• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Centrale nucléaire de Fessenheim : arrêt définitif du 1er réacteur le 22 (...)

Centrale nucléaire de Fessenheim : arrêt définitif du 1er réacteur le 22 février et fin du démantèlement dans 20 ou 30 ans...

« Samedi, à 2h30 du matin, ce sera le début de la fin pour la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). Le décret confirmant l'arrêt total et définitif des réacteurs de la plus ancienne centrale nucléaire en activité de France, avant la fin du mois de juin 2020, a été signé par le gouvernement. Le décret, paru mercredi 19 février au Journal officiel, "entre en vigueur le 22 février 2020 pour le réacteur n°1 et au 30 juin 2020 pour le réacteur n°2". Il "abroge l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim dont EDF est titulaire".

L'arrêt progressif du réacteur de 900 mégawatts à eau pressurisée commencera vendredi soir. L'évacuation des combustibles usés devrait intervenir d'ici l'été 2023. Quant au démantèlement, il durera jusqu'en 2040 au plus tôt...  » — franceinfo

 

Fessenheim : l'histoire de la plus ancienne centrale nucléaire de France ( France Bleu, 20 févr. 2020, 1:36)

Le réacteur numéro un de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) sera mis à l’arrêt le 22 février. Ce sera le début du processus de démantèlement de la plus ancienne centrale de France en activité.

Plus d'infos :

Cinq choses à savoir sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Dossier Fessenheim sur francebleu.fr)

Comment va se passer le démantèlement ?
Pourquoi la fermeture a tardé ?
Que vont devenir les salariés ?
Quelles conséquences pour la commune de Fessenheim ?
La baisse de production de la centrale va-t-elle peser dans la production d’énergie en France ?

 

Un démantèlement qui pourrait se terminer dans 20 ans... ou 30 ans... On n'est pas à 10 ans près dans cette industrie, qui devait alimenter le réseau électrique avec l'EPR de Flamanville en 2012. La mise en service se fera au mieux avec 10 ans de retard, à la fin de l'année 2022...

 

La question du jour : Comment démanteler Fessenheim ? ( France Culture, 20 févr. 2020, 7:04)

C’est officiel, à Fessenheim, les réacteurs de la plus ancienne centrale nucléaire française encore en activité vont s’arrêter cette année. Le premier dès samedi, et le second avant juin. Mais le plus dur reste peut-être à faire. Il faut désormais compter au moins vingt ans avant que le site soit totalement assaini. Entre l’évacuation des déchets et un gigantesque démontage, comment démanteler une centrale nucléaire ? Pour en parler, Guillaume Erner reçoit l'ancien ingénieur au CEA, Bernard Laponche (physicien nucléaire, expert en politique énergétique, membre de l’association Global Chance). La Question du jour de Guillaume Erner - 20 février 2020

Sont cités dans la vidéo (démantèlement) : Brennilis et Superphénix

 

Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire de France ferme ses portes ( FRANCE 24, 19 févr. 2020, 1:45)

La plus vieille centrale nucléaire de France inaugurée en 1977 ferme et sera définitivement démantelée en 2040. Avec 2000 emplois directs et indirects, la fermeture de Fessenheim va engendrer une perte de 5 millions d'euros pour les commerces du Grand-Est.

 

Arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim : "l'équipe ne se voit pas appuyer sur le bouton" (France Bleu, 20 févr. 2020)

 

Tags : Energie Nucléaire EDF Science et techno




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • 2 votes
    JMBerniolles 20 février 21:55

    Comme d’habitude un article sur le nucléaire d’une personne qui n’y connait rien.

    Compter sur FranceBleue pour tout savoir sur cette question est juste une plaisanterie.

    Quelques point essentiels :

    1. les réacteurs de Fessenheim pouvaient encore fonctionner 10, 20 .. jusqu’à 40 ans.
    2.  le démantèlement commence évidemment avec le déchargement du combustible qui enlève plus de 90% de la radioactivité sur le site
    3. On a sans doute "acheté" les salariés de l’EDF, mais pas tous les travailleurs impliqués directement ou indirectement dans l’activité de la centrale
    4.  il est clair qu’il n’y a aucune solution économique de remplacement
    5.  Fessenheim avait non seulement un rôle dans la production globale d’électricité mais aussi sur la stabilité du réseau électrique.
    6.  coût au moins 10 milliards de francs jetés à la poubelle
    7.  …. 


    • 2 votes
      pegase pegase 21 février 14:03

      @JMBerniolles
      les réacteurs de Fessenheim pouvaient encore fonctionner 10, 20 .. jusqu’à 40 ans.

      NON, vous racontez n’importe quoi !!! La date limite des cuves des réacteurs était déjà dépassée de 3 ans smiley

      Il n’y a que les malades avides d’argent pour repousser leur fonctionnement !

       Fessenheim avait non seulement un rôle dans la production globale d’électricité mais aussi sur la stabilité du réseau électrique.

      Il y a au moins 10 réacteurs en trop en France à ferrailler ...


    • 3 votes
      Traroth 21 février 16:14

      @JMBerniolles
      Les centrales nucléaires ont été initialement construites pour une durée de 30 ans. Fessenheim a dépassé les 40. Les échantillons d’acier de la cuve qui ont été conservés au moment de la fabrication et soumis à la même radioactivité que dans un réacteur montrent que l’acier est encore d’une qualité suffisante pour permettre à la centrale de continuer à fonctionner, mais que valent ces échantillons après les scandales du Creusot ? L’un des réacteurs de Fessenheim a déjà failli échapper à tout contrôle en 2014, et seule une injection de bore dans le circuit primaire a permis de sauver la situation, entraînant ensuite plusieurs mois d’interruption de service.

      Le nucléaire en France, ce sont des incidents graves chaque semaine. C’est une situation qui n’est pas du tout maîtrisée.


    • 1 vote
      vfcc 21 février 17:13

      @Traroth
      L’ASN est une organisation indépendante créé après la catastrophe de Tchernobyl pour controler la sécurité des centrales nucléaire françaises.
      l’ASN a été créé par des gens très circonspect vis à vis du nucléaire (voir peut-être pour certain, carrément anti nucléaires).

      Et voici ce que dit l’ASN de la centrale de Fessenheim

      https://www.asn.fr/L-ASN/L-ASN-en-region/Grand-Est/Installations-nucleaires/Centrale-nucleaire-de-Fessenheim

      Extrait :

      L’ASN considère que les performances en matière de sûreté nucléaire du site de Fessenheim, dans la continuité des années précédentes, se distinguent de manière favorable par rapport à la moyenne du parc. En matière de protection de l’environnement, le site reste à un bon niveau. Enfin, dans le domaine de la radioprotection, le site rejoint l’appréciation générale portée sur EDF.

      En terme de sécurité il n’y a, d’après l’ASN, pas lieu de fermer la centrale.

      Il y a régulièrement des soucis comme pour toute activité industriel, et l’ASN emet des demandes de corrections. Elle a le pouvoir de faire fermer un réacteur en cas de problème de sécurité.

      Sachant ca, je ne comprends pas vos propos "C’est une situation qui n’est pas du tout maîtrisée".
      Au contraire, la situation me semble totalement maitrisée en terme de sécurité.

      Merci de vous informer avant d’écrire de tels choses.


    • vote
      Mr.Kout 22 février 00:12

      @Traroth

      "Le nucléaire en France, ce sont des incidents graves chaque semaine. C’est une situation qui n’est pas du tout maîtrisée. "

      Vous remarquez la contradiction de votre propos ? Graves accidents pas maîtrisés toutes les semaines mais invisibles, vraiment fort à EDF, même la dictature soviétique a fait moins bien.


    • 1 vote
      sls0 sls0 22 février 00:30

      @Mr.Kout
      Ce serait sympa de mettre des liens pour étayer vos dires 


    • vote
      JMBerniolles 22 février 11:08

      @pegase

      Vous ne connaissez pas grand chose du sujet L’ASN avait officiellement autorisé 10 ans supplémentaires Aux Usa sur le même type de réacteur on prévoit 80 années

      Bien sûr que l’equilibre du réseau électrique déjà fragile est menacé


    • vote
      CN46400 24 février 08:14

      @JMBerniolles
      Dans la vie normale, les investissements sont exécutés, ou non, en fonction des retours attendus et évalués objectivement (Sécurité), et pas en fonction de vieillissement supposés ou pré-déterminés.
       Mais, dans le nucléaire, du fait des "écolos totalitaires", un plus un ne fait plus deux....


    • vote
      Armel 26 février 12:24

      @Mr.Kout je suis d’accord avec vous. Pourquoi continuer à mettre des vies en danger s’il y’a d’autres alternatives. 

      La priorité doit être à la préservation des vies et garantir la bonne santé aux ménages qui sont chaque jour exposés à des risques de maladies.

      Armel de http://www.credit-rachat.biz/


    • 1 vote
      LUCA LUCA 21 février 02:40

      Ou comment devenir dépendant du charbon allemand et du gaz russe en passant de producteur d’énergie à vache à lait.


      • 3 votes
        Miona Miona 21 février 09:13

        @LUCA
        Et on est dépendant de quels pays pour le minerai d’uranium ?


      • 4 votes
        Joe Chip Joe Chip 21 février 10:18

        @Miona

        Aucun. Contrairement à un certain mythe, la France ne livre à aucun "pillage" des ressources des pays africains et a depuis longtemps diversifié ses sources d’approvisionnement d’uranium. Le fameux uranium du Niger, c’est 8% de la production nucléaire. Et pour dire la vérité, on pourrait s’en passer totalement, car l’uranium, là encore contrairement à une idée reçue, est une ressource abondante qui ne vaut plus rien puisque peu de pays aujourd’hui ont la volonté ou sont en mesure techniquement de l’exploiter. C’est aussi une ressource sur laquelle il existe peu de risques géopolitiques, car la production est diversifiée et répartie sur tous les continents.

        Le niger n’est que le 6ème pays d’approvisionnement des centrales françaises, loin derrière le Canada, l’Australe et le Kazakhstan :

        http://www.gazettenucleaire.org/ resosol/InfoNuc/technique/uraniumF.html

        Un peu de lecture pour éviter de fantasmer à ce sujet :

        http://www.sfen.org/energie-nucleaire/panorama-nucleaire/uranium-monde
        https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/niger/niger-les-mines-d-uranium-ne-sont-plus-rentables-victimes-de-leffondrement-des-cours-mondiaux_3675011.html


      • 3 votes
        Miona Miona 21 février 10:59

        @Joe Chip
        Si on ne produit pas de minerai d’uranium sur le sol national, on est forcément dépendant de l’approvisionnement venant de l’étranger... plus ou moins selon la localisation des gisements. 


      • 1 vote
        guepe guepe 21 février 11:03

        @Miona

        Et donc ?

        On ne produit pas non plus de pétrole ou de gaz , ce qui vous empêche pas d’avoir une voiture ou de vous chauffer l’hiver j’imagine.


      • 2 votes
        Miona Miona 21 février 11:24

        @guepe
        Et donc ? Bah, on dépend de la production et de l’acheminement venant de pays étrangers pour le pétrole, le gaz et l’uranium, c’est tout ce que je dis. Vous êtes d’accord avec ça j’imagine...


      • 1 vote
        LUCA LUCA 21 février 12:46

        @Miona
        Bravo ! smiley ... le vent faisant tourner les éoliennes vient lui aussi de l’étranger... je pensais surtout faire référence à la pollution des énergies de remplacement car clairement, le nucléaire malgré ses déchets est une énergie bien plus propre que le charbon.


      • vote
        pegase pegase 21 février 14:08

        @Miona
        -
        Le problème c’est qu’ils (Orano) l’achètent au prix qu’ils fixent eux mêmes ...

        Second problème, l’extraction, son transport et son traitement pour en faire de l’uranium fissible n’est de très loin pas exempt de rejets de CO2 ...


      • 1 vote
        Traroth 21 février 16:16

        @LUCA
        "le vent faisant tourner les éoliennes vient lui aussi de l’étranger"

        Vous parlez sérieusement, là ? Parce que non, on n’importe pas du vent, c’est des foutaises !


      • 1 vote
        vfcc 21 février 17:17

        @Miona
        On pourrait extraire l’uranium du sol français, mais ca serait moins, voir pas rentable.

        L’uranium est issu des poussières d’étoiles qui ont formé la terre (et les autes planètes). On en trouve partout dans la croute terrestre à différents niveaux de concentration.


      • vote
        LUCA LUCA 21 février 18:43

        @Traroth
         "Parce que non, on n’importe pas du vent..."
        Exact, il s’exporte de son propre chef sans notre accord ! ... le salaud !

        "c’est des foutaises !"
        Encore exact, mais je plaisantais.


      • 2 votes
        Joe Chip Joe Chip 21 février 20:13

        @Miona

        Donc à vos yeux vous êtes "dépendante" de votre boulanger ou "dépendante" votre médecin sous prétexte que vous ne pouvez pas faire votre propre baguette ou vous soigner seule ? C’est une vision intéressante de la vie en société.

        Vous préconisez donc l’autarcie. Mais comment alimenter vos appareils électriques, ordinateurs, etc. sachant que la France ne dispose pas de ressources naturelles en quantité importante ?


      • vote
        pegase pegase 21 février 22:30

        @Joe Chip
        -
        En habitant à la campagne c’est très facile, une petite éolienne avec un petit alternateur au cul, une ou deux batteries décharge lente 200 AH, un onduleur et c’est marre ...

        C’est ce que j’avais dans un cabanon au fond du terrain chez mes parents, quasi aucun entretient, ça se démerdait tout seul ...la batterie jamais à plat ...

        Le top c’est le générateur à huile végétale en cogénération, quasi 100% de rendement ...
        https://www.groupeselectrogenes.fr/groupes-electrogenes/generateur-electrique-economique-huile-vegetale.html


      • vote
        Mr.Kout 22 février 00:17

        @Joe Chip

        "Donc à vos yeux vous êtes "dépendante" de votre boulanger ou "dépendante" votre médecin sous prétexte que vous ne pouvez pas faire votre propre baguette ou vous soigner seule ? C’est une vision intéressante de la vie en société. "

        Bravo !!!!! Un Schopenhauer award bien merité.

        @LUCA "le vent faisant tourner les éoliennes vient lui aussi de l’étranger... "

        Encouragement du jury avec le Schopenhauer espoir masculin.


      • 1 vote
        Miona Miona 22 février 11:29

        @Joe Chip
        La vie en société n’est que celà : des interdépendances. La vie n’est que celà. Il n’y a rien dans l’univers connu qui soit pleinement autonome, càd ne dépendant pas d’autre chose.
        Si on commençait à remonter la chaîne de dépendances qui permet l’existence de la baguette vendue par le boulanger, on verrait vite que cette chaîne est "infinie".
        La baguette dépend du boulanger. Le boulanger dépend de ses clients, de ses fournisseurs, de la production d’énergie qui alimente son four, etc.
        On converge très vite vers le Big Bang... (O_o) Pour avoir une baguette, il faut du blé, il faut donc la planète sur laquelle pousse ce blé, il faut donc le Soleil, il faut donc etc, etc, etc.
        Si vous faites de même avec les clients, avec le boulanger, le paysan qui cultive le blé : de qui, de quoi dépend l’existence de chacune de ces personnes... La chaîne d’interdépendance ne s’arrêtra qu’à la frontière de nos connaissances sur l’origine de notre univers.
        Vous n’avez jamais envisagé les choses comme ça ? (tout est lié, rien n’est totalement autonome) De qui et de quoi nous dépendons pour pouvoir en ce moment échanger des commentaires sur ce site web ? Une chaîne sans fin de dépendances... (^_^)


      • 1 vote
        Joe Chip Joe Chip 22 février 11:40

        @Miona

        La vie en société n’est que celà : des interdépendances. La vie n’est que celà. Il n’y a rien dans l’univers connu qui soit pleinement autonome, càd ne dépendant pas d’autre chose.
        Si on commençait à remonter la chaîne de dépendances qui permet l’existence de la baguette vendue par le boulanger, on verrait vite que cette chaîne est "infinie".
        La baguette dépend du boulanger. Le boulanger dépend de ses clients, de ses fournisseurs, de la production d’énergie qui alimente son four, etc.

        C’est exactement ce que je vous disais de manière ironique. Je ne pensais pas que vous alliez prendre cela au premier degré, je crois que vous devriez échanger avec Pégase.


      • 4 votes
        Trelawney Trelawney 21 février 09:52

        La fermeture de Fessenheim est une décision politique qui va à l’encontre des intérêts environnementaux.

        Nous sommes en 2020 et il y a fort à parier que dans 10 ans, le nombre de voitures électriques ou hybrides rechargeable sera supérieur au nombre de voitures thermiques. Avec notre indépendance au gaz et au charbon, une grande partie des logements se chauffera à l’électricité.

        Pour les années avenir il nous faudra donc plus d’électricité et cette centrale pouvait encore tenir 10 ans de plus, tout comme les réacteurs de Dampierre, Tricastin, Saint Laurent, Nogent, Blaye et surtout Gravelines la plus grande d’Europe. Ce qui nous fait 22 réacteurs capable de fonctionner jusqu’à 2040. De plus en fermant ces réacteurs, on met un terme à la recherche et développement pour la prolongation de la durée de vie de ces derniers (JMBerniole pourra en parler plus longuement)

        Donc avec l’augmentation des besoins et la fermeture de la moitié du parc actuel, on devra lancer des programmes EPR à raison de 10 minimum pour les années avenir. Il ne faut pas trop compter sur les éolienne et les panneaux solaires pour pallier aux besoins

        Je ne suis pas un ardent défenseur, mais on a ces réacteurs autant faire avec et ne pas considérer comme une victoire écologique le démantèlement de ceux ci


        • 1 vote
          bob87 21 février 14:53

          @Trelawney
          On manque clairement de vision sur la durée...
          Il est impossible d’envisager un passage massif à la voiture électrique sans doubler la capacité du réseau électrique et sans doute aussi la production...
          A coté de ça, on cause de panneaux solaires massivement improductif à l’heure ou la majorité des gens mettront leur voiture à recharger...


        • vote
          Trelawney Trelawney 21 février 15:54

          @bob87
          Il est impossible d’envisager un passage massif à la voiture électrique sans doubler la capacité du réseau électrique et sans doute aussi la production...
          Pourtant les voitures électriques sont fabriqués et plusieurs modèle (américains, coréens chinois) arrivent sur le marché. Il faudra bien répondre à la demande d’électricité


        • vote
          vfcc 21 février 17:20

          @Trelawney
          Je suis de votre avis. Cela dit, de nouveaux réacteurs peuvent être construit dans quelques années et compenser la fermeture planiifiée du parc actuel.


        • vote
          Mr.Kout 22 février 00:20

          @vfcc

          Décidément ça veut pas comprendre qu’électrique ou thermique le problème c’est le véhicule individuel en soit, vive la pensée magique !!!

          "Avec un Bulldozer solaire on émet pas de CO² mais on rase quand même la foret amazonienne"  Je sais plus qui a dit ça mais ça résume bien le piège à gogo qu’est l’électrique.


        • vote
          yoananda2 22 février 00:48

          @Mr.Kout

          "Avec un Bulldozer solaire on émet pas de CO² mais on rase quand même la foret amazonienne" 

          C’est Aurélien Barreau, il le répète à presque toutes ses interventions sur l’écologie.


        • vote
          Trelawney Trelawney 22 février 08:05

          @Mr.Kout
          Votre écologie est hors sol !
          L’homme est un animal grégaire qui à besoin des autres pour vivre et s’épanouir. C’est pour cela que la mondialisation n’est pas une chimère. C’est tout simplement l’universalité de l’humain.
          Donc si on enlève ses besoins primaires (nourriture, logement), l’homme a besoin de voyager pour aller à la rencontre des autres.
          Enlevez lui son moyen de transport (voiture avion bateau) et vous lui enlevez sa raison d’être


        • vote
          Mr.Kout 22 février 12:31

          @Trelawney

          Votre modele de vie rend l’avenir de l’humanité incertain mais c’est moi qui suis hors sol, pas mal.
          Je voyage sans avions ni voiture depuis 20ans , et beaucoup plus que des gens qui prenne une tonne de metal pour faire 2km.


        • 1 vote
          Mr.Kout 22 février 12:33

          Et puis je dit bien vehicule individuel, j’attaque pas le transport en general.


        • vote
          guepe guepe 21 février 11:05

          C’est n’importe quoi. Après le glyphosate , ça. C est triste de voir la science être balayé pour des considérations électorales ou idéologiques.


          • 1 vote
            Raymond75 21 février 11:15

            @guepe

            Et science ou technique sans contrôle public et sans idéologie, cela ne vous gène pas ?


          • vote
            vfcc 21 février 17:21

            @Raymond75
            Si tout autant.


          • vote
            jjwaDal 21 février 16:42

            Il faut se souvenir que le programme électronucléaire français a été "torché" dans les années 1970/1980 pour répondre à une demande urgente de l’Etat. Qu’on ait su faire en 7/8 ans ce qu’on ne sait plus faire en 10 ans, 40 ans plus tard, montre les prises de risque qu’on s’est autorisé pour la filière, à l’époque. Il faudrait relire les "Sciences & Vie" de l’époque pour voir tous les écueils (fissures d’origine sur chaudières ou sur circuits de refroidissement au montage, pièces ne répondant pas aux spécifications mais jugées aptes à l’installation, etc) pour mesurer la chance relative que nous avons eu. Si nous n’avons pas eu de catastrophe, c’est probablement que le programme entier était sous la supervision d’un producteur électrique national, aux moyens financiers vastes et soutenu par une élite de techniciens et ingénieurs qui avaient un intérêt bien compris à ce que ça marche.
            Nous allons donc apprendre à démanteler une centrale de ce type, mieux quantifier les coûts réels et les procédures et aborder le sujet du stockage en zone de confinement des déchets à longue vie. Il se trouve que le nucléaire n’a bouclé son cycle, nulle part. Une étude récente montrait encore que pour les déchets les plus actifs, les solutions qu’on pensaient bonnes, ne le sont pas.
            Si on ne la remplace par par un EPR, il n’est pas tard encore de renouer de bonnes relations avec les Russes pour disposer de leur gaz. Cela permettra aux moulins à vent de tourner quand ils veulent et aux écolos de voir grimper nos émissions de CO2 dans un pays moins nucléarisé.


            • vote
              sls0 sls0 22 février 00:39

              @jjwaDal
              On oublie toujours la centrale de Chooz A dont le démentèlement s’est bien passé. C’était du PWR comme les centrales actuelles.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès