• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Poutine, Erdogan, Merkel, Macron réunis à Istanbul pour discuter de la (...)

Poutine, Erdogan, Merkel, Macron réunis à Istanbul pour discuter de la Syrie

Quatre dirigeants - Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Angela Merkel et Emmanuel Macron - se sont rencontrés à Istanbul pour évoquer la résolution du conflit syrien.

« Macron et Merkel veulent accélérer la transformation politique en Syrie »

Poutine, Macron, Erdogan et Merkel évoquent le dossier syrien suite au sommet d'Istanbul

Tags : France Moyen Orient Russie Guerre Syrie Turquie Vladimir Poutine Angela Merkel Emmanuel Macron Diplomatie




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • vote
    Vraidrapo 29 octobre 09:40

    Pour bien situer voir relativiser les vidéo ci-dessus, il est indispensable de prendre connaissance du point de vue du diplomate français : Michel Raimbaud.

    https://www.mondialisation.ca/syrie-dessine-moi-un-complot/5628516


    • vote
      PumTchak PumTchak 29 octobre 14:11

      (Dernière vidéo) les propos du chef d’état français, comme d’hab :

      - Gardez les terroristes à Idlib avec vos civils, on est des pleutres on ne veut pas que ceux qu’on vous a envoyés reviennent chez nous.

      - Mais n’attaquez pas Idlib, ça dérange nos médias et évitez les bombardements chimiques ou je serai obligé de bombarder en Syrie.

      - La solution est politique et inclusive (c’est la marque déposée LREM) mais sans Bachar El Assad.

      - Les millions de syriens ont fui (vers d’autres pays que la France) à cause de Bachar El Assad, on n’aidera pas au retour des réfugiés et on ne laissera pas la pays se reconstruire si Bachar reste.

      On sent Erdogan et Merkel fatigués maintenant, d’héberger les réfugiés chez eux.

      A une question de journaliste sur le vente d’armes à l’Arabie Saoudite, Merkel a répondu qu’elle a pris la décision d’arrêter l’exportation d’armes à ce pays. Macron,lui, n’a pas compris la question.

      Ils conviennent d’un cessez-le-feu à Idlib, mais la paix n’est pas encore arrivée en Syrie. Lavrov à rappelé à la sa dernière entrevue avec la presse que la Syrie n’a toujours pas repris le Nord-Est de l’Euphrate : on note l’absence de l’Oncle Sam à cette rencontre à Istanbul.


      • vote
        Olivier Perriet Olivier Perriet 31 octobre 22:35

        @PumTchak

        Ben oui, Macron a raison :
        les réfugiés ne rentreront pas, d’ailleurs ça arrange bien Al Assad, puisque ce sont des gens qui ne lui sont sans doute pas très favorables.

        Vous étiez né lorsque Castro a dit aux Cubains, dans les années 80 "Si vous n’êtes pas contents, vous n’avez qu’à partir" ?

        2e : si l’oncle Sam était absent, c’est parce qu’il n’était pas convié par la Russie smiley

        D’autres questions ?


      • vote
        berphi 31 octobre 15:13

        Merkel, qui représente-t-elle, quelle force, les Allemands non pas de siège à l’ONU, au nom de quoi est-elle invitée à l’ouvrir ? Elle serait l’Europe à elle toute seule, il lui faut chaperonner Macron ?
        Je rêve.


        • vote
          maQiavel maQiavel 31 octobre 16:22

          @berphi

          -les Allemands non pas de siège à l’ONU

          Précisément, depuis quelques années des rumeurs font état de discussions pour un partage européen du siège permanent des Français au conseil de sécurité, il semblerait que récemment, lors d’une conférence à Harvard l’ambassadeur allemand à l’ONU ait confirmé l’information qui circulait déjà par de nombreux canaux officieux. Il semblerait également que du côté de l’ambassadeur français actuel, François Delattre, il y ait une réelle volonté d’atteindre cet objectif.

          Les élites françaises sont droguées à l’Euro-mark et elles feraient tout pour que la fiction de la zone euro perdure, elles seront prêtes à faire toutes les concessions possibles et imaginables pour que naisse leur rêve de fédéralisme européen (dont les élites allemandes ne veulent pas et qu’elles ne voudront probablement jamais)

          Par ailleurs , sur la même lignée des concessions , la France et l’Allemagne ont prévu de signer l’année prochaine un nouveau Traité de l’Elysée qui pourrait inclure la dissuasion nucléaire française ( et qui aboutirait concrètement , en faisant dit des formulations diplomatiques à un partage de la dissuasion nucléaire française ).

          Il est convenu de penser que l’Allemagne manifeste sa volonté de puissance sur le plan strictement économique car pour des raisons anthropologiques, elle n’a pas la capacité de la manifester sur le plan politico-idéologique. C’est sans doute vrai. Cependant, on peut émettre l’hypothèse que les élites allemandes le savent très bien, raison pour laquelle si l’Allemagne doit exprimer sa volonté de puissance sur ce plan, elle ne le fera jamais plus en tant que nation mais en se servant du paravent droidelhommiste de l’UE. Par exemple, les allemands ne diront jamais qu’ils ont l’arme nucléaire ou un siège permanent du conseil de sécurité mais que c’est l’UE (sur laquelle ils ont la main en partie) qui en dispose. On peut supposer que des commissaires européens hollandais, luxembourgeois, finlandais porteront officiellement la voix de l’UE dans les institutions internationales mais une voix qui sera officieusement et en réalité celle de l’Allemagne.


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 31 octobre 17:11

          @berphi

          Merkel, qui représente-t-elle, quelle force, les Allemands non pas de siège à l’ONU, au nom de quoi est-elle invitée à l’ouvrir ? 

          Au nom de la puissance économique et industrielle allemande,de sa position centrale en Europe, et de son emprise politique sur les institutions européennes.


        • vote
          berphi 31 octobre 17:16

          @maQiavel

          "Il est convenu de penser que l’Allemagne manifeste sa volonté de puissance sur le plan strictement économique". 

          Sa présence marque par la velléité son contraire. Et je te confesse qu’il m’est insupportable de voir son très gros séant calé dans un fauteuil au côté de celui tout petit de notre triste sir, pour aborder des question où elle n’a pas à la ramener.

          Merci pour le lien sur le nouveau traité de l’Elysée. 


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 31 octobre 18:13

          @maQiavel

          Précisément, depuis quelques années des rumeurs font état de discussions pour un partage européen du siège permanent des Français au conseil de sécurité, il semblerait que récemment, lors d’une conférence à Harvard l’ambassadeur allemand à l’ONU ait confirmé l’information qui circulait déjà par de nombreux canaux officieux. Il semblerait également que du côté de l’ambassadeur français actuel, François Delattre, il y ait une réelle volonté d’atteindre cet objectif.

          Tu as des sources (officielles) ? Je n’ai trouvé qu’un article sur RT et un article d’un média iranien (https://www.presstv.com/Detail/2018/10/08/576391/FranceAllemagne-un-sige-pour-deux—lONU, présenté sur wikipedia comme une chaîne d’information internationale de propagande iranienne en langues française et anglaise) qui n’avance aucun élément tangible ni aucune source pour étayer les propos que l’ambassadeur allemand aurait tenu durant cette conférence au sujet de pourparlers officiels engagés avec les Français. L’article parle d’ailleurs de "propos attribués", donc, en clair, ils n’en savent rien.

          https://francais.rt.com/international/54444-vers-siege-franco-allemand-conseil-securite-onu

          La seule "preuve" c’est la citation sur le compte tweeter de la conférence germano-américaine à Harvard :

          https://twitter.com/Harvard_GAC/status/1048689748678778881

          Or, les propos de l’ambassadeur évoquent seulement son "rêve d’avoir Merkel au
          conseil de sécurité" ce qui n’est pas vraiment un scoop. En revanche, il n’y a rien sur des pourparlers ou des discussions officielles avec l’ambassadeur français. L’ambassadeur allemand fait sans doute référence au fait que l’Allemagne va occuper un siège - non permanent au conseil de sécurité à partir de 2019 :

          https://www.sudouest.fr/2018/06/08/onu-5-pays-dont-l-allemagne-au-conseil-de-securite-en-2019-5128807-4803.php

           ce que confirme la suite des tweets publiés sur le même compte, où l’ambassadeur abordent les sujets que les Allemands veulent porter au sein du conseil de sécurité : 

          https://twitter.com/Harvard_GAC/status/1048692951294074882

           
           
          Bref, il s’agit d’une "fake news" avec des extrapolations mensongères basées sur des informations partielles, ou restituées de façon partielle. 

          L’article cite ensuite des propos de Philippot qui prétend avoir entendu une conversation à ce sujet entre des diplomates allemands et français, bref...

          C’est d’autant plus étonnant que comme l’a rappelé l’ambassadeur français aux USA, seuls des Etats peuvent siéger à l’ONU, et les membres permanents sont désignés par la charte qu’il faudrait donc amender, procédure qualifiée "d’inconcevable".

          Sur le "partage" de la dissuasion nucléaire, là encore, il n’est pas question de partager mais d’inscrire éventuellement une déclaration actant que "la dissuasion nucléaire française participe à la défense de l’Allemagne" et non l’inverse ("l’Allemagne participe à la dissuasion nucléaire française"). On ne peut pas toujours "faire fi", précisément, des nuances diplomatiques. Comme le rappelle l’article, cela serait perçu comme un "signal négatif" par les Américains puisqu’à l’heure actuelle c’est la dissuasion nucléaire américain qui "participe à la défense de l’Allemagne". J’y vois plutôt une tentative un peu désespérée des Français de vendre à l’Allemagne l’Europe de la Défense, dont cette dernière ne veut pas réellement, préférant le confort apporté par le parapluie américain à un système plus ou moins organisé autour de l’outil de défense français.

          Il faut être hyperrigoureux sur ces sujets....

          Je suis en revanche d’accord sur le dernier paragraphe. Les Allemands sont trop malins et conscient du poids de l’histoire pour assumer ouvertement leur domination (même si la tentation est là). On le voit déjà au sein de l’Europe où ils ont flanqué Moscovici d’un chaperon finlandais pour s’assurer qu’il reste dans les clous de la politique définie par Berlin :

          https://www.nouvelobs.com/politique/20140901.OBS7800/commission-europeenne-le-oui-mais-de-merkel-a-moscovici.html

          On voit d’ailleurs en ce moment pourquoi les Allemands ont accepté la nomination de Moscovici à ce poste : c’est Moscovici, et non un Allemand, qui est envoyé en première ligne pour "rappeler à l’ordre" les populistes italiens sur leur budget. Salvini l’a bien compris et tape d’autant plus fort sur les Français (un coup Macron, un coup Moscovici) tout en évitant soigneusement d’aller au clash avec Berlin (qui tient les cordons de la bourse). Stratégiquement, c’est bien vu, il donne le change à son électorat eurosceptique sans s’attaquer au coeur du système.


        • vote
          berphi 31 octobre 19:13

          @Joe Chip

          On ne vous fera sans doute pas le reproche d’amener des précisions et de rectifier par des sources ce qui aurait pu être mal interprété, mais les image parlent d’elles-mêmes.

          Qu’a-t-elle à faire dans cette rencontre si ce n’est pas pour ce placer en décisionnaire sur l’orientation d’un conflit ? Elle n’est pas venue pour servir les cafés...


        • vote
          Joe Chip Joe Chip 31 octobre 20:13

          @berphi

          Je ne vois pas trop le rapport avec ce que j’ai écrit, du reste je n’ai pas cherché à nier la "volonté de puissance" des Allemands. L’histoire de l’ambassadeur allemand annonçant officiellement que des discussions seraient en cours entre l’Allemagne et la France pour partager le siège de la France à l’ONU me semble en revanche peu crédible, et le fait que seuls des médias russes et iraniens la rapportent sans citer aucune source me conforte dans cette idée. 


        • vote
          maQiavel maQiavel 31 octobre 21:38

          @Joe Chip

          -Sur le siège du conseil de sécurité, j’ai pris la précaution de m’exprimer au conditionnel et de parler de rumeurs, je n’ai donc pas de source officielle puisqu’il ne s’agit pas d’une information vérifiable, vérifiée et incontestable. Ça n’en fait pas une fausse information pour autant, il faudrait vérifier pour se prononcer définitivement mais jusque-là cela me parait pas du tout absurde car comme je l’ai dit, ça fait quelques années qu’il existe des signaux officieux qui vont dans ce sens et il ne me parait pas non plus grotesque que ceux qui travaillent sur cet éventuel dossier ne veuillent faire aucune déclaration officielle dans la presse tant que les négociations n’auront pas progressées.

          Du reste, un tel projet ne me parait pas du tout irréalisable sur le plan formel car il ne passe pas forcément par l’amendement de la charte des nations, il suffirait par exemple de limiter l’usage de la voix française au conseil de sécurité (et qui restera donc telle selon les formalités onusiennes ) par des procédures préalables qui auraient lieu en amont au sein des institutions européennes. Ainsi la France garderait formellement son siège au conseil de sécurité (donc pas de modification de la charte) mais sa voix et ses choix seraient en réalité prédéterminée au niveau de l’UE ( qui ne concerne pas les nations unies ) , de ce coté là j’ai une totale confiance en la capacité des fonctionnaires européistes de nous concocter un petit montage bureaucratique et de créer un nouveau traité européen qui contraindrait la France à ne pas user de sa voix au conseil de sécurité de façon souveraine.

          -Concernant le partage de la dissuasion nucléaire , de manière générale s’en tenir de façon hyper rigoureuse aux formulations diplomatiques ne permet pas de comprendre les tenants et les aboutissants des relations internationales , elles ne permettent pas d’en comprendre les logiques profondes et les rapports de force qui sont à l’œuvre , précisément parce qu’elles sont « diplomatiques » ( c’est-à-dire exprimée avec tact et prudence , raison pour laquelle les décryptages sont nécessaires pour comprendre les non-dits » ).

          Si la France et l’Allemagne ont prévu d’intégrer une dimension de sécurité et de défense incluant le fait que la dissuasion nucléaire française participe à la défense de l’Allemagne, c’est qu’il y’a une raison qui se fonde sur un intérêt mutuel , il y’a en amont une logique qui se déploie. De toute évidence la seule dissuasion nucléaire américaine ne suffit plus à l’Allemagne pour certaines raisons (qui tiennent peut-être à la nécessaire diminution de l’influence militaire américaine dans un contexte d’exacerbation des rivalités économiques germano-américaine) et elle tient à la contrebalancer par la dissuasion française (sans pour autant se mettre les américains à dos par l’usage de formulations trop directe). Si cela est juste, quel est l’aboutissement de cette logique ? Au partage de la dissuasion nucléaire avec la France. C’est en effet le meilleur moyen de réduire la dépendance qu’a l’Allemagne vis-à-vis des Etats unis. Une nécessité qui peut être légitimé sur le plan de la narrative par les propos du président américain qui demande lui-même aux européens de prendre en charge leur défense eux mêmes. Alors ce partage ne se fera peut-être pas l’année prochaine ou dans deux ans , c’est un processus qui peut prendre cinq , dix voir quinze ans mais la logique qui mène à inscrire dans un traité que la dissuasion nucléaire française participe à la défense de l’Allemagne y aboutit ( il faut bien comprendre ce que cette formule implique sur le plan technique).


        • vote
          Olivier Perriet Olivier Perriet 31 octobre 22:30

          @berphi

          Salut maQ :

          Elle a été invitée par Poutine, c’est tout (les USA n’ont pas été invités, par ex)


        • vote
          maQiavel maQiavel 1er novembre 13:59

          @Olivier Perriet
          Salut.
          Je répondais à Berphi spécifiquement sur l’Allemagne et le siège au conseil de sécurité de l’ONU , pas à son commentaire en général … 


        • vote
          Olivier Perriet Olivier Perriet 31 octobre 22:25

          "Européens, merci de bien vouloir financier la pérennité du régime de mon ami Bachar El Assad.

          Je sais très bien que l’URSS s’est ruinée à soutenir tant de régimes exotiques frères, ou de guérillas "communistes", donc soyez sûrs que je ne referez pas la même erreur.

          Après tout vous êtes des pleutres, comme le disent mes amis poutiniens, vous pouvez payer, sinon on vous envoie des réfugiés.

          Et c’est vous les responsables de cette guerre, c’est à cause de vous que mon ami Bachar El Assad a eu tout ces problèmes depuis 2011.

          Il ne serait que justice que la Russie tire tous les bénéfices diplomatiques de son soutien à mon ami Bachar el Assad, et que vous européens, payiez les pots cassée.

          Les pays tiers, je m’en moque lorsqu’il s’agit de soutenir mon ami Bachar El Assad, mais je m’en souvient quand il faut payer"

          Je crois que ça ne marchera pas smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès