• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

medialter

medialter

Vos cauchemars sont mes rêves

Tableau de bord

  • Premier article le 01/03/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 2692 119
1 mois 0 28 0
5 jours 0 5 0


Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • vote
    medialter medialter 28 mai 20:25

    Dernière chose ; j’ai eu une très forte transe il y a quelques années, sous l’effet de psilocybine, je peux te garantir que l’harmonie des sphères n’est pas qu’un mythe, elle est parfaitement à notre portée, et la plus belle des musiques "d’ici" ne sera que chiure de mouche en comparaison. Ce monde, aussi vérolé et diabolique soit-il, a un sens, mais il est inintelligible si l’on n’intègre pas dans l’équation la métaphysique qui l’induit, dans laquelle il est noyé comme un îlot dans l’océan


  • vote
    medialter medialter 28 mai 20:14

    @Qiroreur
    "Faudra que tu m’expliques un de ses quatre ce côté maudit (kabbalistique ?) chez Bach"

    *

    Il n’y a rien de spécifiquement maudit chez Bach, je parlais de l’Homme en général. J’apprécie Bach certainement Bach autant que toi, mais je ne me laisse pas abuser par la provenance de son oeuvre. Il n’en est pas l’auteur, il est un simple canal de réception, une sorte d’antenne. Son oeuvre n’appartient pas à la matrice, comme tu sembles le croire, son oeuvre vient de l’infini sur lequel il a ouvert une lucarne. Certes ce sont des instruments de la matrice qui figent cette énergie, mais ce n’est pas à toi que j’apprendrai que tant il n’y a pas cette espèce de transe qui connecte l’artiste au divin, il ne se passe rien. Ce que les alchimistes appellent le Solve n’est rien d’autre que cette transe, indispensable au processus créatif

    *

    Bach n’est rien d’autre qu’un décorateur de la matrice, et il y a un élément pernicieux dans cette démarche, c’est de porter à croire que seule cette matrice existe, alors qu’il y a des éléments qui ne lui appartiennent pas qui y sont fixés, alors qu’il y a un infini autour d’elle qui nous échappe en règle générale. Les créateurs peuvent toujours être des canaux, il n’empêche qu’ils répondront probablement dans les même statistiques à l’expérience de Milgram. C’est ça qui est maudit. J’espère avoir clarifié les choses. L’Art reste donc stérile tant qu’il se fait réabsorber par la force gravitationnelle de la fiante qui nous emprisonne. L’objet des Solve (terme parfaitement choisi car il correspond à la dissolution) consiste à créer des failles dans ce monde pour se réapproprier l’infini duquel nous avons été séparés, et non à ramener de là-haut des éléments étrangers que l’ont tapisse ici, et qui meurent une fois tapissés, même s’ils ont encore suffisamment de résiduel pour nous rappeler la puissance de l’harmonie des sphères


  • vote
    medialter medialter 27 mai 13:32

    @Qiroreur
    Dans la religion orphique, l’Homme est à la fois maudit et divin. La réalité me semble conforme à ce cosntat. Effectivement, pour te rejoindre, il n’y a pas que la malédiction. Mais on ne parle pas de la même chose. La création fait partie du côté divin (pour reprendre le mot de Castaneda, la création appartient au Nagual). Mais coupée de toute démarche initiatique, elle reste stérile. L’essentiel de l’humanité la prend comme une fin, alors qu’elle n’est qu’un moyen. Coupée de sa démarche initiatique (alchimie, mystique, pratiques méditatives ...), la création est recapturée par la matrice (ce qui donne par exemple un commentaire comme le tien) et ne fait que décorer, et donc renforcer, le côté maudit (ce que fait Bach). Je n’entre même pas dans le débat de ce qui est qualifié d’Art en n’étant que de la daube, par exemple l’art contemporain, dans cette civilisation de dégénérés. L’acte créatif n’atteint son but que lorsqu’il a cumulé suffisamment de déconditionnements pour permettre à l’individu, dans un premier temps, d’acquérir une vision a-temporelle, indépendante des époques. Mais ceci nous amène à un autre débat, et je dois me sauver. Bon WE


  • vote
    medialter medialter 27 mai 09:53

    @yoananda
    Oui, le pessimisme me semble être un aboutissement philosophique, la marque éclatante d’une compréhension absolue des rouages intimes du monde, en plus d’une arme personnelle redoutable (on ne peut plus être déçu par rien) pour affronter la vie. Rien que Milgram (je préfère à ton extrait le film "I comme Icare") donne un résumé assez monstreux de la nature humaine. M’est avis que si on descend la barre de Milgram, si on enlève le contact physique du sujet moniteur et du sujet élève, si on passe des 450V à un signe de soumission moins fort (par exemple une délation), le taux doit grimper au-dessus des 95%. Je pense qu’on n’a pas fini de mesurer toutes les conséquences de cette expérience, le zèle des flics, des administrations, des institutions, du milieu privé etc ... Je reprends donc cette terminologie de la religion orphique qui me plaît bien, la nature humaine est maudite


  • vote
    medialter medialter 26 mai 20:52

    J’ai lu Guerilla, assez déçu quant au réalisme du sujet, mais plutôt bien torché au niveau écriture. Là j’ai presque fini Utoya, un monument de littérature et de documentation, un pur régal d’analyse sociologique, Obertone a parfaitement compris la nature humaine, tant dans la dissidence extrême que dans la brebis de masse. Son pessimisme est une merveille qui ferait rougir Cioran. Ce mec là se dirige vers la composition de génie, je trouve sa stratégie proche de celle d’Ernst Jünger, du prétendu roman permettant d’y infiltrer sa pensée profonde et caustique en toute impunité. Je pense qu’il faudrait requalifier ses écrits en philosophie, aux antipodes du conformisme d’Onfray, et très au-delà des essais nietzschéens

Tous les commentaires de cet auteur

Les thèmes de l'auteur

Science et techno






Palmarès