• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

njama

njama

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/02/2016
  • Modérateur depuis le 06/05/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 853 128
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • 4 votes
    njama njama 4 mai 16:00

    La proposition du Hamas qu’il faut saluer est dans la ligne des Accords d’Oslo

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_d%27Oslo

    Netanyahu se dérobera-t-il encore une fois de plus ?

    On se souvient qu’il avait tout fait pour les saborder, il s’en vantait même

    dans une entrevue de 2001 ne sachant pas que les caméras tournaient, il s’était vanté d’avoir fait échouer les accords d’Oslo pendant qu’il était premier ministre durant l’administration Clinton au moyen de fausses déclarations et d’ambiguïtés ».

    « J’interpréterai les accords de telle manière qu’il sera possible de mettre fin à cet emballement pour les lignes d’armistice de 67. Comment nous l’avons fait ? Personne n’avait défini précisément ce qu’étaient les zones militaires. Les zones militaires, j’ai dit, sont des zones de sécurité ; ainsi, pour ma part, la vallée du Jourdain est une zone militaire (8). » (9) avait-il dit :

    (9) Vidéo Netanyahu : This is how I broke the Oslo Accords with the Palestinians
    https://www.youtube.com/watch?v=3-5hUG6Os68&list=PLr3Hcr8NfiqT1u3biii9_zwle0MvSRynQ

    (8) (en) Glenn Kessler, « Netanyahu : ’America is a thing you can move very easily’ », The Washington Post,‎ 16 juillet 2010

    Netanyahu also bragged how he undercut the peace process when he was prime minister during the Clinton administration. "They asked me before the election if I’d honor [the Oslo accords]," he said. "I said I would, but ... I’m going to interpret the accords in such a way that would allow me to put an end to this galloping forward to the ’67 borders. How did we do it ? Nobody said what defined military zones were. Defined military zones are security zones ; as far as I’m concerned, the entire Jordan Valley is a defined military zone. Go argue."

    http://voices.washingtonpost.com/checkpoint-washington/2010/07/netanyahu_america_is_a_thing_y.html


  • 6 votes
    njama njama 4 mai 15:43

    eh ben voilà une nouvelle qui ne va pas arranger "l’entité sioniste" ... car cette situation lui profitait ! l’idéologie sioniste de restauration d’un Grand Israël, et de la colonisation, ne saurait survivre dans des frontières "définies".

    Israël dans sa fuite en avant idéologique mystico-coloniale néosioniste préfère la guerre à la paix, contrairement à ce qu’il prétend, une guerre de basse intensité contre les palestiniens lui profitait, de même que de se militariser à outrance pour son business.

    Des frontières définies, reconnues internationalement, et par l’État d’Israël mettraient un coup d’arrêt impérieux à la colonisation larvée qu’il poursuit hypocritement depuis des décennies, ainsi qu’au pillage des ressources en tous genres (terres, eau ...).

    La paix peut, pourrait être aussi simple que cela, juste fixer des frontières, celles de 1967.

    Nous verrons si la Knesset acceptera le deal, ce prix de la paix ... à bon marché.

    Netanyahu devrait organiser un référendum sur le sujet ...


  • 2 votes
    njama njama 25 avril 09:48

    @Yacine Chibane
    une révolution en Syrie ? une opposition syrienne démocratique ?

    Malgré la guerre, un migrant syrien rentre au pays
    ...
    D’après vous, comment a commencé cette guerre ?

    La guerre n’a pas commencé en 2011. Elle était déjà palpable en 2005. Les terroristes takfiris ont creusé des tunnels dès cette époque, notamment à Homs.
    Avant 2011 déjà, il existait deux Homs : une Homs terrestre et une Homs souterraine.

    Les djihadistes ont acheminé des armes via ces tunnels. Mon cousin germain (fils de ma tante maternelle dont je tairai le nom pour des raisons de sécurité) était ingénieur hydraulique à Homs.

    Il m’a dit que sous Homs, il y avait 2 tunnels (l’un suivant un axe Nord-Sud, l’autre Est-ouest) servant à réparer les conduits d’eau, les égouts etc.

    Mon cousin a découvert un réseau impressionnant de galeries au début du prétendu printemps syrien en 2011. Des experts russes ont été dépêchés sur les lieux. Ils ont estimé le début des travaux de creusement suspects à l’année 2005.

    Au début, les Homsiotes n’ont pas compris ce qui se tramait. Quand vous demandez aux habitants de la ville s’ils ont noté les moindres agissements étranges, ils se souviennent quasi tous des bruits venant du sol mais ne s’imaginaient pas à l’époque que ces tunnels allaient servir à une guerre souterraine contre la Syrie.

    Entre 2005 et 2011, les milieux djihadistes se passaient le mot : « Bientôt, nous allons passer à l’action en Syrie ». Certains ont mis leurs familles à l’abri bien avant le début des événements.

    Pourquoi à Homs ?

    Homs est située à un endroit stratégique, à mi-chemin entre Alep et Damas, et entre Deir-ez Zor et la côte.

    Homs est au centre de la Syrie. Elle est comme le cœur qui pompe le sang et le redistribue dans tout le corps.

    Homs est un carrefour qui relie toutes les villes syriennes situées aux extrémités du pays.

    Sa proximité avec le Liban (à peine 40 km) fait de Homs une plateforme du trafic d’armes. Homs a deux frontières avec le Liban : l’un du côté de Tall Kalakh et l’autre du côté de Qousseir.

    La fourniture en armes a été assurée par les agents de Saad Hariri, notamment Okab Saqr.

    Pour les terroristes, la prise de Homs permettait de couper le pays en deux.

    A l’époque, deux organisations djihadistes terrorisaient le Liban : Fatah al Islam au Nord, Jund al Cham au Sud. Elles étaient surtout actives dans les camps palestiniens de Nahr el Bared à Tripoli (Nord) et Aïn el Heloué au Sud, près de Saïda.

    Avant même le « printemps syrien », ces organisations ont commis des attentats en Syrie ainsi que des assassinats ciblés relativement peu médiatisés. Certains journalistes occidentaux racontent qu’il n’y avait aucun djihadiste en Syrie en 2011.

    C’est un mensonge odieux. Les djihadistes de Fatah al Islam et Jund al Cham étaient très actifs, à la fois en Syrie et au Liban.
    Ils étaient entretenus par le clan Hariri et les services secrets saoudiens notamment par Bandar Ben Sultan et avaient pour mission d’affaiblir le Hezbollah et ses soutiens, notamment l’Etat syrien.

    Entre 2005 et 2011, les djihadistes des camps palestiniens du Liban étaient en lien avec les djihadistes irakiens liés à Zarqaoui, le fondateur de L’EI d’Irak. Ils étaient en phase préparatoire pour une insurrection d’envergure contre le gouvernement et le peuple syriens.

    Ils étaient le Daech et le Front al Nosra de l’époque.

    Rappelons-nous qu’en 2007, ils décapitèrent des dizaines de soldats libanais. Mais les médias occidentaux évitent de parler de tout cela. Ils veulent empêcher leur opinion publique d’établir une quelconque connexion entre les mouvements djihadistes du Liban, d’Irak et de Syrie pour faire admettre l’idée qu’en mars 2011, l’opposition syrienne était unanimement démocratique.
    ...
    http://www.mondialisation.ca/malgre-la-guerre-un-migrant-syrien-rentre-au-pays/5550875


  • 2 votes
    njama njama 25 avril 08:39

    @Yacine Chibane

    Dès mars 2011, le Quai d’Orsay au service de lisiounist pour renverser Bachar al-Assad

    http://www.agoravox.fr/commentaire4704968





  • 2 votes
    njama njama 25 avril 08:27

    @Yacine Chibane
    cilisiounist, ci, ci, lisiounist...

    Roland Dumas, ancien ministre des affaires étrangères : les Anglais préparaient la guerre en Syrie pour Israel 2 ans avant la prétendue rébellion syrienne

    C’ était juste une "option, c’est une politique ! c’est une conception de l’histoire " (1’34) https://www.youtube.com/watch?v=BH9SHxetO1I

    Révolte en Syrie
    La révolution syrienne commencera-t-elle avec Facebook ?

    Publié : 27/02/11
    Après une première tentative ratée début février, une nouvelle page Facebook réunissant plus de 20.000 membres pourrait-elle arriver à ses fins en Syrie : une révolution contre Bachar al-Assad. Un de leur membre témoigne.

    http://archive.francesoir.fr/actualite/international/revolution-syrienne-commencera-t-elle-avec-facebook-76937.html

Tous les commentaires de cet auteur

Ses favoris