Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

maQiavel

maQiavel


Noam Chomsky 
 "Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on n’y croit pas du tout."
Rosa Luxembourg
« La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »
 
Takayuki yamaguchi
« La voie du guerrier est celle de l’acharnement.
Ces mots tirés du « Hagakure », nous indiquent que le principe fondateur du bushido consiste à se jeter à corps perdu dans le combat, avec rage et détermination. Un homme qui aurait complètement fait sien cet aphorisme peut ainsi, même seul, en vaincre dix autres.
« Succomber à cette seule logique revient à être dépassé par le bushido. Le Samouraï valeureux ne pense pas en terme de victoire ou de défaite, il combat fanatiquement jusqu’ à la mort ».
Si l’on suit la seule logique, dans un combat ordinaire, se trouve face à un adversaire plus fort que soit signifie automatiquement la défaite. Pourtant le Hagakure nous indique ici le fait suivant : ceux qui pensent suivant cette logique passent à coté de l’essence du combat.
Si l’on cherche à peser le pour et le contre d’un combat avant même de le commencer, et que cela nous mène à y procéder sans conviction, c’est que l’on n’est pas un combattant, mais un pleutre.
Dans la pratique, les situations où l’on a affaire à des adversaires plus forts que soi, ou à des adversaires en surnombres, sont largement majoritaires. Or, c’est justement cela, être un vrai guerrier : sortir victorieux de ces combats difficiles.
« Aux raisonnables point d’exploit »
 

Ce n’est qu’en s’acharnant de façon irrationnelle que l’on peut transformer l’issu d’un combat à priori perdu d’avance. Que l’on soit un homme blessé, dans la savane, qui n’a d’autre choix que celui de faire face à une horde de lions, ou un simple homme du commun, ayant décidé d’affronter dans son domaine une personne naturellement douée, il ne fait aucun doute que ce précepte trouve son écho dans nos actions.
 

Car c’est justement cet acharnement qui constitue le dernier rempart derrière lequel la vie elle-même peut s’abriter. "
 
 



Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Réactions postées Réactions reçues
L'inscription 221 13756 14334
1 mois 5 283 408
5 jours 0 43 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 785 742 43
1 mois 29 27 2
5 jours 2 1 1












Derniers commentaires


  • 1 vote
    Par maQiavel (---.---.---.107) 1er octobre 18:14
    maQiavel

    Extrait numéro 2 :

    La question des conseils que le philosophe devrait donner aux politiques est importante. En ce qui me concerne, je ne tranche pas mais je considère que l’activité philosophique et l’activité politique n’ont rien de commun.

    Si les politiques agissent comme ils le font, ce n’est pas à cause de leur petitesse d’esprit mais parce qu’ils sont sous l’empire des contraintes et des nécessités. Sous l’empire des nécessités, les bonnes décisions sont rares, les meilleures décisions sont celles qui comportent le moins d’inconvénients, c’est le principe du moindre mal qui régit cette activité.

    Les politiques évoluent dans un monde vivant, dans un réel informe, paradoxal et chaotique pendant que le philosophe évolue dans un monde idéel clair, régulier et continu, avec des limites assignables et des caractères bien établis. Les deux ne sont simplement pas dans le même monde.

    Ce que veut le politique, ce ne sont pas des idées claires, harmonieuse, bien ordonnée, mais des conseils et des mesures dans l’ordre de la nécessité et de l’efficacité selon les circonstances.

    C’est précisément ce qui distingue un Nicolas Machiavel qui lui était un conseiller de prince et non un philosophe, et des philosophes comme Platon, Aristote etc.

    Extrait numéro 3 :

    Jonathan Sturel dit :« C’ est d’ autant plus dommageable , dangereux presque , car le monde est ainsi fait depuis toujours ou à chaque fois qu’ il y’ a une communauté de personnes qui s’ organise , c’ est toujours autour d’ un dirigeant , d’ un chef. L’être humain est ainsi fait qu’il a besoin d’ un modèle d’ un chef sur qui prendre exemple , suivre etc »

    ------> Cela , on en sait rien, c’est une hypothèse que vous émettez et il faut savoir qu’elle est très contestée par de nombreux anthropologues.

    -Il poursuit : « ça , ça ne va pas changer , peut être que lui l’ anarchiste , le libertaire espérerait que ça changerait , qu’ on arrête de donner le pouvoir à une minorité d’ hommes … mais à court terme , rien ,n’ indique que ça va changer. Il va y avoir des princes toujours ».

    ------> On ne sait pas si cela va changer un jour ou non, mais est il qu’effectivement, à court et moyen terme, rien n’indique que cela va changer.

     -A partir du moment où ce postulat va être le postulat du monde encore longtemps, il faut éviter de penser que les princes ne doivent pas être conseillé par des philosophes qui sont plus sages ;

    ------> Onfray justement n’adhère pas à votre postulat puisque anarchiste et libertaire comme vous le décrivez vous-mêmes …

  • vote
    Par maQiavel (---.---.---.107) 1er octobre 17:43
    maQiavel

    Lorsque je parle du pouvoir religieux , je n’ en parle pas comme de ce qu’ il devrait être en théorie dans un monde parfait , j’ en parle dans ses manifestations pratiques et concrètes sur le très imparfait et désordonné monde politique.

  • 1 vote
    Par maQiavel (---.---.---.107) 1er octobre 17:35
    maQiavel

    Concernant l’extrait numéro un et l’analyse qui suit :

    Je suis totalement en accord avec le propos de Michel Onfray sur Platon, Diogène et le pouvoir et je suis en accord avec l’analyse de Jonathan Sturel selon laquelle  Michel Onfray est lui-même un homme de pouvoir car a une position bien établie aujourd’hui dans les médias. La corruption du pouvoir dont parle Onfray et qui est à mon sens tout à fait exacte pourrait très bien concerner sa propre personne, qui pour passer dans les médias, doit en accepter les codes.

    Mais là ou je ne suis pas d’ accord avec Sturel, c’est quand il énonce comme énormément de personnes que le pouvoir n’est plus ce qu’il était il ‘y a 2000 ans et il n’est plus ce qu’il était il y’ a 50 ans. Il se rattache donc à ce discours selon lequel la modernité a tout changé dans la pratique politique, que nous faisons face à un monde nouveau et inédit.

    Je réponds à cela que le pouvoir politique n’a pas changé depuis l’ émergence du néolithique , ce qui change , c’ est son expression , ses symboliques , ses attributs … bref , sa forme. Le fond lui est toujours le même.

    C’est dommage car c’est ce qui à mon sens affaiblit la critique. La description du pouvoir médiatico-culturel que fait Jonathan Sturel est tout à fait juste, il ne voit simplement pas que ce pouvoir correspond précisément au pouvoir religieux des anciens Etats.

    Les médias sont les temples d’aujourd’hui dans lesquels une caste de prêtre, les journalistes, fabriquent l’opinion, et que les princes et leurs collaborateurs doivent prendre en compte pour gouverner (ou pour accéder au principat) et ainsi manipuler les masses pleines de superstitions, de crédulité, de présupposés moraux qu’ils entendent instrumentaliser à des fins politiques.

    Le pouvoir a toujours été diffus, nous ne sommes pas à une ère qui change radicalement les principes fondamentaux de la politique : les princes pour gouverner ont besoin de collaborateurs dont il est dépendant et qui dans les faits incarnent aussi le pouvoir qui passe ainsi aux mains de puissants, détenteurs de principes de puissance différents (religieux, bureaucratique, juridique, économique etc.), qui forment un réseau d’interdépendance à l’origine des décisions politiques.

    Je pense que cette critique aurait été encore plus subversive ainsi : Onfray, le philosophe athée se revendiquant de Démocrite ou de Diogène fait partie dans notre société moderne … de la caste des prêtres.

  • vote
    Par maQiavel (---.---.---.107) 1er octobre 14:26
    maQiavel

    Loin des paradigmes du darwinisme et du créationnisme et les synthétisant en même temps , il existe l’ hypothèse de l’ exogénèse de l’ humanité qui poulet que nous sommes le fruit d’interactions complexes avec des entités extraterrestres que nous avons longtemps prises pour des "Dieu", hypothèse fondée sur le décryptage des grands mythes fondateurs, mais aussi des textes sumériens et bibliques. 

    http://www.antonparks.com/main.php?page=inter_humanite

     smiley

  • 2 votes
    Par maQiavel (---.---.---.78) 30 septembre 17:42
    maQiavel

    Moi , je vois surtout des mini cartels Colombiens ...

Ses favoris