• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Thomas Porcher, économiste : « le gaz de schiste ne crée pas d’emplois (...)

Thomas Porcher, économiste : « le gaz de schiste ne crée pas d’emplois »

Le gaz de schiste est le sujet brûlant du moment. D’un côté, ses partisans avancent qu’il permet une réindustrialisation outre-Atlantique, ainsi qu’une baisse des prix. De l’autre, ses détracteurs rétorquent que les risques sismiques et environnementaux sont trop élevés. François Hollande a tranché puisqu’il interdit pour le moment l’exploitation du gaz de schiste mais ne l’exclut pas définitivement si de nouvelles techniques, autres que la fracturation hydraulique, voyaient le jour. Guettant la croissance comme des personnages de Beckett, les politiques gardent la porte ouverte. Face aux lobbys qui se font de plus en plus pressants, le gouvernement résistera-t-il longtemps ? Une option qui devrait pourtant être définitivement exclue, alors que, comme le rappelle Thomas Porcher dans son dernier ouvrage sur le sujet, l’exploitation des gaz de schiste, ce sont des risques considérables pris pour des gains pour le moins incertains. L’économiste revient ici sur les principales données du problème.

 

Tags : Gaz de schiste




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • 4 votes
    Lisa Sion Lisa Sion 8 octobre 2013 18:54

    On ne revient pas là dessus à condition que l’on puisse utiliser les puits d’explorations abandonnés pour la géothermie, c’est à dire avec de l’eau propre qui remontrait propre ! Le gaz de Panurge tombe en panne et fout le camps quand ça urge...


    • 1 vote
      gerfaut 8 octobre 2013 19:59

      Je crois bien que le sujet de cet expert n’ est pas le gaz de schiste mais la transition énergétique. C’ est très bien, mais comment va-t-on la payer ?


      Le sujet du gaz de schiste n’ aurait pas d’ intérêt si on n’ en découvre pas tellement sous nos pieds, comment savoir ? On ne veut même pas évaluer nos ressources...

      ’Transition énergétique’, ’réchauffement climatique’ tout cela a une forte consonnance idéologique. Ce sont les mêmes qui annoncaient la fin du pétrole sous peu, c’ est à dire les verts. Et maintenant la fin du pétrole n’ est plus pour bientôt, mais cela je le savais. C’ était une évidence.

      Donc on passe d’ un concept à un autre en s’ apercevant qu’ il est faux ou mal posé.... Et vous voudriez que l’ on ait confiance ? Non...

      • vote
        gerfaut 8 octobre 2013 20:05

      • 3 votes
        Nora Inu Nora Inu 8 octobre 2013 20:56

        No lo creo !

         

        Le gaz de schit ne dynamise pas l’économie ???

         

        Bon , je roule un pétard ...


        • 3 votes
          Hieronymus Hieronymus 8 octobre 2013 23:30

          il pourrait se raser et se coiffer avant une émissio télé !


          • vote
            Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 octobre 2013 10:05

            C’est vrai, on croirait qu’il sort à l’instant d’un puits de gaz ! 


          • 2 votes
            Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 octobre 2013 10:09

            L’expression "créer des emplois" est d’une grande indigence intellectuelle. Surtout quand on en fait un objectif. Il faut lutter contre l’employage et non contre le chômage. 


            • 2 votes
              Stof Stof 9 octobre 2013 10:23

              Il y aura effeecctivement du pétrole pour encore des milliers d’années. Mais ce n’est pas la question !!!
              La question est  : en quelle quantité et à quel coût ?
              Parcequ’au delà de 100$ le baril on a déjà de graves conséquences au niveau économique. Si la calorie fournie par les hydrocarbures devient plus chère que l’éolien ou le solaire, quel intérêt de forrer ?
              C’est le fond du problème. Le reste est de la propagande pour endormir l’opinion.


              • 2 votes
                Odomar Odomar 9 octobre 2013 10:54

                Lorsque l’exploitation demande autant d’énergie qu’elle n’en rapporte, aucun gain n’est possible. Dépenser un baril de pétrole (ou l’équivalent en énergie tirée du gaz) pour extraire un baril de pétrole : voilà la limite contre laquelle le système productiviste va bientôt se heurter. Les conséquences environnementales sont également importante et le coût du nettoyage (quand il est réalisé) s’ajoute au coût de production.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès