Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

BA

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 159 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires


  • 3 votes
    BA (---.---.---.142) 21 mars 18:41

    Samedi 21 mars 2015 :


    La mise en place d’un système de propagande au niveau européen.


    Il y a quelques mois, le média EUobserver signalait l’existence d’un document informel à l’initiative de la Grande-Bretagne, de la Lituanie, de l’Estonie et du Danemark, appelant à doter l’UE de moyens d’informations communs destinés à « déconstruire… la propagande hostile » que représenteraient les médias russes dans le cadre du conflit ukrainien.


    L’affrontement du bloc américano-occidental et de la Russie, a en effet permis de mettre à jour l’embrigadement des grands médias occidentaux sur les sujets géopolitiques et stratégiques et a permis à de nombreux citoyens européens à la recherche d’une information réaliste et factuelle de s’informer hors de la sphère d’influence américaine par le biais des grands médias russes, comme Russia Today, qui dispose maintenant d’une édition en langue française. La simple comparaison entre les informations déployées à l’intérieur du bloc OTAN et celles circulants hors de la sphère d’influence américano-occidentale, permet effectivement de prendre conscience de la propagande de guerre à l’oeuvre dans les médias européens et de leur manipulation de l’information.

    Le document, probablement d’origine états-unienne, prévoyait donc la mise en place au niveau européen d’une « plate forme permanente au sein de laquelle l’UE et l’OTAN pourraient échanger leurs points de vue sur la communication stratégique » et appelait les producteurs médiatiques à « encourager les échanges entre les productions des différents pays (divertissements, films, documentaires) afin de fournir des alternatives compétitives à la production russe sur le marché européen de la télévision. »

    Le conseil européen des 19 et 20 mars derniers, a adopté à cet effet une « feuille de route » concernant la mise en place des mesures préconisées par ce document, sous la supervision de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, dans le but « de superviser le nouveau programme d’envergure pour contrecarrer le travail des médias russes. »

    Cette dernière a notamment déclaré le 19 janvier  : “Nous travaillons sur la mise en place d’une stratégie de communication pour faire face à la propagande en langue russe“.

    A cet effet, il est prévu de lancer un grand média en langue russe destiné à promouvoir la vision atlantiste dans la sphère d’influence de la Russie et à contrer Russia Today, sur le modèle des anciens médias opérés par la CIA du temps de la guerre froide, comme Radio Liberty ou Radio Free Europe. Le document, qui n’a pas été rendu public et serait classé « secret défense », mais dont certains éléments ont fuité, invite également les journalistes d’investigation à se rapprocher de structures telle que la European Endowment for Democracy, opérée par la CIA.

    Russia Today, en tant que premier média international russe, est la cible privilégiée de cette campagne. En Grande-Bretagne, l’Office of communications, la structure de régulation des médias, a formulé en décembre un avertissement à Russia Today en menaçant de lui retirer sa licence si la chaîne ne tenait pas compte de ses remarques.

    En début d’année, le rédacteur en chef du quotidien américain The Economist, Edward Lucas, a qualifié les employés de Russia Today « d’excentriques et de propagandistes » et a appelé à leur boycott. Il a notamment affirmé : « Quiconque déposera son CV sur mon bureau et que je vois que cette personne a travaillé chez RT ou Sputnik ou quelque choses comme ça, alors ce CV sera jeté à la poubelle. Nous devons être capables d’humilier ces chaînes, ces personnes et les personnes qui les ont nommés, les producteurs qui les ont lancés et de les repousser en marge du monde des médias pour qu’on ne les considère plus comme de vrais journalistes ou de vraies chaînes mais comme des excentriques et des propagandistes. »

    Un premier pas dans la mise en place d’une stratégie européenne de propagande de masse vient d’être effectué avec la signature d’une alliance entre sept grands quotidiens nationaux qui comprend Le Figaro, pour la France, La Republica pour l’Italie, El Pais pour l’Espagne, Le Soir pour la Belgique, La Tribune de Genève et Tages-Anzeiger pour la Suisse, et qui sera dirigée par Javier Moreno, ancien directeur de la rédaction d’El País.

    Les objectifs officiels sont « la mise en commun des compétences ainsi que la promotion du journalisme de qualité. »

    Cette alliance a été nommée Leading European Newspaper Alliance (LENA) et elle s’est donnée pour objectif opérationnel de mettre en place une « plateforme d’entraide entre éditeurs pour partager leurs expériences à l’ère numérique« , c’est-à-dire qu’elle proposera une plateforme de mutualisation des contenus. Cette mutualisation aura pour conséquence une réduction de la diversité éditoriale et une uniformisation des contenus à l’échelle européenne, ce qui facilitera l’imposition et la circulation de la propagande atlantiste à l’échelle du continent. L’objectif affiché est ainsi de « faire émerger une opinion publique en Europe » …

    Guillaume Borel

  • 3 votes
    BA (---.---.---.142) 18 mars 10:39

    La nouvelle tour de la BCE a coûté 1,3 milliard d’euros.


    Mercredi 18 mars 2015 :


    A Francfort, la BCE claquemurée face à une foule d’activistes.

    La BCE, qui travaille déjà dans ses nouveaux locaux depuis fin novembre, avait à l’origine prévu de faire les choses en grand pour fêter l’inauguration de la nouvelle tour. Histoire de marquer le coup, alors que la construction du bâtiment a mis huit ans et coûté 1,3 milliard d’euros, pour permettre à l’institution la plus puissante de la zone euro d’opérer dans ses propres locaux.

    Mais les gardiens de l’euro ont dû revoir leur plan face à la détermination des manifestants à tout faire pour vouloir gâcher la fête. Résultat, une cérémonie réduite au strict minimum sera tenue en présence de Mario Draghi, le président de la BCE, l’ensemble des gouverneurs de banques centrales de l’Union Européenne, faisant office de représentants de leurs nations, également l’ancien président de la BCE, Jean-Claude Trichet, le maire de Francfort et le ministre de l’économie du Land de Hesse.

    Seule une poignée de journalistes a été invitée à se joindre au pince-fesses : des grandes agences de presse et une équipe de la télévision locale. La plupart des autres journalistes doivent ainsi rester dehors.

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204232265682-ca-se-passe-en-europe-a-francfort-la-bce-claquemuree-face-a-une-foule-dactivistes-1103170.php

    Chaque siècle a sa forteresse.

    Chaque siècle a sa Bastille.

    Le XVIIIe siècle a eu la forteresse de la Bastille, à Paris. Le 14 juillet 1789, la foule en colère a pris d’assaut la forteresse de la Bastille. Elle l’a détruite. Aujourd’hui, il n’en reste rien.

    Le XXIe siècle aura la tour de la BCE, à Francfort. La foule en colère prendra d’assaut la tour de la BCE. Elle la détruira. Il n’en restera rien.

  • 2 votes
    BA (---.---.---.142) 5 mars 05:35

    Dans l’Union Européenne, les élections en France, les élections en Espagne, les élections en Grèce, etc, ça ne sert plus à rien.


    Dans l’Union Européenne, les élections ne servent plus à rien, puisque les nations sont prisonnières des traités européens.


    Les élections ne servent plus à rien, puisqu’il n’y a pas d’autre politique possible.


    TINA !


    There Is No Alternative !


    (TINA, c’était le surnom de Margaret Thatcher.)


    La construction européenne est anti-sociale.


    La construction européenne est anti-populaire.


    La construction européenne est anti-démocratique.


    Elle doit être détruite.


    Mercredi 4 mars 2015 :


    Grèce : Tsipras devra expliquer qu’il ne pourra pas tenir toutes ses promesses.


    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime que le Premier ministre grec va devoir expliquer que certaines de ses promesses électorales ne seront pas tenues, les élections ne changeant pas les traités, dans un entretien mercredi au journal El Pais.

    « Alexis Tsipras a fait un pas fondamental : il a commencé à assumer ses responsabilités. Mais il a un problème : il doit encore expliquer que certaines des promesses avec lesquelles il a remporté les élections ne seront pas tenues, déclare-t-il. Les élections ne changent pas les traités. »

    « Il a posé les bonnes questions, poursuit M. Juncker. Mais n’a jamais donné de réponses. Or, concernant la Grèce et son programme, il y a 19 opinions publiques qui comptent, dans la zone euro. Les élections ne changent pas les traités : il est clair que l’on peut envisager la crise grecque d’une autre manière. On peut faire preuve de davantage de flexibilité, mais la victoire de Tsipras n’ouvre pas le droit à tout changer. »

    Evoquant le parti grec Syriza, mais aussi son allié espagnol Podemos, M. Juncker estime que « ce type de nouveau parti analyse souvent la situation de manière réaliste en soulignant avec précision les énormes défis sociaux. Mais s’ils emportent les élections ils sont incapables de tenir leurs promesses, de transformer leurs programmes en réalité. Les propositions de ces partis ne sont pas compatibles avec les règles européennes : elles conduiraient à une situation de blocage total. »

    http://www.romandie.com/news/Grece-Tsipras-devra-expliquer-quil-ne-pourra-pas-tenir-toutes-ses-promesses/571625.rom

  • 2 votes
    BA (---.---.---.142) 16 janvier 10:41

    Les traîtres.


    En France, il y a toujours eu des traîtres.


    Durant la Guerre des Gaules, la plupart des tribus gauloises ont résisté aux envahisseurs romains. La plupart des tribus gauloises ont rejoint Vercingétorix. Elles ont choisi la Résistance.


    Mais quelques tribus gauloises n’ont pas choisi de défendre la Gaule. Elles ont pris parti pour les envahisseurs romains. Elles ont choisi la Collaboration. Exemple : la tribu des Rèmes. Autre exemple : la tribu des Lingons.


    A propos des citoyens français qui trahissent la France, lisez ce dialogue entre Charles de Gaulle et Alain Peyrefitte :


    Général de Gaulle  : On ne peut pas laisser gouverner les partis. Les partis sont anti-France, automatiquement.

    Alain Peyrefitte  : C’est antérieur ! Condé [passé au service de l’Espagne en 1652], c’était avant les partis !

    Général de Gaulle  : Bien sûr. Condé s’alliait avec l’étranger. La Ligue allait chercher les Espagnols. Les protestants allaient chercher l’Empire. Les Vendéens allaient chercher les Anglais. Et du temps de Vercingétorix, des tribus gauloises trahissaient déjà au profit de César. C’est un vice national.


    Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 2, Fayard, page 194.


    En janvier 2015, ça continue.


    En janvier 2015, il y a des milliers de traîtres en France.


    Tous ces traîtres forment une Cinquième colonne.


    - Deux citoyens français, Chérif Kouachi et Saïd Kouachi, ont dit qu’ils étaient envoyés par Al Qaïda au Yémen.


    - Un autre citoyen français, Amedy Coulibaly, s’est revendiqué de Daech (= l’Etat islamique en Irak et au Levant).


    - Deux autres citoyens français, Mehdi Belhoucine et Mohamed Belhoucine, viennent de rejoindre les rangs de Daech en Syrie. ILS ETAIENT ANIMATEURS JEUNESSE AVEC LES ENFANTS DES ECOLES D’AULNAY-SOUS-BOIS !


    Attentats  : les frères Belhoucine, djihadistes et animateurs sociaux à Aulnay.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/15/01016-20150115ARTFIG00461-attentats-les-freres-belhoucine-djihadiste-et-animateur-social-a-aulnay.php

    Oui, il existe une Cinquième colonne, ici, chez nous.


    Les traîtres sont parmi nous.

Les thèmes de l'auteur






Palmarès