• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

jack Mandon

jack Mandon

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 14/08/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 234 63
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires




  • vote
    jack Mandon jack Mandon 3 mai 2022 15:40

    @Djam

    J’aimerai qu’on m’explique pourquoi une majorité des français ont tant d’arrogance ou de mépris pour ceux qui ne pensent pas comme eux ?

    Les Français semblent déserter la dialectique, la logique, l’axiome, l’hypothèse et basculent allègrement dans la croyance. Nous sommes les meilleurs élèves de l’immanence capitaliste américaine. Il n’est plus contestable que la poupée gonflable du capital, le macron-macreux-escroc participe de prés ou de loin à cette métamorphose, mais c’est une perversion engagée depuis longtemps.
    Au XXe. siècle, Bernays à lancé et expérimenté la machine publicitaire aux états Unis. La marchandise humaine est en route pour son emballage final. Quant à Francis, il est génial et malgré lui, comme Marx lui même, traversé par un mouvement vital qui initie la vie de la communauté d’être originelle.
    Nous constatons autour de nous des choses grouillantes, vagues humanoïdes qui remontent le courant, redescendent l’escalator montant. Une espèce de dérèglement, un ressort vital s’est brisé. Avant de connaître son terme, la chose qui fut humaine s’articule aux quatre vents, ectoplasme titubant, avant de s’effondrer définitivement rompue, espèce de dépersonnalisation abandonnique. 

    Bien heureux de vous croiser encore dans ce chaos mortifère, comme une fleur lumineuse sur un sombre terreau. La vie et la mort fréquentent les mêmes univers.



  • vote
    jack Mandon jack Mandon 2 mai 2022 21:31

    @Djam

    Vos interventions traversent votre icône, sa couleur, sa fraicheur et sa délicatesse.
    La composante yin est manifeste, en vigile, l’esprit critique structuré se trouve renforcé par l’effet yang. En vous le Tao accomplit ses volutes harmonieusement.

    Dans mon solipsisme helvétique, les montagnes imposantes qui m’entourent au quotidien me nourrissent au moins autant que les poésies (celles des autres) que je déclame en pratiquant des exercices physiques à la manière spartiate. J’ai beaucoup de tendresse pour Edgar Morin. Chez lui, la santé du corps et de l’esprit flirtent avec l’éternité, il perdit sa maman dans l’enfance et cela m’émeut beacoup.
    Je vis en moi avec la citation de Pythagore : "le nombre est au coeur de la création" En bon phocéen, il se réfugia à Crotrone, en Calabre au VIe.av JC. bousculé et délogé par les hordes Perses qui repoussaient les colons grecs en mer Egée. Les prémisses ancestrales des heurts, entre croyance et dialectique.
    Pour tenter une réponse à la double interrogation, la vôtre et celle du peintre japonais. L’Europe se perd dans l’angoisse existentielle de la société de l’avoir. Depuis l’époque archaïque, entre paléolithique et révolution néolithique, l’angoisse existentielle a poussé les plus chanceux à l’écriture, ils s’interrogent à perdre la raison. Les autres, et ils sont légion, penchent vers la déraison.
    D’où votre intérêt pour les penseurs matinaux qui semblent retenir leur souffle en libérant, créatifs, leur inspiration ancestrale. Une exception ambivalente, Socrate, le shakespearien qui dans (son être et n’être pas, to eon esti homérique ou parménidien) va sombrer dans la ciguë et entrer définitivement dans une postérité flamboyante à la Salvador Dali. Avant lui, un de ses enseignants, Anaxagore, connut le même sort mais eut envie de survivre pour entrer dans l’exil.
    "Ces penseurs matinaux venus de l’orient, entre poésie et sagesse, habités par le nombre, ces fragments inachevés, ces papyrus de marbre, dont la lumière, comme celle des étoiles mortes, nous vient d’un autre temps"

    Heureux de vous découvrir dans un ailleurs qui m’est familier.
    Le romantisme, un état projectif qui m’est coutumier, je vis mon rêve et rêve ma vie. Attention, Goethe prétend que les romantiques sont des classiques malades. Venant de ce faustien, c’est du sérieux. A chacun ses névroses.

    Toute ma bienveillance et bonne nuit.



  • vote
    jack Mandon jack Mandon 2 mai 2022 11:42

    @Djam

    Il me vient en cascade des idées.

    Comparons quatre célébrités qui naquirent dans le même contexte historique.
    Mes appuis sont métaphysiques, voire ontologiques, clin d’oeil à Parménide, Héraclite et surtout au plus original et sulfureux Empédocle.
    Vous évoquiez Hegel, il naquit en 1770, la même année, je passe volontairement sur les précisions, Napoléon, Beethoven et Hölderlin partagèrent avec le philosophe des particularités caractérologiques. Hegel eut pour Hölderlin de la compassion, pour Napoléon, plutôt pour Bonaparte, de l’admiration et un certain dédain pour Beethoven. Ces trois personnages célèbres mais très différents furent tous concernés par la maladie bipolaire, Hegel en fut épargné semble-t-il.
    La philosophie que je fais mienne me permet de me passionner pour les quatre personnages en des moments divers. La curiosité ouvre des perspectives. Je m’adresse à votre esprit critique que j’apprécie, c’est tellement rare. 



  • vote
    jack Mandon jack Mandon 2 mai 2022 10:42

    @Djam

    J’ai utilisé une des composantes humaine la plus spectaculaire, le sadisme.

    L’état de santé physique et mental, la culture, l’intelligence, le contexte etc, conditionnent les humains dans leurs interactions.



  • vote
    jack Mandon jack Mandon 2 mai 2022 10:35

    @Djam

    Tentons le réel.
    La philosophie, quel qu’en soit son auteur est un outil de travail, je vous l’accorde, chez Hegel c’est un outil très sophistiqué et difficilement abordable.
    Cependant l’important réside dans ce que l’on découvre et que l’on développe à travers un outil.
    Je m’explique : 
    Avec une puissante libido, une personne dangereuse égarée dans une société hostile, utilisera un couteau pour massacrer son détracteur.
    Un paysan habile et solitaire, avec la même libido et le même outil, passera un long moment à sculpter un bâton de berger en surveillant son troupeau en alpage.
    Un médecin authentique en situation imprévisible et précaire, utilisera son couteau en improvisant une intervention désespérée pour sauver une vie.
    L’équilibre ou non, la créativité, l’intelligence, le courage et toutes les facultés qui sommeillent dans l’être humain évoluent en multiples expressions entre l’existence et l’essence. Voilà ce qui me paraît respectable.
    Merci de votre intervention.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité