• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > La Détection des Neutrinos de Ultra-Haute Énergie

La Détection des Neutrinos de Ultra-Haute Énergie

En avril 2019, une équipe de scientifiques français et chinois se rend dans les montagnes du Qinghai, une province reculée du nord-ouest de la Chine, pour y effectuer une campagne de mesures dans les longueurs d'onde radio du spectre électromagnétique : leur but est de s'assurer que les instruments qu'ils ont l'intention d'installer dans ce coin perdu ne seront pas gênés par des rayonnements radio indésirables, de la même manière que des télescopes optiques peuvent être gênés par de la pollution lumineuse.

Ils ont en effet besoin d'un environnement radio tout à fait propre pour que les antennes qu'ils espèrent pouvoir déployer là soient en mesure de détecter les signaux des gerbes de particules atmosphériques induites par l'interaction de rayons cosmiques de haute et de ultra haute énergie, avec la roche des montagnes environnantes.

La technique de détection radio autonome qu'ils mettent pour la première fois en œuvre lors de cette étape initiale devrait leur permettre un jour de voir plus GRAND (Giant Radio Array for Neutrino Detection), et de passer à la détection des neutrinos de ultra haute énergie, leur Graal.

https://grand.cnrs.fr/

https://grand.cnrs.fr/grand/grandproto300/

https://www.youtube.com/watch?v=UhoCB3Ptovc

Cette conférence a été donnée par Kumiko Kotera, astrophysicienne à l'IAP (présentée par Karim Benabed, avec modération des questions sur le chat par Guillaume Hébrard), dans le cadre de la Fête de la science, le 11 octobre 2020.

Les phénomènes les plus violents de l'Univers, comme les sursauts gamma, les coalescences d'étoiles à neutrons etc., nous envoient différents types de signaux, au travers de « multi-messagers » (rayons cosmiques, neutrinos, photons, ondes gravitationnelles). Le projet GRAND (Giant Radio Array for Neutrino Detection) vise à détecter ces messagers aux plus hautes énergies, en particulier des neutrinos. Les neutrinos de ultra-haute énergie sont difficiles à détecter, car ils interagissent faiblement avec la matière et leur flux arrivant sur Terre est très faible. Avec le projet GRAND, il s'agira de chercher à intercepter ces particules à l'aide d'un réseau d'antennes géant : 200 000 antennes seront déployées sur 200 000 km2 (la taille de l'Angleterre), en une vingtaine de sous-réseaux de 10 000 antennes de par le monde. Un premier prototype de 300 antennes est en train d'être construit dans le désert chinois, afin de valider les techniques de détection.

Tags : Science et techno




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 30 octobre 21:00

    Avec l’explication qui suit le film c’est pas plus mal.

    https://youtu.be/rgUz0xHkskY


    • vote
      mat-hac mat-hac 30 octobre 21:21

      @sls0
      J’avais mis la conférence avec.


    • 1 vote
      sls0 sls0 30 octobre 23:30

      @mat-hac
      J’ai eu vidéo privée en cliquant sur le lien youtube.


    • vote
      vesjem vesjem 31 octobre 09:54

      @sls0
      très intéressant ; un peu long qm pour le profane que je suis


    • vote
      mirmillon 31 octobre 18:59

      @sls0

      La balle de fusil de 10 joules, c’est juste un peu plus qu’un diabolo / air comprimé.
      Réchauffer une tasse de thé avec 10 joules, la crise de l’énergie est résolue. 


    • 1 vote
      sls0 sls0 31 octobre 19:15

      @vesjem
      La plupart des prix Nobel de physique sont passé par les rayons cosmiques.
      Les muons, positrons et autres n’ont pas été découverts dans des accéĺérateurs. Le premier accélérateur a été construit en 1952, la plupart des découvertes ce sont des analyses de photos prisent dans des chambres à bulles de traces de rayons cosmiques.
      C’est à cette époque qu’il y a eu séparation entre les astrophysiciens et les physiciens des particules. Avant il n’y avait que des astrophysiciens.
      Je m’y suis intéressé début des années 80, à l’époque j’étais étonné par des énergies incroyables de 10^16 eV.
      Maintenant ils en sont à 10^20eV.
      A 10^19eV même le magnétisme a presque pas d’influence, ça fonce. Dans l’espace il y a des photons primordiaux sans énergie, il y en a très peu, 400/cm3 mais c’est suffisant pour qu’il y ait interaction avec des protons avec une énergie de 10^20eV. Il est impossible pour ces protons de faire plus de 300 années lumières. C’est physiquement impossible pourtant il y en a qui dépassent cette énergie et en plus ils viennent de toutes les directions.
      Il ne faut pas s’étonner que des physiciens s’y intéresse, du hors lois physiques.

      Une théorie dit que de telles énergies on en avait avant le bigbang, il y aurait des particules qui auraient survécu avec un telle potentiel énergétique. Cette théorie est élégante car elle expliquerait l’arrivée des particules de très haute énergie de tout les azimuts et en même temps ce serait une réponse à la matière noire.
      Bon c’est une hypothèse, c’est possible ou pas je ne sais pas mais je la trouve élégante. Ca fait rêver en tout cas.


    • vote
      sls0 sls0 31 octobre 19:44

      @mirmillon
      10 joules avec un plomb c’est normal, avec la masse d’un proton ou neutron c’est difficilement envisageable.
      Le radium ça pète fort en alpha, 6×10^6eV.
      Le cobalt en gamma c’est le champion avec 1,6×10^6eV.
      Ici on parle jusqu’à 10^20eV.
      Mes spectrométries gamma je regarde sur un minipad, si je voudrais voir une telle énergie avec la même échelle, l’écran devrait faire en largueur 100 UA ou distance de la terre au soleil pour que voir le pic d’un rayon cosmique d’ultra haute énergie.
      Personnellement je trouve que c’est beaucoup.


    • vote
      sls0 sls0 31 octobre 19:48

      @mirmillon
      La tasse de thé de la miss on peut la voir avec un microscope, elle n’a pas tord si la tasse est microscopique. Mais c’est vrai que son exemple est mauvais.


    • vote
      mirmillon 31 octobre 22:13

      @sls0
      .
      Quand j’étais petit je lisais dans le Que sais-je ? Les Rayons cosmiques qu’il y avait des protons de 1/10 de joule. On a juste gagné un facteur 100.
      J’ai la flemme de calculer à combien de m/s de c est un proton de 10 joules.
      J’ai survolé la vidéo. J’ai vu qu’il tombe 1 proton de 10^20 eV par kilomètre carré et par an, mais je comprends mal comment on peut le savoir. En prolongeant une courbe ? 


    • 1 vote
      sls0 sls0 1er novembre 00:43

      @mirmillon
      Il y a eu d’autres essais avant mais aux dimensions plus petites mais en dizaines de km2 quand même. Ca a permis de se faire une idée. C’était des capteurs avec scintillomètres* ce limitait la taille vu le cout. On cherchait le rayonnement et non sa transformation en onde électromagnétique.

      *Certainement des cuves d’eau avec des photomultiplicateurs.
      J’ai un scintillomètre pour faire des spectro-gamma, c’est 10 à 30 fois plus sensible et rapide qu’un compteur Geiger-Muller pour mesurer les gamma.
      C’est pas meilleur, c’est plus rapide, j’ai un compteur Geiger avec un tube panckake pour les alpha.


    • vote
      Zip_N 1er novembre 10:31

      Ils peuvent détecter la catastrophe ultraviolette ? Le soleil et les galaxies ont une source de rayonnement bleu violet à échelle lointaine. (Le soleil est jaune) et les étoiles ne sont pas violettes, cela signifie que les instruments perdent des rayonnements de mesure ? C’est autre chose ?


      • vote
        sls0 sls0 1er novembre 11:08

        @Zip_N
        La catastrophe ultraviolette est un résultat théorique de la loi de Raleigh, une loi de la physique classique, la réponse énergétique était infinie à partir d’une certaine longueur d’onde.
        C’est à l’origine de la physique quantique. Planck en sortant la théorie des quantas a supprimé l’énergie infinie due au calcul.
        Le mot catastrophe ultraviolette était comique et a été employée, ce n’était qu’un formule mathématique qui ne collait pas à l’observé.

        La couleur d’une étoile ira vers le rouge si elle s’éloigne de nous, c’est l’effet Doppler. Avec l’expansion de l’univers, plus c’est loin, plus la vitesse d’éloignement est grande et plus ça tire vers le rouge. C’est le redshift ou décalage vers le rouge découvert pas Hubble.
        La couleur d’une étoile dépend de sa température, un peu comme le filament d’un ampoule. A 1000° elle sera rouge, à 10000° elle sera bleu/violet. On parle de température de couleur, le soleil c’est 5500 ou 6000°K.
        On retrouve ces températures de couleur sur les appareils de photo et camescope, la balance des blancs.


      • vote
        Zip_N 1er novembre 11:19

        @sls0

        Oui catastrophe ultraviolette est juste elle apparait dans une catégorie d’onde qui est pas n’est pas quantique. Elle est sauf erreur de calcul, restreinte par le non quantique. Par contre la suite oui, c’est ce que je comprend aussi. Il y a les 3 couleurs qui font le blanc et les 3 anti couleur inverse comme dans le spectre des couleurs chromatique.

        Ils cherchent une modélisation par les fréquences l’ infime différence d’intensité mécanique qu’il y a entre entre le passage d’une énergie physique classique et celle modifiée expliquant une énergie physique quantique.


      • vote
        sls0 sls0 1er novembre 11:47

        @Zip_N
        Non, la catastrophe ultraviolette n’existe pas, ce n’est qu’un nom donné à une erreur théorique résolu avec la physique quantique.
        Une couleur c’est une convention pour dénommer une partie du spectre des couleurs un peu comme le VHF dans les ondes radios. Une couleur c’est une fréquence d’onde électromagnétique comme les rayons x ou gamma.
        Il y a pas une énergie classique ou quantique, la physique quantique la défini mieux c’est tout.
        On emploi toujours la physique de Newton pour avoir un rendez vous précis entre un sattelite et une comète, quand c’est pour Mercure ou des sattelites GPS, là c’est la physique d’Einstein qu’il faut employer. Pour un rendez vous avec une comète la physique d’Einstein va très bien aussi mais ce sont des calculs plus importants mais pas nécessaires.
        La physique quantique vu qu’elle ne prend pas en compte la gravité, le sert à rien pour le spatial.
        Le jour ou vous arrivez à employer la physique quantique pour des calculs de trajectoire de sattelite, je vous promets une pluie de prix Nobel.


      • vote
        Zip_N 1er novembre 12:11

        @sls0

        Elle existe, il s’agit d’une expérience existante qui signifie que le modèle quantique n’est pas le même que le modèle sans quantique et qu’au milieu il y a une absurdité. Absurdité veut dire qu’il manque des sons ! ! ! !


      • 1 vote
        Zip_N 1er novembre 12:23

        @sls0

        Premièrement c’est fondamental ! C’est pas parce qu’un rendu est absurde qu’il n’ existe pas. Vous avez pas les bons termes, vous commencez faux le résultat final n’est pas juste.


      • vote
        Zip_N 1er novembre 12:51

        Avec ce que je comprend, vous parlez de restreint avec le quantique pour faire un modèle général, l’inventeur de la catastrophe ultraviolette lui il parle restreint pour le modèle standard, il faut parler général, en mélangeant les 2. Imbriquer l’un pour l’autre.

        La catastrophe ultraviolette cela fait partie de l’échelle de transformation progressive, un des phénomènes de frontière qu’il y a entre la vue par l’optique du modèle standard et quantique, entre le macro et le microcosme. Ce n’est pas une erreur d’instrument ni de recherche, cette découverte est importante c’est pour cela qu’elle existe.


      • vote
        sls0 sls0 1er novembre 13:00

        @Zip_N
        La catastrophe ultraviolet c’est limite une boutade de l’époque, dans les faits ça n’existe pas.

        Une exponentielle tend vers l’infini d’une façon théorique, dans les faits vu qu’on est dans un monde entropique c’est une régression logistique qui s’ignore avec un coef β très petit.
        La théorie c’est l’exponentiel, la pratique c’est la régression logistique.

        La catastophe ultraviolette c’est un point de vue théorique basé sur un formule incomplète, son nom est limite une boutade, une exagération comique.

        Là dessus j’arrête, vous avez une vision des choses assez décalée par rapport à la physique, à l’observé.


      • 1 vote
        Zip_N 1er novembre 13:09

        @sls0

        Vous confondez boutade de l’époque et expérience scientifique !! Vous confoncez café et science. Vous êtes trop loin de la réalité, pour découvrir quelque chose qui ne soit pas déjà fait.

        C’est une des premières expérience qui stipule une contradiction et qui ne répond pas au modèle de la physique classique, une sorte d’arrêt.


      • vote
        Zip_N 1er novembre 13:33

        @sls0

        La théorie de la catastrophe ultraviolette fonctionne de l’infrarouge au vert. Mais lorsque la méthode traditionnelle elle est utilisée pour aller plus loin cela ne fonctionne pas. C’est pas absurde, bien au contraire !!


      • vote
        Zip_N 1er novembre 14:04

        @sls0

        "Une couleur c’est une convention pour dénommer une partie du spectre des couleurs un peu comme le VHF dans les ondes radios"

        Selon moi, la couleur ce n’est pas une convention, c’est une dénomination formelle, une dimension de la variation du spectre. C’est pas pareil. 


      • vote
        Zip_N 1er novembre 14:59

        @sls0

        "Il y a pas une énergie classique ou quantique, la physique quantique la défini mieux c’est tout.

        "

        Comme une colonne vertébrale ? Physique et pourquoi pas chimique ?? L’énergie ce n’est pas de la chaleur ? Vous avez l’air de dire que c’est le modèle de la physique quantique qui créer et prédomine, prédestine, et inclu tous les modèles des sciences des énergies, à vous écouter c’est presque si c’est pas le quantique qui à créer les sciences.


      • vote
        Zip_N 1er novembre 11:36

        Finalement les quantas sont 3 couleur en 1, superposée en négatif a 3 couleur en 1. J’ai pas le calcul exact ça demande plus de temps.


        • vote
          sls0 sls0 1er novembre 11:49

          @Zip_N
          Un rappel des bases s’impose.
          https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Quantum


        • vote
          Zip_N 2 novembre 10:11

          @sls0

          Merci, mais j’essaie d’utiliser l’information ponctuellement pour résoudre un problème, sinon j’évite de réfléchir par moi même et ça me fait perdre du temps, dans une sorte d’entropie d’information et d’inutilité de développement.


        • vote
          Zip_N 2 novembre 00:00

          La science passe parfois par des choses absurdes qui donnent des résultats imprévus. Regardez le chat de Schrôdinger mort ou vivant, c’est comme l’oeuf "mort" et la poule vivante, 1 fois sur 2 est le résultat optimal vers l’infini. A partir d’une certaine dimension vous alimentez un paradoxe ou une absurdité.


          • vote
            Zip_N 2 novembre 00:37

            @Zip_N

            C’est de la mécanique paradoxale.

            Si la poule arrive en 1er cela est contraire à la flèche du temps.
            Lorsque l’oeuf arrive en 1er cela est dans le sens de la flèche du temps.

            La solution se trouve dans la flèche du temps et dans la 2 ème réponse. Une poule ne peut pas naitre sans oeuf, sans passer par un poussin. L’’homme ne peut pas arriver avant l’embryon. C’est l’embryon qui arrive en 1er dans la flèche du temps et les oeufs s’auto fécondent sans les coqs. L’oeuf est un mécanisme bien plus vieux que la mécanique de la poule. La mécanique de l’oeuf est plus ancien que la mécanique de la poule.


          • vote
            Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 2 novembre 08:35

            @Zip_N

            Le temps linéaire (passé, présent, futur) est une construction de notre cerveau, une perspective mentale. Cela ne signifie pas que le temps n’est "rien" en dehors de notre conscience. Cela ne signifie pas qu’il n’a aucune réalité mais cela signifie que nous n’avons aucun moyen de savoir ce qu’il est en réalité. Nous pouvons seulement étudier la manière dont notre cerveau se le représente. Ce qui est intéressant. Mais en étudiant cela, nous en apprenons plus sur notre mental que sur le temps en soi : "ça" nous reste inaccessible en tant que phénomène indépendant de notre conscience, du moins de notre conscience personnelle. Dans des états de "conscience impersonnelle", exceptionnels, le temps apparaît comme une pure instantanéité : passé et futur disparaissent (n’ont plus aucun sens), seul se manifeste un pur présent totalement rénové à chaque nanoseconde. Une poule entière peut aussi bien surgir de cette instantanéité qu’un oeuf. Aussi aisément qu’un peintre peut peindre une poule avant de peindre un oeuf. De même, lorsque vous aimez vraiment quelqu’un à l’instant présent, vous l’aimez en même temps au moment de sa naissance (même si vous n’avez aucune information à ce sujet) et au moment qui précède sa mort (moment qui n’est pas encore arrivé et dont vous ne savez rien). 


          • vote
            Zip_N 2 novembre 10:02

            @Gaspard Delanuit

            "Cela ne signifie pas qu’il n’a aucune réalité mais cela signifie que nous n’avons aucun moyen de savoir ce qu’il est en réalité. "

            Vous parlez de temps restreint. Le temps c’est un chronomètre et un compte à rebours. Comme le vivant. Le temps pourrait être approfondi si nous savions si l’univers est un milieu fermé ou un milieu ouvert.


          • vote
            Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 2 novembre 10:33

            @Zip_N
            Non, tout ce que vous décrivez reste une description. Nous ne pouvons pas décrire autre chose qu’une description, alors que la réalité elle-même n’est pas une description. On ne peut rien dire à propos de la vérité du temps en soi car c’est hors de portée de la pensée discursive, on peut seulement dire quelque chose à propos de la manière particulière qu’à le cerveau humain de construire la temporalité. Et alors si et seulement si l’on est conscient de cette limitation, toutes les théories sur le temps deviennent intéressantes, non parce qu’elles concerneraient l’univers (qui n’est pas accessible par la pensée), mais parce qu’elles disent quelque chose de la pensée humaine (qui peut s’étudier elle-même, notamment dans sa capacité de construire une temporalité spécifique). 


          • vote
            Zip_N 2 novembre 12:43

            @Gaspard Delanuit

            Vous confondez la forme et le fond.


          • vote
            Zip_N 2 novembre 12:56

            @Gaspard Delanuit

            De quel auteur vous vous inspirez pour dire une chose pareil ? La réalité est une description qui s’appelle réalité. Arrêtez avec le tableau de Magrite "ceci n’est pas une pipe". C’est jolis à dire comme vous le faite, ce n’est pas réel en parlant de vous ?


          • vote
            Zip_N 2 novembre 13:03

            @Gaspard Delanuit

            "la réalité elle-même n’est pas une description

            "

            En vérité, la réalité sont toutes les descriptions ! Vraie ou fausse inclue, juste et injuste, bon et mauvais, c’est tous le contraire de ce que vous affirmez. L’inverse total.


          • vote
            Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 2 novembre 18:55

            @Zip_N

            Vous n’avez pas compris.  smiley


          • vote
            Zip_N 2 novembre 19:10

            @Gaspard Delanuit

            C’est parce que vous n’avez pas de description réelle pour être compris. Bonne nuit smiley


          • vote
            Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 2 novembre 20:54

            @Zip_N

            Voilà, cela doit être parce que je suis mal-expliquant et non parce que vous êtes mal-comprenant.  smiley


          • vote
            Zip_N 2 novembre 08:52

            C’est étonnant sur Wikipédia l’entropie est expliqué par une solution qui se mélange dans un liquide petit à petit, dans un verre en milieu fermé. Le pire des exemples !? Je me souviens avoir vu l’expérience de séparer le pastis après avoir été mélangé à l’eau. Cela stipule qu’une fois mélangé que le chemin inverse à l’intérieur du verre est possible sous certaine condition et que l’entropie n’est pas de 0. Ce qui signifierait que l’entropie n’est pas absolue dans certaines conditions dans un milieu fermé et au repos, constituant Naturel ou non) .Verre à concentration mal mélangée, verre à concentration bien mélangée et verre a reconstitution mal mélangée.

            Milieu fermé ou milieu ouvert nous ne savons pas si l’univers est un milieu ouvert ou un milieu fermé. Une solution opaque dans un verre d’eau c’est de la gravitation et cosmologie miniature. Dilatation et contraction. Dans un milieu naturel 1 litre d’eau va progressivement s’alourdir de composant micro organique et dans 1 milieu ouvert l’eau va s’évaporer.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès