• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

gregoslurbain

gregoslurbain

Passionné par les travaux d’Etienne Chouard et de Bernard Friot, j’adhère aux propositions du MPEP et de l’UPR en espérant que nous retrouvions un jour l’élan du conseil national de la résistance et son programme " les jours heureux "
 Pas de prospérité sans monnaie publique.
 Pas de monnaie publique sans démocratie.
 Pas de démocratie sans tirage au sort. (E.Chouard)
 Seul le travail est créateur de valeur économique et cette valeur acquiert une reconnaissance sociale à travers l’échange monétaire, que celui-ci soit marchand ou qu’il soit non-marchand. (J.M Harribey)

Tableau de bord

  • Premier article le 28/11/2011
  • Modérateur depuis le 27/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 68 455 1221
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 222 100 122
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    gregoslurbain gregoslurbain 29 juillet 21:59

    C’est tranquille ici, on dirait un colloque de notaires.



  • 1 vote
    gregoslurbain gregoslurbain 29 juillet 18:25

    Salut au compatriote Tepa.
    Cette interview sympathique montre bien l’homme de coeur et d’esprit (même si on ne croule pas sous les références littéraires)
    Très intéressante remarque de Tepa sur l’antiracisme comme arme de division massive pour anéantir toute tentative d’union patriotique nationale.



  • vote
    gregoslurbain gregoslurbain 19 mai 12:51

    " L’usage normatif du multiculturalisme présente un danger à la fois pour les individus, les groupes sociaux et la société dans son entier, car il entretient la confusion entre, d’une part, la poursuite de l’émancipation et du combat pour l’égalité et, de l’autre, la quête d’une reconnaissance identitaire individuelle ou minoritaire. Ce qui favorise et diffuse, en retour, l’insécurité culturelle dans l’ensemble de la société suivant un cercle identitaire vicieux. Faire ainsi passer la reconnaissance identitaire pour une forme de redistribution – faire passer politiquement le besoin de la première pour une nécessité au regard de la seconde – conduit à des conséquences destructrices pour le lien social. On a vu plus haut qu’une telle manipulation du social au nom de l’identitaire pouvait d’ailleurs devenir une stratégie.

    D’abord, cela isole les membres des groupes minoritaires du reste de la population en refermant sur eux le piège identitaire, celui précisément de la discrimination dont ils pensaient pouvoir sortir en mettant en avant le critère au nom duquel ils étaient discriminés. L’exemple des programmes de discrimination positive (affirmative action), notamment, dans les universités américaines montre bien ce genre d’effets pervers pour les étudiants qui en ont bénéficié eux-mêmes. Ils sont en effet souvent considérés, au cours de leur vie professionnelle, comme titulaires de diplômes qu’ils ne méritent pas en raison des conditions dérogatoires d’accès à l’université dont ils ont bénéficié.

    Ensuite, cela renforce l’individualisme et le délitement de la solidarité sur un mode universel dans la société en spécifiant les enjeux par « population-cible » et en individualisant les risques et les protections afférentes. Vouloir à tout prix faire passer pour un combat en faveur de l’égalité des mesures réservées à des personnes ou des populations spécifiques en raison de critères identitaires minoritaires, c’est prendre le risque de mesurer l’ensemble de l’action publique à l’aune de tels critères, et donc de renforcer encore la dérive libérale d’une « société des individus » au détriment, précisément, de l’égalité elle-même.

    Cela impose en effet aux promoteurs des causes « minoritaires » de faire passer à tout prix, y compris de mensonges et de faux-semblants s’il le faut, leur combat pour la reconnaissance d’une identité spécifique pour une lutte sociale qui bénéficie nécessairement à toute la société. Pour ce faire, il est indispensable, par exemple, de présenter les inégalités comme la conséquence des préjugés qui traversent la société plutôt que du système social lui-même, ce qui empêche toute critique sociale de se déployer correctement et, donc, toute remise en cause en profondeur de celui-ci. Il est également indispensable de faire passer les personnes discriminées en raison de leur identité culturelle pour opprimées et dominées afin d’assimiler la lutte pour leur reconnaissance à une lutte pour leur émancipation." (l’Insécurité Culturelle / Laurent Bouvet)



  • vote
    gregoslurbain gregoslurbain 25 avril 13:23

    Passionnant extrait montrant combien la nature a toujors à nous apprendre.
    George Montbiot est par ailleurs une grande figure de l’écologie politique.
    Des précisions sur le documentaire en entier (sans doute de la BBC) ?



  • 3 votes
    gregoslurbain gregoslurbain 6 mars 17:51

    L’émission a tout faux quand on voit cela :
    https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/videos/1256816347687869/

Voir tous ses commentaires (20 par page)