• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Hugo Chavez : le bilan (2ème partie)

Hugo Chavez : le bilan (2ème partie)

Bruxelles-Caracas :

 

Ce documentaire de 2007 a été produit par Michel Collon et réalisé par Vanessa Stojilkovic.

Il est indispensable pour comprendre les réformes sociales apportées par le gouvernement d´Hugo Chavez, et pourquoi le peuple vénézuélien la soutenue tant d´années.

Il montre aussi la vision faussée qu´on peut avoir d´un homme politique quand on le regarde de l´extérieur, surtout quand le système médiatique est exagérément partisan.

 

 

Et pour finir le fameux film plusieurs fois récompensé…

The revolution will not be televised (La révolution ne sera pas télévisée)

 

Le sujet central de ce film est le coup d’Etat d’avril 2002, qui a vu l’oligarchie du pays, appuyée par le gouvernement américain, tenter de renverser le gouvernement de Chavez.

Les putschistes se sont alors heurtés à une mobilisation massive de la population du pays.

Les journalistes irlandais qui étaient dans le palais présidentiel par hasard, pour réaliser un petit reportage sur Chavez, se sont retrouvé au cœur du coup d´état et ont filmé heure par heure, le déroulement de l´aventure.

 

Réalisé par kim Bartley et Donnacha O´Brien

 

 

Et comme disais le comandante :

 « Allez vous faire mettre yanquee de merde »

 

Tags : Amérique du Sud Politique International Hugo Chavez Venezuela


Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 7 votes
    MAZIG 6 mars 2013 10:35

    UNIDOS EN LA LUCHA NO NOS MOVERAN. Que la lutte continue.


    • 3 votes
      elfableo elfableo 6 mars 2013 11:14

      " el pueblo unido jamas sera vencido " 


      • 4 votes
        Hijack ... Hijack 6 mars 2013 11:26

        On lui rend hommage, sur le coup d’état qui l’a enlevé du pouvoir ... et ... chose unique au monde, a retrouvé le pouvoir grâce à son peuple qui l’avait élu en majorité ... Au départ ... manipulations, mensonges ... et gros intérêts financiers en jeu ... et surtout ... les intérêts US ... qui perdaient au change avec Chavez ... au profit de son peuple !
        .

        Le coup d’état ...

        Ce film retrace les évènements précédant le coup d’Etat qui renversa le Président Hugo Chavez, le 11 avril 2002, ainsi que sa remise au pouvoir par le peuple deux jours plus tard, le 13 avril 2002.

        .

        Documents du sujets, qui vaillent le coup d’être visionnés d’un bout à l’autre ... et l’historique coup d’état, annulé par le peuple  !

        .

        ¡ Viva el espíritu de chavez !


        • 2 votes
          joelim joelim 6 mars 2013 19:53

          Pas mal ce film surtout à partir du milieu.


          A la 42e minute on voit un représentant de la maison blanche affirmer, juste après le coup d’Etat :

          le gouvernement Chavez est responsable de cette crise
          il a réprimé une manifestation pacifique
          en tirant sur la foule, faisant 10 morts et plus de 100 blessés
          voilà les faits
          un gouvernement de transition a été instauré

          comme le montre le documentaire ce sont des snipers qui ont tiré. 

          Ça ressemble très très fort à la "méthode" utilisée actuellement contre la Syrie...

        • 5 votes
          Hijack ... Hijack 6 mars 2013 11:27

          Quand je pense que la seule chose que bcp de ses détracteurs ont à lui reprocher, c’est son rapprochement de Bachar et Mahmoud ... alors que ce sont justement ... ces rapprochements qui font la différence entre lui et les autres !!!


          • 3 votes
            cass_la gauloise cass_la gauloise 6 mars 2013 17:32

            ces rapprochements qui prouvent , encore que le Président Chavez était un très grand homme, bon, très humaniste et clair. contrairement à ses détracteurs.


          • 1 vote
            cass_la gauloise cass_la gauloise 6 mars 2013 17:40

            ces rapprochements qui prouvent encore, que le Président Chavez était un très grand homme, bon, pur, juste, humaniste et clair. Contrairement à ses détracteurs qui en sont tout l’inverse. 


          • vote
            maQiavel machiavel1983 6 mars 2013 12:47

            La grande question est de avoir ce qui va rester de sa révolution.L’ un des grands reproche qu’ on pouvait lui faire c’ est d’ avoir trop incarné sa révolution.Son successeur saura -t-il fédérer autour de lui comme le faisait Chavez ?

            Sinon dans un précédent article , j’ avais mit un bilan recoupant les points positifs et ngatifs de sa gouvernance : 

            Parmi les points positifs : son attachement profond à l’égalité sociale, la réussite des grands travaux dans le domaine de la santé, l’alphabétisation de la population, le développement de l’autonomie financière du Venezuela, son rôle dans la construction de la nation Vénézuélienne, sa contribution à la construction d’un panaméricanisme en opposition aux impérialismes.

             

            Parmi les points négatif : échec dans l’utilisation de la rente pétrolière pour dynamiser l’économie, l’explosion de l’insécurité, échec de la politique de logement, le développement d’une démagogie et d’un culte de la personnalité, le népotisme, l’enrichissement de son entourage, l’absence de successeurs.


            • 4 votes
              QaviQeQuarQo davideduardo 6 mars 2013 16:01

              échec dans l’utilisation de la rente pétrolière pour dynamiser l’économie


              c est un mal économique bien connu des exportateurs net de matiere premiere : le syndrome hollandais.
              Il a fait deja ce que beaucoup ne font pas : faire partager les bénéfices de ces extractions a son peuple.
              Il a commencé par la base : les éduquer, les soigner, les loger. c est le minimum de décence.
              Apres , on peut regretter qu il n ai pas investi dans une industrie, un savoir faire particulier, qui s inscrit dans le long terme comme la médecine a cuba.


              l’explosion de l’insécurité

              c est un mal qui ronge toute l amérique latine sans disctinction de politique : des libéraux/ conservateurs (mexique colombie...) aux socialistes bolivarien (venezuela, bolivie...) en passant par les sociaux democrates (bresil, perou).
              Beaucoup d assasinats pres de la frontiere venez-colombie sont d ailleur imputable aux paramilitaires d extreme droite poussés par la CIA.


              échec de la politique de logement

              Il aurait pu aller plus loin, mais il a su etre ferme avec les spéculateurs immobilier qui laissaient des immeuble vides dans le centre en attendant la hausse des prix. 



              Pour ce qui est du culte de la personnalité, c est comme souvent le paradoxe de la gauche : on ne jure que par la démocratie et le pouvoir du peuple , mais on a besoin d un personnage fort et integre qui represante cette démocratie et qui la protege de ses énemmis intérieur et extérieur.
              Les vrais démocraties sans chef sont certe tres belles, mais aussi tres faible , comme on peut en juger par l histoire de la commune, de la révolution espagnol, des premiers soviets....


                • 1 vote
                  Hijack ... Hijack 6 mars 2013 19:43

                  Et comme l’affirme le cochon Bendit ... via Dieudo, Chavez, le bon ... suintait la Haiiiinnne !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès