• samedi 19 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Contact
Agoravox TV

Conférence d’Etienne Klein à propos du possible dépassement de la vitesse de la lumière par les neutrinos

6 votes
par Indépendance des Chercheurs (xxx.xxx.50.248) 22 octobre 2011 11:06
Indépendance des Chercheurs

Quant à l’annonce du résultat d’OPERA, telle qu’elle a été formulée dans les communiqués du CNRS ou ministériels, elle était manifestement prématurée. Surtout, dans un domaine comme la Physique des neutrinos où les erreurs expérimentales, assorties de publicités qui se sont avérées infondées, n’ont pas manqué par le passé.
 
Voir nos articles :

 
http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/09/23/vitesse -de-la-lumiere-et-superbradyons.html

Vitesse de la lumière, OPERA et superbradyons (I)


Le 23 septembre, la collaboration OPERA (Oscillation Project with Emulsion-tRacking Apparatus) diffuse sur le site arXiv.org son article faisant état d’une vitesse des neutrinos supérieure à celle de la lumière. L’article d’OPERA confirme ainsi la précédente annonce publiée par l’expérience MINOS il y a quatre ans. Un résultat expérimental qui fait couler de l’encre, mais qui n’est pas si surprenant dans le contexte de l’hypothèse des superbradyons formulée il y a bientôt dix-sept ans par notre collègue Luis Gonzalez-Mestres. Même si les données et l’analyse d’OPERA nécessitent une vérification plus poussée, et qu’il reste à comprendre de manière précise la valeur expérimentale de l’effet détecté. L’annonce de ce résultat donne lieu depuis jeudi à des réactions diverses. Si Sciences

et avenir écrit « Neutrinos superluminiques : des résultats "à prendre avec des pincettes"  », Métro France interroge : « La vitesse de la lumière enfin dépassée par une particule ? ». Le Point publie une interview de Thibault Damour avec le titre « Ne détrônons pas trop vite Einstein ». Mais s’agit-il vraiment de cela ? Et peut-on vraiment comparer les neutrinos d’OPERA avec ceux émis par l’explosion de la supernova SN1987A ? Maxisciences évoque une « découverte inattendue de particules qui dépassent la vitesse de la lumière », alors que Le Temps souligne : « Plus vite que la lumière et plus loin qu’Einstein ». On oublie un peu vite Henri Poincaré, qui fut le véritable créateur de la théorie de la relativité. Même le communiqué du 22 septembre du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) emploie à tort ce type de raccourci inexact. De même, lorsque l’auteur du communiqué du CNRS écrit « Jusqu’ici, la vitesse de la lumière a toujours été considérée comme une limite infranchissable », il oublie le travail de longue date de Luis Gonzalez-Mestres, pourtant chercheur de cet établissement, qui depuis 1995 a émis et étudié à contre-courant l’hypothèse de la possible existence de particules avec masse et énergie positives et avec une vitesse critique dans le vide très supérieure à celle de la lumière (les superbradyons). Le 23 septembre également, Gonzalez-Mestres a mis

en ligne dans arXiv.org une nouvelle version élargie de son article « Cosmic rays and tests of fundamental principles » explicitant davantage, dans le Post Scriptum, les conséquences de son approche spinorielle à la géométrie de l’espace-temps déjà évoqué dans notre article Frères Bogdanoff, cosmologie, pré-Big Bang, Wikipédia...(I). Si les données récentes d’OPERA et leur interprétation devaient s’avérer exactes, la différence observée entre la vitesse des neutrinos et celle de la lumière ne paraît pas facile à expliquer. Un très faible mélange avec des superbradyons pourrait être une éventuelle explication de ce phénomène. La géométrie spinorielle de l’espace-temps proposée par Luis Gonzalez-Mestres peut également jouer un rôle.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/09/23/vitesse -de-la-lumiere-et-superbradyons.html ]


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/10/01/vitesse -de-la-lumiere-opera-et-superbradyons-ii.html

Vitesse de la lumière, OPERA et superbradyons (II)


Le 1er octobre, Atlantico écrit : « Ce ne sont pas les neutrinos qui vont trop vite, ce sont les médias », à propos de l’annonce de la collaboration OPERA sur la vitesse critique dans le vide du neutrino associé au muon. Lequel neutrino serait légèrement supraluminal. Alors que Cyberpresse exalte « Plus vite que la lumière : du boulot pour les cerveaux ! » et le Courrier Picard alerte à son tour : « High-Tech. Un accélérateur américain détrôné par le LHC ferme ses portes », évoquant la fermeture prochaine du Tevatron dans l’Illinois. Sur cette fermeture du Tevatron, Nature commente : « Fermilab faces life after the Tevatron ». Mais quel est le rapport entre les enjeux financiers et les annonces institutionnelles plus ou moins sensationnalistes sur des « découvertes » ? France Soir emploie le titre « Théorie de la relativité  : Einstein avait raison », se référant à un article de Radoslaw Wojtak, Steen H. Hansen et Jens Hjorth intitulé « Gravitational redshift of galaxies in clusters as predicted by general relativity » et paru également dans Nature. Mais l’analyse de France Soir est inexacte sur au moins deux points. Le premier, comme déjà évoqué dans notre article « Vitesse de la lumière, OPERA et superbradyons (I) », réside dans l’attribution à Einstein de la paternité exclusive de la théorie de la relativité au détriment du rôle bien connu d’Henri Poincaré qui fut le véritable auteur de la relativité restreinte, même si Einstein élabora par la suite la relativité générale que le résultat paru dans Nature vient de vérifier encore. Mais surtout, France Soir estime à tort que l’annonce récente d’OPERA « remettait totalement en cause la théorie de la relativité d’Einstein ». En réalité, il s’agit d’un écart relatif de 2.5 x 10−5 entre les vitesses critiques du neutrino associé au muon et du photon. C’est une violation de la relativité restreinte, certes, mais faible dans l’absolu (même si elle est beaucoup trop forte pour être phénoménologiquement viable) et sans rapport avec la vérification de la relativité générale parue dans Nature dont l’intérêt n’est point en cause. A propos du résultat d’OPERA, notre collègue Luis Gonzalez-Mestres, cherchant notamment à explorer le rôle éventuel de son hypothèse des superbradyons dans la génération d’une telle anomalie, a tout d’abord entrepris de vérifier dans un cadre général la consistance globale entre cette annonce d’une vitesse supraluminale du neutrino et les données expérimentales bien établies de la Physique des Particules et de l’Astrophysique. En clair : que se passerait-il inévitablement si le neutrino avait une telle vitesse critique ? Luis Gonzalez-Mestres a ainsi abouti, de manière indépendante de toute théorie spécifique, au constat d’une inconsistance claire entre l’annonce du 22 septembre de la collaboration OPERA et ce contexte expérimental. Il s’ensuit que l’idée d’un caractère supraluminal aussi marqué pour le neutrino associé au muon doit en tout état de cause être dès à présent abandonnée, même si la porte reste ouverte à de possibles violations de l’invariance de Lorentz beaucoup plus faibles. Les données d’OPERA semblent donc avoir comporté une erreur expérimentale.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/10/01/vitesse -de-la-lumiere-opera-et-superbradyons-ii.html ]


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


Ecrire un commentaire Faire un don

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Réclame
Réclame

Facebook Facebook  Friendfeed Friendfeed  RSS RSS  Twitter Twitter 


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site optimisé pour le navigateur Firefox. Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération