• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Une intelligence artificielle peut-elle être créative ?

Une intelligence artificielle peut-elle être créative ?

Les IA sont-elles capables de créer comme le font les humains ? Examinons cette question à travers le prisme du jeu, des échecs et du go.

Pour les échecs la créativité de deep blue consiste à anticiper longtemps à l'avance et à évaluer les prises de risque.

Pour le jeu de go, l'objectif consistait à savoir ce qui était fiable dans le jeu et ce qui ne l'était pas.

Tags : Information et Médias Robotique Informatique Prospective et futur Science et techno Intelligence artificielle




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • vote
    mat-hac mat-hac 25 janvier 12:46

    Je pense que les informaticiens de Gogole ont été créatifs. Ce sont eux qui possédaient l’algorithme du coup qu’a créé l’IA.


    • vote
      sls0 sls0 26 janvier 16:39

      @mat-hac
      Je sais un peu programmer. La logique floue m’a intéressée.
      Donc je suivais un peu le coté IA.
      Quand j’ai vu les possibilités d’alpha zéro ça m’a quand même foutu une claque philosophique.
      L’IA c’est développée en dehors de ses créateurs.
      Maintenant quand on me parle de futur en IA, je réponds avec un prudent je ne sais pas.
      Savoir apprendre par soi-même avec internet à dispo, c’est dingue sans les limites d’un cerveau.
      Il y a aussi la chaine de science4all pour approfondir.
      Pour répondre à Mat-hac, ce n’est pas les programmeurs de google qui ont appris les coups de go, il lui ont donné les moyens d’apprendre, d’extrapoler.
      Alpha zéro ce n’est pas l’élève qui a appris du prof mais qui a appris à apprendre avec sont prof.
      Vous raisonnez comme une personne qui exploite ce qu’on lui a appris, d’autres font de la recherche, vont au delà.


    • vote
      mat-hac mat-hac 26 janvier 23:23

      @sls0
      Les règles du jeu de go créent les coups.


    • 2 votes
      Pyrathome Pyrathome 25 janvier 13:51

      Une intelligence artificielle peut-elle être créative ?

      Arrêtez de raconter n’importe quoi, mat-hac, l’IA ne sera jamais créative puisque ce n’est pas une "intelligence" mais juste une combinaison d’algorithmes programmés, pour que la créativité ait lieu, il faut une intelligence qui VIT, on est là dans le domaine de la "machine" qui ne sait rien faire d’autre que ce qu’on lui a appris......

      Cessez de prendre les gens pour des cons et de soutenir ceux qui se prennent pour "Dieu", l’IA est une supercherie, présentée comme telle.

      L’IA n’a strictement rien "d’intelligent", même si elle peut être utile dans certains domaines.....


      • vote
        mat-hac mat-hac 25 janvier 13:58

        @Pyrathome
        oui


      • vote
        sls0 sls0 26 janvier 16:52

        @Pyrathome
        Vous faites part de vos croyances, de jugements.
        Alpha zéro est un fait. Pour l’instant limité aux jeux.
        Tant que ça reste dans une spécialité ça me va.
        Le meilleur docteur pour la détection du cancer du sein est français. Vu que c’est une IA je devrais dire française.
        Google a même réussi à faire une IA aussi conne que les forumeurs. Il n’a pas fallu longtemps qu’elle reprenne les conneries des forums, elle est devenue raciste.


      • 1 vote
        tobor tobor 27 janvier 00:48

        Peu importent les avancements "réels" en matière d’IA, ce qui compte c’est la crédulité du publique, le moment clef où accepter de confier les responsabilités à la machine plutôt qu’en regard de ses propres recherches, de son expérience et de son jugement. Se faire dérober le droit fondamental de penser, devenir malléables et téléguidables via une interface personnalisée.


      • vote
        JL 25 janvier 16:26

        Question philosophiquement intéressante.

         

        Un algorithme génétique est-il d’un autre ordre de créativité qu’une intelligence naturelle ?

         

        Pour les tenants du « libre arbitre » que je ne soutiens pas, mais c’est une autre affaire , seuls les être qui en sont dotés seraient capables de créativité, de comportements imprévisibles.

         

        Tous les autres comportements sont des réaction qui relèvent du déterminisme. Un algorithme est prévisible.

         

        De sorte que la question serait : une IA peut-elle être doté d’un libre arbitre ? Fournir une réponse imprévue ?

         

        On pourrait en faire une définition.

         


        • 2 votes
          BlueMan BlueMan 25 janvier 20:06

          Désolé mais aucune créativité ne se manifeste dans les deux cas cités : - Pour AlphaGo, si les gens sont surpris, c’est tout simplement que l’algorithme a évalué un coup gagnant au delà de l’horizon de perception des humains, et donc il l’a choisi mécaniquement. Ce n’est que bien plus tard que tous ont pu se rendre compte que c’était un coup gagnant. Si ce coup inattendu a été choisi, ce n’est pas parce-qu’AlphaGo serait intelligent ou créatif, mais seulement parce-que ce coup-ci a été évalué par lui mécaniquement le meilleur par une simple relation d’ordre. - Pour AlphaZero, c’est exactement pareil : c’est mécanique, déterminé, et déterministe.

          Il est absurde de croire que y=f(x) serait créative, même si f est très compliquée et/ou joue contre elle-même. C’est 100% mécanique et déterminé.

          Être créatif, cela signifie précisément être capable de ne pas être mécanique au point de créer le NOUVEAU (donc quelque chose de non déterminé et prévu) et parfois même de sortir du cadre (de la détermination précisément). PS : pour en savoir plus sur l’IA qui ne sera jamais consciente, voir cet article : http://www.blueman.name/Liens_Et_Informations_Diverses_Et_Variees_Du_Moment .php?IdNews=11962


          • 1 vote
            JL 26 janvier 09:26

            @BlueMan
             
             afin de ne pas rester dans les poncifs habituels sur le sujet, je vous propose de prolonger cette réflexion exprimée dans mon post précédent
             
            la créativité au sens où il faut l’entendre ici n’est pas la productivité. En effet, la productivité des machines est vérifiée depuis belle lurette.
             
             Donc la bonne question à poser est : « qu’est-ce que serait la créativité d’une IA ? »
             
             
            Y compris en mal ! Ne serait-ce que par le fait des bugs, il est démontré que les machines possèdent cette "créativité". Un robot programmé pour ne pas tuer un humain pourrait en cas de bug commettre l’irréparable.
             
            Par créativité, il faut comprendre : "l’aptitude à surprendre son créateur".
             
            La question de la créativité des machines est une question paradoxale, à laquelle il n’y a pas de réponse.
             


          • 1 vote
            Belenos Belenos 26 janvier 12:40

            @JL
            "Par créativité, il faut comprendre : "l’aptitude à surprendre son créateur"."

            Je ne vois pas pourquoi il faudrait l’entendre ainsi. La créativité s’entend clairement toute seule. Nul besoin de cette réduction absurde. 

            "La question de la créativité des machines est une question paradoxale, à laquelle il n’y a pas de réponse."

            N’importe quoi ! C’est une question simple avec une réponse déjà contenue dans la question : la mécanicité est contraire à la créativité. Il suffit de se servir de son intelligence pour saisir le sens des concepts que l’on prétend utiliser pour le comprendre. 


          • 1 vote
            Belenos Belenos 26 janvier 12:41

            @BlueMan

            "Être créatif, cela signifie précisément être capable de ne pas être mécanique."

            Absolument. Et quelqu’un qui ne comprend pas cette évidence ne peut pas aller plus loin. 


          • vote
            JL 26 janvier 23:37

            @Belenos, Belenos,
             

             "Être créatif, cela signifie précisément être capable de ne pas être mécanique."
             

             Quelle tournure alambiquée pour dire : "est créatif ce qui n’est pas mécanique". Déterministe serait plus juste.
             
            Questions :
             
            Une chose inerte est-elle déterministe ?
             
            Un cheval fou est-il créatif ?


          • 2 votes
            Belenos Belenos 27 janvier 00:13

            @JL
            C’est la tournure de Blueman et non la mienne. Je ne la trouve pas alambiquée mais claire et précise. Peut-être vouliez-vous répondre à Blueman (le site joue des tours avec les pseudos dans les réponses en ce moment). 


          • 3 votes
            BlueMan BlueMan 27 janvier 03:23

            @JL : "Par créativité, il faut comprendre : "l’aptitude à surprendre son créateur".

            Pas d’accord du tout ! La notion de surprise n’a rien à faire ici.
            Je maintiens et je persiste : être créatif, c’est créer le nouveau. Et cela ne peut se faire qu’en étant À LA BASE non déterminé.
            Voilà pourquoi une IA ne seras JAMAIS CRÉATIVE pour la simple raison que y= f(x) n’est pas, et ne sera jamais créative, puisque 100% déterminée et déterministe.
            Le débat est clos (ou alors vous n’avez compris à la problématique, ce que je croie).


          • vote
            JL 27 janvier 08:47

            @BlueMan
             
            vous dites que le débat est clos ? Je ne vous retiens pas. Ceci dit, ce ne sont pas vos tautologies qui feront progresser un débat qui semble vous dépasser.
             
            Votre première tautologie est de réduire les IA à une fonction déterministe que vous symbolisez par y=f(x) et d’en conclure qu’une IA est par conséquent déterministe. Autrement dit : "c’est déterministe parce que c’est déterministe". Et vous ajoutez "circulez, il n’y a rien à redire".
             
             
            Vous commettez deux erreurs : la première c’est que si les algorithmes génétiques, si les systèmes experts, si les réseaux neuronaux sont réductibles à un fonction déterministe, alors l’intelligence naturelle est également réductible à une telle fonction. C’est la thèse du matérialisme : « Le matérialisme est un système philosophique qui soutient que toute chose est composée de matière et que, fondamentalement, tout phénomène est le résultat d’interactions matérielles »
             
            L’autre erreur c’est de croire que ce qui n’est pas déterministe est créatif : je dis non, ce peut être destructif. Une multinationale est une IA, non réductible à une équation. Est-elle créative ? Est-elle destructive ? Qui peut le dire ?
             
            Puisque vous niez implicitement le matérialisme ne me dites pas le contraire, ou alors pour le coup c’est que vous ne comprenez rien à rien — pourquoi n’avez vous pas rebondi sur ma suggestion dans mon premier post, relative au libre arbitre ? Vous n’êtes pas croyant ?
             
            On pourrait commencer par là. En effet, ce qui est en cause in fine, c’est la conscience : la créativité est le propre de la conscience. Pas de créativité sans conscience, et c’est cela que vous ne comprenez pas.

             
             Ps. Une troisième erreur consiste à croire que je plaide pour la créativité des IA, ce qui est totalement faux : pour moi une IA se distingue d’une intelligence naturelle en ce qu’elle n’a pas, n’aura jamais une conscience, et j’en fais une définition. De sorte que, si un jour, un créateur fabriquait une machine dotée d’une conscience à l’égale de celle des êtres vivants, alors il deviendrait l’égal de dieu, au sens de Spinoza.


          • 1 vote
            BlueMan BlueMan 27 janvier 14:43

            @JL : mon pauvre vieux, vous vous emmêlez les pinceaux, et vous êtes en plus malhonnêtes intellectuellement : vous dites une chose et son contraire quelques lignes plus loin : "En effet, ce qui est en cause in fine, c’est la conscience : la créativité est le propre de la conscience. Pas de créativité sans conscience, et c’est cela que vous ne comprenez pas. " : c’est que je ne cesse de vous expliquer bougre d’idiot, mais vous prétendez le contraire dans tout le reste de votre discours.
            Y = f(x) est RADICALEMENT INCOMPATIBLE AVEC LA CONSCIENCE.
            Le déterminisme ou la conscience, il faut choisir.
            Le déterminisme de l’IA et de toutes les machines (à laver ou des autres) n’a rien à voir avec la conscience et la créativité.
            OUI, "l’IA" est une fonction déterministe à 100% car c’est un calcul 100% déterminé quelle que soit la méthode que vous utilisiez, car c’est un y = f(x) bougre d’aveugle. 
            Terminé l’IA.
            Terminé la créativité de l’IA.
            C’est juste une illusion, une croyance.
            Je vous laisse à vos délires. Vous êtes inaptes.


          • vote
            JL 27 janvier 19:59

            @BlueMan
             
             si vous étiez clair et dans le vrai, vous devriez répondre correctement et convaincre sans être grossier. Vos insultes signent votre ineptie.
             
            Puisque vous soutenez maintenant que la créativité et la conscience marchent ensemble, vous auriez dû approuver ceci qui est son corolaire : « Par créativité, il faut comprendre : l’aptitude à surprendre son créateur. »
             
            Or vous avez dit : ’’pas d’accord du tout ’’ !!!
             
            Ce qui démontre que c’est vous qui celui qui dit une chose et son contraire, et pas moi. 

             
             


          • vote
            JL 27 janvier 20:18

            @BlueMan

             
             A aucun moment je ne me suis contredit : c’est vous qui avez mal interprété mes propos.
             
             Cela arrive. Ce n’est pas grave. Ce qui est grave ce sont vos insultes.


          • vote
            tobor tobor 27 janvier 20:46

            Une IA ne pourra aller plus loin en "créativité" que de réagencer des préalables. Elle peut interpréter du son en image ou de l’image en son ou encore recourir à des fonctions aléatoires pour produire du "neuf" lequel sera apte à surprendre. Cependant, rien n’aura été de la création pure, qu’il s’agisse d’abstraction ou de figuratif, la seule création pure reste l’IA en question.


          • 1 vote
            BlueMan BlueMan 28 janvier 00:11

            @JL : Vous en tenez vraiment une couche, et en plus vous ne savez pas lire, c’est terrible.
            Je vous met les points sur les i pour vous montrer que non seulement vous avez tout faux, mais qu’en plus vous déformez mes propos au point de les inverser. ^^

            Bonne lecture !


          • 1 vote
            JL 28 janvier 08:20

            @BlueMan
             
             ce n’est pas ce que vous avez dit ailleurs que j’ai lu mais ce que vous avez écrit ici.
             
            Ce n’est pas en aboyant que vous aurez raison :
             
            dans un premier temps, vous avez interprété (mal) mes propos en croyant que j’étais pro-conscience des IA (1)
            et quand vous avez enfin compris que j’étais du même coté que vous, vous avez choisi de continuer à m’insulter (2), au lieu de reconnaitre ma position.
             
             En fait, vous êtes incapable de comprendre une autre formulation que la vôtre laquelle vole très bas.
             
            C’est votre bêtise qu’il convient d’insulter.
             
            (1) partout où vous vous adressez à moi.
            (2)le 27 à 14 ;43 : ’’c’est que je ne cesse de vous expliquer bougre d’idiot’


          • vote
            BlueMan BlueMan 28 janvier 14:41

            @JL : Je ne cesse de dénoncer l’IA comme une imposture scientiste et quelque chose de mécanique, de 100% inconscient, et de non créatif dans le cas de cet article, et vous, vous entendez le contraire de ce que disent mes propos... Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise..., c’est factuellement de l’idiotie. Et vous vous plaignez que je le dise. Mais décrire les faits, la réalité, est tout sauf de la bêtise.
            Même sut la langage, vous n’y voyez pas clair : traiter quelqu’un d’idiot n’est pas une insulte. Traiter quelqu’un de con, oui. Décidément, vous êtes un malcomprenant à qui le discernement fait défaut...
            Je m’arrête ici avec vous.
            Bonne journée.
             


          • vote
            JL 28 janvier 14:55

            @BlueMan
             
             vous croyez que j’entends le contraire de ce que disent vos propos ? Où est-ce que vous avez vu ça ? Vos propos sont si basiques que même un enfant les comprendrait.
             
             Ne renversez pas les rôles svp ! C’est vous qui êtes incapable de comprendre les miens, trop éloignés qu’ils sont de votre vision simpliste de ces choses.
             
             


          • vote
            Jean Keim Jean Keim 26 janvier 09:37

            Devons-nous faire une différence entre intelligence et ingéniosité ?

            La pensée est un processus, il est possible qu’un jour elle soit parfaitement imitée par une machine qui elle-même sera le résultat de l’ingéniosité humaine.


            • vote
              JL 26 janvier 10:17

              @Jean Keim
               
               la question de la créativité des machines n’est qu’une mauvaise façon de poser problème de la conscience : point de créativité sans conscience (aka le libre arbitre pour les croyants).


            • 2 votes
              BlueMan BlueMan 27 janvier 03:30

              @Jean Keim : "La pensée est un processus" : vraiment ? Qu’est-ce que vous en savez ? RIEN !
              La conscience n’est pas un processus, car ce n’est pas un fonctionnalisme, ce n’est pas une fonction, ce n’est pas un y=f(x) avec x et f très compliqués, ce n’est pas un calcul, mais la manifestation de l’Être.
              Mais vous ignorez aussi ce que sont la conscience et l’Être.
              Dans ces conditions, il est plus sage de vous taire. ;)


            • vote
              mat-hac mat-hac 27 janvier 03:33

              @BlueMan
              Effectivement, Cheminade dit que le monde n’est ni logique ni illogique, ou alors qu’il est logique et illogique. Le monde est socratique.


            • 1 vote
              Belenos Belenos 27 janvier 05:53

              @BlueMan @Jean Keim

              Attention au marécage des mots. Le terme "pensée" a plusieurs définitions très différentes. Vous ne parlez manifestement pas de la même chose. Jean Keim parle (je suppose) de la partie mécanique des opérations mentales, de ce que l’on pourrait appeler "les automatismes mentaux" qui sont toujours analytiques et dualistes. C’est dans ce cas quelque chose de bien différent de "la manifestation de l’être" (c’est presque le contraire). D’ailleurs quand les gens pensent qu’un ordinateur "est un être", ils pensent non avec leur esprit mais avec leur pensée mécanique : la mécanicité de l’homme regarde une machine... et ne voit pas de différence avec l’humanité ! 


            • vote
              gaijin gaijin 27 janvier 08:33

              @BlueMan
              " "La pensée est un processus" : vraiment ? Qu’est-ce que vous en savez ? RIEN ! La conscience n’est pas un processus"
              vous assimilez a tord la pensée et la conscience ....ce n’est pas du tout la même chose ........
              ( a part pour les cartésiens dont la croyance fixe en effet la conscience au niveau de la pensée )


            • vote
              Jean Keim Jean Keim 27 janvier 08:51

              @Belenos

              Exactement, d’ailleurs il est observable que la pensée trouve son origine dans nos mémoires, à l’instar du déroulement d’un programme informatique, essayer d’imaginer ce que peut-être l’esprit sans la pensée relève également de la pensée, il n’y a pas plusieurs formes de pensées, il y a simplement des contenus différents, il y en a autant qu’il y a d’individus qui pensent sur notre planète et la pensée est le point commun à chacun d’eux, l’humanité pense par le truchement de chacun des êtres qui la constitue.

              Je pense est une expression vraie qui est utilisée universellement et pourtant quand nous l’utilisons nous ne mesurons pas son implication dans la vie de tous les jours.

              J’ai véritablement eu un déclic le jour où j’ai perçu que la pensée est enclose en elle-même, qu’elle ne peut reproduire que ce qu’elle peut puiser dans un savoir, qu’elle ne peut pas exprimer ce qui lui est inconnu, le dire est d’ailleurs un truisme.

              Pour certains la pensée est sacrée, elle est ni sacrée, ni diabolique, elle est un processus voilà tout, comme l’est un programme informatique, il est possible qu’un jour des machines fonctionnent en imitant parfaitement la pensée humaine, quelles en seront les conséquences pour notre espèces ?


            • vote
              Jean Keim Jean Keim 27 janvier 08:55

              @BlueMan

              La pensée est un processus, j’ai écris un commentaire à Belenos, vous pouvez le voir ci-dessous.


            • vote
              Jean Keim Jean Keim 27 janvier 08:56

              En fait ci-dessus.


            • vote
              Jean Keim Jean Keim 27 janvier 09:30

              @gaijin

              La conscience n’est pas un processus, oui peut-être ! les mots sont trompeurs, ils s’exprime pas la pensée, mais la conscience pourrait être l’ensemble des activités de la pensée y compris son absence.

              Peut-être qu’il faudrait modifier les dictionnaires, il y a la pensée qui est une activité du cerveau, la conscience qui pour certains peut être pure, supra, l’esprit, l’âme... trop de mots peut être..., je viens de lire un bouquin qui explique que dans la pensée juive, le corps et l’âme sont indissociables, matière et principe vital, et quand la vie s’arrête, le corps redevient simple matière inerte et l’âme n’est plus.


            • vote
              Gollum Gollum 27 janvier 09:42

              @Jean Keim

              J’ai véritablement eu un déclic le jour où j’ai perçu que la pensée est enclose en elle-même, qu’elle ne peut reproduire que ce qu’elle peut puiser dans un savoir, qu’elle ne peut pas exprimer ce qui lui est inconnu, le dire est d’ailleurs un truisme.

              Dans votre cas c’est probablement vrai vous n’arrêtez pas de nous sortir votre catéchisme de façon tout à fait automatique au point que l’on croirait avoir affaire à un logiciel. Vous êtes probablement un robot et essayez de faire croire que nous le sommes aussi.

              Seulement voilà, l’examen des œuvres diverses de l’humanité montre à foison qu’il peut y avoir créativité et création, la pensée servant de support à cette création.

              En bref, vous racontez vraiment n’importe quoi.

              Il est vrai qu’il y a un certain degré de robotique dans les processus intellectuels qui est d’ailleurs utilisé par certaines thérapies comme les thérapies comportementales.

              Mais il y a aussi la part de l’esprit qui fait que nous ne sommes pas des machines.


            • 1 vote
              BlueMan BlueMan 27 janvier 14:49

              @Jean Keim : j’ai dit que la pensée n’est pas un processus parce-que je sais que la plupart des gens confondent pensée et conscience : ils assimilent la pensée à la con science (alors que ce sont deux choses tout à fait différentes et radicalement incompatibles dans leur essence). Donc je n’allais pas compliquer les choses pour les gens. Les gens ne savent pas non plus ce qu’est l’Ego, le Moi pluralisé, à l’origine de la pensée formelle. Dans ces conditions, comment pourraient-ils comprendre ce que sont pensée et conscience ? ;)


            • vote
              Belenos Belenos 27 janvier 15:17

              @Gollum
              Si j’ai bien compris, Jean ne nie pas qu’il puisse y avoir de la créativité humaine, il dit que ce qu’il appelle "pensée" est un processus clos et que ce n’est pas par là que la créativité se manifeste. La créativité pourrait être un surgissement, un au-delà de la pensée, par définition inconcevable (car si on peut le concevoir, c’est que ce n’est plus qu’un concept). Prenons un cas simple à comprendre : quand un musicien compose, peut-on dire qu’il est un compositeur créatif si un simple processus intellectuel est à l’oeuvre, associant du calcul et de la mémoire ? J’aurais tendance à dire que non. Je ne nie pas qu’il puisse y avoir des musiciens créatifs, mais je ne dirais pas qu’ils créent avec leur activité pensante. Evidemment, tout cela est une question de vocabulaire. Et si on cherche le conflit avec les mots on le trouve toujours ! Avec les mots qui ont plusieurs définitions, comme "penser", il faut s’efforcer de comprendre ce que l’autre veut dire, tenir compte du sens que l’interlocuteur donne aux mots. Sinon, on fait des batailles de définitions et c’est la Tour de Babel. 

              En ce qui concerne la "conscience", on peut la voir comme une pensée parmi d’autres, une discours interne qui répète "Je suis conscient d’être le même "je" qu’il y a 10 minutes... et qu’il y a 10 ou 30 ans". MAIS, à l’inverse, la conscience peut être le fait d’être conscient, ici et maintenant dans un présent absolu toujours renouvelé. Alors, la conscience ne serait pas le produit d’un processus mais le surgissement lui-même : comme le jaillissement d’une eau vive ne se retournant pas sur elle-même et non comme l’eau croupie d’un flacon hermétique dans lequel je chercherais à conserver le concept de mon identité.

              Bien entendu, le paragraphe ci-dessus ne pourra être compris que si on veut bien éprouver ce que j’écris. Lu d’une manière purement intellectuelle par le lecteur de passage qui ne ferait pas l’expérience de ressentir en son for intérieur la différence que je décris, il n’aura aucun sens. Et d’ailleurs, c’est justement là que se trouve la différence entre la pensée mécanique (toujours potentiellement agressive et hostile, qui réclame des preuves comme si tout était un procès juridique où il s’agit de vaincre un adversaire) et l’attention consciente (qui consiste à percevoir "ce qui est" avec une tranquille disposition à la découverte, sans peur ni besoin). 


            • vote
              Gollum Gollum 27 janvier 15:43

              @Belenos

              Jean Keim nous dit que la pensée prend sa source dans la mémoire uniquement.

              Il me semble que c’est assez clair. Il fait de celle-ci un logiciel incapable de s’émanciper de lui-même. 

              On est en pleine conception matérialiste d’un cerveau qui fonctionne de façon mécaniste à l’image de ce que nous propose nombre de chercheurs à paradigme matérialiste tel un Changeux par exemple.

              Or pour moi la pensée est certes un logiciel mais capable d’être orienté par des données provenant de diverses sources. Non seulement la mémoire donc mais la créativité inhérente à l’homme, l’intuition qui est prise d’informations à l’extérieur, etc.. Bref il y a beaucoup plus de richesses dans la pensée que ne veut l’admettre Jean Keim. Alors il cite souvent comme résultat de la pensée la bombe atomique, et les discours modernes empreints d’idéologie, etc..

              Mais ce sont des pathologies de la pensée. Il peut y avoir aussi une pensée saine mais cela ne semble pas faire partie du logiciel du bonhomme. 

              Un individu spirituellement sain aura une pensée saine. C’est aussi simple que cela.

              quand un musicien compose, peut-on dire qu’il est un compositeur créatif si un simple processus intellectuel est à l’oeuvre, associant du calcul et de la mémoire ? J’aurais tendance à dire que non.

              Je suis bien d’accord. La créativité comme son nom l’indique créée. Pas à partir de rien non plus certes. Mais le style d’un musicien dépend en grande partie de sa psychologie et donc de son âme. Et cela est unique.

              La conscience n’est pas pensée. Il suffit de faire le vide en soi et d’évacuer toute pensée pour le constater ce que tout adepte de la méditation sait faire.

              Mais Jean Keim a lu Krishnamurti et en a compris qu’il fallait s’affranchir de toute pensée. Ce en quoi je rétorque que vouloir se passer de pensées c’est courir au désastre et qu’il faut donc non pas se passer de penser mais apprendre à penser correctement. Mais c’est dur de lui faire comprendre cette simple évidence. J’ai essayé mais le bonhomme est têtu persuadé d’avoir raison.. smiley


            • vote
              Belenos Belenos 27 janvier 15:59

              @Gollum

              "Bref il y a beaucoup plus de richesses dans la pensée que ne veut l’admettre Jean Keim."

              Vous appelez "pensée" quelque chose que, lui, ne désigne pas du tout par ce terme. Les mots doivent être utilisés avec de grandes précautions quand on tente de parler de l’activité spirituelle (même ceux que je viens d’employer à l’instant !)


            • vote
              Belenos Belenos 27 janvier 16:03

              @Gollum

              "Jean Keim a lu Krishnamurti et en a compris qu’il fallait s’affranchir de toute pensée. Ce en quoi je rétorque que vouloir se passer de pensées c’est courir au désastre et qu’il faut donc non pas se passer de penser mais apprendre à penser correctement. Mais c’est dur de lui faire comprendre cette simple évidence. J’ai essayé mais le bonhomme est têtu persuadé d’avoir raison."

              Jean, tout comme Krishnamurti, utilise malgré tout la pensée, sans quoi il ne pourrait pas communiquer sur un forum. 

                smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès