Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel


Noam Chomsky 
 "Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on n’y croit pas du tout."
Rosa Luxembourg
« La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »
 
Takayuki yamaguchi
« La voie du guerrier est celle de l’acharnement.
Ces mots tirés du « Hagakure », nous indiquent que le principe fondateur du bushido consiste à se jeter à corps perdu dans le combat, avec rage et détermination. Un homme qui aurait complètement fait sien cet aphorisme peut ainsi, même seul, en vaincre dix autres.
« Succomber à cette seule logique revient à être dépassé par le bushido. Le Samouraï valeureux ne pense pas en terme de victoire ou de défaite, il combat fanatiquement jusqu’ à la mort ».
Si l’on suit la seule logique, dans un combat ordinaire, se trouve face à un adversaire plus fort que soit signifie automatiquement la défaite. Pourtant le Hagakure nous indique ici le fait suivant : ceux qui pensent suivant cette logique passent à coté de l’essence du combat.
Si l’on cherche à peser le pour et le contre d’un combat avant même de le commencer, et que cela nous mène à y procéder sans conviction, c’est que l’on n’est pas un combattant, mais un pleutre.
Dans la pratique, les situations où l’on a affaire à des adversaires plus forts que soi, ou à des adversaires en surnombres, sont largement majoritaires. Or, c’est justement cela, être un vrai guerrier : sortir victorieux de ces combats difficiles.
« Aux raisonnables point d’exploit »
 

Ce n’est qu’en s’acharnant de façon irrationnelle que l’on peut transformer l’issu d’un combat à priori perdu d’avance. Que l’on soit un homme blessé, dans la savane, qui n’a d’autre choix que celui de faire face à une horde de lions, ou un simple homme du commun, ayant décidé d’affronter dans son domaine une personne naturellement douée, il ne fait aucun doute que ce précepte trouve son écho dans nos actions.
 

Car c’est justement cet acharnement qui constitue le dernier rempart derrière lequel la vie elle-même peut s’abriter. "
 
 



Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 266 19249 17788
1 mois 4 213 221
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1174 1089 85
1 mois 30 28 2
5 jours 1 0 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • vote
    maQiavel maQiavel 30 novembre 01:33

    @Qaspard Delanuit

    Une dictature n’est pas forcément fasciste et je ne classerai pas le régime castriste dans cette catégorie politique pour plusieurs raisons. Mais pour aller au fond de la question que vous posez, on va s’imaginer un instant que ce soit le cas.

    Vous connaissez mon opinion du fascisme, c’est une idéologie qui me répugne et en effet le fait que Soral se soit rapproché dans ses discours du fascisme social a fait que je m’en sois totalement désintéressé au point que je n’écoute plus ce qu’il dit depuis deux ans. Je pourrai m’étendre en long et en large sur les raisons qui font que cette idéologie me répugne tant mais je vais m’abstenir pour le moment.

    Mais …j’ai aussi publié un article (certes provocateur mais qui exprimait aussi ma pensée) ou je rendais hommage à secteur droit, un mouvement Ukrainien ouvertement fasciste !

    http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/panegyrique-de-praviy-sektor-45264

    J’ai donc rendu hommage à un mouvement fasciste dont je répugne l’idéologie. A priori, cela semble paradoxal et contradictoire mais le point est là : ce n’est pas son idéologie que j’ai rendu hommage à ce mouvement mais pour son combat pour la souveraineté de l’Ukraine que j’ai trouvé noble et viril. Je ne peux pas ne pas respecter des hommes qui meurent sous les balles pour que leur pays soit souverain alors que nous autres français en sommes incapables, domestiqués que nous sommes par les masses médias et la société de consommation. Je n’aime pas leur idéologie mais leur combat, je le respecte et je dirai même que j’admire leur sens du sacrifice.

    Et surtout ,j’essaie de comprendre le contexte historique : dans ce pays ,les souverainistes se sont historiquement opposés aux soviétiques qui enchaînaient les catastrophes les unes après les autres dans leur pays ( cfr Holodomor ) et ils ont logiquement opté pour le fascisme pour des raisons géopolitiques (concrètement afin de se rapprocher de l’Allemagne nazie qu’ils ont finalement aussi combattu) , le fascisme s’est donc ancré dans ce pays comme une idéologie qui allait de paire avec la résistance nationale et le souverainisme , c’est très différent du contexte Français. Donc je comprends le fait qu’ils soient fascistes, je ne vais pas m’arrêter au fait qu’ils soient animés d’une idéologie que je déteste pour les condamner par principe.

    Pour Cuba c’est pareil : je n’aime pas les dictatures mais je comprends compte tenu du contexte historique, géopolitique, économique les options choisies par le mouvement révolutionnaire Cubain. Ceci étant lorsqu’on rend hommage à Castro, ce n’est pas pour avoir érigé une dictature mais pour certaines de ses actions politiques (lutte contre l’impérialisme, conscientisation politique du peuple cubain, édification d’un très bon système de santé, transition écologique, redistribution des terres, démocratie locale et sociale et j’en passe). Et surtout , en tant que souverainiste , je considère que la question du régime politique regarde les Cubains avant tout. 

    Maintenant, concernant la France, connaissant son histoire, sa culture, sa positon géostratégique, peut on considérer qu’un régime fasciste peut être une nécessité pour qu’elle recouvre et défende sa souveraineté ? Je ne pense absolument pas, cette question est même hors sujet de mon point de vue , je n’ai donc aucune raison d’avoir de l’indulgence envers la posture de Soral, il ne reste donc que cette idéologie que j’abhorre…


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 29 novembre 16:18

    Celui là n’est pas mal non plus : comment tu parles de ton père ? smiley 


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 29 novembre 16:13

    @Qaspard Delanuit

    J’ai suivi une bonne partie de ses cours diffusés sur France Culture, lus quelques livres de son cru, et je trouve qu’il est capable de produire des raisonnements affranchis des lieux-communs et des tendances idéologiques dominantes.

    ------> Oui , le peu que j’ai suivi de ces cours m’ont beaucoup intéressé , il est très bon dans ce domaine. Mais c’est en matière de politique étrangère qu’il est incapable de s’affranchir de ses idées préconçues. Vous dites plus haut « Onfray lui-même rapporte un témoignage de ses contacts avec les habitants de Cuba », en fait il parle du témoignage de l’ancien garde du corps de Fidel Castro qui a pas mal circulé. C’est bien, il s’informe sur ce que disent les anticastristes. Mais a-t-il d’autres canaux pour croiser les informations ? C’est pas le genre de la maison, c’est comme pour Robespierre, il lit ce qu’en dit l’école de François Furet mais ne va pas plus loin, ça lui suffit pour se faire une opinion définitive du personnage et condamner ceux qui ne partagent pas la sienne …

    -Je répète que la question que j’ai souhaité poser est celle de la dictature, et sur ce point Onfray a raison objectivement de constater que le régime cubain est une dictature. Ce que vous admettez vous-même - en y apportant une nuance "locale".

    ------> Et j’essaie de replacer ce régime dans son contexte çàd dans un pays qui a connu des siècles de dictatures , qui était sous pression politique , diplomatique , militaires et économique de la première puissance au monde.

    Mais soit, c’est une dictature. Et après qu’est ce qu’on fait ? On se pince le nez ? On ne va pas plus loin dans l’analyse et on condamne en prenant la posture d’un donneur de leçon morale en dehors de toute réalité politique, historique, économique, géopolitique etc. ?

    Pourquoi Onfray s’attaque –t-il à Melenchon ? Parce qu’il a rendu hommage à Castro ? Sous prétexte que c’était un dictateur il ne fallait pas lui rendre hommage ? C’est tellement superficiel que c’en est affligeant …

    Ce n’est pas parce qu’on rend hommage à Castro que l’on souscrit à une espèce de mythologie cubaine selon laquelle Fidel Castro serait le plus grand, le plus beau, le plus fort et que ce qui s’oppose à cet homme formidable, fantastique, merveilleux est méchant. Je ne suis pas Melenchoniste pour un sou mais je sais que cet homme n’est pas niais au point d’adhérer à cette vision.

    Oui Castro était un dictateur et on peut quand même lui rendre hommage, ça ne sert à rien de balancer cette étiquette pour se lancer dans des condamnations de principe puisqu’on ne lui rend pas hommage pour avoir mit en place une dictature. On lui rend hommage pour certaines de ses actions politiques (et Melenchon parle de lutte écologique ce en quoi il a raison, Onfray se moque en plus du système de santé Cubain qui est pourtant l’un des plus efficace au monde).

    Encore une fois, je ne suis pas un pro-Mélenchon, il aurait critiqué Marine Le Pen ou pouquoi pas Nicolas Sarkozy sur cette même base et ma réaction aurait été identique : il n’a aucune leçon à donner à Melenchon qui a une vision de la politique qui est bien plus profonde que la sienne qui s’ arrête à l’étiquette de « dictature ».


  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 29 novembre 15:39

    @l’argentin
    -alors qu’il ne connait même pas l’ UPR

    Les médias mainstream n’en parlent pas donc il ne connait pas l’UPR , c’est aussi simple que ça , il faudra attendre que libération ou le figaro en parle pour qu’il s’y intéresse.

    Je répète :il fait ce qu’il veut et s’intéresse à ce qu’il veut. Mais faut pas donner des leçons aux autres ...


  • vote
    maQiavel maQiavel 29 novembre 14:07

    Excellent l’extrait ! smiley smiley 

Tous les commentaires de cet auteur

Ses favoris