• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Christophe Guilluy : "Nous vivons un moment où le monde d’en haut a fait (...)
#96 des Tendances

Christophe Guilluy : "Nous vivons un moment où le monde d’en haut a fait sécession"

Christophe Guilluy est géographe, il a popularisé le concept de "France périphérique" en 2014. Ses essais décrivent une France oubliée victime de la fracture sociale et territoriale qui l'oppose aux élites métropolitaines, et qui se tourne vers le populisme. Le 9 novembre, il était l'invité de "La Grande table" sur France Culture aux côtés de l'écrivain tout juste récompensé par le prix Goncourt Nicolas Mathieu.

Deux points de vue, celui d’un romancier et celui d’un essayiste, pour discuter ensemble de cette France de l’entre-deux, "dont on ne parle pas", comme l’a souligné l’iconoclaste membre du jury du Prix Goncourt Virginie Despentes, et "des dernières manifestations d'une France qui disparaît".

Nous vivons un moment où le monde d’en haut a fait sécession. […] Le modèle mondialisé a accéléré les choses avec un processus de clivage, qui géographiquement a fait émerger cette France périphérique. […] Le haut parle de moins en moins au bas. (Christophe Guilluy)

Le modèle est à bout de souffle, il ne fait plus société. Il n’y a pas eu un complot. On a un modèle économique néolibéral qui s’est installé un peu partout en Occident. Je parle d’un processus de temps long, la désindustrialisation, la financiarisation. (Christophe Guilluy)

Il reste des ouvriers et des petits salariés, mais il n’y a plus de classe ouvrière, il n’y a plus d’horizon commun, de culture partagée, de représentation unanime. Il y a un sentiment de déshérence et une atomisation des gens qui sont dominés. (Nicolas Mathieu)

Je définis la classe moyenne comme cette classe hier majoritaire qui réunissait tout le monde, ouvriers, employés, paysans, cadres supérieurs. Si je dis qu’elle explose aujourd’hui, c’est que l’intégration économique se fait mal, très mal. (Christophe Guilluy)

Il n’y a pas l’idée d’une communauté de destin. Est-ce que je peux vivre très bien alors que vous vivez si mal ? Et à partir de là, effectivement, c’est no society. On est dans un processus de dissolution quand même. (Nicolas Mathieu)

La grosse difficulté aujourd’hui, à droite comme à gauche, c’est que nous avons des partis qui ont été créés par et pour une classe moyenne qui n’existe plus. […] Il y a là effectivement à adapter une offre politique à ce que sont devenues ces catégories. (Christophe Guilluy)

Pour que ça fasse société, il faudrait que les mieux armés ralentissent un peu […]. Ça suppose de l’empathie, de se soucier de cette France-là. C’est vrai que le roman a un rôle à jouer en portant ces voix-là. (Nicolas Mathieu)

"France périphérique", il s’agissait effectivement d’une notion géographique, sociale, économique, mais aussi culturelle. Il s’agissait bien de dénoncer cette relégation culturelle. (Christophe Guilluy)

Les populistes adaptent leur offre à une demande. Celle des catégories populaires est simple : travailler, préserver un capital social et culturel. […] Il s’agit pour les grands partis de faire concurrence aux populistes, de présenter une offre politique. (Christophe Guilluy)

Une société est saine réellement quand vous avez un haut qui sert les intérêts du bas. C’est le principe de la démocratie, c’est de donner du pouvoir à ceux qui n’en ont pas, et de ne pas renforcer le pouvoir des gens d’en haut par rapport à ceux d’en bas. (Christophe Guilluy)

Toute cette vague populiste […] repose à chaque fois sur une sociologie […], ce socle de la classe moyenne, […] et puis une géographie, […] les territoires les plus éloignés des grandes métropoles. (Christophe Guilluy)

Tout le monde a un sentiment d’attraction et de répulsion, et puis aussi de complexe, par rapport à la centralité de Paris. (Nicolas Mathieu)

Quand on naît en milieu populaire, on meurt en milieu populaire. Ce n’est pas grave. On peut faire sa vie, aimer, avoir des enfants, être heureux – à une condition : être respecté culturellement et être intégré économiquement. (Christophe Guilluy)

Tags : France Précarité Oligarchie




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 11 votes
    BA 17 novembre 15:05

    « Le peuple qui souffre, mais qu’il est con ! » Jean Quatremer, journaliste à Libération.

      Le mot d’ordre du libéralisme tellement désireux que le marché, donc l’argent, fasse la loi partout, c’est vraiment : "fort avec les faibles et faible avec les forts" ! Emmanuel Macron et les siens nous en fournissent la preuve à jet continu, mais plus particulièrement ces derniers jours dès qu’ils s’expriment sur les gilets jaunes.

    On voit en effet s’agiter sur leurs chaises les journalistes et la classe politique, les éditocrates et les "politologues", les "sémiologues" de La Chaîne parlementaire (financée par l’argent public…) et les collaborateurs de Libération (financé par l’argent public…), les syndicalistes et les élus qui siègent à Paris, faire sous eux.

      Un certain Jean Quatremer, délégué à la propagande de l’Empire maastrichtien à Libération, a en effet clairement révélé sur son compte twitter ce qu’était la ligne de son journal : le 9 novembre, ce monsieur, qui est le correspondant Europe pour Libé, écrit en effet : "Le peuple qui souffre, mais qu’il est con".

    Le 10 novembre, toujours du même, concernant les gilets jaunes : "Je confirme qu’il s’agit d’un mouvement de beaufs - j’ajoute poujadiste et largement d’extrême droite - au vu de la violence des réactions et du niveau de la "pensée" des gilets jaunes (après les bonnets rouges : c’est curieux ce goût pour les attributs ridicules)." 

    Puis : "Ce mouvement de beaufs me sort par les oreilles. Et les télés qui en rajoutent et en rajoutent." 

    Le 12 novembre, du même : "Le 17 novembre, c’est une journée magique : tous les beaufs vont être facile à reconnaître grâce à leur gilet jaune !" 

    On comprend que ce "journaliste", qui n’aurait pas de salaire si l’argent du contribuable, y compris les beaufs qui paient leurs taxes, dont celle de l’essence, ne servait pas à remplir sa fiche de paie ([1]), aimerait, comme Saint-Just, que ce peuple n’ait qu’une seule tête afin de la lui faire sauter dans la sciure. C’est le signe distinctif de tout dévot de l’Empire maastrichtien.

      Emmanuel Macron, sur le porte-avion Charles-de-Gaulle, le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, jadis joueur de poker à Marseille ([2]), où il connaissait bien le Milieu qui le connaissait bien lui aussi, l’ont fait savoir chacun leur tour : le mouvement des gilets jaunes aura contre lui la police, l’armée, les CRS, les renseignements généraux et la troupe.

      Ils n’ont pas ajouté : "la presse aussi", car ça aurait été un peu trop gros, mais il faut l’ajouter, car la presse maastrichtienne n’a pas perdu de temps à matraquer le gogo avec les éléments de langage fournis par l’Elysée : quiconque se rendra à cette manifestation qui se propose de bloquer la circulation, sans entraver celle des urgences et des secours, est susceptible d’une interpellation policière et encourt une série de problèmes avec la justice : des amendes, des points retirés sur le permis, une annulation du permis et autres joyeusetés coûteuses à plaider devant un tribunal.

      Un reportage télé a présenté comme une information ce qui était en fait une menace politique à peine déguisée : un vieux monsieur qui travaillait au filtrage d’un péage en Bretagne a jeté l’éponge par crainte de voir son permis annulé… "Gilets jaunes, avez-vous bien compris ?", éructe l’armée macronienne comme un seul homme. La France, pays des droits de l’homme ? Pays du droit de grève ? Pays de la liberté ? Pays de la liberté de conscience ? Pays de la liberté d’expression ? Pays de la liberté d’opinion ? Vous voulez rire. Avec Macron, tout ça, c’est fini, bien fini, n-i, ni.

       Car, dites-moi, a-t-on jamais entendu Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Christophe Castaner annoncer, pas forcément d’un porte-avion avec un rafale en fond d’écran, que tous les territoires perdus de la République allaient désormais trouver en face d’eux les services de renseignements, l’armée, la police, les CRS, la troupe quoi (je ne parle pas même de la presse, ne rêvons pas…) afin que ces territoires reviennent simplement à la République et qu’on y obéisse à nouveau à la loi républicaine ? Non. On ne les entendra pas.

      Car : le trafic de drogue, les bagarres meurtrières entre bandes rivales, les règlements de compte avec des armes à feu, l’usage quotidien des armes blanches, les viols en tournante, la phallocratie, la misogynie et l’homophobie du caïdat, les crimes antisémites commis en invoquant l’islam, les incendies de voitures, les attaques de policiers dont on incendie les voitures, celle des pompiers et des médecins venus aider et soigner les gens, les braquages de professeurs, tout ça, ce sont pourtant, comme chacun le sait, des méfaits imputables aux gilets jaunes, donc à l’extrême-droite… Puisque la presse subventionnée par l’Etat vous le dit, pourquoi voudriez-vous ne pas la croire ?

       Ps : Concernant Quatremer, Jean [3], j’apprends que : "Dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2017, il soutient Emmanuel Macron et effectue un don à La République en marche". Libération est vraiment un nid de rebelles…

    Michel Onfray

    https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/-le-peuple-qui-souffre-mais-qu-il-est-con-jea

    Notes :

    [1] On peut lire en effet dans Checknews.fr du 21 mars 2018 : "Libération touche une aide que ses concurrents directs (Le Monde, Le Figaro ou Aujourd’hui en France par exemple) n’ont pas : l’aide au pluralisme. Libé, La Croix et L’Huma sont les seuls quotidiens nationaux (avec les journaux pour enfants Mon Quotidien et Le Petit Quotidien) qui bénéficient de l’aide au pluralisme (sic, sic, sic…)".

    Prière de ne pas rire à cette information que Libération  (le journal des beaufs de gauche, puisque désormais le combat se fait entre beaufs…) contribue au pluralisme de la presse comme La Croix (le journal des beaufs de l’eau bénite !) ou de L’Humanité (le journal des beaufs du Pacte germano-soviétique…)

    [2] https://www.planet.fr/politique-banditisme-poker-le-passe-houleux-dun-ministre-de-macron.1570989.29334.html

    [3] Robin Andraca, "Quatremer soutient Macron (mais ne le répétez pas !)", arretsurimages.net, 15 mars 2017.


    • 7 votes
      La mouche du coche 17 novembre 16:55

      2 stipendiés du pouvoir vénus nous enfumer dans toute leur laideur. Ils cherchent à nous faire avaler que l’effondrement de la France est un phénomène naturel contre lequel on ne peut rien. Les mêmes affreux disaient la même chose aux usa jusqu’à ce que M. Trump arrive. Qu’ils sont laids ! 


    • 5 votes
      Gollum Gollum 17 novembre 16:58

      @La mouche du coche

      jusqu’à ce que M. Trump arrive.

      Sauf que Trump n’empêche pas l’effondrement américain. Mieux même il va l’accélérer... ce qui est une excellente nouvelle. Sauf que cela aura des répercussions désastreuses ailleurs et ça c’est la partie mauvaise nouvelle de la bonne nouvelle en question.


    • 1 vote
      La mouche du coche 17 novembre 17:02

      @Gollum
      Dans vos rêves. 


    • 1 vote
      Gollum Gollum 17 novembre 17:08

      @La mouche du coche

      Dans vos rêves. 

      Et voilà. Je le savais. La mouche est en fait un agent américain payé par Washington pour semer la zizanie dans le camp de la dissidonce... promouvoir le créationnisme et à travers lui le mythe biblique d’Adam et Ève.

      La mouche est donc de façon claire un agent sioniste.

      CQFD (comme dirait un grand esprit au QI de 197)

      Heureusement que je suis là pour remettre les choses à l’endroit. smiley


    • 1 vote
      sls0 sls0 17 novembre 15:33

      Analyse neutre donc intelligente.

      Si une bonne partie de la population vote ou écoute les extrêmes c’est parce ce sont les seuls qui les entendent.

      Une majorité de gens qui sont devenu invisibles, oubliés.

      Il est vrai que depuis 2005, leur votes ne servent plus à rien, seule la voix des non élus de la commission européenne compte.

      Des renvois d’ascenceur en haut et le marasme en bas.

      Je n’ai pas employé le mot élite, élite en mafia ? En corruption ? En non emphatie ?...

      Elite ça se mérite, ça ne s’hérite pas, ça ne se coopte pas.


      • 8 votes
        Zatara Zatara 17 novembre 15:38

        @sls0
        Analyse neutre donc intelligente.

        rarement lu quelque chose d’aussi con... qu’est ce qu’une analyse neutre ?? en quoi la neutralité est intelligente ? ou avez vous vu de la neutralité dans cette interview ??


      • 1 vote
        sls0 sls0 17 novembre 16:30

        @Zatara
        Votre coté complotiste vous aveugle, il n’y a que l’extrêmisme qui a grâce à vos yeux, il vous faut du clivage, de la croyance. La raison ou le raisonnable, ça ne passe pas.
        Vous ce n’est pas comprendre qui vous motive mais croire, rester avec vos dogmes.
        Etre constructif ce n’est pas votre tasse de thé, il vous faut être dans l’opposition, la déconstruction, ça vous donne une impression d’exister.


      • vote
        sls0 sls0 17 novembre 16:30

        @Zatara
        Votre coté complotiste vous aveugle, il n’y a que l’extrêmisme qui a grâce à vos yeux, il vous faut du clivage, de la croyance. La raison ou le raisonnable, ça ne passe pas.
        Vous ce n’est pas comprendre qui vous motive mais croire, rester avec vos dogmes.
        Etre constructif ce n’est pas votre tasse de thé, il vous faut être dans l’opposition, la déconstruction, ça vous donne une impression d’exister.


      • vote
        sls0 sls0 17 novembre 16:34

        @sls0
        Basculement wifi>LTE, veuillez excuser ce doublon, le samedi c’est le jour des coupures de courant ici.


      • 2 votes
        La mouche du coche 17 novembre 17:05

        @Zatara
        Laissez tomber. Sls0 est paniqué à l’idée de sortir de sa zone de confort intellectuel. Il ne rêve que de conformisme. smiley 


      • 2 votes
        sls0 sls0 17 novembre 19:09

        @sls0
        Tout ce qui n’est pas en accord avec votre secte c’est du conformisme.
        Le scepticisme et le libre arbitre c’est du conformisme, ouais, c’est vous qui voyez. Tout le monde ne partargera pas votre point de vue ou plutôt la pensée unique de votre secte.


      • 6 votes
        La mouche du coche 17 novembre 19:27

        @sls0
        Pourriez vous nous donner une seule idée que vous avez qui ne soit pas conforme à celles que l’on entend partout dans la pensée officielle ?


      • 1 vote
        mmbbb 17 novembre 20:41

        @Zatara Guilluy 

        parle avec pondération Je vous l a fait courte en resume de texte apres avoir vue cette video ,Le peuple s est laisse berne par les sirenes des mondialistes , il commence a reagir parce qu il comprend qu il s est fait enfiler et profond . Il tient neanmoins a ne pas acheter une pommade anti hémoroide pour la seconde fois et il commence a reagir afin d eviter d avoir le fondement defonce . Ce qu oublie ces deux intervenants d ’evoquer est ceci , avec la montee en puissance de IA , la France periphérique risque d elargir son perimètre , comptable assureur ,, ces gens la qui se croyaient a l abri risquent de subir le meme sort D autres professions medecin et dorénavant pharmacien verront disparaitre leur officine. 


      • 2 votes
        sls0 sls0 18 novembre 15:57

        @La mouche du coche
        Ce ne sont pas mes idées mais elles vous feront plaisir.
        La terre et plate et à été créée il y a 6000 ans.


      • 1 vote
        Tartine 18 novembre 18:07

        A lire tous ces commentaires de haut niveau, on en vient à regretter parfois l’existence d’internet. Je crois que je vais retourner au café du commerce. Au moins on peut boire un coup de rouge.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Octavio

Octavio
Voir ses articles







Palmarès