• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le criminologue Xavier Raufer dénonce les politiques de la ville inadaptées (...)

Le criminologue Xavier Raufer dénonce les politiques de la ville inadaptées dans les zones de non-droit - 6 Décembre 2016

 

Synopsis :

Le criminologue Xavier Raufer est intervenu à l'Assemblée nationale dans le cadre des 48e Rendez-vous Parlementaires du Contribuable consacrés à la politique de la ville : « Politique de la ville : toujours plus d’argent pour moins de résultats », le 6 décembre 2016.

 

Pour tout savoir sur les tenants et aboutissants de la politique de la ville, voyez notre [enquête].

 

Source : Contribuables Associés.

 

Ce que raconte ce professionnel montre que nos politiciens, qu'ils soient de droite comme de gauche, sont des traîtres à la population, ne se préoccupant que de leur élection, de leurs privilèges, et du politiquement correct pour apparaître honorables dans les médias.

 

Les socialistes, quant à eux, sont les pires : avec leur idéologie de merde droit-de-l'hommiste (à ne surtout pas confondre avec les Droits de l'homme et du citoyen) et leur récurrente tendance émotionnelle à constamment trouver des excuses sociologiques et économiques aux délinquants et aux criminels, ils n'ont fait que mettre en place des solutions, des politiques de la villes, qui n'en sont pas et qui, au bout du compte on le voit désormais clairement, ont favorisé encore plus la ghettoïsation et l'essor des criminels dans ces quartiers, ainsi que l'abandon des population à leur triste et terrible sort. C'est dégueulasse, c'est de la non-assistance à personnes en danger. Terreur, loi de la jungle, et loi du silence, voilà le quotidien épouvantable des habitants de ces quartiers, déjà défavorisés économiquement et socialement.

 

Il faut quand même se souvenir de la déclaration effarante de déni de réalité du Premier ministre Manuel Valls lorsque quatre policiers ont été pris pour cible le Samedi 8 Octobre 2016 à Viry-Châtillon : "Il n'y a pas de zone de non-droit en France". Ahurissant... Et le traitement médiatique est dans la même logique : on nie et on minimise systématiquement les actes criminels... : http://www.europe1.fr/societe/il-ny-a-pas-de-zone-de-non-droit-en-france-mais-2870356.

 

 

Une vidéo que tout citoyen se doit de regarder, afin de prendre connaissance de la réalité effrayante du terrain, presque jamais réellement relatée à ce point dans nos médias bonimenteurs.

 

Un must à ne rater sous aucun prétexte.

 

À voir absolument !

 

 

Nota Bene :

  • Pour des vidéos ayant dans leur titre "témoi", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " terrible", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " inquiétant", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " crim", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " voyou", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " déli", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " inaction", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " complaisance", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " gouvernement", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " ville", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " cité", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " quartier", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " banlieue", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " loi" et "du" et "silence", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " omerta", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " terreur", cliquez [ici].
  • Pour des vidéos ayant dans leur titre " terro", cliquez [ici].
  • Pour toutes les vidéos de la catégorie "Mafias, Gangs, Corruption, Crimes et Business", cliquez [ici].
Dans le cas où les liens ci-dessus seraient brisés, vous pouvez les retrouver ici : http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=8587.

 

 

Tags : Droit Politique Sécurité Ville




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • 3 votes
    raymond raymond 29 janvier 15:47

    vola un homme que le gouvernement et ceux qui veullent devenir président devraient écouter !


    • 3 votes
      yoananda yoananda 29 janvier 16:49

      Valls a raison, ce ne sont pas des zones de non droit, mais des zones de droit musulman.
      Les ZUS sont 750 exactement, du moins la dernière fois que j’ai regardé.
      Raufer prétends que lui il aborde le sujet ... mais fin 2016, il ne prononce même pas une seule foi le mot d’islam (une seule fois en citant un coup de téléphone, une seule fois en citant les algériens qui les aident à repérer les "islamistes").
      Il enfonce des portes ouvertes.
       
      La seule chose intéressante qu’il ai dit, c’est que la situation est unique en France et incompréhensible ailleurs.
       
      La question qu’on lui pose "et si on parvient à combattre le chomage ?" ... lol, tellement ridicule et déconnecté ... le pauvre à 30 ans de retard, et déjà, il ne sait même pas comment lutter contre le chomage, donc...
       
      Vidéo nulle. On est en 2017, on croirait voir une vidéo du siècle dernier.

      Mais bon, c’est en franmaçon. Je ne savais pas qu’il y avait des fan des franmaçons sur AV.


      • 1 vote
        yoananda yoananda 29 janvier 17:02

        @yoananda
        Je retire ma dernière ligne, je n’ai pas de preuve que Raufer est franmaçon, j’ai lu trop vite un article. Le reste, je maintient.


      • 1 vote
        maQiavel maQiavel 29 janvier 21:49

        @yoananda

        -il ne prononce même pas une seule foi le mot d’islam (une seule fois en citant un coup de téléphone, une seule fois en citant les algériens qui les aident à repérer les "islamistes").

        ------> Et c’est normal, c’est un technocrate qui est appelé à rapporter des faits,  là il ne s’exprime pas devant les politiques en tant qu’idéologue anti-islam partant dans de grandes abstractions intellectuelles sur l’essence de l’islam , spéculation hautement métaphysique s’il en est. Ce n’est pas Eric Zemmour là, c’est un criminologue qui est amené à poser un diagnostic et donner des orientations aux politiques à partir de faits concrets qui lui sont rapportés par des professionnels qui sont en première ligne de la lutte contre la criminalité (après si les politiques ne prennent pas les mesures adéquates , ce n’est pas son problème , lui aura fait son boulot ).

        Le franc-maçon c’est Alain Bauer, lui je ne sais pas mais quand bien même il serait franc-maçon , jésuite , soufi ou juif orthodoxe , je ne vois pas ce que ça change au fond de son propos.

        Alors, certes, une expertise n’est jamais neutre ,il peut y avoir des biais idéologiques mais si cela est son cas , il faut dire très précisément à quel niveau une idéologie influe sur la qualité son expertise.

        Je n’ai jamais lu ses livres mais j’ai écouté pas mal de ses vidéos, et je vois aussi à peu près de quel bord idéologique il est mais je n’ai jamais ressenti d’influence idéologique dans son discours sur la criminalité en France, j’ai l’impression d’avoir une personne qui dit honnêtement les faits , ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas d’après des études et ce qui se fait dans d’autres pays. 


      • 1 vote
        DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 29 janvier 18:56

        Le problème C que vous regarder le monde des cités par un trou de serrure qui donne sur la pièce la plus sale des cités ... Cette pièce a été choisie par vos médias véreux et des criminologues patenté et très politisés ... hein vieux con de Xavier Raufer ! .... Je connais un autre criminologue médiatique et très politisé, Alain Bauer, un haut gradé de la Franc-Maçonnerie ...
         
        Il y a d’autres pièce de la cités qui sont plus intéressante à voire, plus riche et plus belle que vous ne pouvez l’imaginer ... dommage !


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 29 janvier 21:00

          @DJL 93VIDEO
          Oui , c’est certain que ce que l’on nous montre des banlieues est caricatural. C’est évident pour ceux qui connaissent un peu le terrain autrement que par des abstractions idéologiques et identitaires. 

          Ceci étant , beaucoup de quartiers posent un certains nombre de problèmes , de gros problèmes même , ça il ne faut pas non plus le nier. Au contraire il faut l’assumer ,comprendre comment on en est arrivé là et comment rectifier le tir. 

          Parce que ce n’est pas en cachant la poussière sous le lit qu’on résout un problème. Il y’a d’autres pièces de la cité qui ne correspondent pas à l’image catastrophiste montrée par les médias mais les problèmes de criminalité , il faut en parler. 


        • 3 votes
          Qiroreur Qiroreur 29 janvier 21:24

          @maQiavel
          En parler, en parler... non ça ne sert à rien. 40 ans qu’on fait du blabla, 40 ans de politique de l’excuse pour un résultat pire que nul. 

          D’abord un sujet sur les quartiers en sécession qui ne parle même pas de la problématique des mineurs... est-ce sérieux ?
          Ensuite prétendre qu’il y a 3000 personnes qui sèment le désordre et qu’en gros il suffirait de les neutraliser pour régler la question c’est vraiment n’importe quoi. 3000 autres prendront leur place en un instant. Son anecdote sur cette employée d’huissier est très mignonne mais aller dans les quartiers pour prendre le thé et pleurer ne sert à rien. Alors voilà comment on règle la question des "banlieues" avec effets dans les 6 mois et règlement définitif en même pas deux ans. Et je garantis que même les gens dans les quartiers ne demandent que ça, être considérés comme des citoyens normaux auxquels on demande de respecter les lois, comme partout ailleurs :

          1. Le nettoyage, le vrai : on prend chaque quartier pourri, on le boucle avec l’armée, 2000 flics/gendarmes/douaniers et c’est parti pour l’inspection de chaque cm² : appartements, caves, parkings, armoires techniques, local poubelle, faux plafonds, TOUT, sans aucune exception. La moindre boulette doit être repérée par Rex, la moindre lacrymo, poing américain, et évidemment armes à feu saisis. Et on ne demande pas l’autorisation aux gens. C’est l’Etat d’urgence, qu’il serve à qq chose. De plus les honnêtes gens n’ont rien à craindre. Arrestations et usage de la force si nécessaire. 

          2. On prend les plantons devant les bâtiments publics qui ne servent à rien et on les met en masse dans ces zones et durablement.

          3. Refonte (au préalable) complète du droit. Tout est à revoir. Le code des assurances prévoit qu’en cas de dégâts causés par les mineurs ce sont les assurances habitations qui indemnisent (y compris pour des viols). De même il ne se passe rien pour des mineurs de mins de 13 ans... les dealers ont bien compris. Ils leur font faire le boulot encadrés par des plus grands. De même sur la légitime défense qui fait que les flics ne dégainent plus, etc. Il faut criminaliser les parents, les rendre responsable quand leurs enfants agressent dans les transports en commun, font les guetteurs ou autre et leur retirer toute aide en cas de non coopération, voire les expulser de leurs HLM et les expulser tout court quand il s’agit d’étrangers. S’occuper des enfants doit être leur devoir, ne pas le faire doit entrainer des sanctions. 

          4. On s’attaque à toutes les formes de blanchiment. Fini les pizzas/kébabs à la comptabilité douteuse, fini les mecs de 20 ans qui se payent des voitures à 60K sans justifier d’une activité légale. Il y a également des moyens pour lutter contre la production de stups dans les pavillons transformés en fermes. Quand on veut on peut.

          5.Rétablissement du service militaire obligatoire (comme en Israël), garçons et filles à l’issue du lycée (avant si les mineurs sont déscolarisés). Aucun passe-droit. 1 an et demi pour les garçons, 1 an pour les filles. Avec possibilité de passer son permis de conduire. On aura en très peu de temps une génération de jeunes responsables et impliqués. Les plus méritants devront être encouragés. Possibilité d’en faire une partie dans le civil au sein d’associations, etc.
           
          6. En parallèle, il va falloir revoir l’éducation, l’apprentisage obligatoire de la langue (de nombreux jeunes ont un niveau en langue désespérément bas), le civisme : tout cela peut se corriger avec le service militaire. Idem pour les parents. Il faudra également aider réellement ceux qui veulent s’en sortir (et il y en a) en créant des emplois dans tous les secteurs qui en nécessitent. Notre pays est devenu une destination repoussoir en raison de la violence que subissent les touristes, de la saleté de nos rues. Voilà bien un secteur qui nécessite des gens pour offrir un accueil digne de ce nom (des locuteurs dans toutes les langues sont nécessaires). Il faut des gens dans le bâtiment, dans les garages auto, pour assurer la propreté, l’aide aux personnes âgées, entretenir les espaces verts, l’éducation, la santé, assurer la sécurité dans les transports, l’hôtellerie, encadrer les jeunes au cours de leur service, etc. 

          7. Des conseils de quartiers obligatoires partout, sur tout le territoire. Les meilleurs garants de la paix durablement sont les habitants eux-mêmes. Une fois la loi et la République rétablie, il faudra systématiquement créer des comités de quartiers avec des responsables, remettre du lien social mais pas avec des animateurs qui viennent d’ailleurs... non, avec les habitants eux-mêmes.

          8. Refonte intégrale de la politique migratoire... parce que là encore Rufier n’en parle pas mais il faut être lucide. Il y a un pb avec certaines populations. Même les gens dans les quartiers l’admettent.

          En somme il y a plusieurs millions d’emplois à créer. Nous devons arrêter de payer des gens à ne rien faire. Soit ils fournissent un travail soit plus de RSA. C’est une aberration que ce système en plus d’être dégradant pour les populations à qui l’on dit "tiens prends l’argent, reste dans ton coin et ne nous emmerde pas" et en plus d’être injuste pour ceux qui cotisent. Les gens qui doivent être aidées sont les personnes handicapées, les malades, les personnes âgées... mais tous ceux en âge de travailler doivent produire qqchose en échange de la solidarité dont ils bénéficient. 

          Pour l’argent nécessaire, il y a de multiples sources. Mais je m’arrête là. 

        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 29 janvier 21:50

          @Qiroreur
          Je partage certaines de vos solutions, mais comprenez : si le volontarisme est le pilier essentiel de toute politique, il faut néanmoins laisser du temps au temps.

          Je vais essayer de répondre aussi succinctement que possible.

          1) Mobiliser entre autres l’armée de façon voyeuriste serait applaudi en interne, mais sur les marchés, des spéculateurs prendraient ce prétexte pour nous déstabiliser. Il faut être plus fin que ça : reconstituer progressivement nos corps constitués et agir sur plusieurs années. Mieux vaut une politique prudente qu’un trop grand risque : choisissons le moindre mal.

          2) D’accord. Mais beaucoup d’entre eux viennent de la réserve opérationnelle. Mobilisable... environ 30 jours par an. Là encore, voir point 1

          5) Les casernes destinées au service national ont été en grande partie démantelées ou reconverties. Je penche plutôt pour un service national facultatif, mais qui comporterait de nombreux avantages. Ce pourrait être d’ailleurs un substitut aux grandes écoles du style l’ENA dont on sait la nocivité. D’inspiration russo-soviétique : L’ENA et le KGB fusionnés quoi smiley

          8) C’est effectivement plus large. Une part du chômage, je parle généralement, s’explique par le découragement. Vous envoyez une centaine de CV avec un taux de retour infinitésimal. Beaucoup donc renoncent. Ou alors ce sont des "junkjobs" dont peu de monde veut. Ce devra s’inscrire dans un cadre économique global.

          J’ai vécu dans l’un de ces dites banlieues et j’ai eu quelques emmerdes. Alors, les identitaires qui voudraient me reprocher ma pusillanimité, passez votre chemin.


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 29 janvier 21:59

          Bonsoir Qiroreur

           

          -En parler, en parler... non ça ne sert à rien. 40 ans qu’on fait du blabla, 40 ans de politique de l’excuse pour un résultat pire que nul. 

          ------> Déjà, il faut considérer mon interlocuteur et son propos pour situer mon commentaire dans son contexte. Je ne voulais pas dire qu’il faut parler encore et encore sans jamais prendre de mesures concrètes , je disais qu’il faut pouvoir dire la réalité , c’était une réponse au constat qu’on ne parle que des mauvais coté de ce que l’on appelle communément « les quartiers ».

          Une fois cela dit , soyons réaliste : vous et moi n’avons aucun pouvoir politique et rien ne dit que dans un avenir proche , on aura un pouvoir exécutif prêt à prendre les mesures qui s’imposent pour régler cette problématique , ce qui signifie qu’au moins à court terme nous sommes impuissants et que tout ce que nous pourrons dire sur cette question ne sera qu’un blabla de plus lu par une dizaine de personne , voilà la réalité. 

          Je n’ai pas encore écouté les questions/ réponses, je fais ça et je vous réponds sur le reste. 


        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 29 janvier 22:15

          @Qamarad
          Et vu aussi l’état dans lequel se trouve l’armée, mieux ne vaut pas enclencher trop rapidement un rapport de force brutal. ça pourrait se retourner contre notre poire...


        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 29 janvier 22:55

          @Qamarad
          Merci pour le partage. Concis, et ça m’a rappelé quelques épisodes de vie, genre le temoin de Jéhovah qui vient toquer à ta porte, très insistant, et que tu dois quand même dégager le plus vite possible parce que sinon tu vas le retrouver dans ton lit le matin à la place de ta femme smiley


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 29 janvier 23:04

          @Qiroreur

          -D’abord un sujet sur les quartiers en sécession qui ne parle même pas de la problématique des mineurs... est-ce sérieux ?

          ------> Peut être que je me trompe mais il me semble que son sujet est la criminalité et non la délinquance et l’incivilité.

          Parce que le sujet de la conférence est « Politique de la ville : toujours plus d’argent pour moins de résultats ». Il explique l’impact de la criminalité sur cette politique de la ville.

          Les mineurs sont plus représentés dans la catégorie « délinquance » (ou petite criminalité). Concrètement, dans les quartiers sont il est question, leur activité se limite au business du cannabis ou ils servent de petites mains. C’est en grandissant que ça passe de niveau. Et même ceux qui sont déjà dans la criminalité sont en réalité sous la coupe de malfrats plus expérimentés.

          Donc je ne trouve pas absurde de ne pas parler des mineurs sur ce sujet bien précis, ce qui ne signifie pas que c’est un sujet périphérique …

          -Ensuite prétendre qu’il y a 3000 personnes qui sèment le désordre et qu’en gros il suffirait de les neutraliser pour régler la question c’est vraiment n’importe quoi. 3000 autres prendront leur place en un instant. 

          ------> On peut penser intuitivement que c’est faux, mais on ne peut pas dire que c’est n’importe quoi. Moi je lui fais plutôt confiance là-dessus (et pour dire, ça correspond aussi à mon expérience sensible).

          D’après ma petite expérience, tout le monde n’a pas ce qu’il faut pour être un criminel et en général seul une petite minorité arrive à ce statut dans ces quartiers et ces derniers sélectionnent soigneusement leurs soldats. On l’a ou on l’a pas, il faut avoir ça en soi. C’est très intuitif mais posez la question à ceux qui naviguent dans ces eaux si vous en connaissez, c’est ce qu’ils vous diront.

          Ce sont eux qui ont de l’influence dans ces quartiers et c’est tellement vrai qu’en cas de guerre entre bandes rivales, ce sont les têtes qui sont directement visées, parce que les rivaux savent qu’en les abattant, le camp d’en face va se déstructurer et pouvoir être annexé. 

          Et il ne faut pas oublier que ces buisness sont des investissements, et l’une des priorités pour ceux qui investissent, c’est de sécuriser leurs investissements, ce qui nécessite de recruter des soldats. C’est-à-dire que le désordre crée par les soldats est une conséquence du buisness qu’a mit en place le chef. Sans ce buisness, ce chaos n’est plus une nécessité.

          Mais ce que Raufer veut dire, ce n’est pas qu’il suffit de couper les têtes pour que le problème soit régler, il sait bien que d’autres prendront leurs places à moyen terme mais qu’il est inutile d’investir de l’argent public dans ces quartiers tant que les tauliers sont en place. La première chose à faire, c’est de les mettre hors d’état de nuire , c’est du bon sens …


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 29 janvier 23:06

          @Qiroreur

          Sur vos solutions :

          Le point 1 : d’accord et il ne s’oppose pas à ce que dit Raufer sur le fait de neutraliser les chefs et les criminels les plus actif.

          Point 2 :ok

          Point 3 : sur la légitime défense et l’expulsion des étrangers ok , concernant la criminalisation des parents je ne le suis pas , ces familles sont déjà dans un état de désintégration avancé , il n’y a aucune raison de rajouter le malheur au malheur alors que ces parents (souvent des mères seules livrées à elles mêmes ) n’ont plus d’autorité sur leurs rejetons. Ce qu’on peut faire par contre , c’est constater l’incapacité des parents à éduquer leurs enfants et les placer dans des structures adéquates.

          Point 4 : ok.

          Point 5 : je pense comme Qamarad. Et puis si vous envoyez des jeunes dans un service national qu’ils n’ont pas envie de faire, ça va être le bordel, vos instructeurs vont passer leur temps à se battre contre eux (littéralement).

          Point 6 et 7 : ok mais réserve sur le caractère obligatoire des conseils de quartier.

          Point 8 : c’est évident. 


        • 1 vote
          Qamarad Qamarad 29 janvier 23:29

          Le point 1 : d’accord et il ne s’oppose pas à ce que dit Raufer sur le fait de neutraliser les chefs et les criminels les plus actif.

          Je fais bien évidemment confiance à Raufer qui a une base donnée large. Mais bon, quand on connaît l’état déplorable de nos corps constitués et le temps qu’il faut pour que la législation soit efficace et qu’on construise des prisons, on ne me fera pas croire que ces 3000 criminels à l’échelle de la France (qui ne sont que les pires, puisque beaucoup de types très nocifs de leur réseaux n’ont jamais fait autant de peines de prisons) seront neutralisés en moins de six mois. De plus, avec une armée largement saignée et une image déplorable lancée à la communauté internationale si on démontrait clairement à tous que des territoires sont en quasi sécession (qui pourrait être le prélude à des déstabilisations de centrales de renseignement et de spéculateurs), mieux vaut lancer un plan sur 5-7 ans.

          Comme il l’a rappelé, ça fait 50 ans que la situation se détériore : ce sera un combat relativement long.

          PS : sur les gendarmes, c’est dommage que les trafiquants en aient si peur, parce qu’à titre personnel, je n’en ai assez peu vu dans ma cité qui était non loin d’un de leur centres...


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 29 janvier 23:53

          @Qamarad

          Reconstituer progressivement nos corps dé-constitués , je ne peux que valider.

          Ceci étant, il est vrai qu’il y’ a des manques de moyens (les concernés ne se privent pas de s’en plaindre d’ailleurs) mais est ce que ça ne se limite pas là ? ¨Parce que, l’image que j’ai de nos services de polices chargé du grand banditisme, c’est qu’ils ont une formation et un savoir faire qui est l’un des meilleurs au monde.

          Je me fais peut être des idées et les histoires sur Joseph Fouché m’ont peut être influencé mais c’est l’image que j’en ai.

          Et si ce n’est qu’une question de moyens et d’idéologie ( parce que si un pouvoir fait réellement ce qu’il faut pour résoudre les problèmes dans ces quartiers , la diabolisation qui va s’en suivre relèguera le traitement médiatique de la campagne de Trump à une piqure d’anophèle smiley ) , il faut juste de l’argent et des politiques avec des tripes.

          Sinon, des morceaux qui en disent plus que n’importe quel discours sur cette problématique. smiley

          https://www.youtube.com/watch?v=48rtmCKLvvU

          https://www.youtube.com/watch?v=vODDMHIYbDk


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 29 janvier 23:55

          @MaQiavel

          "il n’y a aucune raison de rajouter le malheur au malheur alors que ces parents (souvent des mères seules livrées à elles mêmes ) n’ont plus d’autorité sur leurs rejetons. Ce qu’on peut faire par contre , c’est constater l’incapacité des parents à éduquer leurs enfants et les placer dans des structures adéquates."

          Je ne parlais pas de jeter à la rue une mère seule qui ne peut plus rien avec des ados qu’elle ne maitrise plus. Donc oui, les placer dans des structures adéquates. Par compte il existe aussi des parents qui ne montrent aucune bonne volonté et il faut bien leur faire comprendre qu’ils ont une responsabilité. Aujourd’hui il n’y a rien, strictement rien pour les responsabiliser... c’est un vrai pb.


          @Qamarad

          Evidemment je force le trait en disant que c’est réglable en 2 ans. Ca prendra plus... Mais pour le service obligatoire me dire que certains jeunes ne vont pas être volontaires et que ce sera contre-productif c’est à mon avis déjà renoncer. Le but n’est pas de revenir à l’ancien service (avec ses passe-droits), le but est d’avoir une base commune (quelques mois) et ensuite dispatcher les jeunes, soit vers des structures militaires soit vers des structures civiles. Il faudra évidemment rendre cela attractif. C’est aussi pour cela que je parlais du permis de conduire (mais il y a plein d’autres idées). Cela permettrait également d’avoir une vraie mixité sociale et préparer la cohésion sociale de demain, d’identifier les pb d’apprentissage de la langue et de les corriger, bref d’avoir une société un peu plus unie que celle du tout-marché actuel. Je n’y vois que des aspects positifs. Bien entendu je ne dis pas que c’est simple. Mais si je prends l’exemple israélien c’est parce qu’il fonctionne (3 ans c’est extrême, mais 1an 1an1/2 me paraissent raisonnables, on peut même raccourcir, imaginer d’autres modalités mais l’idée est que tout le monde y passe au moins quelques mois). Je n’ai pas vu de candidats qui proposent ça parce que ce n’est pas très vendeur (c’est même une idée qui rebute beaucoup de gens dans notre pays) donc à mon avis ça n’a arrivera jamais... 


        • vote
          maQiavel maQiavel 30 janvier 00:07

          @Qiroreur

          En parlant de ça, ce n’est pas une mère mais ce père fait pitié  smiley


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 30 janvier 00:11

          @maQiavel

          "ce qui signifie qu’au moins à court terme nous sommes impuissants et que tout ce que nous pourrons dire sur cette question ne sera qu’un blabla de plus lu par une dizaine de personne , voilà la réalité."

          Oui, bien sûr... Tout cela n’est qu’une réflexion. 

          Ah, une précision : l’expulsion des étrangers ne concernerait évidemment que ceux qui commettent des crimes... enfin je pense que vous l’aviez compris comme ça aussi mais je préfère quand même préciser.


          Rien à voir (enfin si un peu qd même) en ce moment j’écoute la série de conférences sur les bas-fonds parisiens... c’est très inégal en qualité mais il y a de bonnes interventions (enfin j’ai appris des choses en les écoutant).


        • vote
          Qamarad Qamarad 30 janvier 00:19

          @maQiavel
          1) Non, ne parle pas de diptères, surtout pas de diptères ! Ton alter ego de la complote va se pointer smiley et encore nous parler de sodomie, j’en ai ma claque à la fin smiley

          2) Me faire écouter du Kerry James  Je regrette mais j’en suis incapable, c’est physiologique smiley


        • 3 votes
          Qiroreur Qiroreur 30 janvier 00:20

          @maQiavel
          Oui, il fait pitié. Mais on voit ici qu’il ne peut plus rien. Son bon à rien de rejeton en a rien à foutre. L’avocat lui explique mais il s’en tape. 

          Ma solution c’est d’envoyer le moutard à Madagascar (ou ailleurs) pour qu’il comprenne ce que c’est la misère. Qu’il travaille bénévolement, encadré dans une structure où on lui dit à quelle heure il se lève, quand est-ce qu’il mange, quand il travaille, quand il arrête de travailler... et ça pendant 6 mois, 1 an, le temps qu’il faut. Mais en aucun cas laisser ce pauvre monsieur avec son rejeton qui le ruine.


        • 4 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 janvier 04:25

          @Qiroreur

          Inutile d’envoyer le morveux jusqu’à Madagascar, il existe des structures ad hoc en France...pour une fois que les pouvoirs publics ont de bonnes idées, mais avec évidemment une insuffisance criante de moyens...

          http://www.epide.fr/

          Ces centres accueillent des 18-25 ans (mecs et nanas) en difficulté, situation d’exclusion, primo-délinquance...ils apprennent ou réapprennent les rudiments d’une vie "normale", le réveil matinal, l’alimentation, le respect...uniforme, garde à vous devant le drapeau, marseillaise, la discipline militaire est appliquée avec toute sa rigueur...

          Les jeunes suivent une remise à niveau scolaire, des formations, et plus de 80% d’entre eux décrochent un emploi à la sortie, d’autres s’engagent dans l’armée...

          Il y a aussi un service de santé inhérent à la structure, avec des intervenants extérieurs en renfort ponctuel, ce qui n’est pas vain pour une population qui réside en majorité dans des déserts médicaux...

          C’est presque choquant de discuter avec ces "racailles", en individuel ou même en groupe, tant il y a un décalage avec la "racaille" classique...ces jeunes gens sont polis, respectueux, ils ont une haute estime de la société française dans laquelle ils veulent s’insérer, souvent au service des autres, après des errements mûrement analysés dont ils ne veulent plus...

          Seul bémol : leur démarche est volontaire, le désir de s’assurer un avenir serein est un pré-requis...ils ont eu la chance de trouver la lumière, de se poser les bonnes questions, parfois par le biais d’une tierce personne..."l’enfer c’est les autres"...


        • 4 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 janvier 04:54

          @Qiroreur

          Je rebondis sur ton allusion aux "honnêtes gens" à qui on reproche souvent de se soumettre à la loi du silence qui règne dans ces quartiers...ils vivent l’enfer mais se taisent, par crainte des représailles...

          Mais, hormis la cavalerie (CRS, Stup’ et autres unités spécialisées dans les interventions périlleuses) qui débarque tous les tremblements de terre pour une opération coup de poing aux effets curatifs à court terme, que voient ces gens de l’Etat.. ? je ne parle pas seulement des services publics, du bureau de Poste ou des commerces, mais par exemple de l’accès à la santé, c’est souvent un chemin de croix, sachant que même SOS médecins ou les ambulances ne s’aventurent plus dans certains quartiers...ces gens sont dans un isolement total, sans personne à qui parler de leur situation...
          Ce sentiment d’être déconsidéré, abandonné, a un impact ravageur sur l’estime de soi, sans parler de l’opinion sur les "autorités" défaillantes, démissionnaires...il faudra aussi recréer le lien de confiance brisé avec ces "honnêtes gens", leur apporter le soutien et l’écoute dont ils manquent, c’est un volet à ne pas négliger en parallèle de la répression...

          La dite répression, il faudra des moyens considérables, et surtout une vraie volonté de nos décideurs, bref, c’est pas demain la veille...ils acceptent que des habitants soient harcelés, contrôlés, insultés, parfois frappés dans le hall d’entrée de leur immeuble, ils s’en tamponnent le coquillard, du moment que cela ne dérègle pas le "bon sens" d’une majorité d’électeurs...


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 30 janvier 14:14

          @Norman Bates
          -Seul bémol : leur démarche est volontaire, le désir de s’assurer un avenir serein est un pré-requis..

          Concernant le lien que j’ai mit plus haut , ce garçon ne serait jamais volontaire.Du coup je me rapproche de la préconisation de Qiroreur , je ne vois pas d’autres solutions pour ce pauvre père de famille criblé de dettes et qui a en plus d’autres enfants à charge ...

          Et ce n’est malheureusement pas un cas isolé.


        • 1 vote
          Norman Bates Norman Bates 30 janvier 15:57

          @maQiavel

          Nous sommes d’accord, ce jeune est dans un engrenage auto-destructeur dont il ne sortira pas par sa propre volonté...la solution de Qiroreur, éloignement, cadre, autorité, confrontation avec une autre réalité aux antipodes de sa vie de quartier, lui permettrait d’ouvrir les yeux, et si en bonus il y a un travail en profondeur sur l’origine de cette violence il y aurait une lueur d’espoir pour son avenir...et celui de sa famille...

          Dans certains cas, lorsque par exemple le jeune exerce des violences physiques sur sa mère, l’abjection est tellement intense qu’on peut en arriver à ne voir que la prison comme solution...si cette sanction est nécessaire, les statistiques démontrent que le tout carcéral, l’école du crime, est stérile s’il n’y a pas un véritable accompagnement vers l’insertion ou la réinsertion...le plus important, me semble t-il, serait de réinitialiser le logiciel mental, tous ces instincts destructeurs ne viennent pas de nulle part...travail de longue haleine, négligé voire ignoré, peut-être parce que difficile à valoriser par ceux qui impulseraient semblables initiatives...


        • 1 vote
          maQiavel maQiavel 30 janvier 16:04

          @Norman Bates

          -si cette sanction est nécessaire, les statistiques démontrent que le tout carcéral, l’école du crime, est stérile s’il n’y a pas un véritable accompagnement vers l’insertion ou la réinsertion...

          ------> Tout à fait d’accord.

          le plus important, me semble t-il, serait de réinitialiser le logiciel mental, tous ces instincts destructeurs ne viennent pas de nulle part...travail de longue haleine, négligé voire ignoré, peut-être parce que difficile à valoriser par ceux qui impulseraient semblables initiatives...

          ------> D’accord avec le principe. Mais au-delà du principe, je ne crois pas que ce soit possible, du moins à court ou moyen terme. C’est effectivement un travail de longue halène qui nécessite de déconstruire l’anthropologie libérale et ses corolaires socioculturels, économiques et politiques.

          C’est un travail de titan …


        • 2 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 janvier 16:41

          @maQiavel

          Dans l’ère du court terme et de la facilité le travail de fond n’est pas dans l’air du temps, alors qu’une démarche "curative" apporterait des bénéfices autant à l’intéressé qu’à la société...

          ...il y aura toujours une confusion savamment entretenue, pourtant le "traitement" individualisé n’est en rien une condamnation des impératifs répressifs...c’est juste une question de marcher sur ses deux jambes...

          Ce n’est guère différent dans le domaine de la santé publique, la prévention est accessoire, les investissements dérisoires...il est plus malin de creuser le trou de la Sécu pour soigner des pathologies lourdes qui pouvaient être évitées...bon, je m’éloigne du sujet...enfin non, la navigation à courte vue est du même tonneau...démarche unijambiste...

          Les pouvoirs publics s’abstiennent de tracer des perspectives à longue échéance, le peuple est sans doute trop bête pour comprendre de telles subtilités...


        • 1 vote
          Qiroreur Qiroreur 29 janvier 21:30

          100% d’accord avec votre intro Blueman.


          • vote
            raoul-henri 30 janvier 03:31

            Le monsieur qui parle se trompe dès le départ.
            La cause première de l’insécurité qui génère toutes les autres formes de violence est l’insécurité monétaire.
            Mais bon ; lui est bien payé ; un bon soldat aux ordres des détenteurs de la monnaie qui fait là où on lui dit de faire. Ouah !


            • 3 votes
              BlueMan BlueMan 30 janvier 06:56

              @raoul-henri : n’importe quoi. Il y a dans le monde des MILLIARDS de gens en insécurité monétaire et pourtant ils ne deviennent ni des délinquants ni des criminels. CQFD.


            • 1 vote
              raoul-henri 31 janvier 18:19

              Pour les criminels de sang le rapport est inverse à la précarité monétaire mais en découle puisqu’il faut des pauvres pour faire des riches. Parce que c’est lorsqu’un individu a les moyens de payer un assassin très cher (avec le sang froid du serpent) que le meurtre devient le plus probable. Ah mais j’oubliais que l’orateur ne veut pas parler de la délinquance en cols blanc sans doute pour ne surtout pas parler de l’origine du mal et du vol primal.

              Le meurtre est parallèlement issu d’une guerre économique entre rivaux des places de marchés. Encore une histoire de fric.

              Reste le meurtre passionnel mis en épingle systématiquement pour cacher la forêt derrière l’arbre.

              Pour la rapine et le petit trafic je maintiens que la pénurie monétaire (organisée par les mêmes qui perpétuent les meurtres parmi lesquels il convient d’inclure les meurtres de masse tels la guerre et le génocide) est à l’origine de la délinquance qui galopera de plus en plus à mesure que la pauvreté grandit. Il n’y qu’à comparer les graphiques pour s’en convaincre.

              Pour l’origine sociologique du viol la question n’est pas tranchée mais pour moi elle se rapporte davantage à la violence psychologique et morale induite par la violence physique. Ce genre de crime est la plupart du temps du à l’ignorance et à une absence d’éducation sexuelle et confessionnelle ; absence que l’on pourrait aussi rattacher à la misère sociale.


            • 3 votes
              Simple citoyenne Simple citoyenne 31 janvier 10:25

              Je n’avais pas eu l’occasion de voir cet article :

              "Les socialistes, quant à eux, sont les pires : avec leur idéologie de merde droit-de-l’hommiste (à ne surtout pas confondre avec les Droits de l’homme et du citoyen) et leur récurrente tendance émotionnelle à constamment trouver des excuses sociologiques et économiques aux délinquants et aux criminels..."

              Bravo !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès