• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > C’est quoi travailler ? Jaurès nous répond...

C’est quoi travailler ? Jaurès nous répond...

Le travail est souvent réduit à une activité subie afin de toucher son argent, autant qu'il nous réduit souvent à l'état de machine. Jean Jaurès, comme il le disait aux mineurs de Carmaux, a une idée un peu plus haute du travail... humain !

 

 

Source : solidariteetprogres.org/jaures2014

 

Tags : Politique Société Histoire Travail



Réagissez à l'article

14 réactions à cet article


  • 1 vote
    Aldo Berman Aldo Berman 29 juillet 2014 21:32

    Intéressante rétrospective. Sauf le passage avec John Lennon, je ne vois vraiment pas le rapport ? 


    • 2 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 30 juillet 2014 00:32

      A mon avis la question fondamentale est : C quoi un métier ?
      .
      Un métier est une voie qui mène à l’excellence, à la perfection donc à Dieu ... Les vrais métier sont : Ébénisterie, Architecture, Cuisinier, Couturier, Forgeron, Potier, Paysan, etc, ... et même Guerrier est un vrai métier qui mène à Dieu ... Par exemple, la tradition Zen (si mal connu en occident) est une tradition de guerrier à la base ... Par exemple, dans la tradition Zen on t’apprends à lancer une flèche dans le coeur de ton ennemi, mais avec beaucoup de Zenitude ^_^ lol
      .
      Un vrai métier nécessite un apprentissage assez long ... Il y a donc une transmission de savoir et de connaissance entre un maitre et son disciple ... Avant la révolution Française il y avait même un ordre qui chapeautait chaque métier, c’est à dire qu’il y avait des anciens du métier qui était là pour contrôler et sanctionner les artisans qui travaillait mal ... Qu’importe les outils, un bon artisan fera toujours du bon travail, et ce, quelque soit les outils qu’il a sous sa main ... Après une journée de travail, un artisan a gagner quelques chose, il a progressé le long du chemin de son métier ... et C tout bon !
      .
      De nos jour, rares sont les gens qui exercent un véritable métier ...
      On ne travaille plus, on fonctionne ... d’ailleurs on occupent souvent des fonctions au sein d’une entreprise ... Après une journée de travail, on a rien gagné à part du fric ... On perds nos vies en essayant de la gagner !


      • 2 votes
        ffi 30 juillet 2014 09:53

        L’étymologie de métier est le latin "ministerium", qui a donné aussi ministère.
         
        Un métier est un service à la société, pour produire des Biens dont elle a besoin.
         
        C’est clair qu’avec la division des tâches, le métier du travailleur s’est réduit à une simple tâche, répétitive : il y a bien longtemps que la majorité des ouvriers ne réalise plus une oeuvre, c’est-à-dire un Bien dans son intégralité, mais seulement une opération, c’est-à-dire une petite part de l’oeuvre et sont des opérateurs.
         
        Cet état de fait existait déjà dans les manufactures d’état sous la royauté, mais, dès le XVIIIème siècle, sous l’influence des idées libérales, les premières industries privées sont apparues, puis se sont généralisées après la Révolution.
         
        Cela dit, il serait inexact de dire que tous les métiers étaient chapeautés par une organisation (on disait "incorporés" à l’époque, car cette organisation était dénommée corporation). Certains métiers étaient incorporés, mais d’autre non. Cela dépendait des lieux. Certains métiers étaient libres, non incorporés. C’est généralement quand une activité était saturée en nombre de travailleurs qu’une organisation se créait pour gérer la concurrence et les inévitables conflit qui en découlaient.
         
        Il serait aussi inexact de dire qu’il n’y avait que des artisans et pas de salariat sous la Royauté : il y avait bien des salariés, quoique le maître (= la patron) était généralement limité par la loi quant au nombre de boutiques qu’il pouvait posséder, de même que du nombre de salarié qu’il pouvait employer. Souvent, c’était deux boutiques maximum et 4 salariés tout au plus. Cela dit, ces lois étant des lois propres aux corporations, établie par négociation entre leurs membres, elles étaient donc variables selon les époques et les lieux.
         
        L’étude des anciens métiers est passionnante. Par exemple, on pouvait y trouver des gens qui faisaient des clous toute la journée (les cloutiers). Il y a une liste des anciens métiers dans wikipédia, qui nous précipite dans un monde exotique.
         
        Je pense que cette ancienne organisation économique pourrait servir de source d’inspiration pour renouveler le système économique. Les métiers rendent service à la société et il faut bien que tout le monde puissent y participer.
         
        L’artisanat devrait être revalorisé. Même si sa productivité est moindre que la grande industrie, il n’en reste pas moins que sa faculté de produire du sur-mesure plutôt que du prêt-à-consommer, évite nombre de gaspillage et permet d’échapper à l’uniformisation.
         
        Actuellement, c’est le consommateur qui s’adapte à la production, c’est le consommateur qui se met au service de la grande industrie : le métier (ministerium) est plus du fait du client, qui doit perdre un temps fou pour trouver l’objet qu’il cherche... C’est l’inversion totale.
         
        Pour ma part, je suis pour un système mixte : de la grande industrie pour produire des pièces génériques avec une grande productivité, sous tutelle de l’État, éventuellement privée, mais jamais en tant que société anonyme, et de l’artisanat pour adapter la production à la consommation, en agençant les pièces fournies par l’industrie d’une manière adaptée à l’usage voulu par les consommateurs.
         
        Cela devrait être aux artisans de gérer le recyclage des biens, ainsi trouveraient-ils des pièces bon-marché pour produire les biens de consommation. D’autre part, il faudrait interdire à la grande industrie de vendre des biens terminaux, destinés au consommateur, et ne leur permettre que de vendre des biens intermédiaires, destinés aux artisans. Ce serait aux artisans de faire remonter à la grande industrie les besoins effectifs des populations et de participer à l’élaboration des normes de production et
         
        Reste le problème des supermarchés, qui sont des faux-marchés puisque tout y appartient à un seul marchand, alors qu’un vrai marché regroupe plusieurs marchands : ce sont plutôt des super-boutiques à vrai dire. Il faudrait ouvrir plus largement ces super-boutiques à l’artisanat local, ceci par la loi. C’est une question de cohérence économique : Un marché, c’est pour écouler les productions des producteurs locaux. Comment peut-on ainsi permettre que ces pseudo-supermarchés, vraies super-boutiques, participent ainsi à la faillite des producteurs locaux où ils s’installent en important massivement des produits ?
         
        En résumé :
        Grande industrie :
        ----------------------
        - d’état ou privée (mais pas anonyme).
        - production restreinte aux biens intermédiaires.
        - restriction de leurs ventes aux Artisans.
         
        Artisanat :
        -------------
        - nombre d’employé limités par la loi.
        - monopole de la production des biens terminaux.
        - monopole sur la vente aux boutiquiers.
        - monopole sur le recyclage des biens.
         
        Super-boutiquiers (pseudo-supermarché)
        -------------------------------------------------
        - interdiction de l’achat à la grande industrie.
        - priorité d’achat à l’artisanat local.
         
        Le Commerce est mis au service du Client.
        L’Artisanat est mis au service du Commerce.
        La Grande-industrie est mise au service de l’Artisanat.
         
        Pour le reste, au sujet de Jaurès. Son exaltation de l’esprit humain est très naïve. Le travail est la rencontre d’une intelligence et d’une force. Une intelligence sans force ne produit rien. Une force sans intelligence produit mal. Le travail c’est à la fois de l’intelligence et de la force. Cela implique donc que les travailleurs aient à la fois des capacités intellectuelles, mais aussi des capacités physiques.
         
        Il n’y a nul infamie à savoir s’efforcer, c’est au contraire une grande vertu.


      • 1 vote
        L’enfoiré 30 juillet 2014 09:43

        La vidéo commençait bien.

        Mais elle compare des pommes et des poires parce que l’époque a changé.
        Ce ne sont plus les ouvriers contre les patrons.
        Ce que sont devenus la "classe ouvrière" comme il était dit est devenu une "classe moyenne" dans laquelle les employés plus instruits ont pris place.
        C’est cette classe qui régresse. Les métiers d’ouvriers dans certains secteurs sont parfois mieux gratifiés. .... en attendant.
        Je dis cela, parce que du temps de Jaures, pas de robots, pas de technologies qui permettent de paresser. Les Temps modernes de Charlot ont bien changé.
        Ce n’est plus la recherche du travail qui devrait être prépondérante, mais comment utiliser le temps libre. Comme il est dit, l’homme n’est pas là pour travailler bêtement mais pour réfléchir pour en faire de moins en moins et produire au moindre coûts. 
        Aujourd’hui, avec la période active qui s’allonge, ce n’est plus une profession qui fera partie de la vie, mais une continuation dans l’étude en continu avec des professions (=occupations) multiples.
        Occuper son temps ne veut plus dire s’emmerder au boulot, s’est y trouver du plaisir.
        Travailler en 2020, cela pourrait ressembler très fort à cela puisque le travail a changé d’optique.
         

        • 1 vote
          ffi 30 juillet 2014 10:07

          L’oisiveté est mère de tous les vices...
           
          À partir du moment où l’homme a des besoins pour survivre, il est obligé de produire des biens pour les satisfaire, donc il faut bien que la société lui fixe une obligation à produire. Croire qu’il serait possible de se passer du travail est une ineptie, car les besoins existeront toujours, et, par conséquent, si ce travail n’est pas accepté par chacun, certains devront le faire sous contrainte, c’est-à-dire par l’esclavage.
           
          L’oisiveté voulue s’est toujours payée en esclavage pour les autres.
          Cette aspiration à l’oisiveté a toujours fini par la décadence de la société.

           

          Il suffit de considérer quelques grandes civilisations, comme la civilisation Romaine ou la civilisation Grecque pour s’en apercevoir.


        • vote
          remilebrun 30 juillet 2014 10:53

          L’époque a changer... bof. L’enjeu que Jaurès discerner derrière le travail est la vie des sociétés, le but à atteindre que vont se donner les nations. C’est une chose de considérer le travail comme la liberté de chacun de se battre pour se nourrir, s’en est une autre de le considérer comme la participation au développement de l’intérêt général.

          Pourquoi nos nations ne se prétendent toujours pas plus légitime que les marchés financier pour engager l’économie dans tel ou tel direction ? Pourquoi tant de gens estiment encore que tout immigré vient nous manger notre pain ??

          L’enjeu fondamental du travail aujourd’hui, comme il y a un siècle, reste d’opposer à l’oligarchie un ouvrage nationale et internationale que l’on souhaite aboutir (infrastructures économiques, sociales, culturelles) et auquel nous souhaitons travailler librement et intelligemment parce que c’est cette ouvrage qui fera vivre tout nos gosses !

        • vote
          remilebrun 30 juillet 2014 13:33

          .. et aux autres...


        • 1 vote
          ffi 30 juillet 2014 13:24

          Ah ces romantiques : décadents et provocateurs. Qu’ont-ils laissés si ce n’est des oeuvres médiocres et des spectacles navrants ?


        • vote
          zygzornifle zygzornifle 30 juillet 2014 10:55

          Il y a médecine du travail et pas du repos ce qui veut dire que le travail malade ...


          • 1 vote
            Soi même 30 juillet 2014 11:16

            bon ce n’est pas qu’il a été assassiné car il s’opposait à la guerre, qu’il était pertinent dans ce qu’il a analysé sur le travail.

            Il serait temps de le repense et de pas s’arrêter à son analyse et d’intégrer l’idée que le travail doit être indépendant du revenus que l’on perçois.

            Et pour que cela se face de la bonne manière , il est impératif que l’économie devient solidaire.

            Cela ne pourra se faire que quand les hommes auront comprit, que la surproduction, et la concurrence et le facteur de la destruction du travail, et nous allons vers une mutualisation du travail et la mutation de la gestion des entreprises même si actuellement tous les signes extérieurs dissent le contraire !

            Dans un avenir très proche, le travail ne pourra plus être prit pour une marchandise, il va s’opère une scission où le revenus ne sera plus calculer sur la production, mais sur le besoin des personnes, cela va se faire quand on aura basculer définitivement dans une production de décroissance industriel !
             

             

             


            • 1 vote
              hase hase 30 juillet 2014 14:48

              voilà ce que je peux dire !!!
              Tribune de Jean-Luc Mélenchon parue dans le JDD du 27 juillet 2014

              Jaurès, reviens ! Ils ont changé de camp !


              À l’occasion du centenaire de l’assassinat, jeudi 31, de la figure socialiste,

              le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, fustige François Hollande et Manuel Valls.

              Jaurès ! Ils n’ont plus que ce nom à la bouche ! Sarkozy avant-hier, Le Pen hier, Hollande et Valls aujourd’hui ! D’où leur vient cette audace ? Pour reprendre les mots du tribun, s’ils se battent autant pour les cendres, c’est pour mieux étouffer la braise.

              Manuel Valls voulait l’enrôler pour ses sordides cadeaux au Medef. Jaurès aurait « sans doute » voté le pacte de responsabilité, a-t-il osé ! Faire parler les morts pour endormir les vivants. L’arnaque ! Jaurès aurait plutôt affronté Valls comme il avait affronté son modèle, Georges Clemenceau, quand il fallait soutenir les travailleurs face à la répression.

              Une chose est sûre. Jaurès n’était pas un gentil garçon. Il ne cherchait pas l’estime des mous. Vous imaginez François Hollande capable de dire comme lui à propos de la Révolution française : «  Je ne veux pas faire à tous ces combattants qui m’interpellent une réponse évasive, hypocrite et poltronne. Je leur dis : "Ici, sous ce soleil de juin 1793 qui échauffe votre âpre bataille, je suis avec Robespierre, et c’est à côté de lui que je vais m’asseoir aux jacobins. Oui, je suis avec lui parce qu’il a à ce moment toute l’ampleur de la Révolution " »

              Jean Jaurès avait obtenu une première loi fixant l’âge de la retraite à 65 ans. C’était en 1910. Hollande vient de le reporter à 66 ans, comme il s’en est vanté auprès de la Commission européenne. Un siècle après, Hollande a fait pire que la réforme de Sarkozy et défait ce que Jaurès et tant de générations de militants avaient arraché au prix de tant d’efforts.

              Pour lire la suite de la tribune : http://www.jean-luc-melenchon.fr/



              • vote
                Soi même 31 juillet 2014 13:59

                il y a d’autre étude que ce que les hommes politiques pondent, et qui sont bien plus pertinente .
                Car cela va au delà des parties pris idéologiques, partissent, et folklorique des politiques qui prouvent depuis un siècles qui non rien compris à cette question si ce n’est qu’ils sont complices de la destruction du travail avec leurs liens avec la finance !


                • vote
                  karikakon karikakon 1er août 2014 10:00

                  Si l’oisiveté est la mère de tous les vices, comme le dit si bien Ffi, dans ce topic. Alors comment y doivent être vicieux tous ces fainéants de leaders du PS, et de l’UMP.


                  • 1 vote
                    tousensemble tousensemble 11 août 2014 09:48

                    les bons METIERS  :

                    -parlementaire pouvant cumuler et de + etre avocat d’affaires agent immobilier ou huissier

                    - pretre....éveque  ( catho juif musulman............................)

                    - élus des collectivités locales ou chefs.................

                    -colonel ou général ( pour le bonne paye et la grosse pension )

                  

                  Ajouter une réaction

                  Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                  Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                  FAIRE UN DON







Palmarès