• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Jeunesse en jachère : l’avenir à la campagne pour les jeunes ruraux

Jeunesse en jachère : l’avenir à la campagne pour les jeunes ruraux

Huit personnes témoignent : la campagne, l'attachement à sa région, le défi de vivre de son travail, le déficit de services publics, l'isolement, mais aussi la fierté et la solidarité...

 

Maïté, Dominique, Jean-Baptiste, Fanny et Rémi, Amélie, Noémie et Alexandre

 

 

Un film de Daniel Vigne et Michel Debats

Production : La Gaptière Production / France Télévisions
52’– 2011

 

 

Résumé :

Aujourd’hui, lorsqu’on parle de la jeunesse, elle est toujours urbaine. Là où les jeunes des banlieues ont réussi à focaliser l’attention, à exprimer leur spécificité, les ruraux isolés sur d’immenses territoires n’arrivent pas à être visibles, n’intéressent pas, et comme ceux des cités, se sentent souvent dénigrés. Même si l’on constate un vif intérêt pour la campagne, de la part d’un grand nombre de citadins lassés, les jeunes originaires de la campagne se vivent comme oubliés des médias et des responsables politiques. Ils abordent leurs problèmes (transport, éducation, précarité d’emploi, désindustrialisation, difficultés d’accès à la culture…) mais aussi leurs joies (attachement au territoire, besoin de faire la fête ensemble…).
Sans complaisance, ils parlent sans détours et nous alertent sur ce que nous avons fait de notre territoire rural. Ils nous renvoient à la « fracture territoriale » qui s’est installée avec la concentration des équipements, des industries, des services, des centres universitaires et de recherche dans les mégalopoles régionales.

 

 

Fiche pédagogique : https://docs.google.com/viewer?a=v&...

 

 

LE DÉBAT sur Public Sénat : l’avenir à la campagne

 

La jeunesse rurale : une jeunesse oubliée ?

 

Tags : Environnement Société Solidarité Agriculture Nature




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • 14 votes
    cassia cassia 10 décembre 2012 15:52

    Pas d’industries, plus de paysans, le secteur de l’artisanat se meurt...
    Voilà la France qui se façonne aujourd’hui, un pays esclave des marchés financiers absolument pas autonome !
    Merci pour cet excellent doc !
    Et bravo à tous ces jeunes qui reprennent courageusement le flambeau de leur aïeux en faisant le choix de rester à la campagne.


    • 2 votes
      pegase pegase 10 décembre 2012 17:42

      Sans le savoir ils sont assis sur une manne d’or ... déjà avec l’agriculture bio, ensuite la production d’oléagineux, les huiles végétales pures faciles à produire avec peu de moyens, comme le fait la société "Valenergol" ..

      http://www.oliomobile.org/
      http://www.oliomobile.org/fr/forum.html
      http://valenergol.free.fr/
      http://valenergol.free.fr/dossiers/protection2001.htm

      http://www.grand-villeneuvois.fr/huile-vegetale.php
      http://www.jerome-cahuzac.com/index.php?pages/huiles-vegetales
      http://www.bioenergie-promotion.fr/20233/linstitut-francais-des-huiles-vegetales-pures/
      des liens il y en a pleins !


    • 1 vote
      gerfaut 10 décembre 2012 17:55

      Attention à la culture révolutionnaire trop pointue ! 


      Je connais un paysan qui a voulu faire de l’ engrais avec des vers de terre, c’ était il y a un moment. Il a signé un contrat pour la fourniture des tout petits vers (je ne sais pas comment on dit) et il devait les faire grossir. Seulement, il n’ avait qu’ un fournisseur et qu’ un acheteur, le même, donc les prix... Il s’ est fait avoir. 

      Je ne sais pas si c’ est le cas pour les oléagineux, mais il faut toujours vérifier s’ il y a un marché pour la vente.

    • 2 votes
      franck2012* 10 décembre 2012 18:03

      Pégase, il serait temps d’atterrir ... les cimes c’est joli mais la terre semble diablement basse chez eux !


    • vote
      pegase pegase 10 décembre 2012 18:26

      par franck2012* (xxx.xxx.xxx.24) 10 décembre 18:03

      Pégase, il serait temps d’atterrir ... les cimes c’est joli mais la terre semble diablement basse chez eux !

      ..

      Gni ? peux tu préciser stp ! qu’est ce que c’est que cette réflexion ?

      Je répète ce que j’ai dit plus haut : "Ils sont assis sur de l’or" .. mais encore faut il le savoir !


    • vote
      franck2012* 10 décembre 2012 18:30

      Visiblement pas stupides au point de ne pas le savoir ....
      .
      Mais vous pouvez toujours leur envoyer vos liens !


    • vote
      pegase pegase 10 décembre 2012 18:36

      Justement si, ils se font avoir par la FNSEA qui les mènent par le bout du nez .. le gouvernement et les lobbys qui font tout pour étouffer ces choses ..

      j’ai un pote qui produit 80 m3 / an en Allemagne, il la vend directement à la pompe .. ça ne le fait pas vivre, mais c’est un plus !


    • 2 votes
      franck2012* 10 décembre 2012 18:53

      Je pense sur le fond nous sommes d’accord ... nous aimerions qu’ils réussissent *


    • 2 votes
      pegase pegase 10 décembre 2012 21:54

      par franck2012* (xxx.xxx.xxx.24) 10 décembre 18:53

      Je pense sur le fond nous sommes d’accord ... nous aimerions qu’ils réussissent *

      ..

      Oui .. mais plus encore, car j’ai peur que leur situation actuelle soit voulue pour les mettre à genoux et récupérer leurs terres .... dans le même but évoqué plus haut évidemment ! 


    • 1 vote
      franck2012* 10 décembre 2012 22:33

      On peut effectivement évoquer un scénario à l’américaine, avec un paysage de grandes exploitations, mais ce mouvement aurait été déjà entamé par le départ de nombreux exploitants. Il est possible que certaines régions européennes ne soient plus tout simplement exploitées, remplacées par l’exploitation de nouvelles régions du tiers-monde. Les salaires à très bas-coûts expliquant ce mouvement.
      Des régions agricoles condamnées à la jachère et qui ne pourraient-être sauvées comme pour l’industrie que par ce que l’on nomme tièdement un ’protectionnisme intelligent’ puisque le mot ’protectionnisme’ semble devenu une aberration économique...


    • 8 votes
      gerfaut 10 décembre 2012 17:50

      J’ aime beaucoup ces jeunes, et quand des personnes parlent de ce qu’ ils connaissent vraiment, de leur travail. En plus Nabinals, je connais très bien, j’ ai passé 5 étés à quelques kms. Au passage, l’ Aubrac, c’ est magnifique.


      Ayant vécu partout, de la campagne à la grande ville, ce complexe vis-à-vis des citadins que l’ on retrouve, c’ est vrai, n’ a vraiment pas lieu d’ être. A la campagne, ils savent tout faire, eux. Il faut leur dire. 



      • vote
        franck2012* 10 décembre 2012 17:59

        Je vous plusse, mais vous mets au défi d’aller vous y installer ....  smiley


      • 5 votes
        franck2012* 10 décembre 2012 17:55

        J’ai vu ce doc, hier.
        .
        Excellent. Jeunes, tous français de souche, tous diplômés, tous à la rue. L’une qui conduit son tracteur dans la vidéo est maraichère, et au RSA . Courageux et désespérés.
        .
        @cassia
        Leur pari semble impossible, l’isolement, la dureté de leur travail, le temps qui passe et les perspectives qui ne s’amélioreront pas. Certains repartiront à la ville, où ils ont fait leurs études, renforçant l’isolement des restants .
        .
        C’est le drame d’une époque. Dans les villes se concentrent une population chassée de sa province ou de son continent. Les villes deviennent la concentration de tous les problèmes sociaux. Et les campagne continueront de se vider de leurs paysans.
        .
        On reste très pessimiste devant un tel délabrement.


        • 1 vote
          cassia cassia 10 décembre 2012 18:08

          La qualité de vie, ça n’a pas de prix Franck 2012 !


        • 1 vote
          franck2012* 10 décembre 2012 18:27

          Sur l’argent 37éme à 40 éme minute, cassia ....  smiley ..... " L’argent sous la forme d’argent " notamment .


        • 1 vote
          franck2012* 10 décembre 2012 18:51

          Je ne veux pas insister trop et casser l’ambiance, pour une fois qu’un consensus se détache, mais si vous écoutez ces jeunes, et l’un d’entre eux, parmi les plus impliqués  :
          .
           << ....on peut ne pas gagner d’argent avec sa passion quand on est jeune >>
          .
          Donc si on les écoute au lieu de croire ce que nous avons envie de voir, il y a ceux qui partent, ceux qui pourraient partir ... Un contexte difficile : le ramassage scolaire, l’éloignement des services publics, ce qui ne devrait pas s’arranger. Pas de vie culturelle, ils improvisent une réunion qui se termine en picole. Ils vivent souvent seul, pas en couple. On nous dit à un moment qu’il y a des problèmes relationnels, ils sont si peu pourtant ...
          .
          Ce que nous dit le documentaire, c’est que la tentative de rester au pays est plus prés de la rester, une tentative, que de réussir . c’est l’état des lieux d’une campagne qui se désertifiera davantage. On ne reprend pas les établissements, seuls quelques services touristiques ( hôtellerie /restauration ... ) survivent, la démographie étant à la baisse car, là, ce sont les vieux qui partent .
          .
          On peut aussi rester frapper, nous qui vivons probablement tous dans un tissus urbain, par cette image de vitalité que nous renvoie ces jeunes gens. Mais entre l’image d’Épinal que l’on pourrait promouvoir au FN, certains sympathisants, ici, et la réalité que nous montre cette vidéo. Personnellement j’ai été désespéré pour ces jeunes pendant son visionnage *


        • vote
          gerfaut 12 décembre 2012 20:54

          Concernant la jeune fille de Nasbinals, il faut préciser qu’ elle a de la chance d’ y avoir des terres, en effet à cet endroit les sols sont volcaniques et on sait qu’ ils sont plus riches, cela fait une herbe plus dense et très bonne pour le bétail. A quelques km de là vers l’ Est, donc en Lozère, le sol est déjà plus pauvre.


          Certains jeunes ont plus de chances que d’ autres en campagne au départ.

          • vote
            La mésange La mésange 13 décembre 2012 18:39

            Très bon documentaire. Ces jeunes sont super, touchants et malgré leurs difficultés, bien dans leur chaussures. Je leur dit courage, vous êtes dans le juste ! En plus si la situation économique empire je pense que ce seront eux qui arriveront le mieux à s’en sortir.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès