Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Identité vs Souveraineté

Identité vs Souveraineté

Invité à l’émission « c à vous » Eric Zemmour affirme à partir de 12 min 25 sec de la vidéo mise en ligne que si la souveraineté n’était pas une question négligeable, c’est une question qui a 25 ans de retard et qu’elle est secondaire par rapport à la question identitaire. Il se justifie en expliquant qu’une république française islamique pourrait être souveraine mais ne serait plus la France.

 

 

Pour Zemmour, souhaiter recouvrer la souveraineté, est donc devenu « has been ». Notre législation écrite ailleurs, notre défense soumise à l’OTAN, notre monnaie dirigée depuis Francfort, notre budget passé sous les fourches caudines de Bruxelles, tout cela est secondaire, la priorité devant être accordée désormais à l’identité menacée.

 

On peut s’étonner du revirement de ce désormais ex-militant souverainiste qui s’est démené comme un diable dans un bénitier contre le traité de Maastricht, certains « cerveaux malades  » remettront en cause l’honnêteté de Zemmour et expliqueront ce virage idéologique par le jeu des réseaux auxquels il appartiendrait. 

 

Il ne sera pas question de cela dans cet article qui n’abordera pas les éventuelles intentions cachées du puissant faiseur d’opinion qu’est Eric Zemmour , mais qui se limitera à ce qu’il dit concrètement : comment un personnage qui a sa culture historique et politique peut-il ne pas savoir que la quête de la souveraineté est première si on souhaite préserver son identité ? Qu’abandonner cette recherche pour préserver cette dernière constitue plus qu’un leurre, une faute politique gravissime comme le souligne avec justesse le blogueur et romancier David Desgouilles dans son article « Elève Zemmour, pas d’identité sans souveraineté ». 

 

Rappelons en quelques mots ce qu’est la souveraineté : elle est cette liberté de décider qui caractérise les collectivités politiques que sont les peuples à travers le cadre de la nation et de l’Etat, c’est le pouvoir d’agir et de faire.

 

Il semble évident que reconstruire les conditions d’exercice de la souveraineté du peuple dans le cadre de la Nation est une priorité politique absolue dans une France qui a perdue nombre de prérogative régalienne, de la monnaie au budget en passant par la politique migratoire.

 

Sans la capacité d’agir et de faire, il est impossible d’affirmer sérieusement qui on est et ce que l’on veut devenir, la défense de l’identité ne devient alors qu’un folklore culturel, à l’image de ces amérindiens parqués dans leurs réserves gardant leurs plumes et leurs tentes mais dépendant d’un ordre politique qui leur échappe.

Il ne restera alors aux Français que l’affirmation identitaire narcissique et des crispations autour des tabous alimentaires et vestimentaires ainsi que sur les signes extérieurs communautaires.

 

Le discours de Zemmour s’il est entendu et suivi par l’opinion française, amènera logiquement à cette situation que prédisait Michel Drac dans une analyse prospective il y’a 5 ans sur le devenir de la France : « Il y aura donc la dictature, elle ne sera probablement pas une dictature comme celle du temps jadis, les formes extérieures de la démocratie seront probablement sauvegardées, mais en réalité, les dirigeants élus ne décideront plus grand-chose (…). Pour occuper le terrain, on leur laissera le sociétal (…).La gestion sera située au niveau d’institutions technocratiques entre les mains, en pratique, du capital globalisé. C’est la poursuite des tendances actuelles, mais considérablement renforcées ».

Les Grecs dans l’antiquité savaient déjà qu’une cité qui veut conserver ses dieux et ses temples doit d’abord rester une entité libre sur la scène de l’histoire.

Non que la reconquête de souveraineté soit le seul combat politique à mener, la souveraineté ne valant que par son exercice : se dire un peuple souverain, c’est immédiatement poser la question de ce qu’il convient de faire et des décisions à prendre. Mais nous vivons un moment souvrainiste, la souveraineté est le spectre qui hante notre monde, c’est notre perte de souveraineté a permis l’émergence d’autres communautés que la communauté nationale et qui a permis la concurrence des affirmations identitaires. La crise identitaire n’en est que la conséquence.

 

 

 

Sources :

 

C à vous

 

IDDE - Institute for Direct Democracy in Europe

 

Causer : « Elève Zemmour, pas d’identité sans souveraineté »

 

RussEurope

 

Michel Drac : « Crise, le moment décisif approche »

 

Tags : Politique Société Religions Islam Eric Zemmour Jacques Sapir Souveraineté



Réagissez à l'article

268 réactions à cet article


  • 6 votes
    Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 9 septembre 18:27

    Bref, pour Zemmour, c’est "le fascisme ou l’islam". 


    • 5 votes
      maQiavel maQiavel 9 septembre 18:39

      @Qaspard Delanuit
      Vous remarquerez que parmi les anti-islam , de plus en plus de personnes sont dans cette configuration mentale. 


    • 6 votes
      Zatara Zatara 9 septembre 18:49

      @maQiavel
      peut être parce qu’on "nous" y amène.....je veux dire que la construction mentale des 2 camps, sans aucune nuance, se fait à travers les médias, et les opérations de coms.....


    • 2 votes
      Zatara Zatara 9 septembre 18:52

      @maQiavel
      et que, comme le montre très bien votre article, on abandonne les éléments centraux au profit d’une pseudo lutte final autour de la questions des valeurs (ce qui dépasse aussi la question religieuse, une façon bien plus habile d’inclure jusqu’aux athés, les apolitiques, et autres bisounours).


    • vote
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 9 septembre 18:53

      @Zatara
      Je vois qui est le "nous". Mais qui est ce "on" qui nous y conduirait ?


    • 1 vote
      Zatara Zatara 9 septembre 19:01

      @Qaspard Delanuit
      ahaaa smiley plusieurs factions...qui y ont des intérêts croisés. Autant un intérêt religieux, que financier, qu’idéologique, qu’antagonisme pure et simple..... en somme, surtout une question de pouvoir. Les choses n’arrivent jamais parce qu’elles sont voulues par une seule partie, c’est une concordance temporel suivant l’intérêt du moment smiley


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 9 septembre 19:03

      @Zatara

      -peut être parce qu’on "nous" y amène....

      En général , je suis très méfiant vis-à-vis ce genre d’hypothèse mais je sens qu’il y’a quelque chose d’étrange en ce moment en France, pour sur il y’a une part de spontanéité dans cette crise identitaire (quand on reçoit plus d’une dizaine de million de personnes sur son territoire en quelques décennies, ça ne peut pas finir autrement) mais l’hypothèse selon laquelle elle serait dans une certaine mesure le fruit d’une stratégie de la tension ne me parait pas du tout absurde …  smiley

       


    • 2 votes
      Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 9 septembre 19:05

      @maQiavel
      "Vous remarquerez que parmi les anti-islam , de plus en plus de personnes sont dans cette configuration mentale."

       

      C’est évident. Et puis on voit ce que cela a donné aux Etats-Unis comme résultat : l’acceptation de la fin des libertés pour tous. 


    • vote
      Zatara Zatara 9 septembre 19:07

      @maQiavel
      mais l’hypothèse selon laquelle elle serait dans une certaine mesure le fruit d’une stratégie de la tension ne me parait pas du tout absurde …

      ou alors (et c’est ce que Qaspard pourrait dire smiley ), il s’agit simplement de la résultante d’un dumping sociale foiré en long, en large et en travers par une bande d’incapable. Et qui ne pensait pas une seule seconde qu’on verrait un jour le retour d’un fondamentalisme religieux des plus extrémistes....ce qui est tout à fait possible aussi car ces gens sont plus enfermés dans une logique de pouvoir que de vue et de résultante à long terme....


    • vote
      Zatara Zatara 9 septembre 19:17

      @maQiavel
      personnellement, ce que je vois, c’est le déplacement d’une problématique national à une problématique global. Et ça mes cocos, c’est aussi le mondialisme. Ne pensez plus en terme de frontière ni en terme de France, pensez en terme de valeurs. Les valeurs, ça marche à l’échelle du monde.


    • 2 votes
      pegase pegase 9 septembre 19:26

      @Qaspard Delanuit
      Bref, pour Zemmour, c’est "le fascisme ou l’islam".


      Fatalement, dès que vous voulez sauvegarder une certaine souveraineté .. il faut blinder de tout les côtés ... A ce sujet, le climat en Suisse (lorsque vous y travaillez) vous ressentez qu’il est relativement différent de celui de la France , par exemple les militaires s’entrainent régulièrement à placer des charges explosives dans les routes à des passages clés, verrouillés de chaque côté par des dispositifs anti chars et quelques bunkers bien cachés .. Il existe des réservations disposées dans la route elle même à cette fin (avec des couvercles) ...

      Jamais vu de telles dispositifs en France smiley


    • 2 votes
      maQiavel maQiavel 9 septembre 22:06

      Il était quand même bon Soral à l’époque, dommage qu’il se soit fait bouffer par ses démons et son auditoire qui exigeait un gourou qui lui dise quoi penser. 


    • vote
      yoananda yoananda 10 septembre 00:49

      @Qaspard Delanuit
      bien résumé. Ce n’est pas que pour Zemmour par contre smiley


    • 2 votes
      izarn 11 septembre 01:38

      @Qaspard Delanuit
      Zemmour n’est qu’une pute du Système.

      Zemmour est plublié par le Système, pas Soral ?

      Pourquoi ?

      Pas parcequ’il est juif ? Cela n’a pas de rapport.

      Parceque c’est une pute.


    • 1 vote
      Olivier Perriet 9 septembre 18:42

      c’est le débat en cours au FN entre la tendance identitaire (Marion Maréchel, Ménard...) et la tendance "souverainiste" (Philippot, Marine Le Pen...).

      Effectivement, l’identitarisme n’a rien d’incompatible avec l’UE, l’euro fou, l’ultra libéralisme...


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 9 septembre 18:55

        @Olivier Perriet
        Si cet identitarisme se limite à jeter les œufs et les tomates sur l’islam ou les musulmans , ça n’a en effet rien d’incompatible avec tout ça puisqu’il ne s’agit que d’une posture idéologique et non pas de quelque chose de construit menant à des propositions politiques concrètes pouvant être mise en application de façon réaliste. 

        En ce qui concerne Zemmour , j’ai l’impression qu’il s’agit surtout d’un abandon : on ne peut plus rien faire , tout est foutu , tout ce qu’il nous reste , c’est le romantisme identitaire et les crispations sur l’islam. C’est sur que ça permet vendre des livres à tout un pan de la société française qui est frustré et qui râle à causes des politiques grotesques ( de la perspective populaire et non de celle de l’oligarchie ) qui ont été menées , le livre et les discours de Zemmour va leur faire du bien et les soulager émotionnellement mais ça n’amènera à rien de plus , en tous cas à rien de politiquement concret ...


      • 2 votes
        pegase pegase 9 septembre 19:31

        @maQiavel
        Le livre et les discours de Zemmour va leur faire du bien et les soulager émotionnellement mais ça n’amènera à rien de plus , en tous cas à rien de politiquement concret ... 


        C’est pour ça qu’il faut voter UPR  smiley

        On a plus le choix, ce sont les dernières cartouches ..


      • 2 votes
        Zatara Zatara 9 septembre 19:32

        @maQiavel
        Vous savez comment faire passez la pilule aux foules. On créé un héros, résistant permettant d’exulter dans la résistance par procuration, qui va lui même, progressivement abandonner la chose. Ça marche avec Zemmour comme ça marche avec des films et des séries. Le pouvoir des héros est double, de l’exaltation positive à l’acceptation de l’abandon, on fini toujours par suivre le héro, parce qu’on ne le remet plus en doute.... votre travail sur ce sujet est temporellement judicieux.... heureux de voir que certains s’accrochent encore et toujours aux idées plus qu’aux personnes....

        PS : non je ne considère pas Zemmour comme un héros


      • vote
        yoananda yoananda 10 septembre 00:53

        @maQiavel
        "En ce qui concerne Zemmour , j’ai l’impression qu’il s’agit surtout d’un abandon : on ne peut plus rien faire , tout est foutu , tout ce qu’il nous reste , c’est le romantisme identitaire et les crispations sur l’islam."

        Ca me semble coller en effet avec le discours de Zemmour. On peut ne pas être d’accord avec ce constat (question de trait de personnalité aussi, les personnes neurocritiques ont plus tendance à voir les choses ainsi, et c’est manifestement le cas de Zemmour) mais il y a aussi des raisons objectives de le voir ainsi (il y a aussi des raisons de le voir autrement, tout est une question de "pondération" des facteurs).


      • 5 votes
        attis attis 9 septembre 19:07

        Pour que le peuple français soit souverain, il faut que le peuple français existe. Or il n’existe plus. Cet élément est absent de votre argumentation. A moins que vous ne considériez que le peuple français existe toujours ? Si c’est le cas, il faudrait que vous sortiez un peu de chez vous...

        Avant qu’une entité ne conquière sa souveraineté, elle doit accéder à l’existence. Si l’on souhaite avoir un peuple français souverain, il va d’abord falloir le définir, puis le créer. 
        Sarkozy avait bien identifié le problème avec son débat sur l’identité au début de son quinquennat. Mais étant un traître absolu, il l’avait bien entendu saboté, rendant impossible (ou extrêmement difficile) toute réflexion sérieuse à ce sujet. Dix ans plus tard, la décomposition du cadavre de l’ex-peuple français s’accélère, et on ne voit toujours pas de solution poindre à l’horizon, si ce n’est une guerre civile.


        • 2 votes
          maQiavel maQiavel 9 septembre 19:24

          @attis
          C’est un peu ce que Sapir essaie d’expliquer dans la vidéo : le peuple est une construction politique. Cette construction politique est hétérogène et non homogène. Mais pour pouvoir se construire , il faut être souverain ,donc être en capacité de faire et d’agir. Si selon vous le peuple Français n’existe plus ( ce qui sous entend qu’il a à un moment donné existé ), c’est parce qu’il a perdu sa souveraineté , il ne faut pas inverser la cause et la conséquence. 

          Au delà des spéculations et des abstractions , il existe un territoire qui s’appelle la France , il existe une organisation administrative qui correspond à ce territoire qu’on nomme "Etat" et il existe des gens sur ce territoire qu’on appelle les Français. Ça ce sont des faits. Et dans les faits , si ces personnes qui vivent sur ce territoire conquiert leur souveraineté , ils constitueront un peuple qui produira des institutions.

          Tout cela pour dire qu’accéder à l’existence n’est pas quelque chose de spontané , c’est le résultat de rapports de force et n’ont droit à l’existence que ceux qui les remporte. 


        • vote
          pegase pegase 9 septembre 19:37

          @attis

          Avant qu’une entité ne conquière sa souveraineté, elle doit accéder à l’existence. Si l’on souhaite avoir un peuple français souverain, il va d’abord falloir le définir, puis le créer.


          Vous habitez où pour tenir de tels propos ??? autour de chez moi il n’y a que des français de souche , vous habitez en banlieue ou quoi ? la banlieue ce n’est pas la France ! 

          Le peuple français existe depuis belle lurette, il n’y a pas besoin de le créer ni de le définir smiley

          On est chez les fous ici ? 


        • 5 votes
          attis attis 9 septembre 19:38

          @maQiavel
          Qu’est-ce qui fait un peuple ? Des us et coutumes, des croyances, une culture communes. Et surtout le sentiment d’appartenance à une même communauté (qu’elle soit nationale, ethnique, religieuse, etc.).

          Pour vous la France et le peuple français existent parce qu’une autorité administrative s’appelle l’état français et que les personnes vivant sur le territoire géré par cette administration possèdent des bouts de papier appelés "carte nationale d’identité française".

          Ce ne sont pas des faits. La France et le peuple français que vous décrivez ne sont plus qu’une fiction administrative.


        • 5 votes
          attis attis 9 septembre 19:41

          @pegase
          L’univers ne se réduit pas à votre microcosme.


        • 2 votes
          Zatara Zatara 9 septembre 19:52

          @attis
          ni au votre, et c’est heureux au regard de l’histoire...


        • vote
          maQiavel maQiavel 9 septembre 20:03

          @Pégase

          -Le peuple français existe depuis belle lurette, il n’y a pas besoin de le créer ni de le définir

          ------> Bon alors, allez en parler avec attis qui dit que le peuple français n’existe plus, moi je lui répondais, donc si vous voulez en discuter attaquez vous à lui parce que je ne peux pas répondre en même temps à deux personnes avec des thèses opposées.

          @Attis

          Pour vous la France et le peuple français existent parce qu’une autorité administrative s’appelle l’état français et que les personnes vivant sur le territoire géré par cette administration possèdent des bouts de papier appelés "carte nationale d’identité française".

          ------>Non, ce n’est pas ce que j’ai dit. Si vous me faites dire ce que je ne dis pas, la discussion sera impossible.

          J’ai dit ceci en m’appuyant sur le propos de Jacques Sapir : le peuple est une construction politique. Je ne vais pas répéter la même chose, écoutez par vous-même son développement dans la vidéo mit dans l’article (vous serez d’accord ou non avec lui , moi je suis d’accord avec lui , c’est comme ça).

          Ensuite j’ai dit : « il existe un territoire qui s’appelle la France, il existe une organisation administrative qui correspond à ce territoire qu’on nomme "Etat" et il existe des gens sur ce territoire qu’on appelle les Français ». Et ça c’est un fait. Je n’ai pas dit que ceux qui vivent sur ce territoire constitue un peuple mais pouvait le devenir par la conquête de la souveraineté.


        • vote
          maQiavel maQiavel 9 septembre 20:13

          @pegase
          Pardon , je n’avais pas vu que votre commentaire s’adressait à attis , mes plates excuses.


        • 5 votes
          attis attis 9 septembre 20:30

          @maQiavel
          Le peuple français est mort parce qu’il a perdu sa souveraineté, je suis d’accord. Mais ceci est désormais du passé. Ce serait une erreur de croire que les personnes qui vivent désormais dans le territoire géré par l’administration dite française peuvent devenir un peuple en conquérant une souveraineté. L’ex-peuple français, par exemple, s’est constitué par la centralisation, l’imposition de la langue française, les guerres de conquête, la création d’un roman national... La souveraineté lui a permis de se perpétuer, pas de se former. Et nous sommes clairement à un moment charnière précédant la création d’un nouveau peuple, ou d’un éclatement aux conséquences incertaines.

          Je ne sais pas si la population qui vit actuellement sur le territoire "français" pourra un jour devenir un peuple, ni comment. Il y aura sans doute beaucoup de soubresauts plus ou moins violents dans les décennies à venir. Bien malin qui peut dire ce qui va en résulter.


        • vote
          maQiavel maQiavel 9 septembre 21:27

          @attis

          - Le peuple français est mort parce qu’il a perdu sa souveraineté, je suis d’accord. Mais ceci est désormais du passé. Ce serait une erreur de croire que les personnes qui vivent désormais dans le territoire géré par l’administration dite française peuvent devenir un peuple en conquérant une souveraineté.

          ------> Vous avez tout à fait le droit de le penser, moi je ne suis pas du tout d’accord avec vous, je ne crois pas en ces théories sur « la fin de l’histoire », les luttes, les combats et les rapports de force se poursuivent, des batailles se perdent et se gagnent et l’histoire suit son cour, il n’y a jamais de fin. Et surtout rien n’est jamais certain, l’histoire n’est pas linéaire et l’avenir est imprévisible.

          L’ex-peuple français, par exemple, s’est constitué par la centralisation, l’imposition de la langue française, les guerres de conquête, la création d’un roman national... La souveraineté lui a permis de se perpétuer, pas de se former.

          Ce que vous dites là est contradictoire :

          ------>D’un coté vous dites que la souveraineté lui a permit de se perpétuer et non de se former.

          ------>De l’autre coté vous dites qu’il s’est constitué par la centralisation, l’imposition de la langue française, les guerres de conquête, la création d’un roman national, soit une série de mesures politiques qui nécessitent la souverainetésmiley

          La seconde partie de votre raisonnement est tout à fait juste mais pas la première.

          -Je ne sais pas si la population qui vit actuellement sur le territoire "français" pourra un jour devenir un peuple, ni comment. Il y aura sans doute beaucoup de soubresauts plus ou moins violents dans les décennies à venir. Bien malin qui peut dire ce qui va en résulter.

          ------> Si vous ne savez pas ce qui va se passer (et moi non plus) vous ne pouvez pas décréter que « ce serait une erreur de croire que les personnes qui vivent désormais dans le territoire géré par l’administration dite française peuvent devenir un peuple en conquérant une souveraineté ». smiley

          Vous terminez sur un ton qui est déjà moins catégorique et c’est beaucoup plus réaliste si vous voulez mon avis. smiley



        • vote
          pegase pegase 9 septembre 22:26

          @attis

          Le peuple français est mort parce qu’il a perdu sa souveraineté


          Déjà vous faites une grossière erreur, certes on a perdu certains pans de notre souveraineté, mais de loin pas tout .. Il reste par exemple la dissuasion nucléaire, l’industrie énergétique, les banques (la BNP par exemple est une banque française très puissante), le tissu administratif (le fisc entre autre), l’armée (y compris la gendarmerie), la souveraineté monétaire va revenir quand l’euro éclatera (voir les excellentes analyses d’Asselineau qui en connait un rayon sur ce sujet) , l’éducation nationale, la langue française qui sera d’ailleurs la langue la plus parlée dans le monde à horizon 2050 , les très nombreux brevets, le tissu industriel dont celui du luxe, la mode, le cinéma, l’ingénierie que le monde entier nous envie etc ...etc ..

          Le fisc a son importance, c’est par les cotisations fiscales qu’un pays se finance, or dans ce domaine on est les très grands champions de la fiscalité (aussi à nos dépend évidemment) ..

          En matière d’ingénierie je crois que vous n’avez pas idée, allez donc visiter le lien wiki sur CATIA , le logiciel phare de Dassault système .. même les russes l’utilisent .. il y a les avions, l’industrie de l’armement (on a besoin de personne, on est AUTONOME).

          et puis il y a l’histoire de France ... c’est énorme ...


          Je vous rappelle aussi, à tout hasard, que la France est contributrice net d’environ 6 à 7 milliards d’euros par an à l’UE, et de 1,2 milliards à l’Angleterre ... de l’argent qui fiche le camp dans des pays comme la Pologne et d’autres pays de l’Est que nous portons à bout de bras ...


        • vote
          maQiavel maQiavel 9 septembre 23:03

          -Déjà vous faites une grossière erreur, certes on a perdu certains pans de notre souveraineté, mais de loin pas tout.. 

          ------> En effet c’est une précision importante.

          Je me souviens qu’on en parlait à une autre occasion et on décrivait cela comme un « biais d’extrapolation » qui consiste à prendre une tendance réelle mais à la décrire comme si elle était arrivée à son terme par idéalisme ou catastrophisme (c’est Qaspard qui en parlait).

          Ca donne évidemment des descriptions fausses, par exemple : « la France n’existe plus », « il n’y a plus de frontière », « la souveraineté n’existe plus ».

          Il est clair que la tendance actuelle va dans le sens d’une perte de souveraineté, elle-même très puissante cette tendance et si elle se poursuit, on aura effectivement plus une once de souveraineté, un peu comme les amérindiens dans les réserves mais nous n’en sommes pas là.

          De la même manière, l’assertion selon laquelle « le peuple français n’existe plus » s’inscrit dans ce biais d’extrapolation, je n’ai pas voulu m’y opposer frontalement car j’ai senti que cela aurait été contre productif mais évidemment que c’est faux et que le peuple français existe toujours, même s’il est vrai que la tendance actuelle peut à terme à le faire disparaitre. 

          Ce biais d’extrapolation est une clé pour faire la distinction entre un constat réaliste et pessimiste (car ne réalisme ne doit pas être confondu avec le pessimisme). 


        • 1 vote
          yoananda yoananda 10 septembre 00:48

          @pegase
          "certes on a perdu certains pans de notre souveraineté"

          tu confonds souveraineté et puissance industrielle. Tout ce que tu décrit n’est plus "entre les mains du peuple", si je puis dire. Plus du tout.


        • vote
          maQiavel maQiavel 10 septembre 01:44

          @yoananda
          C’est vrai qu’il ne faut pas confondre souveraineté et puissance : pour donner une image caricaturale, la puissance c’est le calibre d’un flingue et la souveraineté c’est la capacité de pointer ce flingue dans la direction qu’on veut. 

          Maintenant, il faut faire aussi une distinction entre la souveraineté populaire et la souveraineté nationale. 

          Parce qu’en réalité, tout les éléments qu’a cité pégase n’ont jamais été "entre les mains du peuple" smiley , par contre ces éléments étaient entre les mains de la nation. Et pour prendre le cas du nucléaire, bien que la France aie perdu des pans de souveraineté, elle dispose encore de la souveraineté sur sa dissuasion nucléaire ( pour combien de temps, je ne sais pas mais au rythme où vont les choses ça risque de changer assez vite). 

          Du coup pégase n’as pas tort sur le biais d’extrapolation, il y’a plusieurs exemples comme ça... 


        • 1 vote
          yoananda yoananda 10 septembre 02:07

          @maQiavel
          hum ... je comprends, et je suis partiellement d’accord, mais la tendance de fond est à l’internationalisation (ex : GE vient de racheter Alstom). Le nucléaire français tente de devenir nucléaire "tout court" en investissant partout. La France n’étant plus qu’un sorte de rampe de lancement.

          Alors ok, la nation a encore un peu la main dessus, mais ... du bout des doigts et plus pour longtemps.

          Le démantèlement de la dissuasion nucléaire est déjà en discussion pour une raison simple (2 en fait) : il ne sert plus à rien (aux yeux de plus en plus de monde influent) et il coûte trop cher de toute manière.

          Les forces économiques de la mondialisation font que non seulement ces entreprises servent de moins en moins les intérêts nationaux.

          Même pour nos élus, la nation est une sorte de monstruosité du passé, qui n’a que le seul intérêt électoral.

          Cf Hollande avec "la France est une idée". Ce n’est plus un peuple, une nation, un patrimoine, une industrie, une histoire, rien ... c’est une idée ... une idée que "ça va mieux", une idée désincarnée, à l’image de Hollande le sociopathe.


        • vote
          pegase pegase 10 septembre 02:17

          @attis

          L’univers ne se réduit pas à votre microcosme.


          J’ai des contacts professionnels dans le monde entier ; même en Chine, au Brésil, en Argentine , en Crimée ou encore au Liban ..Afrique du Sud aussi .... beaucoup parlent français, la France les attire, alors votre histoire de microcosme laissez moi rire smiley 


        • 1 vote
          pegase pegase 10 septembre 02:24

          @yoananda

          Alors ok, la nation a encore un peu la main dessus, mais ... du bout des doigts et plus pour longtemps.


          Ce n’est qu’une histoire de volonté politique ...De Gaulle l’avait étatisé justement pour conserver une certaine indépendance énergétique et indépendance des transports ferroviaires ...

          Votez pour qui vous savez, et Alstom sera à nouveau étatisé ...


        • vote
          pegase pegase 10 septembre 09:35

          @yoananda

          tu confonds souveraineté et puissance industrielle.


          La puissance industrielle est indissociable de la souveraineté nationale !

           Qui se cassera le cul au travail en payant une lourde fiscalité, pour une entité qu’il n’aime pas et qu’il ne contrôle pas à minima par les urnes ? 


        • 1 vote
          yoananda yoananda 10 septembre 09:49

          @pegase
          "Qui se cassera le cul au travail en payant une lourde fiscalité, pour une entité qu’il n’aime pas et qu’il ne contrôle pas à minima par les urnes ? "

          Tous ceux qui sont obligés de travailler pour vivre.


        • vote
          pegase pegase 10 septembre 10:16

          @maQiavel

          Parce qu’en réalité, tout les éléments qu’a cité pégase n’ont jamais été "entre les mains du peuple"**


          **Mais financés par le peuple ..

          Parce qu’on est en démocratie indirecte, le vote parlementaire et tout le tralala ...

          Alors je concède qu’il y a de sérieux problèmes, que les députés font l’objet d’un lobbying forcené de la part de multiples acteurs ...etc .. Ne pas perdre de vue qu’il y a l’UE, notre problème numéro 1 c’est l’UE dans les termes qu’elle a été définie aux différents traités .. 

        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON







Palmarès