• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’arnaque du High Frequency Trading, une bombe financière à retardement : des (...)

L’arnaque du High Frequency Trading, une bombe financière à retardement : des ordinateurs pourraient provoquer une crise financière

 

Cette vidéo est une micro-enquête sur le High Fréquency Trading et ses conséquences.

 

Qu'est-ce que le High Frequency Trading ? :

 

Les transactions à haute fréquence, ou trading haute fréquence (THF ou HFT, de l'anglais high-frequency trading), sont l'exécution à grande vitesse de transactions financières faites par des algorithmes informatiques. C'est une des catégories du « trading automatique » (basé sur la décision statistique), qui gère de plus en plus les données boursières à la manière d'un big data devenu inaccessible à l'analyse humaine et bancaire traditionnelle. Certaines entreprises comme Algorates basée en Angleterre et qui fut une des premières à avoir utilisé la méthode HFT, s'appuient sur des systèmes informatiques de pointe, et la vitesse de traitement de leurs opérations permet d’enregistrer des profits élevés sur le marché.

 

Ces opérateurs virtuels de marché peuvent ainsi exécuter des opérations sur les marchés financiers — les bourses — en quelques microsecondes. Alors que la vitesse de transaction du THF était encore de 20 millisecondes à la fin de la décennie 2010, elle est passée à 113 microsecondes en 2011.

 

Cette pratique récente est devenue dominante vers 2005 aux États-Unis puis structurante dans le système boursier international (en quelques années), en posant de nouveaux problèmes réglementaires et éthiques. Elle semble présenter certains avantages financiers (elle aurait, selon une analyse statistique ayant porté sur la période 2003-2011 par Cumming et al., un effet plutôt plus efficace que les règles boursières sur les pratiques courantes de manipulations de prix lors de la clôture de fin de journée) mais pourrait aussi favoriser le transfert d'une partie des activités de la finance de marchés éclairés et plus transparent vers des pratiques de type dark pools situées en limite de la légalité et encore moins transparentes.

 

Selon Kevin Slavin, 60 Hudson Street (carrier hostel) serait le centre névralgique des transactions à haute fréquence.

 

En 2014, plus de 50% des transactions boursières dans le monde sont réalisées de manière automatique, sans intervention humaine, par des programmes.

 

Fonctionnement général :

 

Les teneurs de marchés, comme Euronext, vont confronter les ordres du carnet à un rythme donné. Le but des THF est donc de s'intercaler dans ce laps de temps pour appliquer une stratégie gagnante complexe d'ordres de vente et d'achat. Pour pouvoir s'exécuter très rapidement, les THF ont souvent besoin d'une infrastructure particulière dites à faible latence ou lag et d'une programmation en temps réel. La course à la vitesse se justifie lorsqu'une anomalie de marché est détectée par un grand nombre de traders haute fréquence. Dans ce cas, l'algorithme le plus rapide génère alors un profit.

 

Un algorithme de THF se décompose souvent en trois tâches :

 

  • La première a pour objectif d'analyser le carnet d'ordres existant pour alimenter en informations les deux autres tâches.
  • La seconde tâche a pour rôle de servir les ordres d'un faible volume de titres qui arrivent dans le carnet pour profiter de l'écart entre l'offre et la demande. Elle va servir les ordres d'achat au cours le plus haut possible et va servir les ordres de vente au cours le plus bas possible. Cette stratégie de très courte durée (quelques dizaines de secondes tout au plus), appelée scalping, profite des micro-anomalies de cours pour engranger une petite plus-value. Les THF ne donnent de résultat significatif que si elles sont pratiquées à grande échelle. Cette technique est aussi utilisée par les traders réels.
  • La troisième tâche a pour rôle la tenue d'une tendance haussière ou baissière en organisant le carnet d'ordre dans le sens voulu. Les volumes deviennent alors très importants, alors que le solde en nombre de titres accumulés par le THF est toujours assez faible. Ainsi, cette tâche, avec un carnet d'ordre plutôt baissier, va accentuer le phénomène en vendant avant les vendeurs réels et en se rachetant plus bas qu'eux. Pouvant même inverser la tendance durant un cours laps de temps, si la présence d'ordres stop est importante, afin de les faire sauter et, par la même occasion, de nettoyer les positions des petits intervenants. Tout ceci dans un laps de temps de l'ordre d'une dizaine de minutes. Cette stratégie est appelée le swing trading.

 

Il existe de nombreuses variantes et de stratégies différentes, en particulier quand plusieurs professionnels se confrontent via des ordres Iceberg.

 

Le THF fait naître de nouveaux types de risques :

 

  • Une difficulté croissante de contrôle humain des opérations ;
  • Une vulnérabilité aux pannes informatiques (éventuellement causée par un afflux de transactions ou de requêtes de cotations) (depuis 2005-2010, quelques dizaines de millisecondes de retard sur un ordre de vente ou d'achat sont considérées comme critiques) ;
  • Un risque de défaut de conception ou d'erreur de spécification ou de codage d'algorithme, qui pourrait induire un mouvement boursier aberrant, comme cela s'est passé lors du Crack éclair de 2010 ou lors de la quasi-faillite de Knight Capital Group le 1er août 2012.

 

Source : Wikipédia

 

Contrairement à ce qu'affirme le présentateur, le trading à haute fréquence ne se déroule pas à l'échelle de la milliseconde, mais de la nanoseconde (un milliardième de seconde).

 

Ce qui est consternant, c'est de voir tous ces gens qui en discutent, qui font même des rapports de plusieurs milliers de pages, et qui ne font rien, qui ne dénoncent pas l'escroquerie du trading à haute fréquence, et en particulier :

 

  • Le fait que certains aient les informations avant les autres (forme de délit d'initié),
  • Le fait que certains fassent des profits en connaissant les ordres des autres,
  • Le fait que certains puissent passer des millions d'ordres d'annulation parce-qu'ils ont détecté un retournement de marché, d'une valeur, etc.

 

Les réponses affligeantes du responsable à l'AMF de la direction des marchés, Phlippe Guillot, sont tout à fait emblématiques de l'aveuglement et de l'incompétence des autorités de régulation. Ce type a un mental complètement dégénéré.

 

Le trading à haute fréquence doit être interdit définitivement. Point final. Chaque donneur d'ordre doit bénéficier des mêmes conditiosn d'accès au marché, et c'est très facile à faire : il suffit de cadencer la réception des ordres au niveau des ordinateurs gérant les marchés.

 

Mieux encore, il faut détruire la bourse et les marchés tels qu'on les connaît, et bâtir des systèmes de bourses équitables avec une ou deux possibilités d'ordres au grand maximum par jour, avec des prix de titres ne dépendant pas de l'offre et de la demande mais de la valeur intrinsèque d'une entreprise, calculée à partir de faits objectifs : capital propre, fond de roulement, chiffre d'affaire, coûts et marges, etc.

 

Enfin, tous les produits dérivés, les marchés de Futurs doivent être supprimés. Acheter ou vendre à terme, et/ou à crédit doit être absolument interdit, ce qui limitera de beaucoup la spéculation.

 

Une vidéo de plus pour comprendre la folie de la financiarisation de l'économie qui ne profite qu'à une ultra-minorité de gens déjà riches au détriment de tous les citoyens du monde.

 

À voir !

 

Nota Bene :

  • Pour un meilleur confort auditif, j'ai rehaussé le son de cette vidéo de 5 dB.
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "High" et "Frequency" et "Trading", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "trader", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "bourse", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "Wall" et "Street", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "transaction", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "finance", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "ordinateur", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "informatique", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "crise" et "financière", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "arnaque", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "escro", cliquez [ici].
  • Pour toutes les vidéos de la catégorie "Argent, Banques, États, et Organisations mondiales", cliquez [ici].
Dans le cas où les liens ci-dessus seraient brisés, vous pouvez les retrouver ici : http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=7831.

Tags : Economie Informatique Arnaque ? Finances Banques Crise financière Finance




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 1 vote
    samagora95 samagora95 3 décembre 2014 10:34

    prétendre qu’il faudrait acheter des titres au prix de la valeur intrinsèque de l’entreprise n’a aucun sens et montre une incompréhension totale de ce qu’est le monde de l’entreprise en général et de la bourse en particulier.


    La bourse c’est ni plus ni moyen qu’un marché au sein du quel des entreprises viennent chercher des financements (une aide à leur développement), la valeur réelle de l’entreprise n’est pas une constante mais une estimation de son potentiel de croissance, qui peut-être vaguement estimé mais jamais connu à l’avance (par personnes : qui aurait parié sur le potentiel de google il y a 10 ans)

    De ce fait, le prix des titres que j’ai acheté à une entreprise à un moment donnée évolues au grès de la perception que le marché a de l’entreprise, si j’estime que l’entreprise est mal gérée j’aurais tendance à vouloir me débarrasser de mes titres, même à un prix inférieur à l’achat, inversement je pourrais les revendre plus cher.

    Ce mécanisme que beaucoup sur agora diabolise n’est pas malsain (même à haute fréquence), il correspond à un coup de main plus au moins long donnée à l’entreprise. Il ne faut pas être un génie pour comprendre que la bourse permet le progrès.

    1 - Toute entreprise naissante ou en développement à besoin de financement (carburant), sans cela aucune entreprise ne peut progresser ou même immerger.

    2 - Toutes les entreprises ne se valent pas, la qualité du ou des gérants, la qualité et la cohérence du projet détermineront son potentiel donc sa valeur, ces critère sont très difficiles à estimer, investir dans une entreprise présentera donc toujours un risque.

    Voilà en ce qui concerne la bourse en général et en ce qui concerne le HFT , je n’ai qu’un reproche à lui faire : pour moi l’entreprise dont l’algorithme se plante doit payer les pots cassés.

    • 4 votes
      BlueMan BlueMan 3 décembre 2014 17:01

      Samagora95, tout ça c’est de la propagande libérale, le discours typique des spéculateurs.


      On fait croire aux gens que la bourse est reliée au entreprises, ce qui n’est pas le cas. Les opérations d’introductions en bourse ne représentent que un milliardième de milliardième de milliardième de milliardième de milliardième du nombre des transactions...

      Le système de bourse équitable dont je pale, lui, permet aussi de financer les entreprises et aux actionnaires de gagner de l’argent MAIS ICI grâce aux bénéfices, pas par la spéculation sur le prix des actions. ^^

    • 1 vote
      samagora95 samagora95 3 décembre 2014 18:09

      Qui financera l’entreprise exactement ?


    • 2 votes
      BlueMan BlueMan 3 décembre 2014 21:19

      Ceux qui achèteront les actions (particuliers en entreprises) C’est le même principe que la bourse actuelle sauf que

      - La spéculation y serait impossible,
      - Il y aurait une session d’achats/ventes par jour (ou une le matin et une l’après-midi),
      - L’attribution des ordres s’achats et de ventes serait aléatoire (dans tous les cas ou NbTotalActionsÀvendre <> NbTotalActionsÀAcheter).
       -L’attribution des ordres s’achats et de ventes serait réalisée sur la base des x et y acheteurs et vendeurs (1 action à la fois d’un intervenant) pour que personne n’ait un avantage. J’ai pas le temps de te l’expliquer plus en détail, mais si tu y réfléchis par toi-même tu trouveras naturellement comment procéder pour qu’aucun gros acheteur ou vendeur ne soit avantagé par rapport à celui qui vend ou achète seulement quelques actions.

    • 1 vote
      nymeo nymeo 4 décembre 2014 22:00

      Définissez "progrès" ?


    • 1 vote
      Soi même 4 décembre 2014 01:38

      Il est hallucinent comment les transactions boursières sont devenue un mensonge, cela ne fait pensé à un parasite qui s’engraisse sans rien produit que l’achat et la vente et faire la différence pour en extraire un bénéfice, qui pompe le flux financier, cela va finir où toutes formes de transaction deviendront impossible car à force de faire tourné le moulin, ils auront par finir à asséchés le marigot financier !


      • vote
        samagora95 samagora95 4 décembre 2014 10:38

        Vous faites les soldes ? Vous attendez qu’un produit baisse pour l’acheter ? Vous négociez pour acheter un objet au prix que vous estimez être le bon ? Si les réponses sont affirmatives alors bienvenu dans le monde de la spéculation et de la bourse ! car ce n’est ni plus ni moins que ce phénomène qui est en jeu dans le marché boursier.


        Un jour vous comprendrais que la bourse et le moteur de l’évolution de la société, ce mécanisme existe depuis que l’homme a inventé l’agriculture il y a des dizaines de milliers d’années, son informatisation permet d’accélérer l’innovation et le progrès, l’ordinateur que vous utilisez pour taper vos commentaire et réaliser toute sortes de choses en est la preuve concrète.

        L’importe n’est pas de fabriquer la roue, mais d’avoir l’idée de la roue et de convaincre les autres de nous aider à mettre en place le processus de fabrication, le fait de prendre le risque d’adhérer au projet et d’apporter son aide à sa concrétisation s’appelle la SPECULATION, j’investis dans un projet car j’espère en tirer profit, mais rien ne me garantit que cela marchera.

        • vote
          Chitine Chitine 4 décembre 2014 11:54

          samagora95
          .
          L’acheteur des soldes cherche avant tout à éviter un maximum de perte sur un produit dont il ne connait pas la valeur mais seulement un prix, afin de ne pas plomber son budget.

          Ce n’est pas la même chose que le pari sur un gain futur par le détenteur d’un capital excédentaire.
          .
          Et, non, la bourse n’existe pas depuis la pratique de l’agriculture.
          Il existe des lieux d’échanges de denrées et produits, des proto-marchés, depuis des lustres, mais les bourses de valeurs (et c’est ce dont on parle quand on parle ici HFT) sont liées à l’essor du capitalisme bancaire au Moyen Age.
          .
          Je comprend bien ce que tu cherches à rappeler - une certaine prédominance de l’homo-économicus dans nos tendances culturelles - mais je pense qu’il ne faut pas insinuer que le système boursier serait comme naturel à l’économie. Il n’y a rien de plus contradictoire actuellement que cette affirmation car c’est en effet le système boursier le plus grand destructeur de valeur aujourd’hui.
          Sans compter la charge de pression qu’il produit sur les entreprises et les travailleurs par la double contrainte actionnariat/concurrence qu’il organise pour développer son secteur d’activité.


        • vote
          samagora95 samagora95 4 décembre 2014 13:26
          Rien ne force une entreprise à être côté en bourse ou à faire appel à un prêt bancaire, si elle possède le capitale nécessaire et si elle ne souhaite pas se développer.

          Sans pari, sans spéculation, sans bourse moderne et donc sans prise de risque, la société stagnerait à un niveau d’organisation quasi familiale, la production d’outils perfectionnés, de machines complexes ne seront pas réalisable, ce qui rendra impossible la création d’une organisation sociale élaborée.

          La complexité de l’organisation sociale et des outils de productions permettront à terme de s’affranchir des contraintes physiques lié à la nourriture et au travail manuel forcé , comme nos ancêtres se sont affranchis de la chasse et de la cueillette en inventant l’agriculture et l’élevage, travailler pour se nourrir pour avoir un toit sur la tête etc.. deviendra obsolète, la complexité permettra à l’homme de quitter son berceau la terre pour aller à la conquête de l’univers. 

          Si tu veux vivre éternellement dans un monde sans innovation voir même en régression jusqu’au retour aux cavernes, alors oui effectivement nous n’avons pas besoin de prendre des risques en pariant sur l’avenir, car encore une fois, la bourse et la spéculation c’est fondamentalement ça un pari sur l’avenir.

          1 - La spéculation n’est pas un moyen de faire de l’argent facile sinon tous les spéculateurs seraient milliardaires, la seule façon de faire de l’argent avec une probabilité à 100% reste le travail, quelque soit le domaine, la bourse y compris.

          2 - Pourquoi considérer que le travail intellectuel est plus malsain que le travail manuel, d’autan plus que ce dernier est en voix de disparition ? J’ai occupé tout sorte de poste dans ma vie professionnelle, le plus difficile n’a pas été le travail manuel.

        • vote
          Soi même 6 décembre 2014 13:57

          Bien vue c’est du même ordre !


        • vote
          Chitine Chitine 4 décembre 2014 17:13

          Mais samagora95, les sociétés n’ont pas attendu la bourse pour innover et avancer.
          L’emprunt bancaire a longtemps suffit et suffit encore à beaucoup d’entreprise, dont la plupart des PME.

          1 - La spéculation n’est pas un moyen de faire de l’argent facile sinon tous les spéculateurs seraient milliardaires, la seule façon de faire de l’argent avec une probabilité à 100% reste le travail, quelque soit le domaine, la bourse y compris.

          Si si, la spéculation est un moyen facile de se faire de l’argent... pour une minorité d’initié qui a besoin d’une majorité de profane afin de faire cet argent facile.

          Et le fait que ça ne soit pas gagnant à tous les coup ne veut pas dire que ce n’est pas de l’argent facile.

          • vote
            Dominique Ferré Dominique Ferré 8 décembre 2014 20:58

            La solution simple ; taxation obligatoire sur toutes les transactions financières.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès