Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ma définition courte de "Zèbre" et "Asperger"

Ma définition courte de "Zèbre" et "Asperger"

Bonsoir à tous,

 

qu'un Asperger prenne la parole, s'expose en public, est très rare.

(on est plutôt du genre à se planquer, et à éviter quasiment tout le monde).

 

je vous donne ici, ma définition personelle de ce qu'est un "Zèbre" et un "Asperger".

 

il y a énormément de définitions sur internet... on trouve de tout, ce n'est donc que la mienne, ça n'engage pas les autres.

 

 

3 points essentiels : hyper-intelligence, hyper-sensibilité, et hyper-émotivité.

 

on a tous une émotion dominante, que l'on ressent le plus : soit la Peur, soit la Colère, parfois la Haine. (émotions négatives)

 

on ne développe pas tous les mêmes émotions...

 

il y a aussi (heureusement) des personnes qui ont une émotion dominante positive : Amour, Humour...

 

les émotions négatives correspondent au Cortisol, et nous donnent des comportements de Compétition /

 

et les émotions positives correspondent à l' Ocytocine, et nous donnent des comportements de Coopération.

 

évidemment... mieux vaut développer les positives...

 

Tags : Santé Psychologie



Réagissez à l'article

6 réactions à cet article


  • 2 votes
    La mouche du coche La mouche du coche 23 février 13:29

    Bon. J’ai un fils asperger et après avoir pris rendez-vous avec tous les médecins de la terre, incluant les rebouteux africains, nous avons trouvé des solutions. Il faut essayer, tâtonner, et surtout surtout ne pas rester seul. L’important est de se voir non pas comme malade mais différent, après tout roule puisque tout le monde est différent. Vous n’avez donc aucune raison de ne pas vous en sortir. smiley


    • 1 vote
      Osub 23 février 14:14

      Bonjour, j’ai un fils de bientôt 9 ans certainement dans la même situation (Asperger colérique) La psychologue qui le suit, nous dit qu’il n’est pas utile de le faire tester.
      L’école nous le demande. j’ai moi même une fâcheuse tendance hyper émotive et colérique.

      La relation est… épuisante.
      Merci de ce témoignage c’est une galère sans non, les préjugés sont polluants et le corps médical est largué ailleurs on les détruit chimiquement (hyperactif).
      À bientôt sur le blog.

      • 1 vote
        yoananda yoananda 23 février 16:04

        Le paradoxe c’est qu’en étant hyper-émotifs, l’asperger arrive à un état de "sarturation émotionnelle" quasi-instantanée qui le fige, et qui lui donne l’apparence d’un "sous-émotif" ! lol

        Sinon, pour l’ocytocine, tu as le sport (d’endurance) qui est pas mal : ça shunte le mental procrastinateur, et ça envoies des endorphines.

        Bon courage (puisque tu es peureux). PS : le sport ça renforce la confiance en soi, et donc, diminue les peurs.


        • vote
          hase hase 23 février 17:59

          Je viens de trouver, et je vous en dirai les effets dans quelques semaines (!) Natrum muriaticum ; on va dire une dose en 200K pour un enfant ; quant aux adultes qui frisent la dépression, on va prendre une dose par semaine de natrum mur en 30CH pendant trois mois !
          je ne fais là aucune prescription médicale, je vous narre mon expérience ; si cela vous ouvre des horizons, référez-vous à ces granules, il y a de bonnes données sur le web !


          • vote
            lemi lemi 24 février 08:10

            C’est sûr que si le peureux n’ose pas dire au colérique que sa colère lui fait peur, de peur qu’elle ne redouble, c’est pas gagné !
            Faudrait peut-être essayer de jouer des scènes avec un faux colériques qui se calmerait lorsqu’on lui ferait remarquer que sa crise de colère est déplacée et exagérée.
            Même si ce n’est pas réaliste, ça pourrait être utile pour que la phobie du peureux se transforme en peur raisonnée.

            Vous voulez qu’on vous plaigne ou que l’on vous aide à trouver des solutions ?


            • vote
              Nigari Nigari 24 février 21:16

              Une piste pouvant améliorer les symptômes négatifs (car il y en a heureusement des positifs) = réforme du mode d’alimentation avec suppression totale du gluten (présent dans le blé, l’avoine, le seigle) et de la caséine (présent dans le lait de vache). C’est une réforme compliquée car la blé et le lait de vache sont "partout", mais qui semble efficace pour une amélioration, sans toutefois être une thérapie, peut-être est-ce à tester.
              En tout cas courage à ce monsieur et bravo pour la vidéo.

              

              Ajouter une réaction

              Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

              Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


              FAIRE UN DON







Palmarès



Faire une demande pour obtenir le formulaire esta pour les usa
recharge cigarette électronique