• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un Collégien Autiste Empêché Physiquement de Rentrer à l’Ecole

Un Collégien Autiste Empêché Physiquement de Rentrer à l’Ecole

Les enseignants et directeurs d'école continuent d'exclure les enfants handicapés de l'école malgré la loi de 2005 qui les oblige à les accueillir. Voici l'histoire de Tim un autiste exclu cette année de son collège Tourette de Lyon par les enseignants et le principal malgré le fait qu'il y était scolarisé sans probleme l'année précédente.

 

 

"Mercredi 3 septembre

Le portail du collège se referme devant Tim. Pas de rentrée pour lui. Une chaîne et un cadenas sont posés, devant son regard ahuri. De l’autre côté, les enfants se retrouvent et découvrent ce qui les attend pour cette nouvelle année scolaire.

Devant l’entrée du collège, une banderole : « Dans ce collège on exclut les handicapés ».

Tim, 15 ans, est autiste : il était scolarisé à ce collège (de son secteur) l’année dernière, accompagné par une auxiliaire de vie scolaire (AVS) avec un turn-over important (5 AVS en 3 semaines pendant le mois de juin).

Le contexte est expliqué en détail par sa mère dans cet article.

Sa scolarisation se passait bien dans ce collège : des bulletins scolaires (voir ici et ici) avec de bonnes appréciations de ses professeurs. Tim était content d’aller à son collège, il y avait ses repères.

Mais la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) a décidé pour cette année scolaire une orientation en institution spécialisée, décision contraire au souhait de la maman de Tim : celle-ci a fait un recours contre cette décision puis a contacté l’institution, qui lui a répondu qu’il n’y avait plus de place disponible.

Mercredi elle a décidé de l’amener au collège…

Le principal l’attendait devant la grille de l’établissement..."

 

Les dernières nouvelles :

"Tim n’a toujours pas été accueilli dans une classe, le personnel refuse de dire à sa mère où il passe ses heures dans le collège.
Ils jouent la montre : l’audience du tribunal (tribunal du contentieux de l’incapacité) sera lundi prochain 6 octobre, et vu que tout le monde se serre les coudes dans cette affaire, le verdict sera probablement une orientation en IME, avec en prime une décision à caractère exécutoire, qui devra s’appliquer immédiatement donc. Même si il n’y a pas de place en IME, tout ce qui importe le système (Education Nationale, MDPH, tribunal) est que Tim soit exclu du milieu ordinaire, c’est un trafic bien organisée bien rôdé, une affaire qui tourne."

http://www.facebook.com/autistediscrimination/posts/872589776092457

 

Article Complet :

 

Page Facebook avec les dernières nouvelles :

 

Articles :

 

Tags : Education Enfance handicap Autisme


Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • 7 votes
    Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 septembre 2014 18:52

    Il est difficile de se faire une idée de la situation en regardant la vidéo. D’abord, il existe des formes d’autisme très différentes et l’intégration possible en classe ordinaire demande un examen au cas par cas. Ensuite, le proviseur semble aussi se trouver dans une situation pénible, et je ne pense pas qu’il bloque l’entrée juste pour être méchant avec cette famille. Pour la maman, il est compréhensible qu’elle se mette en position de combat. Bref, affaire pas simple...  smiley


    • 3 votes
      Pablo el GENIO Pablo el GENIO 30 septembre 2014 19:03

      Qaspard, ce qui se passe vis à vis des autistes et autres handicapés mentaux en France est une pure abomination ! La France est un exemple de maltraitance à tous les niveaux et propose des solutions (quand il yen a) où nul contrôle ne s’ exerce comme les IME et dans lesquels des "crimes" y sont pourtant commis et dans lesquels AUCUN progrès ne s’y fait ! Je sais de quoi je parle...Honte, mille fois honte à ces gouvernements successifs qui ne montrent TOUJOURS que du mépris pour les autistes et leur famille !!!


    • 2 votes
      erQar erQar 30 septembre 2014 19:06

      Qaspard,
      -
      Je pense vu l’établissement que c’est un établissement petit bourgeois...Il y a surement des plaintes de parent d’élève menaçant de changer d’école leur petit chérubin. C’est ce qu’il me semble le plus logique, la compétition ne tolère pas de maillon faible....


    • 2 votes
      Pablo el GENIO Pablo el GENIO 30 septembre 2014 19:36

      Non, ErQar, c’est la France qui veut cela, et la MDPH qui la sert ...Dans d’autres pays c’est très différent. La psychanalyse ultra-puissante a fait beaucoup de dégâts chez nous et a tout bloqué durant des décennies , détruisant les "patients" et les familles qui aujourd’hui se retrouvent en plus sans structure adapté ! Rien à voir avec la bourgeoisie, crois - moi !


    • 1 vote
      erQar erQar 30 septembre 2014 19:45

      Bonjour Pablo,
      -
      Tu penses plutôt que c’est la MDPH qui oblige l’établissement à refuser l’élève autiste ?
      -
      Moi je pencherais plutôt pour la réputation de l’établissement, mais tu as peut être raison...Quoiqu’il en soit c’est à suivre....


    • 2 votes
      Pablo el GENIO Pablo el GENIO 30 septembre 2014 19:55

      Non, c’est elle qui a du décider d’une autre orientation contre l’avis des parents . Cette histoire blesse mon coeur de mère. Courage à la maman et bonne soirée à toi.


    • 3 votes
      ffi 1er octobre 2014 00:44

      Pas si simple...
      Un autiste a besoin de soins spécifiques. Il doit absolument se sentir rassuré, sinon, c’est la crise de panique. On peut comprendre qu’un établissement scolaire ne se sente pas la capacité de gérer...
       
      C’est cette loi qui voudrait que les enfants autistes aillent dans les mêmes écoles que les enfants non malades qui est du pur délire ! Un enfant autiste a besoin d’être beaucoup plus suivi et sollicité que les autres enfants. Comment voulez-vous que fasse un prof s’il y a un enfant autiste dans sa classe ? Il ne peut pas avoir le temps de s’en occuper suffisamment... Croyez-vous que cela fera progresser l’enfant ? Non...
       
      Pour un autiste, il faut un prof particulier.
       
      Une fois de plus, l’idéologie de la gauche se ramasse sur les réalités...

      À mon avis, vu l’argent qui est dépensé pour les enfants autistes, en soins pas très efficaces qui plus est, je pense que le mieux serait encore de donner un salaire à sa mère, disons 2000 euros par mois, pour qu’elle puisse rester à son domicile et s’en occuper...


    • vote
      howahkan hotah howahkan hotah 1er octobre 2014 10:30

      Dans la réalité de L ’Univers il n’y a pas de maillon faibles ou fort car seul un maillon non seulement n’est plus un maillon,mais il n’aurait jamais existé , il n’est rien ,il n’existe plus , alors il y a des maillons..........remplaçons biens sur maillon par humain et........

      notre pensée nous joue des tours mais voila on n’en connaît rien , aveugles à nous meme....

      cela dit salutations.


    • 2 votes
      howahkan hotah howahkan hotah 1er octobre 2014 14:47

      la haine suinte sur ce fil....qui c’est les spécialistes mondiaux de la haine déjà ??? comme de la pleurniche ??


    • 4 votes
      karikakon karikakon 30 septembre 2014 18:58

      Ce qui est obscène, est qu’il n’existe pas quantité d’établissements adaptés pour ces enfants...Alors que les riches, les grosses fortunes, et leurs entreprises ont détournées par cadeaux fiscaux plusieurs milliers de milliards en 45 ans. Argent manquant pour ce genre du projets...Et cela, a été rendu possible, par la complicité des leaders du ps et umpet, ainsi que les parasites de députés. Un jour y faudra punir tous ces salauds !


      • vote
        howahkan hotah howahkan hotah 30 septembre 2014 19:07

        Liberté,Égalité,fraternité et choucroute........

        rien que de l’ordinaire en France non ?? la descente aux enfers ça s’appelle..enfin je dis çà mais je n’y vis plus depuis un moment...mais cela dit il parait que ça commence à être la misere.Ici en Irlande pour le moment ils sont très bien avec tous ces enfants.....

        je dirais presque bravo !! si si smiley


        • vote
          Esclarmonde 1er octobre 2014 11:01

           "en Irlande pour le moment ils sont très bien avec tous ces enfants....." je serais curieuse de savoir quel type de prise en charge a été mis en place dans ce pays pour ces enfants différents et ce que vous voulez dire par "pour le moment", est-ce en train de changer mais en mal ? Merci à vous


        • 1 vote
          howahkan hotah howahkan hotah 1er octobre 2014 14:40

          Salut Esclarmonde

          la prise en charge si c’est au niveau scolaire passe par la présence d’enfants "dit à handicap" ,différents avec les autres élèves, mais avec en plus un enseignant spécialisé formé à cela...mon dernier lorsque il avait 8 ans avait dans sa classe une fille du même âge handicapée moteur importante et "déficiente" mentale légère ainsi que un garçon autiste et un autre trisomique..ils font moins d’heures et ont donc un, voir plus, enseignant spécialisés, j’ai un ami qui fait cela..sinon au niveau hors scolaire je ne connais pas trop, mais je vois beaucoup de groupes d’enfants voir adultes "différent" comme au coffee shop ou autre , il y a dans ce pays une sorte d’empathie avec ces personnes...il n’y a pas de repoussoir de l’handicapé ici..bien sur des exceptions vont exister...
          si ça va changer ? je dis cela par méfiance par rapport aux budgets,mais par rapport aux gens en général je ne crois pas..

          cela dit handicapé et déficient mental sont des mots que j’appliquerais à la société normale en générale !!

          amicalement


        • vote
          Esclarmonde 1er octobre 2014 15:41

          Merci beaucoup pour votre réponse, il est très intéressant de savoir pour moi de savoir ce qu’invente nos voisins européens en la matière et en France, on a pas à donner de leçon en ce domaine, comme dans d’autres et il y a une sacré différence entre être aidé par un simple AVS, aussi sympathique qu’il puisse être et un vrai professionnel. Sinon, j’ai visité l’Irlande deux fois et ce que vous dites sur le regard des irlandais sur les gens "différents" ne me surprend pas. J’avais eu l’impression que la frontière entre le "normal" et "l’anormal" est bien moins tranchée qu’en France...


        • 1 vote
          howahkan hotah howahkan hotah 1er octobre 2014 18:55

          Oui, la frontière est moins tranché, malgré le fameux celtic tiger que pas mal de gens ici ont vu partir avec un sorte de peur mais aussi de soulagement pour certains....Oui ici ce sont des profs formés pour cela donc professionnels qui s’occupent des enfants "différent"....

          salut..


        • 7 votes
          Norman Bates Norman Bates 30 septembre 2014 19:53

          Un autre drame de l’exclusion est à prévoir au printemps 2017 : "Rain man" va être refoulé de l’Elysée, sans ménagement pour ses infirmités...


          • 3 votes
            Piloun Piloun 1er octobre 2014 02:39

            Mouais un peu facile de juger quand on n’a pas toutes les cartes en mains. Je m’abstiendrai de le faire sans connaitre ce qui s’est passé avant et les raisons qui ont conduit le collège à rejeter cet élève qui était dans l’établissement l’année précédente. Peut-être qu’il a réellement besoin d’une orientation un peu plus adaptée aux besoins inhérents de son handicape. Ca a franchement l’air un peu plus complexe que ce que montre cette vidéo à tendance manichéenne.


            • 3 votes
              yoananda yoananda 1er octobre 2014 08:58

              vouloir faire des gens différents des gens normaux est une aberration, et surtout la preuve qu’on ne sait pas aimer les différences pour ce qu’elles sont (puisqu’on veut les normaliser).
               
              Mais c’est dans l’air du temps, puisqu’il ne doit plus exister d’inégalités ... n’est-ce pas ?
               
              Si on pousse cette logique jusqu’au bout, après les hommes/femmes, les homo/hétéro il faudra finir par éliminer la ségrégation vieux / jeune. Puis carrément parent / enfant, puis élève / prof (et donc il est légitime que des élèves manifestent pour examen trop dur selon cette logique), et même un jour qui sait, pour les plus évolués : humain/animal. Après tout les animaux sont les être sensibles les plus mal traités de la planète, et de loin.


              • 1 vote
                spoty spoty 1er octobre 2014 09:39

                Ah les salauds de profs qui ne veulent pas d’autistes dans leur classe ! 

                Un peu facile, démago & malhonnête même, j’aimerais connaitre tous les tenants et aboutissants de l’histoire pour pouvoir me faire un avis, je sais d’expérience que le "y’a qu’à" de parents & associations peut-être complètement à côté de la plaque, malgré toute la compassion qu’on peut avoir pour ces élèves et leur famille.

                • 2 votes
                  Esclarmonde 1er octobre 2014 11:12

                  Mon fils aîné, âgé de quinze ans, est autiste "de haut niveau" (ce qui veut dire une forme légère d’autisme). Il a effectué ses toutes premières années d’école primaire dans une classe ordinaire assisté d’une AVS. Malheureusement, ça s’est soldé par un échec, l’AVS était une personne pleine de bonne volonté et d’humanité mais comme elle me l’a avoué "je ne suis pas formée pour aider efficacement votre fils".


                  Finalement, mon fils s’est retrouvé dans une classe spéciale (CLIS) où il a commencé à faire des progrès. Le tout doublé d’un suivi dans un centre de jour. Puis il a pu intégrer un collège également dans une classe spéciale (ULIS), les résultats scolaires n’étaient pas mauvais bien que d’un niveau assez bas pour lui. Le problème était de se gérer pendant les récréations et le temps de repas à la cantine, il n y avait presque pas de surveillants dans la cour et mon fils était à la merci d’élèves "normaux" mais pas très bienveillants envers lui... 

                  Nous avons donc préféré l’année suivante, le faire admettre en IME et je dois dire que nous satisfait de cet établissement, le problème est que le niveau scolaire est également très bas (mais pas plus qu’au collège...) ; l’idéal pour un enfant de ce profil serait un entourage bienveillant et sécurisant mais qui n’exclurait pas un niveau d’études plus élevé que ce qui est proposé maintenant (niveau bac par exemple). Le gros problème est que il n’existe aucune structure en France qui correspondent vraiment au profil de ces enfants...

                  Je ne connais pas le cas de ce garçon éjecté du collège mais il n’est pas question pour moi et mon compagnon de considérer mon fils comme "normal" ce qui serait politiquement correct et inutile. On souhaite juste que lui et ses pairs soient respectés et qu’ils puissent bénéficier d’un suivi correspondant à leur besoin.

                  • 1 vote
                    yoananda yoananda 1er octobre 2014 14:22

                    Tout à fait, le considérer comme normal, c’est lui retirer ses chances.
                    Et c’est aussi considérer que les autres élèves doivent être ses "thérapeutes" ou ses "assistants de vie" indirectement ...
                    Ce qui n’est profitable à personne, même pas aux profs qui sont la pour transmettre des connaissances de manière efficace.
                    Mais c’est la logique actuelle au nom de l’égalitarisme.


                  • vote
                    howahkan hotah howahkan hotah 1er octobre 2014 14:41

                    je t’ai répondu la haut
                    salutations...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

bubul01


Voir ses articles







Palmarès