Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Death note

Death note

"Ce qu’on appelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir."
"La tragédie de la mort est en ceci qu’elle transforme la vie en destin".
"Celui qui n’est pas prêt a affronter la mort au terme de sa vie, ne sera pas en paix quand tombera la nuit".

Tableau de bord

  • Premier article le 29/11/2012
  • Modérateur depuis le 18/11/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 19 118 903
1 mois 1 2 3
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 138 130 8
1 mois 3 3 0
5 jours 3 3 0












Derniers commentaires


  • vote
    Death note (---.---.---.124) 27 mars 11:02
  • 1 vote
    Death note (---.---.---.83) 18 mars 21:44
    Death note

    C joli l’AT :

    "Bruit de vacarme de royaumes, de nations rassemblées  : c’est Yahvé-Sabaot qui passe en revue l’armée pour le combat, ils viennent d’un pays lointain, des extrémités du ciel, Yahvé et les instruments de sa colère pour ravager tout le pays. […] Voici que vient le jour de Yahvé, implacable, l’emportement de l’ardente colère pour réduire le pays en ruines et en exterminer les pécheurs. […] Alors comme une gazelle pourchassée, comme des moutons que personne ne rassemble, chacun s’en retournera vers son peuple, chacun s’enfuira dans son pays. Tous ceux qu’on trouvera seront transpercés, tous ceux qu’on prendra tomberont sous l’épée. Leurs jeunes enfants seront écrasés sous leurs yeux, leurs maisons saccagées, leurs femmes violées". 

     

  • vote
    Death note (---.---.---.226) 23 janvier 21:41
    Death note

    Notre incarnation dans la dimension physique a pour objet de vivre l’expérience de la dualité.Nous devons apprendre à ne pas dissocier le masculin du féminin mais à les associer, cette association subtile implique le processus de création.

    Nous sommes projeté dans une dimension dans laquelle le mental étouffe l’esprit et l’égo neutralise la sagesse. Le féminisme est l’émanation narcissique de ce principe. Cependant, les ténèbres de l’égo sont un autre aspect de la lumière. Tant que l’amertume peut encore s’amplifier, l’initié ne se libère jamais. Ce n’est qu’une fois arrivé aux frontières de ses possibilités qu’il emprunte finalement le chemin qui le mènera vers la lumière.

    Les féministes, par les guerres et incompréhensions entre les sexes qu’elles déchaînent, font aussi partie du plan méta -historique de la source. Il faut aimer les féministes hystériques malgré leur démonie.

    L’amour inconditionnel et infini, voilà ce qui réconciliera les deux moitiés de l’humanité féminine et masculine et permettra d’avancer vers un nouvel âge du monde, dans le sens d’une sacralité retrouvée.

     

  • vote
    Death note (---.---.---.226) 23 janvier 21:11
    Death note

    Reporter sa frustration sur les autres, qui ne sont que d’autres partie d’elle-même, en leur déversant sa haine et en se vengeant, cela fera –t-il moins souffrir cette personne ? Seul un portail organique déconnecté de la source et qui méconnait le divin existant lui en pourrait avoir une doctrine aussi perfide. La haine engendre la haine et la vengeance engendre la vengeance, au centre de ce cercle vicieux réside la souffrance.

    L’amour vrai, inconditionnel et infini transcende la souffrance.

    Opposer imaginaire et monde physique n’est pas pertinent puisque la dimension matérielle est elle-même crée par notre imaginaire. Nous créons notre réalité avec nos pensées. La réalité est la somme de toutes les créations intérieure de chaque individu qui a existé et qui existe aujourd’hui. Nous sommes tous des co-créateurs, nous créons notre réalité et nous créons la réalité du monde physique.

    Toute émotion provient d’une pensée, ainsi est il de la souffrance.

  • 1 vote
    Death note (---.---.---.226) 22 janvier 14:57
    Death note

    Ce que tu appelles « réalité » est la dimension physique, et ça n’en est qu’une toute petite parcelle. Prendre cette minuscule parcelle de réalité pour la totalité et s’y enfermer, voilà qui est problématique.