• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Mouvement Constituant Populaire : entretien avec Bruce Duvic

Mouvement Constituant Populaire : entretien avec Bruce Duvic

Entretien avec Bruce Duvic, co-fondateur du MCP (Mouvement Constituant Populaire).

Au programme :
– Qu’est ce que le MCP ?
– Qu’est ce qu’une Constituante ?
– Quels sont les collectifs réunis au sein du MCP ?
– Quelle est la stratégie du MCP ?
– Quels profils recrutez-vous ?
– Quelles sont vos prochaines actions publiques ?



Site internet du Mouvement Constituant Populaire

Pour aider le Cercle des Volontaires

Tags : Démocratie Constitution




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • vote
    beo111 beo111 13 octobre 20:51

    Super, un mouvement populaire sans le peuple. Pour changer la constitution qui est l’œuvre du plus grand peuple politique de tous les temps, le peuple français. Car si des millions de mains n’ont pas écrit la constitution, ce sont des millions de Français qui ont écrit cette histoire passionnante, testé, éprouvé des concepts politiques au cours des siècles dont la constitution n’est que la trace... Et là ? non, les jeunes veulent tout réécrire. Aucun respect. Ils ne méritent que notre mépris.


    • 2 votes
      maQiavel maQiavel 13 octobre 23:49

      @beo111

      C’est justement parce qu’il est un peuple politique que le peuple français ne fétichise pas la constitution comme ce peuple marchand qu’est le peuple américain. En France la constitution n’a jamais été sacrée comme c’est le cas outre atlantique, elle peut donc etre réécrite. 

      La Vème République a fait ses preuves mais elle est veille, ses institutions sont dépassées, il faut les changer pour en construire de nouvelles plus adaptées à notre temps.


    • vote
      beo111 beo111 14 octobre 09:58

      @maQiavel

      Si la constitution est sacrée aux États-Unis d’Amérique, c’est qu’elle a été inspirée par Dieu. Alors que de notre côté de l’Atlantique, c’est un peuple déjà expert, émancipé politiquement qui a pu façonner ce texte unique au cours des siècles.

      Et l’œuvre de la France est presque accomplie. La France, qui de toute évidence est plus proche du tombeau que du berceau, la France peut difficilement se dire qu’on défait tout et on recommence, on réinvente la roue. Alors que c’est justement au niveau du pneu, au niveau de l’adhérence entre l’état et la nation, via les représentants politiques du peuple, que la dernière touche géniale est à apporter.

      L’œuvre de la France est presque accomplie, il ne reste plus que la touche finale pour que les peuples qui nous survivront soient reconnaissants à la France éternelle pour les concepts politiques qu’elle aura laissé. Ils nous regarderont avec respect, comme aujourd’hui nous regardons avec respect et émotion le peuple qui a bâti les pyramides d’Égypte.


    • 1 vote
      WakeUp 14 octobre 12:33

      @beo111
      "Et l’œuvre de la France est presque accomplie"
      "La France, qui de toute évidence est plus proche du tombeau que du berceau"
      "L’œuvre de la France est presque accomplie"
      => "Et là ? non, les jeunes veulent tout réécrire. Aucun respect. Ils ne méritent que notre mépris."

      Il semble que ce que vous reprochez aux jeunes c’est de se battre pour ne pas mourir.
      Essayez de comprendre que tout le monde ne souhaite pas disparaître, même avec panache.
      => Mais peut-être que j’interprète mal votre propos.

      De plus, quand vous dites "Et l’œuvre de la France est presque accomplie", sous-entendez-vous qu’il existerait une sort de Constitution ultime ? Quelque chose d’intemporel qui permettrait de gérer toutes les situations à venir ?
      => Je pense au contraire que ce texte est sujet à l’obsolescence, et qu’il doit être révisé régulièrement. Et c’est justement l’idée d’organisation "ultime", d’universel ou d’intemporel qui nous mène régulièrement à la catastrophe, et qui conduit chaque régime qui s’en réclame à la chute.

      Quant aux Égyptiens qui ont bâti les pyramides, je pense qu’ils auraient plutôt préféré ne pas disparaître plutôt que de devenir des attractions touristiques ou des sujets de thèse pour étudiants sous-payés...


    • vote
      maQiavel maQiavel 14 octobre 14:18

      @WakeUp
      Nous sommes totalement d’accord.


    • vote
      beo111 beo111 14 octobre 19:31

      @WakeUp, MaQ, WuMaQ donc

      Inutile d’essayer de vous expliquer que les civilisations ont une histoire, qu’elles naissent, prospèrent et meurent, et que les nations sont des collectivités dont la fin est programmée dès la naissance. La mort de la France est quelque chose d’inévitable. La question est de savoir si elle aura accompli son destin à temps.

      C’est inutile d’essayer de vous expliquer, car, pas plus que Yoda n’est capable d’expliquer au jeune Anakin que la mort fait partie de la vie, et que c’est pas la peine de se prendre la tête là dessus, pas moins l’Empereur a un discours séduisant sur la mort de la mort, à coup de transhumanisme s’il le faut, pour rassurer le jeune adolescent.

      Évidemment c’est compliqué pour une jeune âme qui s’insère dans l’incarnation de comprendre que la collectivité qui l’accueille elle a une histoire, qu’elle est moins jeune, et qu’elle va bientôt mourir. La France ne peut plus faire n’importe quoi de son corps, elle n’a plus vingt ans pour s’adonner à vos vigoureux changements constitutionnels.

      Le peuple est conservateur, il est limite royaliste dans sa propension à vénérer le suffrage universel, l’élection présidentielle et tout ce qui s’en suit. Et vous vous voudriez la démocratie ? Pauvres de vous.


    • vote
      maQiavel maQiavel 14 octobre 21:31

      @beo111

      Mais lorsque vous dites « les civilisations ont une histoire, qu’elles naissent, prospèrent et meurent, et que les nations sont des collectivités dont la fin est programmée dès la naissance  », je suis à 100 % d’accord avec vous, c’est juste un constat historique lucide, une évidence qui se répète depuis des centaines de siècles et que Polybe a théorisé il y’a plus de deux millénaires déjà. Donc effectivement, inutile de nous l’expliquer puisque nous le savons déjà.

      Cependant, je n’ai jamais vu de corps politique qui accepte gentiment sa mort, je n’ai même pas d’exceptions en mémoire. Même les Romains au V siècle de notre ère se sont battu pour faire survivre leur empire alors que tout partait déjà à volo depuis deux siècles. Cette attitude morbide qui consiste à vouloir couler avec élégance, un peu comme l’orchestre du Titanic qui continuait à jouer du violon pendant que le paquebot coulait est une lâcheté sur le plan politique, et c’est ce que vous proposez en réduisant l’enjeu au soi-disant accomplissement d’un destin.

      Non seulement cette attitude défaitiste est contre-productive parce qu’on ne sait jamais à l’avance quand une entité politique est sur le point de mourir, c’est de l’ordre de l’imprévisible, on a vu mainte fois dans l’histoire des corps politiques au bord du gouffre réussir à survivre malgré l’adversité à laquelle elles faisaient face, parce qu’elle se sont battues de toute leur force. Mais en plus, sur le plan esthétique je la trouve laide, couler en nœud papillon un verre de vin à la main en écoutant du violon est pour moi une posture grotesque, à la mort élégante proposé par les Onfray et autres , je préfère très largement la mort enragée d’un Spartacus, la bave aux lèvres, le ventre déchirés par des glaives, les entrailles à l’air, plantant ongles et dents dans la chair des ses ennemis, voilà où se trouve pour moi la véritable beauté, dans cette fureur animale de survivre. La mort fait incontestablement partie de la vie mais le combat pour la survie aussi, tout ce discours à la Onfray qui semble découvrir à 60 piges que la mort existe n’a pour moi aucun sens. Quelle faiblesse  !

      Pour le reste, non, je ne veux pas de la démocratie mais d’institutions démocratiques. Et que vous le vouliez ou non, il existe une demande démocratique au sein de ce peuple soi-disant conservateur limite royaliste.


    • vote
      beo111 beo111 14 octobre 22:10

      @maQiavel

      Ce que les constituants à deux balles ne peuvent pas comprendre, c’est que la constitution est déjà écrite, maintenant le problème c’est comment limiter la corruption des élus. Là dès que l’on parle de ça ya plus personne.

      Et pourtant c’est une question hautement démocratique, car c’est le peuple qui désigne les élus, il est donc dans son pouvoir de le faire plus intelligemment.


    • vote
      maQiavel maQiavel 14 octobre 22:23

      @beo111

      Ce que les défenseurs de la constitution actuelle à deux balles ne peuvent pas comprendre, c’est que si cette constitution ne permet pas de limiter la corruption des élus, c’est qu’elle est mauvaise et qu’il en faut une nouvelle qui en soi capable. Et dès qu’on parle de ça, il n’y a plus personne. 

      Et il n’y a pas plus démocratique comme question que celle de la constitution d’un Etat.


    • vote
      beo111 beo111 15 octobre 09:13

      @maQiavel

      La constitution d’un état, oui, mais là vous me parlez de la constitution d’un peuple, ça n’a rien à voir.

      La constitution de l’état doit permettre à l’état de fonctionner sans se poser trop de questions. Qui est le chef ? Si il meurt, qu’est-ce qu’on fait ? Quelles sont les limites de son pouvoir, etc.

      La constitution n’a absolument pas pour objet de savoir comment on va faire le café, ou comment va-t-on garantir un taux de corruption minimum chez les élus.

      Les élus, ce sont les gens qui les élisent. C’est donc dans leur pouvoir de faire en sorte qu’ils ne soient pas trop corrompus. Vouloir régler ça avec une constitution, c’est écrire sur un papier la manière dont les gens doivent voter, ça s’appelle la dictature votre truc, non mais de qui vous foutez vous ?


    • vote
      maQiavel maQiavel 15 octobre 12:33

      @beo111

      Les mouvements constituants n’ont JAMAIS parlé de la constitution d’un peuple tel que vous l’entendez car cela fait référence aux mœurs et aux normes culturelles. Il s’est toujours agi de la constitution de l’Etat, soit de constitution POLITIQUE devant fixer les règles d’exercice et de limitation des pouvoirs. Donc oui, on s’en fout de savoir comment chacun veut faire le café, cela concerne les mœurs. Par contre, fixer les règles d’exercice du pouvoir a tout avoir avec la corruption des dirigeants.

      Et ce que les mouvements constituants disent, ce que ce n’est pas aux hommes de pouvoir de fixer les règles de l’exercice du pouvoir et ce que c’est précisément ce conflit d’intérêt qui est à l’origine de la corruption des élus. C’est aux gouvernés, donc au peuple ( dans le sens de « démos ») de fixer ces règles et de les IMPOSER aux élus. Si vous appelez ça dictature, c’est votre problème, c’est à vous de retravailler sur le sens des mots mais nous, nous appelons ça la souveraineté populaire. On s’en fout de savoir qui les gens votent, ce qui nous intéresse, c’est que l’élu reste soumis à la souveraineté populaire qui fixera les règles d’exercice de son mandat dans la constitution.


    • vote
      yoananda2 15 octobre 13:44

      @maQiavel

      Et ce que les mouvements constituants disent, ce que ce n’est pas aux hommes de pouvoir de fixer les règles de l’exercice du pouvoir et ce que c’est précisément ce conflit d’intérêt qui est à l’origine de la corruption des élus. C’est aux gouvernés, donc au peuple ( dans le sens de « démos ») de fixer ces règles et de les IMPOSER aux élus.

      Et comment ils vont faire les gouvernés, les impuissants donc, pour imposer leur volonté à ceux qui ont le pouvoir ?

      Me semble qu’il y a un gros paradoxe la, et il ne sera pas résolu par les gentils virus. (je crois que Chouard à évolué depuis cette époque mais quand même, ça reste cette histoire parce que c’est tellement con qu’on se demande comment il peut être aussi naïf).


    • vote
      maQiavel maQiavel 15 octobre 15:19

      @yoananda2

      « Et comment ils vont faire les gouvernés, les impuissants donc, pour imposer leur volonté à ceux qui ont le pouvoir ? »

      Comme l’ont toujours fait les impuissants au cours de l’histoire : en organisant leur propre puissance. Ne dis pas qu’une chose est conne parce que tu ne la comprends pas : à chaque fois qu’on t’explique, tu dis ensuite que ce n’est pas si con que ça ou que tu ne l’avais jamais compris comme ça, quelque temps après tu oublies ce qu’on t’a expliqué et tu reviens à la charge avec la même critique. Tu n’as simplement pas une tournure d’esprit qui permette de comprendre l’institutionnalisme ( et tu es loin d’être le seul, ce n’est pas une question d’intelligence mais de tournure d’esprit, il y’a des gens très intelligent qui n’arrivent pas à comprendre Nicolas Machiavel pour cette raison, et il y’en a d’autres, parfois pas instruit du tout, qui comprennent immédiatement, ce n’est pas une critique mais un constat sur des différences de tournure d’esprit ).

      D’ailleurs je ne vois pas en quoi Chouard a évolué, la seule chose qui a évolué c’est peut-être ta façon de l’entendre. Sauf que sur les effets que des propos peuvent avoir sur ton cerveau, on ne peut rien faire, on ne peut que se contenter de dire ce qu’on dit.


    • vote
      beo111 beo111 15 octobre 18:59

      @maQiavel

      Oh oui, en voilà une question qu’elle est bonne, peut-être pourrez-vous y répondre. Quel(s) mécanisme(s) institutionnel(s) pour minimiser la corruption des élus ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès