• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Emmanuel Todd : "Macron, les députés et leur coup d’État"
#93 des Tendances

Emmanuel Todd : "Macron, les députés et leur coup d’État"

Critique de la raison européenne recevait Emmanuel Todd à Sciences Po le 25 février 2020 pour une conférence autour de son dernier livre "Les luttes de classes en France au XXIe siècle".
 

Tags : Elections Emmanuel Todd Union européenne LREM




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    



    • vote
      Julot_Fr 12 mars 11:42

      Todd a raison en disant que l’UE est l’euro sont des problemes mais ca s’arrete la, le reste est la propagande d’un imbecile utile. Il est faux de dire que les politiques ne comprennent pas le liberalisme, ils le comprennent tres bien et l’applique sous l’injonction de leur maitres de la finance. Il est largement faux de dire que les politiques sont prisonniers de des directive de l’UE, d’une part l’Ue on peut en sortir, d’autre part on peut regarder comment Orban contourne les injonctions de l’Ue et des banques pour le bien de son peuple.


      • vote
        Serge ULESKI Serge ULESKI 13 mars 09:43

        @à l’auteur

        Le problème avec Todd c’est qu’il semble susciter des vocations de groupies et non des esprits critiques à son égard... il ne débat pas... personne ne fait une lecture critique de ses ouvrages d’opinions... car il faut le reconnaître : le Todd qui s’exprime dans les médias n’est plus vraiment le chercheur (rigueur, discipline, méthode) mais le " leader d’opinion" qui soit dit en passant, cabotine de plus en plus.


        • 1 vote
          Serge ULESKI Serge ULESKI 13 mars 09:50


          Ce n’est pas l’intelligence des énarques qu’il faut remettre en question monsieur Todd (complexe de supériorité), c’est leur absence de sens moral : le souci du bien-être de leurs concitoyens dont il se contrefout. Car enfin, ces énarques pas méchants mais bêtes, quand on suit leur carrière sur le long terme, sont jugés pourtant suffisamment intelligents par les banques, les multinationales, les Fonds de pension et les institutions internationales dans lesquels ils pantouflent.

           

           Dans les faits, contrairement aux affirmations de Todd, nous n’assistons pas à plus d’Etat mais bien plutôt à la disparition de l’Etat en tant que garant de la paix civile et d’un traitement équitable et de la justice des conditions d’existence de tous - équilibre et justice - qui entend se survivre à lui-même dans ses fonctions régaliennes seules : surveillance, fichage, intimidation, censure, matraque, armes à feu contre des manifestants désarmés, jugement expéditifs et prisons  ; car c’est bel et bien le Capital international qui a pris possession des Etats depuis une trentaine d’années, à la tête desquels il place, élection après élection, des hommes et des femmes qui ont pour mission de le servir ; d’ailleurs, c’est bien ce Capital (banques, médias et multinationales ) qui les coopte

          Or, servir le Capital, c’est paupériser les budgets des Etats et leur capacité d’investissement : moins de prélèvements, moins de sécurité sociale ; et puis fatalement, moins d’Etat de droit, plus d’abus (maintien de l’ordre sur un mode "terreur"), pour imposer ce qui sera refusé par les populations.


          • 1 vote
            yoananda2 13 mars 10:01

            @Serge ULESKI

            c’est leur absence de sens moral : le souci du bien-être de leurs concitoyens dont il se contrefout.

            Je suis d’accord pour dire que les énarques se moquent du sort du peuple, mais ce n’est pas lié à une supposée "absence de sens moral", c’est lié au système actuel auquel, les énarque ET le peuple adhère.

            Nous ne sommes plus une nation, donc pourquoi les uns devraient se préoccuper du sort des autres ? C’est le rôle de l’état dorénavant. A chacun ensuite de tirer sa paille du jeu comme il le peut. Sachant qu’évidement ceux qui sont "dans" l’état sont mieux placé pour comprendre comment tirer les bonnes ficelles.


          • 1 vote
            Serge ULESKI Serge ULESKI 13 mars 09:52

            Résumer le malaise française à l’opposition entre les « imbéciles » (énarques) et les autres (talent et clairvoyance), c’est vraiment passer à côté de l’essentiel : 

             

            Casse de l’hôpital, casse des APL, casse de l’assurance chômage, casse du droit du travail, casse des retraites, casse des revenus des collectivités locales ( fin de la taxe d’habitation) cadeaux fiscaux faites aux plus riches et aux entreprises du CAC 40... 

            Macron qui n’a pas et ne souhaite pas d’avenir politique dans l’hexagone après 2027 soigne son CV à l’international d’autant plus qu’il n’a pas été choisi par "le système" puis « élu » contre MLP au second tour de l’élection présidentielle ( autant dire qu’il a été élu avec son score du premier tour), pour que les pauvres soient un peu moins pauvres et moins nombreux et les riches un peu moins riches, mais bien plutôt le contraire ! 


            • 1 vote
              Serge ULESKI Serge ULESKI 13 mars 09:56

              Rappelons ceci pour ne pas l’oublier : tout comme Shröder, Blair et Merkel, Macron, à son départ, devra laisser derrière lui plus de pauvres qu’en arrivant ; seule condition à l’obtention d’un poste prestigieux et hyper-rémunérateur à l’ international (cela vaut pour tout locataire de l’Elysée ou de Matignon).

               

              Gerhard Shröder est aujourd’hui « directeur indépendant » chez Rosneft, société d’État russe spécialisée dans l’extraction, la transformation et la distribution de pétrole.

               

              Tony Blair qui a poursuivi l’œuvre de M. Thatcher avec des mini-jobs payés 1£ de l’heure, conseille les sociétés JP Morgan et Zurich Financial.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès