Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Death note

Death note

"Ce qu’on appelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir."
"La tragédie de la mort est en ceci qu’elle transforme la vie en destin".
"Celui qui n’est pas prêt a affronter la mort au terme de sa vie, ne sera pas en paix quand tombera la nuit".

Tableau de bord

  • Premier article le 29/11/2012
  • Modérateur depuis le 18/11/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 21 147 1084
1 mois 0 1 0
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 172 161 11
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • 2 votes
    Death note Death note (---.---.---.14) 11 février 07:37

    L’ eau , la direction qu’ elle prend , le degré de rapidité du courant , ce n’est pas elle qui décide , elle ne fait que suivre la configuration du fond.

    Le vent et d’autres forces extérieures la contraignent totalement : pente inclinée , lit étroit , courant vif , forme du terrain etc.

    Les forces extérieures déterminent totalement le comportement de l’eau , elle ne fait que suivre ... malgré cela , elle reste l’eau , entièrement libre. 

    Je suppose qu’il en est ainsi des âmes incarnées dans notre dimension. 


    Le corps est un récipient , il n’ est pas "nous".L’ égo nous rend aveugle à ce que nous sommes.

    Dans chacun de nous , à l’ intérieur , il y’ a un tout sans fin , le vide et le plein s’ y confondent. Notre corps est un canal dans lequel l’ infini circule.Ce n’ est pas avec le récipient mais avec l’ infini qu’ il ne faut faire qu’ un.On peut, en ne contrariant pas ce qui y circule , en faisant le vide.
    Libre nous le sommes, déterminé et contraint nous le sommes, c’est le paradoxe de notre incarnation. 

  • vote
    Death note Death note (---.---.---.151) 31 décembre 2015 17:09

    @Fidol Castré
    Oui,mon avatar n’est pas innocent, je suis un clown ou plus précisément, je l’ai été à une époque et c’est peut-être le seul métier acceptable que j’ai exercé cette vie , il a le mérite de ne pas être hypocrite, je préfère cela à être un clown en costume cravate dans une grosse bagnole qui se croit être ce qu’il n’est pas. 

    Des tartes dans la tronche, j’en ai eu aussi, ayant vécu sur le trottoir presque 23 ans, c’était monnaie courante, ce l’est encore car je reste SDF à mis temps. Mon estime de soi a longtemps été au plus bas, ce qui est indéniablement lié à la vie merdique que j’ai pu mener mais je suis heureux depuis que j’ai compris le pourquoi de mon incarnation dans ce monde froid et concret : travailler sur le manipura ! Cette vie équilibre une de mes précédentes incarnation où j’étais un autocrate tyrannique, sadique et terriblement orgueilleux. Équilibrer n’est pas le mot adéquat, c’est le même travail qui se poursuit mais différemment. 

    Je ne suis peut-être pas imbu de ma personne, peut-être suis je un porc, dévalorisé social que je suis, mais il y’a une chose avec laquelle je ne transige pas : la Vérité !

    Si quelque chose est de la merde : c’est de la merde !

    Quant au désir, il n’est pas mauvais en soi, tout dépend de ce que l’on désire. 


  • vote
    Death note Death note (---.---.---.151) 31 décembre 2015 16:06

    Je rappelle que le dithyrambe était un chant liturgique, en l’honneur de Dionysos, dieu du vin et de la vie. 
    Nous avons beaucoup perdu, kali Yuga oblige 


  • vote
    Death note Death note (---.---.---.151) 31 décembre 2015 16:01

    La musique de mozart est un dithyrambe à la pureté, elle représente le dionysiaque, l’unité première, telle qu’elle s’oppose au principe d’individuation. L’ivresse et le désir qui émane de son écoute sont le signe de la nostalgie de la fusion originelle rompue mais qui reste cependant présente malgré la séparation qui parcourt la création. 

    Le langage est lui même le véhicule de cette séparation, il est un outil inflechi et impropre à cet effet, raison pour laquelle aucun discours ne pourra jamais se rapprocher autant de la source primordiale que la musique, la vraie musique.Le flux sonore est l’écho de cette voix qui n’a pas besoin de signification, de l’inaccessible. 

    Satan, non comme un individu mais comme principe de la séparation et de l’enfermement des êtres dans la matière, ne combat pas la musique qui est un substrat du divin, il produit la sienne, ce qui est bien plus fin, afin d’enfermer les êtres dans l’illusion de leur matérialité. Pour faire bref, il produit de la merde et lui donne l’étiquette de musique. Le Satan en nous qui nous maintient inconscient peut même faire accroire que cette merde est un canal de spiritualité. 


  • 6 votes
    Death note Death note (---.---.---.151) 31 décembre 2015 15:05

    Encore cette sous culture moderne qui se targue d’être une musique mais qui n’est rien d’autre que de la merde ?Il vaut mieux ne pas avoir de spiritualité du tout qu’en avoir par un canal aussi merdique. 

    C’est sur que bouffer de la merde n’empêche pas de déguster des plats raffinés mais ça reste bouffer de la merde. C’est pareil pour ce qu’on écoute. 
    Rap et metal, même combat, des courants qui se prétendent emancipateurs mais qui souillent les âmes. 





Palmarès