemple, des Ananas désherbés au Glyphosate et des centaines de produits alimentaires en provenance de pays ou ce désherbant ne sera jamais interdit ????


                • vote
                  Maetha 30 novembre 20:05

                  @cypfor :

                   La réponse est simple :

                   => faire un étiquetage clair au sujet de l’utilisation ou non du glyphosate dans le mode de production de l’article vendu.

                   C’est ce que l’on voit faire maintenant pour les poulets et les oeufs et normalement pour le lait dit "bio", vendus actuellement dans les supermarchés. C’est à eux de prendre l’initiative et à l’Etat de contrôler la véracité de ce qui est dit sur les étiquettes.

                   1° on voudrait savoir, dans un premier temps le résultat sur la vente des produits sus-cités. Cet étiquetage clair est encore assez récent : un an environ. Il doit y avoir des chiffres, il serait intéressant de les connaître.

                   2°Si ce procédé se développe, ce qui devrait se faire à l’initiative des grandes surfaces, il va se produire un changement profond, dans les choix alimentaires des Français, je peux vous le garantir.

                   Ces grandes surfaces n’ont pas à attendre les directives de Bruxelles, puisque dans cette affaire c’est leur responsabilité qui est directement engagée.

                   Si cette précision est donnée de façon claire et véridique, cela va changer radicalement la situation et les grandes surfaces qui le feront, verront leur chiffre d’affaire monter en flèche. Cette présence ou non de glyphosate va devenir le critère de choix N°1.

                   Actuellement nous restons bien des fois dans l’expectative et nous voilà réduit à n’acheter que ce qui qui nous semble, à vue de nez, avoir échappé à ces modes de culture imbéciles et criminels.

                   Les haricots sec, les lentilles, les pommes de terres, les dérivés du blé dur, viande rouge et viande de porc etc.. qui jusque-là me paraissaient digne de confiance seront laissés de côté, tant que cet étiquetage ne sera pas là, pour y voir clair.


                • vote
                  cypfor 1er décembre 10:12

                  @Maetha
                  Malheureusement, de nombreux produits alimentaires traités avec des produits interdits en France depuis 10 ans, sont sur les étals des grandes surfaces. Je ne vois nulle part d’étiquetages spécifiques. Alors à quoi sert le principe de précaution pour la santé publique, si ce n’est pour exonérer nos responsables. Ils interdisent certains produits phyto pharmaceutiques, mais autorisent l’import de denrées traitées par ces meme produits !!


                • 1 vote
                  Maetha 1er décembre 11:33

                  @cypfor :

                   "Que faites-vous donc des produits alimentaires importés que vous ingurgitez sans sourciller".

                   Elle est bien bonne celle-là.

                   Qu’en savez-vous ? Si c’est ce que vous faites, svp, avant de généraliser, informez-vous.

                   Le Glyphosate et la cuisine agricole qui tourne autour est condamnée. Il m’est difficile de comprendre que l’on puisse défendre ce modèle de production qui est déjà d’un autre âge et qui ne tient que par des coups de bluff et des tricheries en tout genre.

                   Il suffit qu’un pays grand comme la Russie dise stop, on ne veut pas de ces méthodes ni de ces produits frelatés pour que cela oblige tous les autres à changer leurs manières de faire.

                   Nous avons trois ans (le blocus Russe, incontournable, le permet) pour réorienter notre modèle de production et nos exigences. Il ne faut pas oublier que en fin de compte le "consommateur" est roi et comptez sur nous pour y revenir sans cesse.

                   Les américains sont de plus en plus en éveil sur ce sujet et ne supportent plus les pressions mercantiles ni l’hypocrisie des pouvoirs publics qui mettent à mal la santé des citoyens. suivez l’affaire.

                   Par Google lire : "la distribution des produits naturels et bios aux Etats-Unis"

                   (mots clefs : certification "USDA Organic". Natex’Bio, fédération des transformateurs et distributeurs bio.)

                   Ne vous trompez-pas ce n’est pas un comportement "bo-bo" comme le disent les européistes mais une démarche rationnelle : qui voudrait voir ses enfants subir les agressions alimentaires que les affairistes sans scrupules cherchent à leur imposer. Cette démarche est citoyenne et c’est le meilleur moyen de dénoncer cette dérive productiviste sans foi ni loi.


                • 1 vote
                  Maetha 1er décembre 12:03

                  @cypfor :

                   "Je ne vois nulle part d’étiquetages spécifiques".

                   Il y a une réglementation claire et une autre assez obscure.

                  Un étiquetage vert qui ressemble à un label : Bio, produit sans OGM, (on préfèrerait maintenant : "sans utilisation de glyphosate", mais cela va venir.) etc.

                  Un étiquetage rouge : "présence d’ OGM", pour les produits importés. Etiquetage exigé par l’Etat, normalement, mais qui est très mal ou pas du tout mis en oeuvre.

                   L’étiquetage vert suffit, il va permettre de gagner la partie.

                   Intéressez-vous à ce qu’il se passe chez Super U et Carrefour : lait oeufs poulets, pain, farine. Il faut s’attendre, dans un avenir proche à trouver le même type d’étiquettes pour la majorité des produits originaires de France. Ce qui suffit pour bien vivre et se régaler.

                   Suivez l’affaire.


                • 2 votes
                  DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 28 novembre 19:37

                  18 votes en faveur du Glyphosate, 65,71% : Bulgarie, Allemagne, République Tchèque, Danemark, Estonie, Irlande, Espagne, Lettonie, Lituanie, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Finlande, Suède, Royaume-Uni.
                   
                   9 votes contre, 32,26 % :
                  Belgique, Luxembourg, France, Croatie, Italie, Chypre, Grèce, Malte, Autriche.
                   
                   1 abstention, 2,03 % :
                  Portugal


                  • 3 votes
                    furax 28 novembre 22:43

                    UE pUE corrompUE
                    UE
                    c’est l’Allemagne, l’Allemagne c’est Bayer, Bayer, c’est ZyclonB


                    • 2 votes
                      av88 av88 29 novembre 08:00

                      Maintenant OK pour la pèche électrique :

                      Le Parlement Européen donne un premier feu vert à la néfaste pêche électrique

                      Cette méthode controversée, interdite en Chine, pourrait amener à un épuisement rapide des stocks et à une disparition de la pêche artisanale qui n’aura pas accès à ces techniques. Mais telle est la décision de l’UE, qui est souveraine en matière de politique de pêche (articles 38 et 39 du TFUE).

                      Source  : RFI (25 novembre)



                      • 2 votes
                        Simple citoyenne Simple citoyenne 29 novembre 09:28

                        Je remets cela en avant, j’aurais dû le déposer dans l’article, ça m’a complètement échappé !

                        Ce sont des milliers de documents, déclassifiés cet été par la justice américaine, qui éclairent d’un jour nouveau la manière avec laquelle Monsanto a joué avec la santé publique. [...]  Campagnes de dénigrement par voie de presse, intimidations via de gros cabinets d’avocats, etc. [...] ce sont des scientifiques sans lien de subordination avec elle qui les endossent en les signant, apportant ainsi le prestige de leur réputation à la publication ».

                        Ainsi en va-t-il d’Henry Miller, biologiste [...] le chercheur a accepté contre rémunération de signer une communication, à condition qu’un « brouillon de haute qualité » lui soit fourni. Le texte sera publié presque tel quel sur le site de Forbes...

                        Des scientifiques achetés

                        Des consultants extérieurs sont également parfois payés pour rédiger des travaux qui vont dans le sens de Monsanto. Exemple : en 2016, cinq articles publiés dans la revue Critical Reviews in Toxicology concluent tous que le glyphosate n’est pas cancérogène. Les auteurs ? Des consultants du cabinet Intertek missionnés par Monsanto.

                        La méthode est terrifiante. Source le point http://www.lepoint.fr/societe/roundup-revelations-sur-le-lobbying-de-monsanto-04-10-2017-2162078_23.php


                        • vote
                          cypfor 30 novembre 11:06

                          @Simple citoyenne
                          Dites nous donc ce que vous comptez demander aux autorités françaises pour stopper l’importation (Asie, Amérique, Canada, Afrique, Océanie) de tous les produits agricoles desherbés au Glyphosate et que vous retrouvez sur tous les étals de France, quand ce produit sera interdit ici ????


                        • 1 vote
                          Simple citoyenne Simple citoyenne 1er décembre 11:03

                          Bonjour cypfor  ; vous êtes visiblement fan de Monsant, c’est courageux de votre part à l’heure actuelle ; un des commentateurs plus haut, Maetha,vous a pourtant donné des solutions mais vous ne semblez jamais satisfait ! J’incite les autres commentateurs à ne pas perdre leur temps et leur énergie à vous répondre. C’est du parasitage.


                        • 3 votes
                          BA 29 novembre 11:38

                          La construction européenne, c’est uniquement une affaire de politique intérieure allemande.


                          Si nous voulons comprendre pourquoi il y aura encore du glyphosate dans nos assiettes, dans nos bouteilles, dans nos verres, nous devons observer la politique intérieure de l’Allemagne.


                          Le ministre de l’Agriculture allemand s’appelle Christian Schmidt. Il est membre d’un parti conservateur de droite, la CSU.


                          Pour préparer les élections régionales de Bavière de septembre 2018, le ministre conservateur Christian Schmidt a choisi de plaire à ses alliés la Fédération des fermiers allemands (DBV) et la Fédération de l’industrie des pesticides et engrais (Industrie Agrar), qui sont pour le glyphosate. La Bavière est une terre d’agriculteurs, les agriculteurs sont pour le glyphosate, et Christian Schmidt veut conserver leurs votes.


                          (Pour l’anecdote, la ministre de l’Environnement allemande, Barbara Hendricks, était contre le glyphosate. Elle est membre du parti social-démocrate, le SPD.)


                          Une élection régionale en Bavière ! Voilà comment une élection régionale en Bavière entraînent comme conséquence le maintien du glyphosate dans toute l’Union européenne !


                          La construction européenne est anti-écologique.


                          Lisez cet article :


                          Glyphosate : les dessous de la volte-face de l’Allemagne.


                          en dupant le SPD, qui l’a accusé dès lundi soir de « rupture de confiance grave », le ministre conservateur a pris le risque de détériorer le climat déjà délétère qui règne entre les deux camps. « Peut-être espère-t-il conserver des votes », s’interroge un rival politique bavarois. Après son mauvais score aux élections fédérales de septembre, la CSU a les yeux rivés sur les élections régionales qui auront lieu en Bavière en septembre prochain.


                          Siège des industriels Siemens, BMW ou Audi, la Bavière est aussi une terre d’agriculteurs. Et la CSU est la première alliée de la puissante la Fédération des fermiers allemands (DBV) et de la Fédération de l’industrie des pesticides et engrais (Industrie Agrar).


                          https://www.lesechos.fr/monde/europe/030946867173-glyphosate-les-dessous-de-la-volte-face-de-lallemagne-2133968.php




                          • vote
                            cypfor 30 novembre 11:10

                            @BA
                            Ah la la,ces gens de droite avec les industriels ; tous des abrutis qui veulent absolument s’empoisonner et empoisonner leurs enfants. Le raisonnement est plutôt léger et clair comme du jus de chique



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès