• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > DOCU (Arte) : Homothérapies, conversion forcée

DOCU (Arte) : Homothérapies, conversion forcée

À travers la parole de victimes et un travail d’infiltration journalistique, une enquête sidérante sur les organisations religieuses qui, dévoyant le christianisme et la psychanalyse, prétendent "guérir" les personnes homosexuelles.

Électrochocs, lobotomies frontales, "thérapies" hormonales… : dans les années 1970, aux États-Unis, la dépsychiatrisation de l’homosexualité met progressivement fin à ces pratiques médicales inhumaines, tout en donnant naissance à des mouvements religieux qui prétendent "guérir" ce qu’elles considèrent comme un péché, une déviance inacceptable. Depuis, les plus actives de ces associations – les évangéliques d’Exodus ou les catholiques de Courage – ont essaimé sur tous les continents, à travers une logique de franchises. Bénéficiant d’une confortable notoriété aux États-Unis ou dans l’ultracatholique Pologne, ces réseaux œuvrent en toute discrétion en France et en Allemagne. Mais si les méthodes diffèrent, l’objectif reste identique : convertir les personnes homosexuelles à l’hétérosexualité ou, à défaut, les pousser à la continence. Comme Deb, fille d’évangélistes de l’Arkansas ouvertement homophobes, Jean-Michel Dunand, aujourd’hui animateur d’une communauté œcuménique homosensible et transgenre, a subi de traumatisantes séances d’exorcisme. De son côté, la Polonaise Ewa a été ballottée de messes de guérison en consultations chez un sexologue adepte des décharges électriques. Rongés par la honte et la culpabilité, tous ont souffert de séquelles psychiques graves : haine de soi, alcoolisme, dépression, tentation du suicide…

Manipulation destructrice

Étayée par le travail de deux jeunes journalistes, dont l'un s'est infiltré dans des mouvements français – des rencontres façon Alcooliques anonymes de Courage aux séminaires estivaux de Torrents de vie, avec transes collectives au menu –, cette enquête sur les "thérapies de conversion" donne la parole à des victimes de cinq pays. Leurs témoignages, à la fois rares et bouleversants, mettent en lumière les conséquences dévastatrices de pratiques qui s’apparentent à des dérives sectaires. "Nous avons affaire à une espèce de psychothérapie sauvage qui peut amener à la destruction de la personnalité", affirme ainsi Serge Blisko, ancien président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). En mars 2018, le Parlement européen a voté une résolution appelant les États membres à interdire ces prétendues thérapies. Jusqu’à maintenant, seul Malte a légiféré sur le sujet.

Homothérapies, conversion forcée
Documentaire de Bernard Nicolas (France, 2019, 1h30mn)

En complément : l'audition à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 2019, de Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre, co-auteurs de l’ouvrage Dieu est amour – infiltrés parmi ceux qui veulent « guérir » les homosexuels et du documentaire Homothérapies, conversion forcée.

Tags : Santé Religions Christianisme Homophobie Secte Homosexualité Sexualité Psychanalyse




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • vote
    mat-hac mat-hac 29 novembre 16:09

    Oui l’homosexualité était reconnue comme une maladie. Moi je ne vois pas à quoi ça sert de sentir le caca pour faire du sexe. Dites-moi.


    • vote
      sls0 sls0 29 novembre 19:45

      @mat-hac
      Mais c’est qu’il est toujours amoureux de la petite ultracatho ce bon mac hac.
      Le discours suit, c’est bien tu marques des points.
      Comme hétéro, c’est pas une obligation la sodomie c’est déjà un plus mais il m’est arrivé qu’il y ait eu de la demande. Pas trop le "caca" absent qui dérange mais cette position dominée assumée de la fille.


    • vote
      mat-hac mat-hac 30 novembre 07:58

      @sls0
      La femme a une intelligence spatiale qui m’étonne, tout comme les femmes sont étonnées que ce qu’on voit nous transforme.
      Les femmes devinent. Les hommes prospectent. C’est l’intelligence spatiale qui nous fait comme cela.
      C’est pour cela que les femmes comprennent souvent avant, que les hommes agissent plus facilement.


    • 1 vote
      Laconicus Laconicus 30 novembre 11:26

      On ne peut rien attendre de sain en matière de sexualité de la part de gens enfermés dans des croyances. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès