Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Accueil du site > Actualités > International > Aymeric Chauprade analyse le "mythe fondateur" du 11-Septembre

Aymeric Chauprade analyse le "mythe fondateur" du 11-Septembre

Aymeric Chauprade s'apprête à publier la nouvelle version de son ouvrage Chronique du choc des civilisations, qui s'annonce détonante. Le géopolitologue paraît avoir affermi ses convictions sur l'événement fondateur du XXIe siècle : le 11-Septembre. Dans un récent passage radiophonique, il a pu développer quelques-unes de ses idées fortes : le terrorisme international fabriqué, le rôle de l'Etat profond aux Etats-Unis, la guerre de l'information, la faillite des oligarchies mondialistes... Géopolitiquement incorrect ! Rarement un intellectuel de ce niveau aura lâché autant de bombes d'une telle intensité en l'espace d'une seule émission.

 

Aymeric Chauprade, né le 13 janvier 1969, est un écrivain, politologue et géopoliticien français. Élève et disciple de François Thual, il se rattache comme lui au courant réaliste. Suite à la publication de la première édition de son ouvrage Chronique du choc des civilisations, il fut limogé sans ménagement de l’Ecole de guerre : un article de Jean Guisnel dans Le Point dénonça son chapitre introductif sur le 11-Septembre, trop complaisant avec les thèses "complotistes", et Hervé Morin, alors ministre de la Défense, le fit virer sur-le-champ. C’était en février 2009.

 

Aymeric Chauprade était le 24 août 2011 l’invité d’Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie, à l’occasion de la réédition (très augmentée, à 60% !) de son best-seller de géopolitique, déjà vendu à près de 20.000 exemplaires.

 

Petit balisage de cet entretien absolument passionnant

 

Après quelques minutes d’introduction, où il revient sur ses différentes fonctions professorales, puis les raisons de son éviction (9e-12e min), Chauprade s’exprime longuement sur le 11-Septembre et le "mythe" qui l’accompagne.

 

13e min : Il dit pourquoi le doute qu’il a exprimé est à ce point intolérable : "A partir du moment où on doute de la version officielle donnée par les autorités américaines, tout ce qui découle de cette version, de ce nouveau mythe fondateur, est invalidé."

 

14e min : Chauprade fustige le livre nullissime que Nicole Bacharan vient de sortir sur ce sujet, et plus généralement la mobilisation de l’émotion au détriment du raisonnement, dont les médias se rendent coupables lorsqu’ils parlent du 11-Septembre : "C’est la construction d’un mythe fondé sur l’émotion pour effacer la raison, pour effacer le raisonnement".

 

Remarque pertinente : les sceptiques usent bien souvent de leur raison, alors que les autres se cantonnent presque toujours dans le registre de l’émotion, ce qui rend le combat inégal :

"Ce sujet est très compliqué, car nous sommes à armes inégales : ceux qui cherchent à défendre - qu’ils aient tort ou raison - une autre interprétation d’une version officielle, établie, dominante, portée par les mass media, sont sur le registre de l’analyse ; ils analysent, essaient d’être dans la réfutation d’une thèse, au sens scientifique, en apportant des éléments fondés sur l’analyse rationnelle. En face, c’est le rouleau compresseur de l’émotion, qui écrase la raison..."

 

16e min : Chauprade nous livre la raison profonde de son combat, pourtant si rude, et peut-être perdu d’avance : "Il m’est absolument impossible de me respecter moi-même si je développe des raisonnements à partir de postulats que je considère comme faux."

 

20e min : Il insiste très pertinemment sur le fait que toute la géopolitique mondiale dépend aujourd’hui de l’interprétation que l’on fait du 11-Septembre. Pour les tenants de la version officielle, le monde est bipartite, scindé entre le camp du Bien, autour des Etats-Unis, et le camp du Mal, celui du terrorisme islamiste international, qui s’est substitué à l’Union soviétique.

 

Chauprade a une vision nuancée des relations internationales. Il ne nie aucunement l’existence de l’islamisme et "sa dimension jihadique inhérente, propre, autonome", mais il affirme qu’il a été "monté en puissance du fait du jeu de la CIA en particulier, et des outils du renseignement américain pendant la Guerre froide, et plus encore après la Guerre froide". "Le terrorisme, poursuit-il, est une fabrication essentiellement étatique, qui est exécuté par des opérateurs, des agents, souvent non-étatiques, mais qui est pensé, initié, piloté par des services de renseignement, quels qu’ils soient". Et de citer l’ISI, les services pakistanais, pour leurs opérations dans le Cachemire, ou la CIA pour sa stratégie de la tension en Italie dans les années 1970 et 1980 avec les réseaux Gladio.

 

25e min : Chauprade explique comment cette fabrication du terrorisme se passe pratiquement :

"Vous avez 2 ou 3 agents de la CIA, en l’occurrence, qui vont créer une cellule dans un milieu idéologique connu, qu’il soit d’extrême droite, d’extrême gauche... Ils s’infiltrent dans ces milieux, ils se font accepter tout en se faisant passer pour des militants idéologiques, et ils commencent à recruter des militants qui, eux, sont sincèrement des militants idéologiques, sur leur psychologie, pensant qu’ils peuvent les manipuler, et ils développent des cellules à l’intérieur desquelles les véritables militants idéologiques, d’extrême gauche, d’extrême droite ou islamistes, pensent sincèrement agir pour une cause de manière radicale, et ils vont aller poser des bombes, s’exposer eux-mêmes, alors que les initiateurs, le jour où la police arrête les exécutants, ont disparu dans la nature, et c’est exactement ce qui s’est passé avec les exécutants de l’attentat de la gare de Bologne..."

 

Le géopolitologue parle ensuite de "l’utilisation qui a été pensée, validée au plus haut niveau, depuis très longtemps, de l’islamisme comme un outil de guerre contre tous les compétiteurs géopolitiques des Etats-Unis, l’URSS durant la Guerre froide, mais aussi d’autres adversaires. Ça, c’était une politique officielle, validée au plus haut niveau, avec des services alliés comme les services pakistanais, les services saoudiens, et donc pendant la Guerre froide on s’appuyait sur ces cellules. Maintenant il faut distinguer cette politique de celle que j’appelle de l’Etat profond, c’est-à-dire un Etat dans l’Etat, qui s’est créé - à mon avis, c’est la thèse que je défends - dans l’appareil d’Etat américain."

27e min : Chauprade évoque ce thème mis en lumière par Peter Dale Scott dans La Route vers le nouveau désordre mondial, celui de l’Etat profond : "Dans l’Etat et les structures officielles, des réseaux se sont développés à travers le temps et sont passés en roue libre, de plus en plus, en commettant des actions qui n’étaient pas forcément validées par la chaîne hiérarchique jusqu’au plus haut niveau politique... On ne peut pas se représenter ce qui s’est passé si on ne comprend pas le concept d’Etat profond dans l’Etat officiel". Chauprade loue le travail "remarquable" de Peter Dale Scott.

 

29e min : Le géopolitologue considère ainsi qu’il est simpliste de dire que c’est la CIA - en tant qu’organisation officielle - qui commet des attentats ; il s’agirait plutôt d’une organisation dans l’organisation officielle...

 

Pour illustrer son propos, il remarque que lors des différents attentats qui ont touché l’Occident (le 11-Septembre, Londres...), des exercices anti-terroristes de grande ampleur menés par les structures officielles de renseignement et de sécurité étaient en cours :

"Dans le virtuel s’est lové le réel, et le réel a pu se produire parce qu’il y a des taupes dans l’Etat officiel, des réseaux organisés qui utilisent les moyens et qui jouent avec les exercices virtuels et les rendent en partie réels."

 

Et Chauprade de livrer l’exemple du 11-Septembre... rappelant que durant cette matinée, les contrôleurs aériens ont compté jusqu’à 21 avions détournés, ce à quoi plus personne ne comprenait rien : on ne savait plus distinguer le réel du virtuel, le vrai du faux.

 

Le 11-Septembre est ensuite replacé dans une perspective géopolitique plus vaste : il s’agirait, pour Chauprade, d’une tentative pour les Américains de reprendre la main sur une Histoire qui leur échappe.

 

31e min : Selon lui, les Etats-Unis, confrontés depuis la chute de l’URSS à la perspective d’un monde multipolaire, synonyme d’une perte mécanique de leur suprématie, ont accéléré leur stratégie d’unipolarité, de contrôle du monde et d’endiguement de leurs principaux adversaires géopolitiques (Chine, Russie), et de tout adversaire, y compris régional (comme le Vénézuela), qui pouvaient mettre un frein à leur stratégie de puissance, et ce par l’utilisation du terrorisme :

"Ces événements catastrophiques participent d’une volonté d’inversion de l’Histoire. On perd la main sur l’Histoire, on cherche à reprendre la main sur l’Histoire, en provoquant des catastrophes, qui permettent de réorienter l’Histoire, de reprendre la main dessus. On le fait notamment en frappant les consciences, par l’émotion, parce que les Américains contrôlent un outil essentiel, qui est celui de la guerre de l’information".

 

Les Américains disposent, non pas seulement du "hard power" (c’est-à-dire la puissance économique avec le dollar, et le pouvoir militaire avec la moitié du budget de défense mondial), mais aussi du "soft power" (le pouvoir de la culture), qui fabrique l’ennemi, façon Hollywood, le "bon" et le "méchant" (Milosevic, Kadhafi, Saddam Hussein...), toujours avec les mêmes grosses ficelles (les armes destruction massive, un peuple tout entier qui se dresse contre son dictateur...), et modèle les consciences.

 

Le terrorisme international serait utilisé, d’une part, comme un outil de "neutralisation des raisons, du raisonnement", et, d’autre part, comme "une arme de coalition" des alliés.

 

Dans la suite de l’émission, Chauprade évoque la crise financière, louant au passage le livre de Pierre Jovanovic sur Blythe Masters, et fustige l’oligarchie mondialiste.

"Les régimes sont quasiment tous oligarchiques, et les Etats-Unis sont gouvernés par une oligarchie WASP, d’autres origines dans les milieux de la finance... et cette oligarchie on peut l’opposer au peuple américain, qui travaille... Nous sommes en train de vivre la faillite de ce monde euro-atlantique, dominé par des oligarchies financières, mondialistes, la faillite des deux monnaies, dollar et euro : dollar parce que politique folle, euro car construction totalement artificielle. Cette faillite se produit au moment où la multipolarité géopolitique du monde s’installe, avec des puissances émergentes, la multipolarité monétaire, bref nous sommes dans un véritable changement du monde... Pour moi c’est la fin d’un monde."

 

Selon Chauprade, la mort de Ben Laden (sur laquelle il ne se prononce pas) signe la fin d’un cycle et probablement le début d’un autre, avec la possible création d’un nouvel ennemi à l’origine d’une nouvelle catastrophe (mais ce n’est qu’une hypothèse sur laquelle il reste prudent).

 

50e min : "La privatisation de la guerre est un point essentiel, qui nous ramène à ce que je disais à propos de la compréhension fine de ce que peut être le 11-Septembre. Si on ne prend pas en compte l’interaction profonde entre le privé et l’Etat officiel, entre l’aspect militaire privé et l’Etat officiel, on ne peut pas comprendre la substance de ce qu’est le terrorisme international aujourd’hui".

 

Comment Chauprade voit-il l’avenir ?

 

D’abord, "un épouvantail se prépare, parce qu’il a une importante fonction de mobilisation, coalisatrice autour des Etats-Unis". Ensuite, "je crois que les Etats-Unis, dans le cadre d’une stratégie visant à ruiner la multipolarité, et en particulier le rétablissement de la Russie et la croissance de la Chine, vont accélérer leur prise de contrôle des périphéries faibles, comme le monde arabe, les périphéries du monde russe et européen, là où il y a du pétrole, de l’énergie, et essayer, comme pendant la Guerre froide, où il y avait cette guerre par délégation dans le Tiers Monde entre l’URSS et les Etats-Unis, de la même façon les Américains, je crois, sont en train d’accélérer, par le changement de régime, la prise de contrôle des élites de demain des pays du Tiers Monde, pour éviter que ces élites puissent se tourner vers la Russie, la Chine, l’Inde, etc. Et ça, c’est un point capital. Ce qui est en train de se passer, les révolutions, le printemps arabe, comme dans toutes le révolutions, il y a une dimension spontanée, il y a de la frustration, il y a la fatigue des régimes, je ne suis pas en train de dire que les peuples soutenaient nécessairement les régimes en place, pas du tout, ce que je dis c’est qu’il y avait la fatigue, l’usure des régimes, et il y a les logiques qui ont allumé la mèche, et ce qui allume la mèche, c’est comme pour les révolutions colorées en 2003 en Géorgie, 2004 en Ukraine... je pense qu’il y a une dimension de révolution colorée en Tunisie, en Egypte, et dans la fabrication du soulèvement libyen à l’est..."

 

Autre enjeu essentiel de la géopolitique actuelle : le totalitarisme technologique des Etats-Unis

 

55e min : "On a de jeunes générations qui sont un peu tendues vers cet idéal, qui est une utopie, de la liberté totale par les nouvelles technologies à l’occidental, qui sont en réalité un leurre de totalitarisme, parce qu’ils sont en train de rentrer dans la gueule du loup : ils croient adhérer à la démocratie, mais ils sont en train d’entrer dans le totalitarisme invisible et mou du tout technologique, celui qui vous géolocalise à tout moment, à toute heure, vous réduit au rôle de numéro, et ça, c’est un enjeu essentiel de la géopolitique actuelle et qui, moi, me tient à coeur, parce qu’une des raisons fondamentales, au-delà de mon attachement à la civilisation européenne, à l’identité française et européenne, une des raisons fondamentales qui fait que je me battrai jusqu’au bout pour ce que je crois vrai, c’est que je pense qu’il y a vraiment un problème de totalitarisme, qui est le plus efficace parce qu’il n’est pas explicite, pas visible, qui est en train de s’installer à travers le pouvoir technologique des Etats-Unis."

 

"On est maintenant tracé, il y a une traçabilité des personnes, pas seulement des viandes congelées, c’est d’abord la traçabilité des personnes. Officiellement on fait des guerres pour exporter la démocratie et soi-disant libérer les peuples, et en réalité on est en train de participer à l’établissement d’un totalitarisme fondé sur la technologie, c’est un national-technologisme, concept sur lequel on devrait réfléchir... Heureusement qu’il y a les forces de la multipolarité pour lutter contre ça. Et même si ces forces me sont parfois étrangères en terme d’idéologie, moi je n’ai pas de sympathie particulière pour Chavez ou d’autres, mais ce qui est sain, c’est qu’il y ait une levée venant d’horizons idéologiques différents, de droite, de gauche, des forces multipolaires qui refusent cette unipolarité, parce que ça c’est la pire chose dans laquelle nous commençons à être encagés."

 

59e min : on interroge Chauprade sur Pearl Harbor et sa proximité avec le 11-Septembre. Il reste prudent, rappelant qu’il n’existe pas de consensus parmi les historiens sur le "laisser-faire" américain à Pearl Harbor. "Pour y avoir vraiment travaillé, j’ai une conviction très profonde sur le 11-Septembre, mais je n’ai pas suffisamment travaillé sur Pearl Harbor en tant qu’historien..." Il ne constate guère qu’une étrange régularité statistique, "une sorte de constante dans l’histoire américaine, où il y a un événement, une agression, et ensuite on déclenche une guerre..."

 

1h03 : Chauprade est interrogé sur la Russie, et considère que "l’élection de Poutine est au moins aussi importante que le 11-Septembre", car elle indique que nous prenons - sans doute irrémédiablement, quoi que fassent les Etats-Unis - la direction de la multipolarité.

 

1h07 : Chauprade considère que le phénomène géopolitique majeur auquel est confrontée l’Europe est la substitution de sa population.

 

1h09 : Quelques minutes sur la Chine... Si les Etats-Unis veulent contrôler les réserves mondiales de pétrole, ce n’est pas tant pour leur consommation, que pour contrôler celle des Chinois.

 

1h15 : Chauprade aborde le cas sensible de la Corée du Nord et de son arsenal nucléaire.

 

1h17 : Retour à la problématique de la "substitution de population en Europe de l’ouest", qui peut mener à "la fin de l’Europe". Chauprade espère un sursaut des Européens, mais avoue son pessimisme, tout en disant finalement croire à une réaction.

 

1h19 : Evocation du conflit libyen, de l’or, du gaz et du pétrole libyens, et de leur futur partage entre les puissances en guerre. Selon Chauprade, "c’est la guerre de Sarkozy" dont il compte tirer profit sur le plan intérieur. Il rappelle aussi que Sarkozy a rompu avec la tradition de la construction de l’Europe autour du couple franco-allemand, pour se rapprocher de l’Angleterre et faire primer la relation transatlantique.

 

***

 

Chauprade ne sait pas si ses analyses sont justes, il le pense mais n’en est pas sûr, il n’est pas un dogmatique. Je ne sais pas non plus si ce qu’il dit est juste. Mais ses analyses sont passionnantes, elles ont de quoi emporter la conviction, elles paraissent fondées, et méritent en tout cas d’être connues et débattues - loin de l’odieuse pensée unique qui règne sans partage dans notre microcosme politico-médiatique.

 

A écouter en complément : une autre récente intervention d’Aymeric Chauprade sur Radio Courtoisie, relayée par Hieronymus sur AgoraVox TV, également très riche, même si l’on y parle moins du 11-Septembre.

Tags : Etats-Unis Information et Médias Désinformation Islam International 11 septembre 2001 Mondialisation Terrorisme Aymeric Chauprade

Réagissez à l'article

50 réactions à cet article

  • 46 votes
    Flamm (---.---.---.131) 26 août 2011 08:20
    Flamm

     Le terrorisme est une fabrication essentiellement etatique,il est pense,initie,pilote par des services de renseignement... Merci Chauprade !

    -La faillite de l’oligarchie financieres mondialistes blanche, les raisons ?
    Dollar : politique folle...
    Euro : construction totalement artificielle...

    Aymeric Chauprade,vous etes trop seul pour mener votre combat (juste !),le systeme est encore trop puissant,pour le moment...

  • 50 votes
    Maldoror (---.---.---.187) 26 août 2011 10:07
    Maldoror

    Un entretien à écouter, encore une fois. Chauprade fait partie de ces gens qui sauvent l’honneur, en France, du point de vue intellectuel.
    Des médiocres comme Hervé Morin ou Jean Guisnel ne pouvaient certes pas laisser une personne compétente et avec de l’honnêteté intellectuelle former des officiers !

    Où que l’on observe on constate d’ailleurs les mêmes dérives : Richard Labévière dans le journalisme de fond.

  • 32 votes
    leviathan1 (---.---.---.19) 26 août 2011 10:14
    leviathan1

    Pour en savoir plus sur le Terrorisme d’état (Stay-behind), visionnez également :
    - Les armées secrètes de l’OTAN, le best-of.

    • 16 votes
      véritéoblige (---.---.---.164) 26 août 2011 14:04

      Daniele Ganser qui est l’auteur de cet ouvrage sur les armées secrétes de l’OTAN
      peut être comparé pour son éthique à un A. Chauprade. Dans ces conférences il
      ouvre le débat sur le 11 septembre. Mais comme il dérange il n’est pas
      "prophète dans son pays".Au milieu du bourbier dans leque nous nous trouvons
      ces deux hommes (entre autres) nous offrent une bouffée d’oxygène.

  • 30 votes
    JMK66 (---.---.---.88) 26 août 2011 10:31
    JMK66

    Merci beaucoup Monsieur Chauprade
    Paix sur Vous

  • 37 votes
    Bender (---.---.---.78) 26 août 2011 10:42
    Bender

    Merci bien pour cet article. Chauprade est aujourd’hui une véritable lumière dans le ciel intellectuel français. Rien à voir donc avec des imposteurs et des collabos du genre Ménard ou Zemmour, qui pensent être politiquement incorrects alors qu’ils sont surtout les chiens-chiens du politiquement correct et des mensonges officiels !!
    Bravo Chauprade et bonne continuation.

    • 6 votes
      lemanu (---.---.---.131) 27 août 2011 17:49
      lemanu

      D’accord en tous point, la seule évocation du gnome Zémour dans ce contexte prête à rire !!!, cependant malgré ses justes et clairvoyantes décortication de la géopolitique mondiale, Chauprade ne m’en semble pas moins imprégné d’une sauce incongrue, au goût souverainiste sinon fataliste, au fumet de nostalgie...
      L’évolution (migrations, métissages...) de la définition d’une population ne m’est pas aussi terrifiante qu’il la présente, je la crois même profitable, lui qui déclare la redouter malgré cet "optimisme" obsessionnellement déclaré, comme pour conjurer le sort. Ou comme pour combler le vide essentiel grévant selon moi son analyse, je pense à l’étude de l’évolution des civilisations sous l’angle ethno-démographique. Accélération, certainement, nouveauté, certainement pas... Danger ou pas ? bof...
      Nos présomptueuses frontières seraient-elles donc faites pour durer ? Belle rigolade, la seule frontière immuable est la stratosphère, et encore... Quant au timing... on m’a appris dans mon enfance que l’empire romain s’était éteint en l’an 476... Balivernes ! Nous y assistons aujourd’hui. Comme quoi sans relativité, et bien que notre éminent professeur reste modeste et jamais péremptoire, impossible de donner du recul au recul, ce qui apparaît plus que jamais nécessaire.
      Pas d’optimisme vrai sans libération des dogmes, politiques ou religieux... Nous n’y sommes apparemment pas encore ! Amen.

      Au fait, et la Palestine dans tout ça ? euh, rien... Une broutille... rien-à-voir.

    • 1 vote
      Bender (---.---.---.78) 28 août 2011 11:59
      Bender

      Je partage votre prudence manu...

  • 25 votes
    Hijack (---.---.---.230) 26 août 2011 11:35
    Hijack ...

    Je lui ai souvent reproché (gentiment) de ne pas y aller directement et franchement sur le 911 ...

    Mais finalement, c’est peut être mieux ainsi ... il pourra de cette manière disons le ...un peu light faire réfléchir d’autres personnes, d’autres personnes qui mal parties dès le départ, auraient eu du mal à comprendre ce que disait Meyssan ou les plus hards truthers ...

    Il est évident qu’entre ce que qu’affirme Meyssan de façon radicale et presque sûre ... et ce que dit Chauprade il y a un Océan ... et c’est peut être ainsi qu’on arrivera peut être à faire réfléchir les plus réfractaires à tout ce qui n’est pas officiel ... d’au moins se poser des questions !

    Vu ce qu’il a subi après avoir simplement donné un avis purement technique ... déjà, amène obligatoirement à commencer à se poser de sérieuses questions.

    • 19 votes
      véritéoblige (---.---.---.164) 26 août 2011 14:28

      Si Chauprade dévoilaient toutes les magouilles des dernières décennies il n’aurait
      aucune chance d’être publié.
      Ce personnage apparemment très fin force un peu mon admiration car il n’a
      pas choisi le chemin de la facilité. Ni fanfaron ni arrogant quel contraste avec
      Sarkoleon ! Imaginons un débat entre les deux.

  • 29 votes
    1fred0 (---.---.---.86) 26 août 2011 11:47

    Fin du siècle dernier, les US font le constat que :
    - ils n’ont plus d’industries (balance commerciale déficitaire)
    - qu’ils vivent à crédit (cela ne peut durer indéfiniment)
    - que l’énergie va manquer (le pétrole arrive bientôt à un pic, surtout chez leur partenaire d’arabie saoudite)

    Il leur faut donc trouver des ressources financières et énergétiques.

    Ils trouvent des ressources financière, en partie en Europe, avec la création de l’UE, qui leur permet de détruire la souveraineté des Nations européennes, tout en les endettant (une bonne partie de l’industrie financière est à NYork, et l’argent des peuples européens y est donc rapatrié...).

    Pour les ressources énergétiques, il faut aller les chercher là où elles se trouvent : pays arabes notamment.

    Comment justifier la guerre à ces pays à l’opinion public ? Pearl Harbor avait achevé de convaincre le peuple américain de rentrer dans la seconde guerre mondiale...

    Le 11-sept sera le Pearl Harbor du XXIeme siècle. C’est évidemment un "inside job", avec 3 tours (WTC2,1et 7) dynamitées (à la nanothermite) dans la même journées, en y ajoutant le mythe de 2 autres avions fantômes sur le Pentagone et en Pensylvannie.

    La feuille de route de l’administration Bush peut se mettre en marche : Irak, Afghanistan, Vénézuela (le complot en 2002 de renversement de Chavez fut raté), Lybie, Syrie, Iran, Pakistan, Soudan, Somalie...

    Notez qu’Obama (prix Nobel de la paix) continue exactement le sale boulot de W Bush !

    Les alliés Israéliens des US se réjouissent aussi de l’affaiblissement de certaines "puissances" arabes telles que Irak, Lybie, Syrie, Iran...

    Sous de faux prétextes humanitaires ou de protection des peuples contre leur dictateur, on va aller piller leurs richesses (Or, pétrole, fonds souverains...) et organiser le chaos en privatisant la guerre comme en Irak, et prochainement en Lybie.

    Dans son dernier bouquin, "après la démocratie" l’écrivain Todd explique très bien que les USA sont passés du pays de la démocratie, de la liberté, du rêve américain, à celui du plus grand prédateur de richesses de la planète avec son industrie militaro-industrielle et son budget militaire à 600 milliards de dollars (l’équivalent de la somme de tous les budgets militaires des autres pays de ce monde).

    Le Nouvel Ordre Mondial est en marche, ce n’est pas du complotisme, c’est avéré, l’Empire américano-isralélien contrôle aussi tous les médias (en France idem), très utile pour la propagande de guerre. (Attali propose même un gouvernement mondial basé à Jérusalem).

    Concernant la propagande, l’exemple actuel de la Syrie est très révélateur : des mercenaires extérieurs (CIA+Mossad+souadiens) destabilisent le pays, massacrent les populations, armes des "rebelles", et la propagande médiatique met cela sur le compte du dictateur sanguinaire qui tire sur sa population ... afin de préparer les opinions publiques à la guerre en Syrie !

    Le mensonge planétaire sur le 11-sept (dont 1 américain sur 2 doute de la version officielle) et sur la récente mort de Ben Laden (qui était déjà mort en décembre 2001 !) sont bien les preuves que médias occidentaux participent de la manipulation, de la désinformation et de la propagande...

    Quel avenir pour nos enfants ?

  • 9 votes
    Hijack (---.---.---.230) 26 août 2011 12:46
    Hijack ...

    J’écoute par petits bouts car je fais plusieurs choses à la fois ...

    A la moitié ...
    Ben Laden - Malgré qu’il sourit, dommage qu’il ne dise pas ce qu’il pense ...
    Il doit pourtant savoir que B.L était mort et bien mort depuis bientôt 10 ans !

  • 11 votes
    Hijack (---.---.---.230) 26 août 2011 12:57
    Hijack ...

    Dommage qu’il ne fasse le lien entre Pearl Harbor et le 911 ... on le voit bien, Chauprade avance avec des "chaussons ... à petits pas" ...
    L’intervieweur est plus logique que lui.

    Il dit ne pas avoir travaillé sur P. Harbor mais plutôt sur le 911 ... justement, s’il a travaillé à fond sur le 11/09 ... la vérité sur Pearl H. paraît évidente.

    Bon, on a besoin de bcp "de Chauprade" en France ... mais on est loin quand même de la réalité des faits.

    Cela étant, ses livres devraient être distribuées par l’Education Nationale ...

  • 8 votes
    simon (---.---.---.63) 26 août 2011 13:22

    Un congrès imposture sur le thème du terrorisme aura lieu à Paris du 15 au 17 septembre
    prochain sous le haut patronage de ...sarkoléon .
    Histoire de resserrer les rangs entre terroristes d’État et d’augmenter encore d’un cran la surveillance de la répression des indociles, des indignés, des révoltés .

  • 18 votes
    Hieronymus (---.---.---.99) 26 août 2011 14:06
    Hieronymus

    très bon article de Taiké (comme d’hab)
    Ratier et Chauprade sont de vieilles relations 
    très au fait de la réalité du 11 Septembre même si
    ils ne souhaitent pas trop s’exprimer directement sur le sujet
    - Ratier a plusieurs reprises insiste "ce n’est pas une émission sur le 11 sept.."
    pourtant rien qu’à l’entendre on voit bien qu’il est parfaitément informé
    on peut rappeler que dès début 2002 ds une émission de Serge de Beketch sur Radio Courtoisie, Ratier faisait part de sa quasi certitude qu’on avait affaire à un "inside job" du même type que la Havane, le Lusitaniia, Pearl Harbour, le Tonkin ..
    - Chauprade a encore un pied ds le système, il est professeur de sciences politiques, et ne souhaite pas du tout devoir affirmer "l’inimaginable", càd non seulement l’invalidation du mythe fondateur de la nouvelle politique américaine (ce qui est déjà très grave) mais de laisser entendre que les Etats Unis sont gouvernés par une clique de criminels qui n’ont pas hésité à sacrifier plusieurs milliers de leurs concitoyens ds de faux attentats (ce qui est pourtant le cas) car cela donne le vertige ..
    lors du libre journal des historiens, qq jours plus tot, le débat était animé par Conrad et Venner historiens honnêtes mais relativement plus conformistes, moins sulfureux que Ratier, donc le 11 septembre était moins abordé par contre des aspects profonds de la géopolitique étainet plus développés.

  • 3 votes
    easy1 (---.---.---.174) 26 août 2011 15:54

    Il est sain et avisé de rester disponible pour entendre plusieurs sons de cloches.

    Entendre et intégrer différents sons de cloche c’est donc une chose.

    Dire ensuite ce qu’on en conclut procède forcément d’une démarche plus prométhéenne "J’ai quelque chose à apporter aux autres"
    Et l’on voit, à travers son cas, qu’il n’est pas possible d’apporter aux autres des analyses neutres alors qu’on est placé dans un contexte manichéen.

    Si nous étions depuis toujours habitués à des discours systématiquement neutres ou mixtes, ne stigmatisant et ne condamnant personne, ce qu’il dit ici passerait sans relief particulier. Ca ne renverserait personne.

    Or, nous sommes au contraire habitués à conclure par un jugement de valeur en Bien Vs Mal. Et ce qu’il dit n’apparaît alors plus du tout neutre, quoi qu’il en dise.
    A partir du moment où le pouvoir qui le missionne dans son rôle éducatif est manichéen, il entend clairement dans les "autres thèses" qu’expose Chauprade, un refus du manichéisme donc un refus de considérer ses employeurs (L’Etat français en l’occurrence) comme forcément, automatiquement ou exclusivement Bien.


    Je suis donc étonné qu’il soit étonné d’avoir choqué l’Etat français ou Hervé Morin
    Lui, Chauprade, qui sait tellement bien que les Etat exigent un manichéisme en leur faveur (sans lequel tout le concept d’Etat doté d’une conscience morale s’effondre) comment pouvait-il espérer qu’en refusant de chanter le cantique de l’Etat qui le missionne, il puisse conserver son poste ?




    Concernant le terrorisme, il a tout à fait raison de proposer de considérer que dans bien des cas, les services secrets des Etats s’y infiltrent non pour les démanteler mais au contraire pour les renforcer (et qu’ils infiltrent alors aussi bien les groupuscules d’extrême gauche que d’extrême droite, pourvu qu’ils soient suffisamment extrêmistes). Mais du coup, il élude trop l’émergence spontanée ou naturelle de ces groupuscules.

    Il élude trop la possibilité qu’ont des extrêmistes non infiltrés de commettre des attentats de plus en plus spectaculaires au fur et à mesure que tous les attentats du monde le deviennent.

    Et il élude donc aussi le fait qu’il existe des infiltrations ayant pour objet sinon de démontrer le groupuscule extrémiste, du moins de le contrôler (cas des taupes qui avaient infiltré l’IRA)

    Tout est et tout reste possible. Quand un attentat spectaculaire se produit et soulève une vive émotion, il faut considérer toutes les hypothèses, du cas d’une action solitaire au cas d’entreprises à montages très compliquées où plus personne ne sait vraiment qui a appuyé sur le bouton rouge. Et il ne faut évidemment pas s’en tenir au son de cloche officiel.

    A ce sujet, depuis plusieurs années, on entend dire que des Américains arpentent nos banlieues difficiles sous prétexte d’offrir quelque green card à quelques jeunes méritants. Si les services secrets US voulaient infiltrer nos extrémistes (non pour les anéantir mais au contraire pour les exciter et en faire de nouvelles lessiveuses, de nouveaux Ben Laden), ils ne s’y prendraient pas autrement dans un premier temps.



    Concernant les Pôles. Chauprade dit à un moment que les Américains redoutaient que le monde sorte de la bipolarité qu’offrait la guerre froide, il expose que pour les US se pointaient le risque de multipolarité et qu’ils cherchaient donc à réaliser l’unipolarité.

    Là sa langue a glissé, effet de la conversation.

    Car jamais jamais un Etat n’a souhaité l’unipolarité.

    Soit les Etats ne pensaient pas en termes de pôles, soit ils pensaient en termes multipolaires, soit en termes bipolaires (cas le plus courant)
    Il faut toujours qu’il y ait un ennemi, un méchant. Il faut donc au moins deux pôles.

    Ce qui menace les EU c’est effectivement la multipolarité, c’est aussi la disparition du polarisme ou le pôle unique.
    L’idéal pour eux c’est un Monde divisé (en forces à peu près égales) en deux pôles.


    A cet égard, le polarisme que produit le libéralisme débridé (quelques très riches d’un côté, des très pauvres en repoussoir de l’autre et une classe moyenne au centre qui rame, rame et rame pour devenir très riche ou éviter de devenir très pauvre) est un polarisme qui ne convient pas du tout à la politique américaine (Cette politique étant fondée sur un isolationnisme qui ne peut être transgressé que s’il existe un méchant agresseur armé qui menace l’Etat)

    Si le Monde entier ne devenait plus qu’un énorme marché civil (avec donc les 3 classes de fortune pécuniaire) il n’y aurait plus de méchant armé et menaçant, alors l’Etat centrat et son immense service secret n’auraient plus rien à faire.

    Ainsi, même le capitalisme, le libéralisme est à tauper par l’Etat afin qu’il produise de la méchanceté armée, de la violence bien saignante.

    Ce ne serait donc pas les milliardaires qui seraient venus d’eux-mêmes vers la privatisation de la guerre, ce serait l’Etat qui les aurait invités à s’intéresser à la guerre (et cela se sezra produit depuis déjà un siècle)


    Si on examine le cas des entreprises (de partout) qui ont, lors de guerre, fabriqué des armes ou autres méchantes choses, on verra que 9 fois sur 10, c’est l’Etat qui les y aura invitées, incitées ou forcées.
    Même les pianos Steinway furent obligés, vraiment obligés de stopper la fabrication de pianos pour fabriquer des...planeurs (pour larguer des parachutistes en silence) 


    A la fin de la guerre, on a voulu lyncher Louis Renault alors qu’il avait été forcé de produire autre chose que des voitures de paix.


     









    • 30 votes
      Razzara (---.---.---.7) 26 août 2011 16:44

      Atheus le Grand .... Vous avez oublié de rajouter ’Con’, non ?

      En plus vous ne doutez de rien dans l’immensité de votre bêtise en prenant comme illustration de votre pseudo le masque de Guy Fawks, il fallait oser ! On se demande qui à l’air pathétique ....

      Lisez donc quelques bouquins de Chauprade avant de venir donner des leçons sur ce que vous ne connaissez manifestement pas, cela vous aidera à sortir votre petite tête de votre fondement malodorant. Tiens, je vais même vous en conseiller un, histoire de ne pas paraitre uniquement sarcastique à votre endroit :

      ’Géopolitique : Constantes et Changements dans L’Histoire’ 

      http://www.amazon.fr/G%C3%A9opolitique-Constantes-changements-dans-lhistoire/dp/272983172X

      Razzara

    • 12 votes
      1fred0 (---.---.---.174) 27 août 2011 00:28

      Atheus Le Grand est un anti-complotiste extrême.

      Dès que l’on explique l’envers du décor des événements internationaux, il se range contre, du côté de la propagande médiatique, celle de la CIA (en gros).

      Atheus Le Grand est le bisousnours idéal pour gober toute la propagande et mensonges de guerre et d’impérialisme des US et des Israélien.

      Atheus pense certainement que la CIA et le MOSSAD sont des gentilles organisations qui veulent le bien à tous les peuples de la planète-

      On aimerait vivre dans le pays des bisounours d’Atheus, mais, nous on fait fonctionner notre cerveau, et on s’aperçoit par exemple, que Lee H oswald n’a pas tiré sur JFK depuis 3 building différents en 6 secondes, et que les 3 tours du WTC n’ont pas pu s’effondrer le 11-9 même en étant percutées par 2 avions...


      Heureux Athéus dans le gentil monde des simplets bienheureux.
      Avec un public comme lui dont le QI ne dépasse pas 3.5, la propagande médiatique aurait de très beau jour devant elle avec des cerveaux très maléables...

      Mais Athéus est en fait un agent de l’Empire...

  • 6 votes
    Hijack (---.---.---.230) 26 août 2011 16:16
    Hijack ...

    Il est certain à présent, (mais malheureusement ...) que des hommes qui disent la vérité toute crue, brut de brut et ... brute de brute ... (Genre Meyssan, Griffin etc ...), en France surtout et un peu partout dans le monde ça ne passe pas ...

    Peut être qu’un Chauprade, bien qu’il dise en + de 80mn ce que d’autres auront dit en 8mn ... est utile, pour faire le lien entre des gens intelligents, ouverts, sans parti pris ... et les plus hards des truthers ... qui eux sont passés par toutes les étapes, certains même ont sauté plusieurs étapes du fait de leur parcours avant le 911.

  • 2 votes
    Erca (---.---.---.72) 26 août 2011 18:14

    "A partir du moment où on doute de la version officielle donnée par les autorités américaines, tout ce qui découle de cette version, de ce nouveau mythe fondateur, est invalidé."


    => Ce propos me semble exagéré. Le raisonnement que Chauprade développe dans cette émission peut tout à fait se tenir en prenant comme postulat la version officielle donnée par les autorités, si l’on ajoute que celle-ci a été instrumentalisée par le gouvernement américain qui y aurait vu une aubaine pour dérouler ses plans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée


Voir ses articles







Palmarès