Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La science à la télé

La science à la télé

Les infos scientifiques que l'on voit dans les médias sont souvent de mauvaise qualité. Mais pourquoi ?

 

 

DirtyBiology

 

Tags : Economie Information et Médias Société Ecologie Télévision OGM Médias Science et techno Nature



Réagissez à l'article

27 réactions à cet article


  • 3 votes
    Slift Slift 11 juillet 18:45

    Le fait que plusieurs autoritées scientifiques remettent en cause la fiabilité de l’étude de séralini sur la potentielle nocivité des OGMs ne veut pas dire que les OGMs ne sont pas nocifs.

    "Grandes instances biotechnologiques" smiley


    • vote
      sls0 sls0 11 juillet 20:03

      @Slift
      Pour qu’une parution scientifique soit virée, ce n’est pas plusieurs, c’est un consensus.

      Cela dit en général je suis contre les OGM.

      A quel niveau il se place Slift dans les grandes instances scientifiques ?


    • vote
      sls0 sls0 11 juillet 19:58

      Intéressante cette chaine youtube, il est temps pour contrebalancer avec un esprit scientifique les chaines d’allumés.


      • 1 vote
        Marioupol Marioupol 11 juillet 21:55

        @sls0

        Je ne sais pas, je n’ai plus allumé mon poste TV depuis 2 ans...... smiley


      • 1 vote
        Qiroreur Qiroreur 11 juillet 22:01

        @sls0
        D’autant que dans le premier exemple, on a vu ici même exactement le même emballement que dans les médias mainstream


      • vote
        sls0 sls0 12 juillet 00:25

        @Marioupol
        Je parlais de chaines youtubes, le fait que je l’avais écrit juste avant je me suis dispensé de réécrire.

        Je n’ai plus de télé depuis 1987, c’est 1200 heures de vie en plus par an.


      • vote
        sls0 sls0 12 juillet 00:47

        @Qiroreur
        Je l’avais oublié cet emballement, merci de le rappeler. Je l’ai rajouté dans mes favoris, c’est des commentaires d’anthologie quand même. Il suffisait d’attendre un peu, ben non, les conneries fusaient, c’est ça un croyant.

        J’ai compter les plus des commentaires, 56 plus pour soucoupistes/comspis/adeptes de Grimault et un plus pour vous de ma part.

        Le jour où j’aurai des plus sur un sujet soucoupiste, c’est soit que le bon sens revient ou que je commence à perdre mon bon sens.


      • 2 votes
        Ozi Ozi 12 juillet 21:20

        @Qiroreur

        Petite fripouille smiley

        .

        Bon, je viens de mater le début de cette vidéo sur l’exemple "Gadoury", et comme à l’accoutumée c’est biaisé dès le départ..
        _L’auteur : "en pratique de nombreux experts et archéologues de métier ont fait remarquer que la cité en question avait de grandes chances d’être un champ de maïs"
        On
        remarquera tout de suite l’emploi du conditionnel pour tenter de justifier une théorie  smiley ...
        .
        "de nombreux experts et archéologues"...
        A ma connaissance, il n’y en a eut que deux, français, dont le fameux argument sur le fait que les Maya n’utilisaient pas les constellations pour édifier leurs cités est juste hors de propos..

        Et puisque qu’on est dans le monde des théories devenues miraculeusement des vérités, alors pourquoi pas cette autre théorie : "Les emplacements des villes sont effectivement des représentations géographiques de constellations stellaires que les mayas n’auraient pourtant pas été capables de géolocaliser pour la simple et bonne raison que ces villes ont été construites avant eux par une civilisation ancienne".. D’où le recoupement avec la civilisation des Mégalithes que l’on retrouve sur tout les continents et cette même géométrie

        .

        Justifier une théorie pour en contrer une autre sans aucune démonstration factuelle est juste ridicule, bref, ce jeune homme dans cette vidéo est un exemple de biais cognitifs à lui tout seul, un peu comme les zozoticiens du net..  smiley


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 13 juillet 02:47

        @Ozi
        "On remarquera tout de suite l’emploi du conditionnel pour tenter de justifier une théorie "

        Oui, le conditionnel ... qu’est ce qui vous choque ? Vous avez une preuve que c’est bien une cité Maya ? Non. Donc l’emploi du conditionnel se justifie. Et ce qu’il dit est exact : de nombreux experts doutent et argumentent pourquoi sans pour autant se moquer. Je dirai que le biais est plutôt dans cette volonté à tout prix de remettre en cause ce que bcps appellent "l’Histoire officielle" et qu’on en a eu un parfait exemple avec le buzz autour de ce jeune canadien. C’est bien de cet emballement dont je parlais veille canaille, et qui fut le même que celui des médias MS.


        "A ma connaissance, il n’y en a eut que deux, français, dont le fameux argument sur le fait que les Maya n’utilisaient pas les constellations pour édifier leurs cités est juste hors de propos.."

        Ah oui, vous parlez sans doute de ces zozos ? Marie-Charlotte Arnauld et Eric Taladoire je suppose ... mais aussi de "tous leurs collègues", la fameuse mafia des archéos qui se serre les coudes ... 


        Lisez d’autres avis ... et vous comprendrez que ce n’est pas seulement 2 français (vous n’avez pas bcp cherché pour affirmer ça ... ou alors vous avez cherché ce que vous vouliez trouver et ô miracle, l’avez trouvé)

        "The archaeologist Richard Hansen pointed out that the location appears to be very close to that of the ancient Mayan city of Uxul, which has been under excavation since 2009—not exactly a long-lost city."

        -----------

        "Ivan Šprajc, a researcher from the Institute of Anthropological and Spatial Studies in Slovenia, also said the idea that the Maya correlated their settlements with stars is “utterly” unlikely.

        “We do know that the Maya were very good astronomers and that they were interested in certain stars and asterisms,” he explained. “But how could constellations reveal the location of Maya sites remains a mystery to me. Very few Maya constellations have been identified, and even in these cases we do not know how many and which stars exactly composed each constellation.”"

        Šprajc says that astronomy did play an important role in architecture and urban planning, but it was based on phenomena observed on the horizon, namely significant rising and setting points of some celestial objects, particularly the sun. This often dictated the orientation of important buildings, and sometimes even their placement relative to each other. (...)

        Lastly, Šprajc pointed out that the coordinates of the Maya city, which Gadoury claims is in northern Guatemala, is actually located in southern Campeche, Mexico. He also believes, like Garrison and Stuart, that the features shown in the satellite photos is an old milpa, abandoned years ago “but definitely not centuries ago”.

        ---------------



      • vote
        Qiroreur Qiroreur 13 juillet 02:49

        David Stuart, Aveni ... il y en a d’autres des avis. 

        Il y a aussi des archéos qui semblent convaincus ... comme quoi, pour une secte, ils ne sont pas très solidaires ces archéos smiley 

        La réaction du gamin face aux doutes ("“I think scientists are jealous,”) est d’ailleurs un peu triste ... mais bon, il est jeune... 

        "Et puisque qu’on est dans le monde des théories devenues miraculeusement des vérités, alors pourquoi pas cette autre théorie : "Les emplacements des villes sonteffectivement des représentations géographiques de constellations stellaires que lesmayas n’auraient pourtant pas été capables de géolocaliser pour la simple et bonne raison que ces villes ont été construites avant eux par une civilisation ancienne"..D’où le recoupement avec la civilisation des Mégalithes que l’on retrouve sur tout les continents et cette même géométrie"

        Personne ne prétend que les mayas étaient des buses en astronomie (au contraire), de deux, en effet, pourquoi pas, mais il faut la prouver l’existence de cette fameuse civilisation supérieure. En l’absence de preuves probantes, on s’en tient à ce que l’on sait tout en continuant de chercher et en restant ouvert à toutes les alternatives bien entendu ... mais en restant un minimum critique face aux zozos qui prétendent avoir des révélations de la mort qui tue mais que le commun des mortel ne serait pas prêt à encaisser ... si vous voyez ce que je veux dire. smiley


      • vote
        Ozi Ozi 13 juillet 11:42

        @Qiroreur :"Oui, le conditionnel ... qu’est ce qui vous choque ? "

        .

        Ce qui me choque et qui devrait t’interpeller également, c’est que l’auteur commence sa vidéo en parlant de "foirage et de gros fake" en prenant pour exemple l’affaire Gadoury, employant ensuite le conditionnel pour justifier ses affirmations ..

        Tu vois le problème ? Car soit son affirmation de départ est solidement étayée factuellement et dans ce cas l’emploi du conditionnel devient caduc, soit il ne possède pas de démonstration concluante sur cette affaire et alors son affirmation de départ est fausse..

        Un joli exemple de croyance  smiley


      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 13 juillet 12:23

        @Ozi
        "Ce qui me choque"

        Heureusement que j’ai toujours ma trousse de secouriste pour tous les gens choqués que je rencontre sur Internet. Vous voulez respirer du carbonate d’ammonium pour éviter l’évanouissement ?  smiley


      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 13 juillet 12:31

        Pour la cité Maya, inutile de se précipiter dans un sens ou un autre. Il suffit d’attendre un peu.

        http://www.lefigaro.fr/culture/2016/05/11/03004-20160511ARTFIG00180-un-expert-dement-la-decouverte-d-une-cite-maya-par-un-jeune-quebecois.php


      • vote
        Ozi Ozi 13 juillet 12:53

        @Qaspard Delanuit

        Cette article du figaro sorti un jour après l’annonce du jeune homme, laissant une place au doute et à l’étude : "c’est un rejet complet et absolu" , m’ébranle, m’offusque, me commotionne, pour ne pas dire me traumatise..  smiley


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 13 juillet 14:46

        @Ozi
        D’abord je te fais remarquer que tu ne réponds que sur un aspect du post ... mais passons. 

        Là encore tu déformes (probablement inconsciemment d’ailleursle propos en partie en joignant les deux expressions "foirage et de gros fake". 

        Pour remettre les choses dans l’ordre (réécoutes si tu ne me crois pas) : "Foirage" est employé au tout début et désigne tout un tas d’affaires qui se sont avérées en être et qui ont connu le même emballement médiatique. Ensuite il utilise le conditionnel pour la découverte en question (toujours rien de gênant ici), avance quelques arguments des archéo (il y en a d’autres, mais là n’est pas le sujet de la vidéo) et finit maladroitement par "un bon gros fake de la part des médias qui se sont empressés d’en parler comme d’un petit génie" (donc là c’est bien des médias dont il est question), "alors qu’en fait, pas vraiment" ... d’après les arguments avancés par les archéologues : c’est le seul endroit où la formulation est maladroite (inutile même). 

        Les archéologues ne peuvent qu’à ce stade tenter de répondre à la question "est-ce que la méthode de sa découverte est scientifique ?". La réponse est semble-t-il quasi unanime : non. Ils ne disent pas que c’est un "fake", juste que ça ne tient pas la route. Pour répondre à la principale ("est-ce qu’il a découvert ou pas une cité ?") il faut aller sur place et fouiller. Mais si tu cites de manière biaisée tu fais dire à la personne de la vidéo ce qu’il ne dit pas.


        "Car soit son affirmation de départ est solidement étayée factuellement" : 

        Tu sais parfaitement qu’elle ne pourra l’être qu’une fois qu’une équipe sera partie sur place au lieu indiqué et fouiller. Donc si on te suit, il faut ne plus rien dire avant d’être allé sur place, même pas s’interroger sur la méthodologie employée ? En sciences ça compte un peu, n’en déplaise à certains smiley

        Rappelons que le sujet de cette vidéo n’est pas de traiter de la validité de la découverte du jeune, mais de mettre en lumière le manque de rigueur des médias sur les sujets scientifiques (en introduction, parce que ça on le sait) et d’expliquer comment cela fonctionne aussi dans les publications scientifiques en en exposant également les manquements au travers des différents maillons de la chaîne qui mènent à la publication. 


      • 1 vote
        Ozi Ozi 13 juillet 17:38

        @Qiroreur :"D’abord je te fais remarquer que tu ne réponds que sur un aspect du post"

        .

        Tu parles probablement des avis de Marie-Charlotte, Eric, Ivan et David qui sans avoir eut accès aux travaux de Gadoury concernant l’alignement de 117 des grosses cités avec 22 constellations et sans avoir vérifié sur place l’emplacement hypothétique d’une 118ème cité, se permettent quand même de conclure part :"
        c’est un rejet complet et absolu"

        Leur conclusion définitive sur l’alignement de 117 grosses cités est magique :"probablement une coïncidence" ...Le dieu Hasard a encore frappé..

        On attends bien sur les travaux et tests sérieux de cette poignée d’archéologues qui invalideront ou valideront les travaux de Gadoury, peut être quand ils y auront eut accès..

        .

        "Foirage" est employé au tout début et désigne tout un tas d’affaires qui se sont avérées en être"

        .

        Sauf que là c’est pas le cas, les travaux de Gadoury n’ont pas été invalidé, ce n’est pas un gros fake, c’est juste une théorie qui ne demande qu’a être testée que certaines personnes, qui n’ont pas eut accès aux travaux, n’aiment ou ne comprennent pas..

        Donc ce n’est pas un gros fake des médias, tout au plus un emballement chez certains médias qui n’auraient pas employé le conditionnel (ils sont quand même peu nombreux)..

        Donc comme je le disais plus haut, oui l’auteur de la vidéo se plante dès le début en prenant pour exemple l’affaire Gadoury, croyant probablement que les rares avis sur le sujet avaient invalidé définitivement les travaux du jeune homme, c’est bien mal connaître la méthode scientifique..

        .

        "Donc si on te suit, il faut ne plus rien dire avant d’être allé sur place, même pas s’interroger sur la méthodologie employée ?"

        .

        Quand on a pas eut accès aux travaux et que l’on est pas allé vérifié sur place, effectivement la meilleure chose à faire est de ne rien dire, je sais, c’est contraignant mais c’est ça la science..

        .

        "Rappelons que le sujet de cette vidéo n’est pas de traiter de la validité de la découverte du jeune, mais de mettre en lumière le manque de rigueur des médias sur les sujets scientifiques"

        .

        Oui, j’ai seulement précisé que la vidéo commençait mal avec un gros biais, c’est tout.. 


      • vote
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 13 juillet 18:22

        @Qiroreur
        "il faut ne plus rien dire avant d’être allé sur place, même pas s’interroger sur la méthodologie employée ? En sciences ça compte un peu, n’en déplaise à certains."

         

        On porte uniquement attention aux méthodes et à la justesse théorique... tant qu’on ne peut rien vérifier d’autre, par exemple en physique. Lorsqu’il y a une donnée factuelle facilement vérifiable (ce qui est parfois le cas en archéologie), on va évidemment tout de suite voir sur le terrain ce qu’il en est. Et ensuite on peut théoriser. 



      • vote
        Qiroreur Qiroreur 14 juillet 00:01

        @Qaspard Delanuit
        Je suis bien d’accord avec ce que vous écrivez (je ne vois pas pouquoi vous précisez cette évidence). Ce qui me gène est expliqué ci-dessous. 

        @Ozi

        "On attends bien sur les travaux et tests sérieux de cette poignée d’archéologues qui invalideront ou valideront les travaux de Gadoury, peut être quand ils y auront eut accès.."

        => Ah, on est passé de 2 à une "poignée" ... ça évolue.

        Sinon tu crois vraiment que la science fonctionne comme ça ? Quelqu’un balance une affirmation et hop ... c’est aux autres d’aller vérifier ! 

        Avant d’arriver à la publication, en principe, on est lu, relu et encore relu par ses pairs .. ce qui permet de corriger les erreurs méthodologiques notamment (ça n’évite pas toutes les erreurs, il y a des failles comme le montre cette vidéo - et ses exemples ne sont pas forcément bien choisis mais c’est une autre histoire - mais c’est encore le processus le plus fiable). 


        "Sauf que là c’est pas le cas, les travaux de Gadoury n’ont pas été invalidé, ce n’est pas un gros fake chez certains médias qui n’auraient pas employé le conditionnel""

        => Je viens de te dire juste haut dessus que cette vidéo n’affirme pas que les travaux en question sont "un gros fake" et tu reprends cette affirmation. smiley

        Je reprends tes propos au tout début :

        "_L’auteur : "en pratique de nombreux experts et archéologues de métier ont fait remarquer que la cité en question avait de grandes chancesd’être un champ de maïs"

        On remarquera tout de suite l’emploi du conditionnel pour tenter de justifier une théorie"

        => Je n’ai pas rebondi là-dessus (le verbe "avoir" ici est conjugué à l’imparfait et non au conditionnel). De plus l’auteur de la vidéo ne cherche pas "à justifier une théorie" plutôt qu’une autre (il n’y connait probablement rien en archéo, ça n’est pas le sujet), il s’interroge sur la manière dont certaines informations sont propagées. Encore une fois tu tiques sur ce qui est une introduction (parce que ce sujet t’intéresse) alors qu’ici il n’est nullement question d’archéo (la suite prend un tout autre exemple : les OGM).

        Le phénomène décrit en intro est bien la propagation mondiale d’une information que personne n’a vérifié (cette histoire est belle en même temps, ça se comprend ...). Quand une étude (même si elle n’a pas été validée par des pairs, à la rigueur on s’en fout à ce stade) est publiée on peut y avoir accès par définition. Tu vois où est le pb à ce niveau quand tu reproche à des archéos de ne pas avoir eu accès ?

        "Quand on a pas eut accès aux travaux et que l’on est pas allé vérifié sur place, effectivement la meilleure chose à faire est de ne rien dire, je sais, c’est contraignant mais c’est ça la science.."

        Déjà tu ne réponds pas à la question sur la méthodologie qui est fondamentale (ce serait fastidieux d’expliquer cette évidence) ... d’autant que le jeune a expliqué comment il avait procédé, bref ... 

        Donc en gros, c’est l’argument bien connu du "aller sur place"... ou le silence. Selon ce "raisonnement", le gamin aurait du se taire smiley


      • vote
        Qiroreur Qiroreur 14 juillet 00:08

        @Ozi

        "On attends bien sur les travaux et tests sérieux de cette poignée d’archéologues qui invalideront ou valideront les travaux de Gadoury, peut être quand ils y auront eut accès.."

        => Ah, on est passé de 2 à une "poignée" ... ça évolue.

        Sinon tu crois vraiment que la science fonctionne comme ça ? Quelqu’un balance une affirmation et hop ... c’est aux autres d’aller vérifier ! 

        Avant d’arriver à la publication, en principe, on est lu, relu et encore relu par ses pairs .. ce qui permet de corriger les erreurs méthodologiques notamment (ça n’évite pas toutes les erreurs, il y a des failles comme le montre cette vidéo - et ses exemples ne sont pas forcément bien choisis mais c’est une autre histoire - mais c’est encore le processus le plus fiable). 


        "Sauf que là c’est pas le cas, les travaux de Gadoury n’ont pas été invalidé, ce n’est pas un gros fake chez certains médias qui n’auraient pas employé le conditionnel""

        => Je viens de te dire juste haut dessus que cette vidéo n’affirme pas que les travaux en question sont "un gros fake" et tu reprends cette affirmation. smiley

        Je reprends tes propos au tout début :

        "_L’auteur : "en pratique de nombreux experts et archéologues de métier ont fait remarquer que la cité en question avait de grandes chancesd’être un champ de maïs"

        On remarquera tout de suite l’emploi du conditionnel pour tenter de justifier une théorie"

        => L’auteur de la vidéo ne cherche pas "à justifier une théorie" plutôt qu’une autre (il n’y connait probablement rien en archéo, ça n’est pas le sujet), il s’interroge sur la manière dont certaines informations sont propagées. Encore une fois tu tiques sur ce qui est une introduction (parce que ce sujet t’intéresse) alors qu’ici il n’est nullement question d’archéo (la suite prend un tout autre exemple : les OGM).

        "Quand on a pas eut accès aux travaux et que l’on est pas allé vérifié sur place, effectivement la meilleure chose à faire est de ne rien dire, je sais, c’est contraignant mais c’est ça la science.."

        => Déjà tu ne réponds pas à la question sur la méthodologie qui est fondamentale (ce serait fastidieux d’expliquer cette évidence) ... d’autant que le jeune a expliqué comment il avait procédé, bref ... ensuite quand une étude (même si elle n’a pas été validée, à la rigueur on s’en fout à ce stade) est publiée on peut y avoir accès par définition. Il n’y a pas un truc qui t’interpelles ici dans ce que tu reproches à ces jaloux d’archéos ?

        Je résume c’est l’argument bien connu du "aller sur place... sinon silence". Selon ce "raisonnement", le gamin aurait du se taire avant de faire son buzz smiley


      • 4 votes
        Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 11 juillet 22:50

        La divergence fondamentale entre l’opinion publique et l’esprit critique est que l’opinion publique veut des certitudes tandis que l’esprit critique vit constamment dans le doute. Comme l’explique Karl Popper, la démarche scientifique n’est pas celle qui cherche à prouver qu’une théorie est vraie (pour en faire un dogme) mais celle qui peut prouver qu’une théorie est fausse (ou incomplète) en la mettant à l’épreuve. La science est révisionniste par définition. Comme l’opinion publique veut des certitudes, elle fonctionne sur le principe de l’autorité (religieuse ou scientifique, peu importe), de la confiance, de la croyance, de la chasse aux hérétiques (coupables de faire douter les autres). Et ce comportement de l’opinion publique convient très bien aux politiciens professionnels et autres manipulateurs qui peuvent ainsi plus facilement contrôler des populations bien ancrées dans des croyances. Ils ne le font pas nécessairement parce qu’ils sont "méchants" mais parce que c’est plus facile et plus rapide de manipuler les gens que de les convaincre en faisant appel à leur sens critique. 


        • 2 votes
          V_Parlier V_Parlier 11 juillet 22:52

          J’attendais, j’attendais que le sujet (au début bien amené) arrive enfin aux OGM, et j’ai failli en tomber de ma chaise !

          Comment, avec un tel aplomb, ce brave gugus peut-il affirmer que les OGM alimentaires (dans la plupart des cas conçus pour survivre à coup de glyphosate et dont le principe d’équivalence en substance est 100% faux) ne sont en rien nocifs, rien que parce-qu’il a trouvé une étude foireuse ? Et après il va nous parler de la rigueur scientifique ? Les "grandes instances biotechnologiques", ouaip, ça se paye comme le reste. (Il le dit lui-même, il faut rester rentable pour survivre. Et c’est encore plus rentable quand les mêmes bonhommes font la navette entre les labos, les organismes de régulation et Monsanto).

          Enfin, il aurait pu savoir que les études d’effets carcinogènes se font très souvent (si ce n’est toujours) avec des rats prédisposés à ce genre de maladie (dont un lot sans le facteur testé, et un lot avec pour comparaison). Sinon il faudrait beaucoup trop de rats ET DE TEMPS pour obtenir les résultats.

          Ah c’est sûr que l’info scientifique est bien pourrie en général. Jusqu’ici, dites donc !

          Ca me rappelle la même histoire avec les effets des hyperfréquences pulsées (téléphonie mobile et autres) pour laquelle on ressort à chaque fois l’expérience des embryons de poulets mal foutue (menant d’ailleurs n’importe quoi) pour occulter une dizaine d’autres tout à fait sérieuses sur le barrière hémato-encéphalique. Avec les OGM on aura droit à toutes les mêmes entourloupes.

          Moi je l’attends toujours, ce fameux OGM qui pousse dans le désert sans engrais, sans pesticides ni herbicides, et qui sauve l’humanité et bla bla bla... Ah, dommage, il faut attendre encore 50 ans, c’est ballot. En attendant on va bouffer du glyphosate pour financer les recherches, c’est ça ?


          • 3 votes
            Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 11 juillet 23:20

            @V_Parlier
            Les "grandes instances biotechnologiques", c’est ce en quoi ce garçon a envie de croire. Douter de tout est difficile, inconfortable. C’est si bon de penser qu’il existe encore de "grandes instances" qui connaissent et distillent l’alpha et l’oméga de la vérité. 


          • vote
            sls0 sls0 12 juillet 01:06

            @V_Parlier
            Le suis contre les OMG, c’est associé à cette belle saloperie de roudup, transforme des paysans en esclaves, risque de se disséminer, enrichi que des actionnaires, peut nous rendre dépendant de multinationales pour manger.

            Si aucune étude n’a réussi à prouver son danger, j’en prend acte, soit, pour l’instant rien ne prouve, comme ça fait des dizaines de milliers d’années qu’on s’en passe, ça ne me dérange pas de m’en passer.

            Si on trouve une plante OMG qui puisse se cultiver où rien ne pousse et où les gens crève de faim, ça me va.

            Le fait que le mois prochain je déménage à Haïti me donne peut être une autre vision.
            Je passerai une partie de mon temps à replanter des arbres et s’il faut passer par de l’OGM, je planterai de l’OGM. Certain que ce n’est pas une multinationale qui fournira, il y a rien à gagner. 


          • vote
            V_Parlier V_Parlier 12 juillet 22:07

            @sls0
            Des OGM faits maison, ça ne doit pas être facile à faire. smiley

            Et si des états "rebelles" (c.à.d. mal vus des USA) avaient pu financer des OGM réellement bénéfiques au profit de leurs nations (ce rêve qu’on nous dépeint), ils existeraient déjà.

            Mais plus généralement (en dehors du cadre de votre réponse) j’oubliais d’ajouter aussi que les expériences "ne prouvant pas la nocivité" sont faites avec l’OGM cultivé sans Round-Up et sans le "package" de pesticides divers préconisés sur le terrain. Il est à l’abri, "au naturel", dans sa petite serre. C’est peut être scientifiquement rigoureux mais c’est, avouons le, une aussi grosse fumisterie qu’une expérience mal faite.


          • vote
            sls0 sls0 14 juillet 06:29

            @V_Parlier
            L’INRA n’a jamais été franchement ONG, ils ont choisi une autre voie.
            Quand je vois leur projet GENIUS, j’y trouve pas trop à redire, open source pour la recherche fondamentale et brevet gratuit pour les pays en voie de développement.

            Ce n’est pas du rebelle pur jus, c’est open source donc pas de vices cachés, brevet restreint pendant 3 ans pour des centres n’ayant pas trop le profil Monsanto. Libre de droits pour les pays en voie de développement, non, pas rebelle humain sans plus.

            Monsanto, Bayer &Cie risquent de trouver l’INRA rebelle, ils risquent de lancer des rumeurs sur le web et comme le mode complotiste marche bien en ce moment, il y en a bien quelques uns qui vont affûter leur faucille ou sortir leur conneries habituelles sur des forums. Les médias pigeront que dalle et suivront la mode en fonction de leur actionnaire principal.

            Quand je regarde en arrière, j’y vois un cycle, l’argent prend de plus en plus de pouvoir> un clash ou crash assez douloureux> un peu d’humanité> retour du pouvoir du fric> ect... J’ai comme l’impression qu’on est dans la phase fric à outrance, pouvoir à outrance, certains qui ont le fric peuvent se permettre de biaiser, ils ont le pouvoir. En plus à cette phase est associé un mentale style "moi d’abord les autres je m’en fous" ce qui n’arrange pas les choses.

            Ce mental est assez courant chez nos décideurs européens et politiques nationaux.


          • vote
            michel-charles michel-charles 12 juillet 07:42

            Encore un tocard qui écrit (payé) pour Mosanto... !


            • vote
              tobor tobor 1er août 23:22

              Notons la méthode :

              - 2 "infos" vraies, pertinentes (cité Maya, etc.)
              - un gros bouzin (valoriser les ogm’s)
              - un passage régressif (la farandole, pub pour des jeux commerciaux de m...)
              .
              C’est me semble-t-il la "méthode Dieudonné" !
              .
              S’il veut convaincre son publique de l’innocuité des ogms, il en oublie de parler glyphosate, de mortification des sols ou de la non-reproductibilité des mutants, du fait que ces expériences pouvant se déployer à l’infini ont un énorme potentiel à créer des freaks nuisibles.
              .
              L’usage de rats prédisposés aux cancers se justifie par la prédisposition au cancers qui caractérise notre condition humaine occidentale. Si l’étude visait le risque pour les pygmées, il faudrait des rats avec d’autres attributs.
              .
              Les sociétés dominantes en biotech créent le nombre de labos indépendants qu’il faut pour démonter une étude dérangeante et créent sans-doute des gentils bloggers charismatiques :)

              

              Ajouter une réaction

              Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

              Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


              FAIRE UN DON







Palmarès