• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les panneaux solaires, une folie !

Les panneaux solaires, une folie !

Au lieu de verdir les déserts, grâce au thorium, nos pays veulent s'approprier le Sahara. Le monde marche sur la tête.

 

 

Il y a une alternative. Contrairement à ce que dit cette vidéo. La voici avec le réacteur au thorium allemand :

http://newparadigm.schillerinstitute.com/fr/media/urban-cleve-exploitation-duranium-233-fissible-par-du-thorium-232-avec-des-boulets-delements-combustibles-dans-une-centrale-thtr/

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/apres-la-chine-le-japon-et-la-norvege-tentes-par.html

Il y a 8 000 tonnes de thorium dans une seule industrie chimique française.

Tags : Environnement Economie Ecologie Energie Entreprises Nucléaire Prospective et futur Intelligence économique Solidarité Liberté d’expression Crise financière Croissance Décroissance




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • 11 votes
    yo 11 avril 2014 16:53

    Le solaire continue à fonctionner même après l’explosion d’une centrale nucléaire.


  • 9 votes
    joelim joelimQ 11 avril 2014 18:00

    Les éoliennes sur mer il y a souvent du vent. Et puis on peut stocker l’énergie sous l’eau dans des sphères d’air capables de fournir 300 MW pendant 8 heures.


    Les parcs en train d’être créés feront plus de 400 MW soit presque une demi-tranche de réacteur nucléaire.

    Et je suis certain que c’est moins cher qu’une centrale.

    Vous avez compris, je crois en l’éolien off-shore, c’est l’avenir.

  • 3 votes
    ffi 12 avril 2014 04:13

    Pour comprendre l’inconvénient cependant, il faut voir que l’énergie du vent est si minuscule qu’il faut multiplier considérablement la masse des infrastructures à construire, et donc à maintenir par la suite.
     
    C’est l’erreur logique des écolos : ils prétendent que l’idéal serait de prélever des sources infimes d’énergie. Mais il faut alors multiplier à l’infini les infrastructures, ce qui se traduit en la multiplication des prélèvements dans l’environnement pour ce faire.
     
    Il faut environ 300 éoliennes pour une demi-tranche de centrale nucléaire.
    300 pylônes de 200 mètres, ce n’est pas rien, c’est considérable.


  • 5 votes
    yo 12 avril 2014 07:02

    Voudriez vous que l’on fasse une carte des infrastructures nucléaires ?
    .
    Vous allez être surpris ! Il y en a partout ! Réellement partout...
    .
    De plus toutes les infrastructures liés au transport de l’énergie sont réutilisés par les autres formes de productions électriques...


  • 2 votes
    ffi 12 avril 2014 13:32

    Ben justement, déjà qu’avec le nucléaire il y en a beaucoup...
     
    Alors s’il faut multiplier le nombre de tranches actuelles (58) par 300 (en offshore), cela fait 18.000 pylônes de 150 mètres à construire, et encore cela ne suffirait pas, puisque le réseau électrique pour ne pas disjoncter a besoin d’une source d’énergie continuelle et donc il faudrait encore doubler la chose avec des centrales à charbon, au fuel ou à gaz : ce serait la gabegie.
     
    Imaginez-vous la quantité de béton, donc de sable, d’argile, de carbonates et de Fer à prélever dans l’environnement pour construire de telles infrastructures ? Imaginez-vous que cela multiplie d’autant les opérations de maintenance ?
     
    Telle est la faille logique de l’écologisme politique : prôner le prélèvement de sources d’énergie infimes, obligerait à multiplier à l’infini les infrastructures de prélèvements et donc fatalement de multiplier d’autant les prélèvements dans l’environnement, ce qui aboutirait à une gabegie écologique.


  • 4 votes
    bourne 12 avril 2014 19:22

    L’éolien, le solaire, dans une société qui consomme toujours plus d’énergie... j’ai des doutes. D’ailleurs j’ai des doutes sur une société qui consomme toujours plus d’énergie...


  • 2 votes
    mat-hac matthius 13 avril 2014 08:47

    Je tiens à rappeler que la centrale allemande peut s’arrêter sur demande, qu’elle peut aussi recycler des déchets de l’uranium.


  • 6 votes
    Lisa Sion Lisa Sion 11 avril 2014 14:34

    Bien sur ce film de propagande est bien fait et efficace, mais on peut néanmoins se poser deux questions :
    _ pourquoi ces miroirs paraboliques ne sont pas construits à l’échelle individuelle sur chaque toit de chaque maison, sous forme photovolt ou simplement thermique ?
    En effet., tous nos chauffe eau électriques sont une pure ignominie deux cent jours par an. http://www.terraeco.net/Et-grace-au-soleil-l-eau-devint,42978.html
    _ pourquoi le thorium ne s’est il pas imposé bien avant l’ère nucléaire dont les dégâts sont déjà bien avancés et donc le pire reste à venir ?
    Dernière chose, bruler du gaz d’excellente qualité pour installer ces centrales de type soviétiques en pays toujours instables, est il un bon choix d’avenir ?

    Avant toute chose, il faut déceler l’arnaque en chef : http://www.dailymotion.com/video/xui519_dangers-schistes-tunisie-maghreb-et-geopolitique_news&nbsp


    • 6 votes
      Romios Romios 11 avril 2014 18:04

      Les betonneurs qui se sont emparés du marché grec à l’occasion de la ruine de l’économie locale installent désormais des chauffe-eau electriques dans les nouveaux apparts alors que les entrepreneurs grecs installaient des chauffe eau solaires de fabrication locale (ou plus récemment chinoise)...


      Pourtant avec le soleil qu’il y a en Grèce, on se lave sans problème au solaire toute l’année.

      Marché captif... Quand on n’est plus maître chez soi on est pressé comme un citron.

    • 1 vote
      Lisa Sion Lisa Sion 11 avril 2014 18:18

      T’as pas une vieille parabole télé ? http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/etonnant/article/un-rayon-solaire-a-3600oc-38032 j’ai breveté le système et je te le vends trente quatre millions d’euros, ( 34.OOO.OOO Euros ) ça t’intéresse ?


    • 9 votes
      yo 11 avril 2014 16:56

      "grâce au tohrium"..... Thorium !
      .
      On ne sait pas techniquement confiner les rayonnements issues de la réaction en chaîne.
      .
      Bref c’est comme superphénix, c’est encore ceux qui se croient intelligent qui vont faire les plus grosses conneries.
      .
      Et plus on leur montrera que cela ne marchera. ET plus ils seront convaincus qu’il faut le faire. Les(vrai) cons, c’est à cela qu’on les reconnait (en plus de vivre en meute).


      • 3 votes
        Qurtis Qurtis 11 avril 2014 18:39

        Quand c’est pour faire la guerre, on trouve toujours des solutions...
         
        http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-US-Navy-veut-transformer-l-eau-de-mer-en-kerosene-24599.html


        • 8 votes
          MAZIG 11 avril 2014 19:10

          Une petite anecdote significative à propos des énergies renouvelables.
          Un jour , une association allemande débarqua au Maroc et commença à apprendre aux marocains à fabriquer des panneaux solaires jusqu’aux villages les plus isolés ou les gens n’ont presque jamais vu une ampoule ou une télé allumée.Grace à cela , un grand nombre d’ouvriers et de paysans marocains se sont transformés en producteurs de panneaux solaires et ont pu accéder à la lumière.Au bout de quelques temps , cette association quitta le Maroc pour une autre destination pauvre d’Afrique.
          Un jour , une société privée française débarqua à son tour au Maroc , usa de l’influence de la France (pour qui le Maroc est terrain de chasse gardée)auprès du gouvernement corrompu du Maroc , et obtint le contrat quasi exclusif de la distribution de panneaux solaires dans le pays, puis exigea de tous les villageois marocains ayant installé des panneaux solaires , de prendre un abonnement dont le montant est impossible à régler par ces marocains.
          Ceci est tout à fait vérifiable , et à bon entendeur.


          • 1 vote
            lupus lupus 11 avril 2014 21:15

            quelle histoire ! c’est d’un triste. méchant humain, méchant méchant méchant na ! tout est parfaitement vérifié



            • 1 vote
              Deneb Deneb 12 avril 2014 08:32

              Je ne sais pas combien paie Areva leurs propagandistes, mais ils ont clairement un budget destiné à l’enfumage.

              Thorium, on peut, certes, l’exploiter, mais par un processus que l’on ne maitrise pas, de plus c’est radioactif et les accidents sont certains.
              De toutes façons, il n’existe rien de tel qu’une pénurie d’énergie. L’Etat, cherchant à garder son monopole organise artificiellement la rareté et fustige tous les moyens de production individuelle. Ils n’ont qu’une trouille : que tout le monde se met à fabriquer leur propre énergie, ce qui est aujourd’hui techniquement possible.
              Parce que de l’énergie, il y en a de partout, et plein. On en consomme énormément pour chauffage et transport. Pour le chauffage, on peut isoler et économiser 9 dixièmes . Pour le transport, on peut déjà réduire considérablement la consommation par l’utilisation du virtuel autant que possible, et en encourageant la consommation locale. A chaque endroit ses sources, le solaire dans les pays chauds, l’éolien dans les pays froids. La géothermie, les mini-centrales individuelles pour ceux qui habitent prés d’un fleuve, tirer de l’energie des mouvements humains, un peu de sport, c’est bon pour la santé et ça peut charger les piles, un petit jogging quotidien suffirait pour alimenter un ordinateur. Mais l’Etat fera tout pour mettre les bâtons dans les roues de toute tentative de décentralisation energetique. Cet article grossièrement propagandiste en est la parfaite illustration

              • vote
                chtouille 12 avril 2014 09:40

                "L’uranium 233 est fortement irradiant, du fait de la présence de traces d’U-232, ce qui nécessite des usines beaucoup plus compliquées, avec des blindages pour respecter les règles de radioprotection si on cherche à le séparer. C’est un handicap pour l’exploitation des formules classiques, de type réacteur à eau pressurisée, quand les éléments fissiles doivent faire l’objet d’un traitement industriel. En revanche, cet inconvenient reste minime dans le cas des réacteurs à sel fondus, où il n’est pas nécessaire d’isoler l’uranium 233 pour un traitement industriel indépendant."
                "Un puissant émetteur gamma : Le thorium présente un inconvénient de taille : lors du processus de surgénération, de l’uranium 232 est produit. Cet isotope d’uranium n’est pas fissible et se désintègre avec une demi-vie d’environ 70 ans. Certains émetteurs alpha puissants interviennent au cours de la chaîne de désintégration engendrée. Etant donné que les uraniums 232 et 233 ne peuvent être séparés, le retraitement et la production de combustible à base d’uranium 233 nécessitent un blindage important contre les rayons gamma, ce qui complexifie le processus, et le rend plus onéreux."

                Ya pas de manipulation dans les réacteurs à thorium, la matière fissile est produite sur place dans le coeur meme du réacteur pendant les réactions, alors qu’il faut des manipulations pour enrichir les barres de combustibles classiques.
                çà poserait problème si on utilisait le thorium dans les réacteurs classique de technologie française.
                Le problème c’est le lobby qui ne veut pas lâcher sa technologie dépassée dont il est en train de perdre le savoir-faire et qui en devient dangereuse. Alors qu’au thorium il n’y a pas de risque d’explosion.
                Vaut mieux des amateurs sur un cycle au thorium dans un réacteur à sel fondu que dans la technologie actuelle.


                • 1 vote
                  chtouille 12 avril 2014 10:57

                  La Chine déclare la guerre
                  Publié le 22/03/2014  
                  Le premier ministre Li Keqiang, s’adressant à l’assemblée nationale populaire le 5 mars, a dit que le gouvernement chinois a déclaré "la guerre contre la pollution", selon un article paru dans le South China Morning Post.

                  Une des armes de cette guerre sera le développement de réacteurs à sels fondus au thorium. L’équipe scientifique du projet TMSR (acronym anglais : Thorium Molten Salt Reactor) à Shanghai avait établi un planning de 25 ans pour ce projet. Désormais on leur impose un délai de 10 ans.
                  ...............
                  ET QUE FAIT LA FRANCE ?

                  La France aussi a des problèmes de pollution dans ses grandes villes. En plus des émissions de l’industrie, de l’habitat et des transports français, une partie de cette pollution serait dû à la combustion de charbon à l’étranger. En effet, les nuages de particules fines sont tout aussi indisciplinés que les nuages radioactifs et ils ne s’arrêtent pas aux frontières. Ainsi, la responsabilité des pays à forte consommation de charbon comme l’Allemagne et la Pologne pour le pic de pollution en France cette semaine a été en question.

                  La presse britannique a bien relayé l’importante nouvelle de l’accélération du projet TMSR en Chine, avec des articles dans The Telegraph et The Guardian. En France, la presse n’en parle pas. La blogosphère française a été active cette semaine avec des articles captivants sur la très improbable voiture au thorium de Laser Power Systems qui roulerait 100 ans sans plein. C’est un beau rêve, mais le cœur du débat doit rester la génération d’énergie dans des centrales davantage optimisées pour leur coût, fiabilité et sécurité que pour leur design.

                  Au lieu d’annoncer un investissement important en recherche et développement pour se joindre à la course aux systèmes d’énergie nucléaire nouveaux comme les réacteurs à sels fondus, la France a organisé à Paris lundi une journée de circulation alternée.

                  ECRAN DE FUMÉE
                  Quand on questionne les experts français (CEA, Areva, EDF…) sur le thorium, ils répondent que ce n’est pas intéressant, que son utilisation n’aurait pas beaucoup d’avantages par rapport à l’uranium, ou que l’utilisation ne peut pas être envisagée avant des décennies. Et ils ont raison ! Car ils parlent du thorium dans le cadre des technologies à combustible solide. Cela permet de créer un écran de fumée, pour protéger le marché français des réacteurs de génération 3 et le futur marché imaginé pour les technologies en gestation de génération 4 à combustible solide. L’Autorité de Sureté Nucléaire veut même changer le statut de la réserve française de thorium. Selon leur avis n° 2014-AV-0202 du 6 février 2014, "les matières thorifères doivent être, dès à présent, requalifiées en déchets radioactifs"..........


                  • vote
                    christophe nicolas christophe nicolas 12 avril 2014 18:25

                    Le chauffe eau solaire avec thermo siphon est très bien, c’est simple, pas cher mais il faut pouvoir placer le ballon juste au dessus. L’idéal est un auvent au sud et la salle de bain juste au dessus. Ca devrait être la solution préconisée en neuf.

                     

                    Le thorium est, dixit le CEA, un complément à la filière classique, et sur ce coup, on ne peut pas les accuser de partialité, ils sont dans leur spécialité. C’est un débat pour spécialistes mais ça fait un peu lobbying de la filière nucléaire chaude qui veut survivre à la future fusion/fission froide. Ce serait mal choisir, il ne faut pas aller contre l’évidence.

                     

                    La production quasi gratuite d’énergie pose un soucis de modèle sociologique, il faut basculer de l’état d’esprit un peu "luciférien", si, si... à l’état d’esprit des évangiles. Pas simple pour les accrocs du pouvoir et on l’est plus qu’on ne le croit... ç’est désarçonnant, ils pensent à leur recettes fiscales, logique, non ? Comment vont-ils se payer des gros 4x4 ? Je ferais remarquer qu’à terme, le transport est aussi gratuit. Mince, et les recettes pour les routes ? Je ferais remarquer qu’à terme, il n’y a plus de routes, on revient au chemin pour le cheval par plaisir... Zut ! Et le budget militaire ? Je ferais remarquer qu’il n’est pas nécessaire de se taper dessus lorsqu’on a tout ce qui faut. Merde ! Et le budget de la sécu ? Je ferais remarquer que la transfiguration des corps par des champs antigravité résout bien des problèmes. Crotte de bique ! etc... etc...

                     

                    Et l’égo de ceux qui veulent dominer le monde ? Ca, je m’en bas les c.... il se le mette sur l’oreille et il le fumeront plus tard chez Satan... je ne suis pas très poli n’est-ce pas ? L’ont-ils été avec moi ? Théorie de l’intrication

                     

                    Ca prendra du temps, pas mal de temps mais c’est la direction à prendre. Un homme politique doit connaître correctement les évangiles, éliriez vous un analphabète de la vérité ? On devrait faire un test à Hollande...

                     

                    Qui voulait tuer Jésus ? Un classique....

                    1. Caïphe
                    2. Juda
                    3. Ponce pilate
                    4. Ben laden
                    5. Larry Silverstein
                    6. Jupettor (c’est un centurion romain)

                     

                    Quelle est la personne que Jésus est le plus fier d’avoir converti, c’est facile...

                    1. Judy Wood
                    2. Lea Seydoux
                    3. Bruce Willis
                    4. Marie Madeleine
                    5. Inna Shevshenko
                    6. Nadine de Rothschild

                     

                    Parmi ces femmes, laquelle a avorté, c’est plus dur...

                    1. Claudia Procula (la femme de Ponce Pilate, il a couché pour réussir)
                    2. Fotinai
                    3. Marie Madeleine
                    4. Marthe
                    5. Valeria
                    6. Jeanne
                    7.  

                    Les réponses sont dans la description des personnages Quel rapport avec le thorium ? Aucun, on s’en fout du thorium...


                    • vote
                      chtouille 12 avril 2014 22:23

                      Réacteurs à sels fondus : Energie des déchets nucléaires.
                      - La start-up Transatomic Power est parvenue à développer un réacteur nucléaire à sels fondus, pouvant être alimenté uniquement par les déchets nucléaires des centrales classiques.
                      Russ Wilcox, Mark Massie et Leslie Dewan ont conçu un réacteur nucléaire, capable de produire d’énormes quantités d’électricité en consommant les déchets radioactifs issus des centrales conventionnelles, tout en réduisant leur durée de vie radioactive. Pour commercialiser cette solution, ils ont créé en 2010 leur entreprise : Transatomic Power. Basés à Cambridge, MA, il ont des liens étroits avec le Massachussets Institute of Technology (MIT), cet institut ayant également des liens avec le programme chinois de développement des réacteurs à sels fondus au thorium.
                      La base de leur approche est un réacteur nucléaire à combustible liquide qui est alimenté par de l’uranium dissous dans un sel de fluorure fondu. La conception est basée sur des travaux antérieurs menés dans les années 50 et 60 au Laboratoire National d’Oak Ridge dans le Tennessee, où les nombreux avantages de ce type de réacteur en matière de sécurité ont été démontrés. Mais le projet d’ORNL a été annulé : il était encombrant, avait une faible densité de puissance, et ne pouvait pas être justifié sur des motifs de sécurité parce que le monde n’avait pas encore connu Tchernobyl, Three Mile Island ou Fukushima.
                      - L’équipe de Transatomic Power a amélioré l’idée de départ en modifiant certains des matériaux employés. Un modérateur en hydrure de zirconium au lieu du graphite entraîne une réduction de la taille et donc du coût de construction du réacteur. Et le remplacement du sel Flibe par le fluorure de lithium permet de fonctionner avec du combustible frais très faiblement enrichi ou du combustible nucléaire usé, tout en augmentant la densité de puissance.
                      Ces deux nouveaux matériaux permettent une grande différence dans la conception. [..] En ralentissant les neutrons du coeur beaucoup plus rapidement entre la région rapide et la région thermique, ils font la transition plus rapidement. La région épithermique au milieu, source de pertes de neutrons, est évitée. Du coup, il y a plus de neutrons dans la partie thermique du spectre pour la production d’énergie, et plus dans la partie rapide du spectre pour attaquer les composants des déchets à longue durée de vie.
                      - Il faut rappeler que les centrales nucléaires classiques ne sont en mesure d’extraire qu’une infime partie de l’énergie contenue dans l’uranium, en moyenne 3 à 5%. C’est justement cette caractéristique qui rend les déchets nucléaires aussi dangereux : l’énergie qu’ils renferment est considérable.
                      En exploitant cette énergie résiduelle, la technologie de Transatomic Power permettrait de multiplier par 75 l’électricité produite par tonne d’uranium extrait. Et ce, tout en réduisant la durée de vie radioactive des déchets, de plusieurs centaines de milliers d’années à quelques centaines d’années.
                      Avec les 270 000 tonnes de déchets nucléaires déjà stockées dans le monde, les futurs réacteurs de Transatomic Power seraient en mesure de produire assez d’électricité pour la planète entière pendant 72 ans, même en tenant compte de la demande croissante, et simultanément de se débarrasser de la quasi-totalité des déchets nucléaires. La technologie peut fonctionner avec de l’uranium frais faiblement enrichi, ou être adaptée pour fonctionner avec du thorium, et ainsi assurer la sécurité énergétique pendant des milliers d’années. 22/02/14 http://bit.ly/1hAYjE7



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès