Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

morice

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 715 0
1 mois 0 15 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires


  • vote
    morice (---.---.---.23) 10 avril 13:46

    Nous avons rencontré Jean Bricmont à l’occasion de son séjour en France où il a donné une conférence à la Faculté de Grenoble. `



    ah ouais ? et c’était quelle faculté ???

    drôle de fac...
    "La section E&R Picardie recevra Jean Bricmont pour une conférence à Amiens le samedi 21 mars à 17 heures sur le thème :"« Liberté d’expression 
    ou tyrannie des bonnes intentions ? »

    ah ah ah
  • 1 vote
    morice (---.---.---.21) 9 avril 12:39

    Que MM Tsipras et Poutine se souviennent du Christ, chassant les marchands du temple, d’Alexandre, tranchant le noeud gordien, de Saint François d’Assise, choisissant face à son père la défense des pauvres. L’Humain se doit de dire "Stop " face à la dictature des "machines et des théories " dont les dirigeants ne sont que les esclaves.


    décidément, un seul Mélenchon vous manque et vous décrochez.

    allez à Canossa chez Poutine ? vous rigolez ou quoi là ?

    sans vaseline ?
  • vote
    morice (---.---.---.21) 8 avril 01:47

    changez donc de sous-titres, et mettez plutôt "la voix de l’Extreme Droite"


    car c’est bien ce que vous êtes, la poignée de petits fachos de service...


    des fachos désinformateurs, comme tous les fachos.


    Le problème est que l’AIL rend tout aussi assidûment et complaisamment compte de l’actualité des diverses tendances de l’extrême droite, y compris les plus groupusculaires, dans des proportions inédites pour un média prétendant ne rien avoir à voir avec cette mouvance : cela va de la couverture des procédures judiciaires impliquant Dieudonné et son avocat21, Alain Soral22 ou Robert Faurisson23 aux Manifs pour Tous24 en passant par le Jour de Colère25, Unité continentale et La Dissidence, Serge Ayoub, le mouvement néo-fasciste italien Casapound, les royalistes de l’Action française26, SOS Tout-Petits27 ou encore la réalisation d’interviews des auteurs d’extrême droite présents au dernier Salon du Livre28.



     il saute aux yeux que son pluralisme de façade cache mal son confusionnisme de fond, au profit de l’extrême droite.

    Une autre tendance qui sans surprise a largement sa place sur l’AIL et qui elle aussi bénéficie de cette stratégie est le conspirationnisme. L’Agence Info Libre donne ainsi régulièrement voix à des théories pseudo-scientifiques, sans jamais faire preuve du moindre sens critique.

    Lire : Bilderberg, chemtrails et autres théories du complot à l’honneur sur l’Agence Info Libre

    les chemtrails !! ah ah ah !! trop nazes les mecs !


    En trompant leurs interlocuteurs de gauche sur leurs intentions et leur ligne politique et éditoriale, en se faisant passer auprès d’eux pour un média « indépendant »76, voire en ne s’annonçant pas du tout, ils contreviennent au quatrième principe de la charte : « ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ».

    Surtout, ils bafouent l’un des plus importants, le neuvième devoir : « ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ».


  • vote
    morice (---.---.---.167) 2 avril 00:24

    L’application du nouveau délit « d’apologie du terrorisme » aboutit, depuis la semaine dernière, à des sentences démesurées, qui visent aussi bien des individus vraiment dangereux, que des pauvres types, et même des enfants.

    À propos d’enfant, le témoignage d’une éducatrice, qui s’est occupée d’un garçon de 14 ans placé en garde à vue pendant 24h pour avoir dit « ils ont eu raison » (les terroristes ) pendant la minute de silence au collège. Ce qui ne l’a pas empêché de faire cette minute de silence quelque temps plus tard avec son équipe de foot : « c’était bien, on était tous en rond, on se tenait tous par le cou », raconte-t-il. Tout s’emballe : le principal reçoit l’ordre de l’académie de porter plainte : « J’ai porté plainte sur consigne de l’académie mais je croyais que les policiers allaient faire un rappel à la loi, que ça s’arrêterait là. »

    Ça ne s’est pas arrêté là : conseil de discipline (le principal demandera une exclusion avec sursis, garde à vue de 24h, menottes… Tout s’emballe. L’éducatrice conclut : « J’ai peur pour ce petit poisson, pour ses parents. Je suis effrayée par la réaction Vigipirate des institutions de la République, sans plus de raison, de discernement, chacun suivant les directives de sa hiérarchie, démultipliant la rigueur pour mieux exposer aux médias la réaction des institutions. Parce qu’un des arguments pour ces réactions en chaîne, le premier souvent avancé, c’est celui-là : « On est sous le regard des médias, de l’opinion publique. »

    Boris Manenti recense, dans un article publié sur le site Temps réel Le Nouvel observateur, 17 condamnations déjà prononcées. Que constate-t-on ?

    • Que le délit d’apologie du terrorisme accompagne généralement un autre délit : vol, agression, conduite en état d’ébriété…
    • Que les individus sont généralement déjà connus et ont été déjà condamnés (pas forcément pour cela).
    • Qu’il s’agit pratiquement uniquement d’hommes (une jeune fille est en attente de jugement), jeunes (entre 19 et 38 ans, le plus âgé ayant 51 ans).
    • La plupart du temps cela se produit dans des situations de grande tension et d’énervement.

    On est quand-même loin du profil des frères Kouachi ! L’apologie du terrorisme n’est en fait qu’une manière d’insulter les forces de l’ordre, exceptées peut-être lorsque les propos sont tenus sur Facebook, cas dans lequel on peut imaginer que la personne est dans son état « normal ».

    Le Syndicat de la magistrature a appelé, mardi 20 janvier, « la justice » à faire preuve de « sérénité » et « à résister à l’injonction de la répression immédiate ». Et il ajoute : « Il y a un défaut d’individualisation. Réponse ferme ne veut pas dire prison ferme ».

    Le célèbre blogueur Maître Eolas, avocat, dont les avis éclairés sont toujours passionnants, s’élève avec ironie contre cette escalade : « Heureusement, face à la menace terroriste, la justice sait frapper promptement et sévèrement à côté de la cible » ! Et il apporte une explication à cette frénésie judiciaire : « Une enquête terroriste prend beaucoup de temps. L’instruction de l’affaire Merah est, par exemple, toujours en cours. Ici, après les événements tragiques qui se sont produits, pour de pures raisons de communication, il faut donner l’impression de réagir vite. » (Source, Temps réel le Nouvel observateur). Et c’est la raison pour laquelle il conseille à ses collègues avocats de refuser la comparution immédiate, pour reculer le procès dans le temps, en espérant que la sérénité soit revenue.

    Pendant ce temps-là, Boris Le Lay, ce fasciste autonomiste breton qui répand son vomi sur son blog « breizato » à longueur de journées coule des jours heureux chez sa maman. Que fait-il, sinon l’apologie du terrorisme, et ce depuis des années ? Menaces de mort accompagnées de photos de tombe et de poteaux d’éxécution, menaces de viols, toutes adressées nominativement à des militants des droits de l’Homme, propos antisémites et racistes d’une rare violence, projet « politique » ( ?) dont le préalable consiste à « liquider » physiquement les opposants (sa liste est prête)… Le Lay, dont le blog est naturellement hébergé hors de France, ce qui rend sa fermeture difficile, a été condamné à plusieurs reprises, à plusieurs milliers d’euros d’amendes et de dommages et intérêt, à de la prison avec sursis, et tout récemment à de la prison ferme, continue de sévir. Les nouvelles lois vont-elles permettre de mettre cet individu dangereux et ses quelques fidèles hors d’état de nuire ? Il ne faut pas oublier que certains des mouvements qui gravitent autour de Le Lay organisent des stages dans lesquels les sports de combat ont une large place (Le Télégramme).

    Alors, les 24h de garde à vue de ce garçon de 14 ans laissent un peu rêveur…

Les thèmes de l'auteur






Palmarès