• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Trouble dissociatif de l’identité : le témoignage de Kallena (ABC Australie (...)

Trouble dissociatif de l’identité : le témoignage de Kallena (ABC Australie 02/2017)

Kallena est une australienne de 52 ans qui vit à Melbourne. C'est une travailleuse sociale, aujourd'hui conseillère et avocate pour les survivants de traumatismes de l'enfance. Elle a été diagnostiquée en 2002 avec un trouble dissociatif de l'identité après avoir été tout d'abord diagnostiquée avec un trouble Bipolaire en raison de ses brusques changements d'humeur. C'est son enfance traumatique vécu au sein d'une famille extrêmement dysfonctionnelle qui était à l'origine de son fractionnement de la personnalité, aujourd'hui fusionnée. En février 2017, au moment de la sortie du film "Split", elle a été invitée à venir témoigner dans les studios de ABC Radio National (Australian Broadcasting Corporation) dans l'émission "All In The Mind" au micro de Lynne Malcolm. Étaient également présents le Dr Cathy Kezelman, présidente de la Fondation Blue Knot, et le Pr. Warwick Middleton, président sortant de la Société Internationale pour l'Étude du Traumatisme et de la Dissociation (ISSTD) et directeur de l'unité de traumatologie et dissociation de l'hôpital Belmont de Brisbane.

 

 

Source : http://mk-polis2.eklablog.com

 

Tags : Enfance Pédocriminalité Australie Psychologie




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Deepnofin Deepnofin 12 avril 19:16

    Je crois avoir une nouvelle compréhension des TDI...
    En effet, la notion de traumatisme y est essentielle. Les traumatismes sont à mon avis des vérités qu’on prends en pleine gueule alors que le cerveau ne s’y attends pas . Je crois qu’au moment du traumatisme, il y a deux voies naturelles : la voie du refoulement, où le cerveau se mure derrière toujours plus d’égo, n’analyse surtout pas cet évènement, et en arrive même dans les cas extrêmes à évacuer le surplus d’égo en créant de nouvelles identités... Et il y a la voie de l’acceptation : "Ah, une nouvelle vérité... ça modifie mon point de vue sur un tas de choses... mon traumatisme a été bénéfique". Je crois que si le traumatisme est pris dans la voie de l’acceptation, l’effet principal est la diminution de l’égo. C’est l’égo qui fait notre compréhension du monde, plus il s’efface, plus on voit "vrai".

    En tout cas j’en suis arrivé là avec mon expérience personnelle. Et bien sûr, ça me conforte dans ma foi que l’émancipation de l’Humanité est inéluctable, car des traumas, on en a vécu certains et malheureusement on risque encore d’en vivre, mais heureusement, on saura globalement "les accepter". Et quand bien même il n’y a pas de futur trauma collectif (et je table là dessus ;) ) on est quand même sur la bonne voie, grâce à Internet, on comprends toujours plus de choses sur nous-même, sur les autres, sur la Société, le Système.. la Vie ;)



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès