• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Philippines : la guerre sale de Rodrigo Duterte contre la drogue

Philippines : la guerre sale de Rodrigo Duterte contre la drogue

Depuis que le président philippin Rodrigo Duterte lui-même a appelé explicitement au meurtre des dealers et de toxicomanes, la mort plane sur Manille. Les tueurs sont souvent les policiers eux-mêmes. On peut être exécuté sur simple soupçon de trafic de drogue, et personne ne se sent à l'abri. La nouvelle politique antidrogue des Philippines ressemble plutôt à un bain de sang… en trois mois, elle a déjà fait plus de 3 000 morts. Selon le Figaro, en sept mois, plus de 7.600 personnes ont été tuées dans l'archipel.

 

 

Envoyé spécial - Philippines : carnage d'Etat - 03/11/2016 (France 2)

Un reportage de Pierre Monégier et Florian Le Moal.

 

 

Philippines, une lutte anti-drogue sans pitié - 17/12/2016 (France 24)

 

Tags : International Drogues



Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 5 votes
    childéric childéric 26 mai 15:21

    Faudrait la même chose en France


    • 6 votes
      psychorigide psychorigide 26 mai 15:25

      @childéric

      J’allais le dire mais je suis tellement plus sophistiqué : Légalisons toutes les drogues et faisons une guerre sans merci contre tous les trafiquants.

      Je rappelle que Mussolini avait éradiquée la pieuvre, quand Lucky Luciano débarqua avec les américains .....


    • 7 votes
      La mouche du coche La mouche du coche 26 mai 15:41

      La drogue est un fléau envoyé par les USA. Dutertre ne lutte pas contre la drogue comme le titre trompeur de cet article semble l’indiquer, mais contre les USA.


    • 4 votes
      psychorigide psychorigide 26 mai 15:27

      Dutertre on ne lui reproche pas sa guerre contre les Narcos... mais sa volonté d’indépendance. Il semblerait qu’il ne souhaite pas un conflit avec la Chine !


      • 11 votes
        maQiavel maQiavel 26 mai 15:48

        Plusieurs choses à dire.

        -D’abord les guerres propres, ça n’existe pas (truisme).

        -Ensuite, on se demande de quoi sen mêlent les élites occidentales à aller fourrer leur nez dans les affaires d’un pays souverain. Je fais référence au parlement européen qui a ouvertement critiqué la politique sécuritaire de Duterte et qui a voté une résolution demandant l’arrêt des procédures visant à réintroduire la peine de mort. La réponse de Duterte ne s’est pas faites attendre et a été cinglante : « Pourquoi essayez-vous de nous imposer vos croyances ? Pourquoi ne vous occupez-vous pas de vos oignons ? Pourquoi devez-vous venir nous emmerder, bon Dieu ! » smiley

        C’est vraiment une pathologie psychologique collective que cette tendance des élites occidentales à aller se mêler de ce qui ne les regarde en rien, ces gens se prennent pour des missionnaires, des sortes d’évangélistes des droits de l’homme, c’est insupportable. C’est au peuple Philippin de juger si cette politique sécuritaire est bonne ou mauvaise, qu’y a –t-il de difficile à comprendre dans ce principe ?

        -Au-delà des questions de souveraineté, sur le fond, en ce qui me concerne j’ai plutôt une méfiance atavique pour les forces policières et les politiques sécuritaires. Ceci étant, il faut se rappeler que les droits de l’homme et les libertés fondamentales ne valent rien dans des conditions d’insécurité des biens et des personnes physiques.

        Une anecdote : dans une métropole d’Afrique centrale, au début de cette décennie, l’insécurité était devenue endémique et les gangs faisaient la loi en plein jour. Les travailleurs se retrouvaient dans l’incapacité d’exercer leur métier, les enfants d’aller à l’école, les artisans et commerçants d’exercer leurs activités, la peur et la paranoïa s’étaient généralisée. Le commandant de police de la zone a mit en place une opération pour en finir avec les criminels, ce qui a été fait : en quelques mois, la ville a été nettoyée de ses malfrats et la popularité du commandant est montée en flèche. Et puis, des organisations des droits de l’homme ont tiré la sonnette d’alarme, le bureau de l’ONU aux droits de l’homme s’en est mêlé et les autorités locales se sont retrouvés obligés de cesser l’opération car comme dans toutes les opérations de ce type , les bavures sont nombreuses , c’est inévitable …

        Résultat : quelques années plus tard, les criminels sont ressorti des trous dans lesquels ils se sont terrés et se sont remit à terroriser la population. Conséquence : les citoyens excédés, se sont organisés eux-mêmes en comité d’auto –défense populaire pour se protéger des bandits, et lorsqu’ils les arrêtent, au lieu de les livrer à la justice, ils les exécutent froidement de façon abominable (lapidations, voir applications du supplice du collier). La justice populaire a pour caractéristique d’être sans pitié et expéditive.

         C’est bien beau les jolis principes qu’on essaie de faire appliquer à partir de jolis studios de journaliste ou de bureaux de fonctionnaire en occident mais à un moment donné l’enfer est pavé de bonnes intentions, il y’a des gens dans ces pays qui sont confronté à des réalités très brutales dans leur quotidien. Et il faut avoir l’humilité de reconnaitre que personne ne peut savoir ce qui est mieux, mieux qu’eux-mêmes.

        Pour revenir à Duterte, il faut se poser la question du pourquoi il est si populaire dans son pays au lieu de s’ériger en donneur de leçon. 


        • 5 votes
          Le Zouav 26 mai 16:31

          @maQiavel
          "C’est vraiment une pathologie psychologique collective que cette tendance des élites occidentales à aller se mêler de ce qui ne les regarde en rien, ces gens se prennent pour des missionnaires, des sortes d’évangélistes des droits de l’homme, c’est insupportable. ?"
           
          C’est l’héritage du sentiment de destinée manifeste des élites américaines, qui sont depuis plusieurs générations persuadé d’être investis par une mission civilisatrice quasi divine.

          D’Andrew Jackson à Bush Jr., en passant par Woodrow Wilson, ce besoin d’être le guide, celui qui apporte la lumière (la vrai !) aux autres, est ultra présent.
          Même la notion de "police international" apparait dans les dires de T. Roosevelt tout début XXème.
           

          Evidemment, depuis, ça a déteint sur ses vassaux, UE en tête.


        • 1 vote
          gerfaut 28 mai 08:18

          @Maq
          Quand on critique la bien penseance européenne et sa sphère boboïde et qu’on cite ensuite les droits de l’Homme, il y a un petit problème, il faut aller jusqu’au bout.

          Les gauchistes sont bien emmerdés par le peuple, rendez-vous compte, les droits de l’Homme, la lutte contre la peine de mort qu’ils assènent à tous, sont en jeu. Quoi un peuple essaye de vivre normalement ?

          Alors on dévie, c’est la faute aux ricains la drogue, etc... Le baratin. Comme si des Philippins éteint incapables de la fabriquer ou de la faire venir eux-mêmes et d’ éliminer les intermédiaires pour se faire plus de fric.

          Il y en a, ils se tuent avec leur connerie, et ils veulent un suicide collectif.


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 28 mai 11:00

          @gerfaut

          -Quand on critique la bien penseance européenne et sa sphère boboïde et qu’on cite ensuite les droits de l’Homme, il y a un petit problème,

          ------> Absolument pas , si tu as bien compris mon commentaire dans un premier temps je dénonce l’impérialisme droidelhommiste de la bien pensance des élites européennes et dans un second temps je me situe dans cette perspective droidelhommiste pour montrer que même de ce point de vue là , leurs recommandations ne sont pas pertinentes.

          -Alors on dévie, c’est la faute aux ricains la drogue, etc... Le baratin. Comme si des Philippins éteint incapables de la fabriquer ou de la faire venir eux-mêmes et d’ éliminer les intermédiaires pour se faire plus de fric.

          ------> Là par contre, je ne vois pas trop de quoi tu parles mais j’imagine que tu ne parle pas de moi …


        • 1 vote
          gerfaut 28 mai 14:00

          @maQiavel

          Ceci étant, il faut se rappeler que les droits de l’homme et les libertés fondamentales ne valent rien dans des conditions d’insécurité des biens et des personnes physiques.

          Oui, c’était cette phrase que je commentais. Sinon, je parlais bien aux autres.


        • vote
          maQiavel maQiavel 28 mai 14:48

          @gerfaut
          OK. J’ai répondu sur cette phrase. 


        • 4 votes
          cathy cathy 28 mai 07:44

          Duterte est en guerre contre l’oligarchie mondialiste, pour un monde unipolaire. Elle envoie les djihadistes musulmans, la drogue etc. Si Duterte résiste trop, qui sait ce qu’ils vont envoyer d’autres ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès