• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > COVID - Philippe Herlin - The Great Reset - Klaus Schwab - 0% (...)
#75 des Tendances

COVID - Philippe Herlin - The Great Reset - Klaus Schwab - 0% complot

Mieux qu'un improbable complot, des alliés objectifs qui tirent partie d'événements dramatiques pour provoquer leur ascension en position dominante. Au lieu de chercher à solutionner les drames, ils y participent et entretiennent les crises à leur avantage. https://www.francesoir.fr/test-le-gre...​ 40 ans d'idéologie malveillante, de déni, de politiquement correct, de mensonge diffusé par les médias pour travestir la réalité et détruire l'histoire nationale, notre mémoire commune. Corée du Nord ? Non, la France, pays des philosophes, des lumières, de la poésie et de l'amour courtois. A ne pas nommer les choses, on rajoute du mal au mal... Il n'est plus l'heure de commenter ou de débattre mais de réfléchir par vous-même

Tags : Great Reset




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 4 votes
    perlseb 4 mai 18:01

    Ce qui est marrant avec ces soit-disant libéraux, c’est que dès que l’ultra-libéralisme montre son vrai visage (la loi du plus fort qui écrase le plus faible), alors on l’accuse d’être du stalinisme ou, dans cette vidéo, de l’étatisme.

    C’est un peu facile. C’est justement parce qu’il n’y a plus d’état pour imposer à 90% (ou plus) les oligarques, que leurs entreprises peuvent croître sans limite. Il deviennent ainsi plus riches que les états qu’on a volontairement ruinés (dette odieuse) et ils peuvent se permettre d’acheter tous les prostitués politiques ou journalistiques de la planète.

    En somme, c’est bien l’absence de règle juste qui conduit à des inégalités démesurées qui viennent supprimer complètement toutes les libertés.

    Dans notre devise, si l’égalité est accolée à la liberté, c’est parce qu’aucune liberté n’est possible quand les inégalités n’ont pas de limites (pas de limite = système libéral = sans loi pour le limiter = sans état réel). Et un tel système sans loi abouti naturellement à un système mafieux ou ceux qui possèdent tout contraignent tous les autres (pyramide resserrée). En fait, la seule loi importante de limitation des fortunes est volontairement absente et on ajoute un mille-feuille administratif de normes et de règles parfaitement contre-productives pour effectivement détruire les petits qui n’ont pas les moyens d’embaucher un comptable, un fiscaliste, un gestionnaire de paye ou un responsable sécurité pour être en règle. Et ce sont bien les grosses boites qui le décident (les hommes politiques ne sont que des exécutants)

    Le mieux serait quand même de ne pas autoriser le vol (rente du capital, puisque seul le travail est créateur de richesse) pour ne pas avoir à créer des lois pour redistribuer les richesses. Mais, si on supprime l’exploitation de l’homme par l’homme, alors les hommes perdent toute motivation, allez comprendre.


    • 1 vote
      albert123 4 mai 22:25

      @perlseb

      part de l’état dans le PIB Français en 2018 : 54 %, 41 % en GB, moins de 38 % aux USA

      part de l’état français en 2021 estimé à 58,5 %, moins de 45 % pour l’Allemagne ( constant depuis plus de 10 ans) 

      Il prend beaucoup de place cet état français qui n’existerait plus.

      c’est toujours amusant ces anti libéraux qui s’imaginent vivre dans un pays libéral qui étouffe déjà tout entreprise privée avec une orgie de normes à la con qui font baisser la productivité et par la même augmenter la part de l’état dans le PIB, 

      le problème c’est que les chiffres parlent d’eux même et qu’avec autant d’argent dépensées on fait finalement moins bien que les autres, 

      non seulement il y a plus d’état que chez nos voisins mais les résultats obtenus sont médiocres, 

      et il est bien là le problème, c’est qu’avec une telle obésité ce même état n’arrive pas à des résultats probants avec un exemple concret qui souligne que le problème n’est pas le libéralisme mais bien le technocratisme règlementariste et surtout inutile :

      Part de l’administratif dans le système de santé : 60 %, le reste c’est pour soigner des gens.


    • 1 vote
      Mr.Knout Mr.Knout 5 mai 11:14

      @albert123

      "le problème avec les chiffres.." c’est qu’on leur fait dire ce qu’on veut entendre, surtout quand ils sont faux. 

      Pourquoi ne pas mettre en lumière la part du PIB dans le publique avec le taux de dégradation des infrastructures ? L’explosion des inégalités ?

      Parlons santé, votre chiffre déjà est faux, le taux de personnel non médical dans les hôpitaux selon l’OCDE est d’un peu plus de 33% en France contre 26% en Allemagne et 47% aux USA. Mais la comparaison est inutile étant donné que certains pays, dans leurs calculs, ne comptabilisent que les personnels administratif quand d’autres y incluent les personnels techniques (ménage, entretien,etc..).

      Résultat médiocre ? Les USA dépensent 17% de leurs PIB contre 11.5% (9% part publique)pour la France, 9% pour le royaume uni et 11.3% (8.7% part publique) pour l’Allemagne, notez la faible différence entre les deux rives du Rhin. Dans la dernière étude publié dans le Lancet sur la qualité de soin et l’accès aux soins la France est 15eme, l’Allemagne 20eme, le royaume uni 30eme et les USA 35eme...

      Bref je vais pas vous faire un exposé, oui l’état est un peu trop puissant en France mais un grande partie de cette gabegie est orienté vers l’assistanat des entreprises privées alors que la participation de celles ci à l’effort publique est en constante baisse. Je n’ai rien contre le libéralisme mais les pays cités ne sont pas libéraux, pour moi un état aux dépenses militaire astronomique dans le but de défendre les intérêts des entreprises privées dans le monde n’est pas un état libéral.


    • 1 vote
      yoananda2 5 mai 12:57

      @Mr.Knout

      Bref je vais pas vous faire un exposé, oui l’état est un peu trop puissant en France mais un grande partie de cette gabegie est orienté vers l’assistanat des entreprises privées alors que la participation de celles ci à l’effort publique est en constante baisse. Je n’ai rien contre le libéralisme mais les pays cités ne sont pas libéraux, pour moi un état aux dépenses militaire astronomique dans le but de défendre les intérêts des entreprises privées dans le monde n’est pas un état libéral.

      Je ne suis pas foncièrement en désacord, mais je voudrais critiquer 2 choix de mots qui piquent un peu à mes oreilles :

      "assistanat des entreprises privées" ...

      oui et non. En tout cas j’ai du mal à le voir ainsi.

      D’une part, il y a le public qui représente 58% du PIB. La moitié des recettes de l’état viennent de la TVA, payée par les entreprises, répercutées sur le prix pour le consommateur.

      Il y a l’impôt sur le revenu, les dividendes, les charges sociales, les taxes plus ou moins vexatoires, les impôts locaux, immobilier, etc...

      Pas évident de dire la charge qui revient aux entreprises ou aux particuliers.

      Toujours est-il que c’est 58% du PIB, et qu’on considère généralement (ce n’est pas totalement vrai, mais en première approximation, ça l’est) que ce sont les entreprises qui créent la richesse.

      Les charges sont trop importantes (dans un contexte international), donc il FAUT absolument les réduire d’une manière ou d’une autre. Si c’est ça qu’on appelle "assistanat" ... je trouve que ce n’est pas le bon terme : je te maintient la tête sous l’eau, mais je t’assiste en te donnant un tube avec de l’air ... mouaif.

      Ce système à beaucoup d’avantages pour l’état : il lui suffit de ponctionner un peu moins une partie de l’économie pour qu’elle "fleurisse" comme par magie. Economie planifiée, mais sans le dire.

      Il lui permet de fabriquer des champions à l’international.

      Évidemment ces champions servent grâce au système de portes tournantes aux haut fonctionnaires qui décident tout ça à aller pantoufler une fois leur méfaits, oups, carrière dans le public, faite.

      Ca lui permet de "redistribuer" à qui il veut, et donc d’acheter les votes de qui il veut. De subventionner les associations de gauchistes pro-migrant, et toute la politique trans-humaniste et donc de créer de futurs marchés.

      Donc, non, l’état français n’est pas libéral, le pays n’est pas libéral, mais il a une politique "pro-libérale" car il utilise les libéraux en tant qu’idiots utiles, en leur donnant quelques avantages bien sûr, une illusion de liberté. C’est moins pire que d’être salarié ...

      mais bon !

      Si la "participation des entreprises est en constante baisse", je pense qu’on peut l’expliquer par les vexations administratives quotidiennes, l’absence de perspective à long terme, le "à quoi bon ?" (à quoi bon bosser pour avoir des écoles qui promeuvent le LBGTisme, la culpabilité blanche, etc...), et aussi parce que le niveau baisse en France. On passe plus de temps à résoudre le merdier islamique, la guerre des féministes 3ème vague, envers les hommes, à payer les retraites que les boomer se sont votés pour eux même, qu’a vraiment bosser dans ce pays.


    • vote
      Mr.Knout Mr.Knout 5 mai 13:51

      @yoananda2

      Je n’ai jamais dit que l’état français était libéral, pour moi aucun état ne l’est à 100% et c’est bien la le problème. C’est du libéralisme à la carte. Je suis plutôt socialiste (entend bien socialiste pas social démocrate) mais je ne suis pas si réfractaire que ça aux idées du libéralisme, je pense juste que le libéralisme, à l’instar de ma propre orientation, pèche par manque de réalisme sur la situation qui doit prédominer avant son instauration.
      Ton discours ne me dérange pas, je mettrais néanmoins des nuances entre les PME, les professions libérales et les mastodontes du CAC 40 , la banque. L’assistanat (c’est une réponse vulgaire aux discours vulgaires sur les assistés) aux entreprises n’est pas un problème si il encourage l’investissement mais à un certain niveau il encourage les dividendes à une échelle qui n’est pas justifiée, et c’est un gros problème qui amène des décisions courtermistes et stratégiquement catastrophiques pour l’economie.

      Sur le dernier paragraphe c’est une autre question, sur 100 entrepreneurs qui rechignent à payer l’impot combien le font par intelligence et combien par interet personnel ? Je connais des entrepreneurs qui ne rechignent pas à l’impôt, qui pensent même qu’il devrait en payer plus et qui ne remettent en question que l’usage de cet argent, voyant un intérêt à longs termes dans l’investissement publique dans les infrastructures et la formations. C’est très différent de celui qui ne rechigne à l’impôt que pour une deuxième voiture de luxe.


    • 1 vote
      yoananda2 5 mai 16:46

      @Mr.Knout
      je comprends, et je penses que je te rejoint sur pas mal de points.
      Personnellement je trouve que le consentement à l’impôt est très élevé en France et j’attribue ça au caractère de veaux des français, parce que bon ... se faire enfler à ce point la sans rien dire ou presque !!!
      Je suis d’accord que c’est le rôle de l’état d’investir dans les infrastructures (eau, routes, éducation, électricité, essence), et l’armée, mais le reste, il ne devrait pas fourrer son gros nez de Vogon partout.
      Moi perso, les inégalités ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, TANT QUE y a un minimum pour tout le monde SAUF les parasites et délinquants. (en gros ! je n’y ai pas réfléchit plus que ça et peut être que sous-estimes certains critères).

      Moi si un gus ne veut pas payer PLUS d’impôts (il en paye déjà plein, rien que via la TVA) pour se payer sa jaguar, et bien, qu’il le fasse. Je détestes les injonctions moralistes qu’on voit partout en France. C’est son droit d’être égoïste.
      A l’inverse, je veux que chaque impôt payé servir les habitants de la France, et pas ... au hasard, de l’Afrique. Je veux qu’on me rende des comptes, à minima sur ma part que je paye. Sinon, ben je vais trouver des moyens de payer moins, quitte à quitter le pays s’il le faut.

      Quand au socialisme, j’ai dit en substance que pour moi, ça n’a de sens qu’au sein d’un peuple, c’est à dire de gens qui estiment avoir des origines et un destin commun. JE, moi, ne partage plus ce sentiment avec le reste des français. Je veux faire peuple avec des gens qui me ressemblent un minimum, y compris physiquement. Au dela de mon cas personnel je penses que la France n’est plus un peuple mais plusieurs, depuis 10/20 ans, ça commence à ce voir. La France actuelle a tout fait pour ne plus être un peuple, mais un simple agrégat. Je n’ai donc rien à partager avec les autres. Je veux bien payer pour les infrastructures que j’utilise, et rembourser pour celles que j’ai utilisé, mais ce n’est qu’un lien comptable. Donc, je ne suis pas anti-socialiste dans l’absolu, mais je ne suis pas socialiste dans le contexte actuel, ça c’est sûr.

      et c’est un gros problème qui amène des décisions courtermistes et stratégiquement catastrophiques pour l’economie.

      J’entends. C’est un argument intéressant, qui fait plus sens que le sempiternel "faut lutter contre les zinégalités". Oui, ça encourage le court-termisme, l’égoïsme, le matérialisme. Si la France était une nation ça serait problématique. La France est une république ... c’est un peu la conséquence.


    • vote
      Mr.Knout Mr.Knout 5 mai 17:48

      @yoananda2

      "...il ne devrait pas fourrer son gros nez de Vogon partout."

      Je rajouterais la santé ce qui inclut les normes sanitaires. Non parce qu’au pays de oui oui on peux faire confiance aux industriels pour ne pas empoisonner les gens pour des intérêts courtermistes mais dans le monde réel je suis moins sur, et en finalité les dégâts sont payés par la collectivité. si dans beaucoup de domaine l’absence de l’intervention de l’état montre des signes flagrant de meilleurs gestion, de progrès bénéfique pour l’ensemble de la collectivité, je suis plus sceptique sur la santé. Bon là on est dans le bâtard, ce qui est le pire je crois.

      "Moi perso, les inégalités ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, TANT QUE y a un minimum pour tout le monde"

      J’aime pas ce termes d’inégalité, je l’utilise par confort. Le creusement des inégalité sociale est le symptôme d’un mal plus profond et compromet l’avenir d’une communauté au profit d’une minorité vivant la plupart du temps hors de cette communauté. Que quelques familles voient leurs patrimoines décupler sur une période où la majorité de la population vie l’austérité c’est qu’il y a un problème. Nous ne sommes pas égaux mais l’état doit justement palier à cette vérité inébranlable pour maintenir la paix sociale, essentiel à tout ses membres. Je n’imagine même pas l’état de la France sans redistribution, et c’est la classe productive qui en vivrait le plus les conséquences négatives comme aux USA.
      Par contre remettre en question les modalités de redistribution est plus qu’essentiel.

      "Quand au socialisme, j’ai dit en substance que pour moi, ça n’a de sens qu’au sein d’un peuple, c’est à dire de gens qui estiment avoir des origines et un destin commun."
      Point de solidarité sans identité commune, c’est ce qui m’a valu l’exclusion d’un cercle socialiste. Apres où placer le curseur de cette identité on en a déjà débattu et le consensus n’est pas à l’ordre du jour.

      Libéralisme ou socialisme... je trouve les humains encore trop simiesque pour l’un comme pour l’autre mais parfois, dans des réflexions sans contraintes je me dit que le deuxième entièrement appliqué serait le meilleur moyen, et j’y vois même sa finalité, d’atteindre l’idéal du premier.


    • vote
      yoananda2 5 mai 19:00

      @Mr.Knout

      Je rajouterais la santé

      oui, bien vu.


    • vote
      perlseb 5 mai 20:42

      @albert123
      L’état ce n’est pas juste des dépenses et des recettes. L’état doit décider de manière stratégique.

      Je vais prendre 2 exemples. En France, les études sont très bon marché pour un grand nombre de spécialités. Mais est-ce normal que des gens formés par les impôts des français puissent aller travailler aux Etats-Unis sans rien rembourser en concurrençant les rares entreprises françaises qui embauchent encore ? D’ailleurs, ils le font parce qu’on ne trouve pas de travail en France, parfois même avec une bonne formation.

      Et pourquoi on trouve de moins en moins de travail en France ? Parce qu’on délocalise, on évite justement toutes ces lois et normes (souvent contre-productives). Mais alors peut-on laisser les frontières grandes ouvertes (aux marchandises et aux capitaux) avec des lois contraignantes ? La réponse est évidemment non, impossible sur le long terme.

      L’état d’aujourd’hui casse complètement l’économie de la France et il le fait volontairement. C’est en ce sens qu’il n’y a plus d’état en France. C’est un état qui travaille contre notre intérêt, Il est constamment en déficit, les dépenses folles ne servent à rien (on arrête l’économie entière pour un virus qui ne touche que les plus de 65 ans) et on prend 20% de dette en plus. Qui va rembourser cette gestion ? L’état s’auto-supprime en gérant volontairement de manière catastrophique : la majorité des français sera alors contre l’état puisqu’il fait n’importe quoi et on basculera alors sur un système comme les états-unis, sans aucune solidarité où seuls les riches feront des études et seront soignés. C’est comme cela qu’on pourra unifier tous les pays occidentaux dans une super zone d’échange.

      L’état d’aujourd’hui est un anti-état, il travaille pour les multinationales (casse de la santé pour sa privatisation, casse de l’éducation pour sa privatisation, etc...). Et s’il dépense autant pour une gestion de plus en plus mauvaise, c’est pour qu’on en soit dégoûté. Un vrai état ne serait pas aux ordres des multi-nationales, il les taxerait fortement, créerait des lois anti-trust, n’accepterait pas tous leur montage financier qui permettent de ne payer aucun impôt, etc...


    • 4 votes
      PLACIDE2 4 mai 20:22

      La dynamique et le projet implicite des GAFAM est de devenir une seule entité genre TYRELL (Blade runner), cela cadre bien avec leurs visées transhumanistes, actuellement seule la Chine semble contrôler ce type de velléité (Mr Ma ,dirigeant d’Alibaba)


      • vote
        JL 5 mai 10:36

        « Le virus n’a pas fait partie du programme, il a été l’occasion de l’accélérer. Les complotistes ont tort » (je résume)

         

         

        « Le hasard ne favorise que les esprits préparés » (PASTEUR himself !)

         

        Le Grand Reset pour les nuls. Traduction partielle de « the Great Reset for Dummies »

        • 2 votes
          JL 5 mai 10:45

          @JL
           

          « Le hasard ne favorise que les esprits préparés » (PASTEUR himself !)

           
          C’est ça la sérendipité. S’il y a une chose qu’on ne peut pas nier aux manipulateurs et comploteurs, c’est bien le don de sérendipité.
           
           Ceci dit, bonne vidéo.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Yoann

Yoann

Relais d'infos


Voir ses articles


Publicité





Palmarès