• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

gerfaut

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 08/04/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 5090 50
1 mois 0 11 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires




  • vote
    gerfaut 29 novembre 14:15

    @Joe Chip
    D’abord le mot privilège est à prendre au sens de l’époque, pas celui de tes lectures. Ce n ’est pas un privilège comme nous l’entendons mais au sens latin, privi lege, chacun à sa loi particulière, chacun à son privilège. Donc les nobles combattent et ils peuvent mourir, les prêtres prient, ils reçoivent des redevances pour cela, les paysans travaillent mais ne font pas la guerre et ils peuvent aller et être protégé au château par le même noble contre une corvée pour entretenir les fossés, et ils ont le droit de faire des enfants contrairement aux hommes d’église qui ne se reproduisent pas. La noblesse de robe a depuis le Régent pour privilège son droit de remontrance, ce qui fait que la monarchie n’arrive pas au 18ème siècle à réformer le royaume. C’est une société de privilège. On est loin du schéma théorique de la monarchie absolue. de même les nobles n’ont pas le droit de commercer, ce serait déroger à leur condition, etc....

    Il est bien évident que la féodalité a évolué, il y a eu moins d’insécurité dans le royaume, donc ils sont apparu de plus en plus comme non nécessaire mais il y a toujours beaucoup de nobles dans les armées au 18ème s.. 

    Les paysans ont vu leur condition varier au cours des ans selon les périodes. Mais ils ont fait marcher le systême, en étant d’accord, parce qu’ils avaient leur privilèges dont j’ai parlé. 

    Quand aux serfs, il n’y en a plus en France à partir du 12ème siècle : c’est le Moyen Age qui met fin au servage en France. De quoi réfléchir un peu.



  • vote
    gerfaut 28 novembre 20:57

    @Joe Chip
    Je parle des paysans, est-ce clair ? On n’allait pas les arracher aux champs pour qu’ils aillent se tuer à faire la guerre. Il faudrait savoir ce que vous voulez, soit c’est des hommes soumis à leur seigneurs qui les exploitent pendant mille ans, soit c’est des mercenaires. Ca ne tient pas debout ! Je répète que c’était leur privilège à cette époque. Les guerres depuis l’antiquité se faisaient à partir du printemps et l’été pour des raisons pratiques, c’est-à-dire au moment où les paysans ont le plus à faire aux champs. Des stratèges en ont parlé de cette saison pour la guerre, c’est là où il y a le plus à rafler, et de l’hivernage, 

    De leur côté des féodaux et des souverains ont fait la guerre toute leur vie, c’est facile à vérifier.

    Tu ne sais parler que d’une façon idéologique, comme Maq. Tu avances tes arguments parce que ça correspond à ce que tu veux croire. Il reste du monde à part les champs, les villes par exemple, l’artisanat..., j’ai parlé de la piétaille. Des mercenaires ont existé bien sûr mais il fallait les payer, et ils pouvaient changer de camp, ils ne constituaient pas l’essentiel des troupes.

    https://www.youtube.com/watch?v=jGOwxP00Hyk



  • vote
    gerfaut 28 novembre 15:27

    @Joe Chip Il n’y a pas de véritable féodalité en Angleterre.

    Messieurs, tout dépend à quelle époque on parle... non, il n’y avait pas beaucoup de mercenaires qui étaient supposés remplacer les nobles sur le champ de bataille. Sous les capétiens directs les villes se sont mises à fournir la piétaille, elles étaient les nouveaux venues sur le champ de bataille, contre des chartes de libertés elles fournissaient elle aussi des hommes. Quand vous lisez le compte rendu de la bataille de Bouvines ces troupes arrivent et prennent place dans les troupes.

    Sinon, j’en reviens à ce que je disais, les paysans n’avaient pas à aller mourir sur les champs de bataille, c’était leur privilège. Et ils avaient le droit de faire des enfants, pas les membres de l’Eglise, c’était leur privilège par rapport à l’Eglise. On ne prenait pas des gens dans les champs même pour servir de force sur les bateaux parce que les paysans payaient l’impôt aux nobles et à l’Eglise, on n’allait pas empêcher le systême de fonctionner. La réaction des Vendéens est parfaitement normale.



  • vote
    gerfaut 27 novembre 23:30

    @pegase
    pff qu’est-ce que tu racontes, encore ? Les nobles se battaient, il n’ y a qu’à relire les récits des batailles, la fine fleur de la chevalerie morte à Crécy, à Azincourt et ensuite. Il n’y a presque plus de mercenaires dans les armées françaises après 1630, il se sont mis à décliner depuis Louis XI si je me souviens bien. Les places à l’armée étaient réservées aux nobles selon l’arme et même Bonaparte qui a pu devenir militaire dans une école de guerre a pu intégrer l’école mais grâce à une bourse obtenue après une enquête de 3 mois sur sa noblesse depuis quatre rangs.. 

    Les mercenaires étaient en plus oui à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, c’ était à cause de la durée brève de l’ost mais encore fallait-il qu’ils sachent se battre, ce n’était pas le cas des paysans, la plupart du temps, on ne connait pas très bien leur origine sociale.

    http://www.air-defense.net/forum/topic/7990-les-mercenaires-%C3%A9trangers-dans-larm%C3%A9e-fran%C3%A7aise/



  • 2 votes
    gerfaut 27 novembre 18:24

    @Oursquipense
     le fait de ne pas vouloir aller combattre se comprend plutôt bien. Et le seul moyen de ne pas aller combattre ailleurs c’est révéler être de combattre sur place.

    Une chose que vous ne comprenez pas est que ces Vendéens selon la logique de l’Ancien Régime n’avaient pas à aller se battre. Dans la société de privilèges de l’Ancien Régime, il y avait ceux qui combattent et les autres. Le privilège des paysans était qu’ils n’avaient pas à aller se battre. 

    C’est l’égalité proclamée par la Révolution qui a entrainé cette obligation pour les paysans d’aller se battre. De tout ans il n’en avait pas été ainsi. Et c’est ainsi que les batailles ont fait par la suite des milliers de morts, ce qui n’arrivait jamais sous l’Ancien Régime.

    C’est aussi ça l’égalité.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Sexualité Politique Société






Palmarès