• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

BA

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 215 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires



  • 3 votes
    BA 21 mars 18:22

    A propos des participants au Groupe Bilderberg : tout ce petit monde forme un clan, et ce clan est une nouvelle aristocratie.


    • Le mouvement politique d’Emmanuel Macron s’appelle « En Marche ! ». En avril 2016, le siège de ce mouvement politique était situé au domicile particulier du directeur de l’Institut Montaigne, Laurent Bigorgne, proche de la droite ultra-libérale !

    • Découvert par le site d’informations Mediapart, le lien était à chercher dans les mentions légales du site du mouvement (elles ont été modifiées depuis la publication de l’article, mais Mediapart en a conservé une capture d’écran).


    Celles-ci faisaient apparaître le nom du directeur de la publication du site, Véronique Bolhuis, et son éditeur, « En Marche ! », association loi 1901 domiciliée au 33 rue Danton, 94270 Kremlin-Bicêtre.


    Véronique Bolhuis est la compagne de Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne, détaille Mediapart. Et l’adresse de l’association « En marche ! » est celle du domicile privé du couple.


    - Laurent Bigorgne a participé au Groupe Bilderberg du 11 au 14 juin 2015.


    - Son ami Emmanuel Macron a participé au Groupe Bilderberg du 29 mai au 1er juin 2014. A ce moment précis, Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de la présidence de la République. Il était le conseiller économique et financier de François Hollande. Deux mois après la réunion du Groupe Bilderberg, il est nommé ministre de l’Economie.


    - Pour succéder à Macron, son amie Laurence Boone est nommée conseiller économique et financier du président de la République. Laurence Boone avait elle-aussi participé au Groupe Bilderberg du 11 au 14 juin 2015. En janvier 2016, elle rejoint le secteur privé : elle devient chef économiste des assurances AXA, dont le président est son ami Henri de Castries.


    - L’ami d’Emmanuel Macron, Henri de Castries, patron d’AXA, est président du comité de direction du Groupe Bilderberg.


    - L’ami d’Emmanuel Macron, Jean Pisani-Ferry, coordonne le programme et le projet présidentiel de Macron.


    En 2009, la réunion du Groupe Bilderberg s’était tenue du 14 au 17 mai 2009 en Grèce à Vouliagmeni, à 20 km au sud d’Athènes, au Nafsika Astir Palace, un palace 5 étoiles sur une presqu’ile, avec plages privées et port privé pour yachts.

    Jean Pisani-Ferry était un des dix Français invités à cette réunion.

    Il y avait d’autres membres de la gauche caviar : Pascal Lamy, Denis Olivennes, Dominique Strauss-Kahn …

    Bref, les européistes de gauche, les brasseurs d’argent, les affairistes habituels.

    Source :


    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/macron-son-mouvement-en-marche-intimement-lie-a-l-institut-montaigne_1780429.html


  • 2 votes
    BA 20 mars 14:27
    • Ne votez pas pour le club des cinq.

    Ne votez pas pour le club des cinq candidats invités à débattre sur TF1 lundi soir.

    Ne votez pas pour Marine Le Pen, ni pour Emmanuel Macron, ni pour François Fillon, ni pour Benoît Hamon, ni pour Jean-Luc Mélenchon.

    • Choisissez plutôt un des six outsiders.

    Votez pour un des six candidats qui n’ont pas été invités à débattre sur TF1 lundi soir.

    Votez pour un de ces six outsiders : Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassale, Philippe Poutou.

    https://scontent-mad1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/17352205_1284106324978159_82718738074804235_n.jpg?oh=82aacc6d712a12b639fbc10790aa3097&oe=5925699F



  • 1 vote
    BA 4 février 13:12

    Emmanuel Macron est soutenu par tous les vieux dinosaures de la gauche caviar : Pierre Bergé, Jacques Attali, Alain Minc, Bernard Kouchner, Daniel Cohn-Bendit.


    Vendredi 3 février 2017 :


    Éric Zemmour : « Pierre, Jacques, Alain, Bernard et Daniel, embarrassants soutiens d’Emmanuel Macron. »


    Les Attali, Minc, Bergé, Kouchner, ou encore Tapie ou Cohn-Bendit qui soutiennent Macron aujourd’hui incarnent un petit morceau de la vraie croix d’une gauche qui a imposé ses valeurs depuis quarante ans.


    Ils l’aiment. C’est beau comme ils l’aiment. Ils lui déclarent leur flamme, le trouvent beau, jeune, intelligent, moderne, humaniste. Et plus encore. Leurs patronymes incarnent les années Mitterrand, mais la plupart ont été très proches de Sarkozy aussi.


    Ils s’appellent Attali, Minc, Bergé, Kouchner, ou encore Tapie ou Cohn-Bendit. Macron est leur chouchou, Macron est leur chéri, Macron est leur candidat.


    Macron ne leur demande rien comme ils ne lui demandent rien. Ni poste ni circonscription : ils sont au-dessus de ça ! Ils sont au-dessus de tout. Ils incarnent, avec un éclat souvent hautain, l’establishment. Les « élites mondialisées », comme disait naguère Jean-Pierre Chevènement. Le « système », comme dit Marine Le Pen. Les « belles personnes », comme dit Mélenchon.

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/02/03/31001-20170203ARTFIG00057-eric-zemmour-pierre-jacques-alain-bernard-et-danielembarrassants-soutiens-d-emmanuel-macron.php


  • 3 votes
    BA 2 février 08:40

    Jeudi 2 février 2017 :


    « Je n’ai jamais été son assistante », déclarait Penelope Fillon en 2007.


    « Je n’ai jamais été son assistante » et « je ne me suis pas occupée de sa communication non plus » .


    Ce sont deux phrases, lourdes de conséquences, que Penelope Fillon a prononcées au sujet de son mari lors d’un entretien avec des journalistes britanniques en mai 2007, selon France Télévisions.

    Un extrait vidéo de cette interview, dont France Télévisions a retrouvé la trace (mais que Le Monde n’a pas visionné), doit être diffusé sur France 2, lors de l’émission « Envoyé spécial » du jeudi 2 février présentée par Elise Lucet.


    Ces déclarations jettent un nouveau doute sur la réalité de l’emploi pour lequel Penelope Fillon a été rémunérée une première fois entre 1988 et 1990, et une seconde fois entre 1998 et 2002, en tant qu’assistante parlementaire de son mari, comme l’a révélé Le Canard enchaîné.


    http://www.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/02/02/je-n-ai-jamais-ete-l-assistante-de-mon-mari-declarait-penelope-fillon-en-2007_5073081_5070021.html


    Le Canard Enchaîné révèle trois informations explosives :


    - Penelope Fillon a touché 831 440 euros comme « assistante parlementaire ».

    - Penelope Fillon a touché 100 000 euros, payés par « La Revue des deux mondes ».

    - Les enfants de François Fillon ont touché 83 735 euros comme « assistants parlementaires ».


    Autrement dit : toute la famille de François Fillon a touché plus d’un million d’euros.


    Ils ont touché 1 015 175 euros.


  • vote
    BA 1er février 16:24

    Mercredi 1er février 2017 :


    Deux députés LR lâchent François Fillon.


    Les députés sont-ils en train de lâcher François Fillon ? Alors que le candidat de la droite à la présidentielle appelle à se rassembler derrière lui, pour Georges Fenech, député Les Républicains « la situation est très compromise ». Il a estimé, ce mercredi, qu’après les révélations du Canard enchaîné sur les emplois présumés fictifs de l’épouse de François Fillon « le résultat de la primaire est caduc ». 

     

    « Je pense que le résultat des primaires est aujourd’hui caduc face à cet événement imprévisible qui se situe non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral », a déclaré le député du Rhône Georges Fenech au micro de France Info.

    « Je crois que la situation est très, très compromise », a-t-il ajouté, disant « exprimer tout haut ce que beaucoup, beaucoup de parlementaires pensent tout bas » à propos de la candidature de François Fillon.

     

    « Comme l’orchestre du Titanic, nous sommes en train de couler », a encore ajouté Georges Fenech proche de Sarkozy, un peu plus tard sur BFMTV.


    « Nous ne pouvons pas continuer avec un candidat qui est en extrême difficulté ». « Il faut que notre famille politique se ressaisisse » demande-t-il.

     

    Le député LR juppéiste Philippe Gosselin a de son côté lancé « un appel à Alain Juppé pour qu’il réfléchisse à la possibilité de prendre le relais de François Fillon ». « Je ne suis pas téléguidé par Alain Juppé, mais plusieurs députés pensent comme moi. Il faut réfléchir à toutes les hypothèses, gouverner c’est prévoir », a-t-il déclaré aux journalistes dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Tous les commentaires de cet auteur

Les thèmes de l'auteur






Palmarès